Déclaration des biens de personnalités publiques : Les maires en parlent avec le président du Conseil constitutionnel

vendredi 21 février 2014 à 01h03min

Une délégation de l’Association des Municipalités du Burkina Faso(AMBF) conduite par Marin Casimir Ilboudo , président de l’Association, a été reçue par le président du Conseil constitutionnel Albert Dé Millogo, ce jeudi 20 février 2014. Pour une prise de contact, mais également pour échanger sur l’état des lieux de l’application de la déclaration des biens des élus locaux.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
 Déclaration des biens de personnalités publiques : Les maires en parlent avec le président du Conseil constitutionnel

C’est ce qui a filtré de la rencontre de ce jeudi 20 Février 2014 entre la délégation des maires du Burkina, présidé par Marin Casimir Ilboudo, et Albert Dé Millogo président du Conseil Constitutionnel. A la sortie d’audience le maire de Ouagadougou a mentionné que la présente visite est d’abord une volonté de l’association des Municipalités du Burkina(AMBF), de rentrer en contact avec l’institution pour s’éclairer davantage sur des sujets la concernant. Les missions des communes, mais aussi celles du Conseil constitutionnel étaient donc à l’ordre du jour de la visite. Mais, à écouter les deux responsables, l’essentiel des échanges a porté sur l’état des lieux de l’application de la déclaration des biens des élus locaux burkinabè.

‘’L’application de la disposition constitutionnelle en bonne voie’’

Sur la question, Marin Casimir Ilboudo a exprimé la disponibilité des responsables des collectivités locales à se mettre en conformité avec règlementation : « Les maires sont absolument partants, sinon ils n’allaient pas se faire élire. Lorsque vous acceptez des responsabilités, il faut aller dans la logique jusqu’au bout car il y a des droits, mais aussi des devoirs », a-t-il exprimé.

A leur prise de fonctions les élus locaux doivent en effet à l’instar d’autres personnalités publiques, déposer une liste de leurs biens personnels auprès du Conseil constitutionnel comme le précise l’article 77 de la Constitution. Ces déclarations sont soumises plus tard à une comparaison, entre le moment de la prise de fonctions et le moment de la cessation de celles-ci en vue de lutter contre la corruption selon Albert Dé Millogo.

A l’en croire, l’application de la disposition constitutionnelle est en bonne voie : « La déclaration de biens concerne un certain nombre de personnalités, à commencer par le président du Faso, qui le jour de sa prise de fonctions remet officiellement la liste de ses biens au président du Conseil constitutionnel. Ensuite, il y a le Premier ministre et les membres du gouvernement qui ont aussi déposé les listes de leurs biens. Il reste quelques chefs d’institutions et un certain nombre de directeurs et chefs de services centraux. Nous savons que beaucoup l’ont fait », a indiqué Albert Dé Millogo.

Seulement une trentaine de déclarations de bien pour 351 maires

Pour ce qui concerne les maires du pays (351), l’application de l’article 77 de la Constitution relatif à la déclaration des biens n’est pas aussi avancée. Un gros travail reste à faire, au regard notamment des chiffres révélés par le président du Conseil constitutionnel. « J’avoue que nous n’avons reçu qu’une trentaine de déclarations de biens provenant des maires » a indiqué Albert Dé Millogo.

Pour changer la donne, l’information circulera à l’AMBF qui comprend 351 communes. C’est ce qu’aurait promis pour sa part la délégation de l’association par la voix de son président.

Le Conseil Constitutionnel qui croit en la pertinence de la démarche entend partager à l’avenir ce qui est déjà fait avec l’opinion publique « Le problème jusqu’à présent est de pouvoir communiquer avec l’opinion publique sur la question. On n’a pas entendu dire que telle personnalité a été poursuivie pour corruption ou pour mauvaise déclaration, mais nous sommes entrain de nous organiser. Petit à petit vous serez au courant de ce qui a été fait », a confié le président du Conseil Constitutionnel.

Arba Nadembega (Stagiaire)

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés