Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

dimanche 9 février 2014 à 22h53min

Les responsables de l’association Jeunesse Engagée pour la Patrie/Mouvement pour le Patriotisme, le Civisme et la Paix (JEP/MPCP) ont animé, ce samedi 8 février 2014 à Ouagadougou, une conférence de presse. Occasion, pour Aristide Ouédraogo, coordonnateur national du JEP/MPCP, de présenter son association et de se prononcer sur des questions politiques.

Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

Les missions de la JEP/MPCP, indique Aristide Ouédraogo, consistent principalement à contribuer au renforcement et/ou au réveil des valeurs fondamentales que sont le patriotisme, le civisme et la paix au sein de la population du Burkina Faso.

Et de préciser : « Cet instrument de la société civile qui fait son petit chemin, a vu le jour après réflexions approfondies suite à la mutinerie qu’a connue le pays en fin 2011 et a pour optique d’être une force de propositions à l’endroit de nos gouvernants pour les valeurs défendues. Tout en s’intéressant de près aux causes probables de ladite mutinerie, en se penchant sur des analyses, nous avons fait le constat que la société burkinabè dans son ensemble va très mal aujourd’hui ».

Comme exemples de ce mal-être de la société burkinabè, Dr Ouédraogo cite :
- Une situation d’incivisme liée au manque d’éducation civique ;
- Une situation d’intolérance et d’injustice grandissante et conduisant à des actes de destruction des biens privés et publics,
- Une situation sociale délétère liée à la dépravation des valeurs cardinales et des mœurs avec une consommation de drogues de plus en plus accrue au sein des lycées et collèges, une augmentation de l’alcoolisme et de la prostitution….
- La dislocation de la cellule familiale et une montée en puissance de l’insécurité.

« En somme nous avons la véritable impression qu’au pays des hommes intègres en ce moment certains sont démissionnaires, ils préfèrent s’occuper des problèmes directs de leur propre cour, soit critiquer et ne rien faire ou se désintéresser totalement des questions liées à l’épanouissement de la nation ».

Questions politiques

Les conférenciers se sont également prononcés sur la situation nationale toujours dominée par les questions du sénat, de l’article 37 de la Constitution, de l’alternance politique.

Sur ces sujets, les responsables de la JEP/MPCP, se posent les questions suivantes si d’aventure une crise profonde s’instalait dans le pays :
-  combien de pertes en vies humaines y’aura-t-il en cas d’affrontement ?
-  combien de Burkinabè sont-ils en mesure de tenir trois (03) mois en temps de crise sans salaires ?
-  combien de familles (bébés, enfants, femmes, hommes) pleureront ?
-  un Homme de 30-35 ans encore chômeur aujourd’hui, aura-t-il plus de chance de se construire, de fonder une famille et d’être heureux après une crise dévastatrice ? ou aura-t-il plus de chance en temps de paix ?

« Les tentatives de réponse à ces questions nous donnent froid au dos en tant que Burkinabè, amis et sympathisants du Burkina Faso. Nous affirmons ceci : « aucun peule de ce monde ne pourra atteindre une maturité politique tant qu’il n’arrivera pas à dépassionner le débat et l’engagement politique de ses citoyens » », a indiqué Aristide Ouédraogo. Et de poursuivre : « L’occasion nous est offerte pour interpeller et demander aux organisations politiques burkinabè de poursuivre leurs combats combien nobles pour l’enracinement de la démocratie mais de sensibiliser au maximum leurs membres afin que la politique ne détruise pas la nation burkinabè pour chercher après à la reconstruire avec des sommets et des ballets diplomatiques colossaux qui coûteront des fortunes pendant que le peuple souffrira au plus profond de ses entrailles ». Car, « si avec une grande preuve de patriotisme, les MOGHO NAABA SAAGA II et KOM II ont compris la nécessité et ont lutté afin d’obtenir la réunification de ce pays le 4 septembre 1947, alors, nous pensons fermement et avec conviction qu’il n’appartient ni à la génération actuelle, ni à la génération précédente, ni à la génération future, ni à aucune autre génération soit-elle imaginaire, de mettre ce pays à feu et à sang. Bien au contraire, nous devons penser chaque jour à préserver ce pays (hérité de nos ancêtres), à le bâtir davantage avant de le léguer aux générations futures pour un devenir meilleur ». Aussi les conférenciers soutiennent-ils l’idée de la médiation interne à la crise politique actuelle, puisque, estiment-ils, « pour la question de la paix, aucune initiative n’est de trop ».

Indépendance de la JEP/MPCP

Aristide Ouédraogo a par ailleurs insisté sur le caractère apolitique de son mouvement et son indépendance vis-à-vis des différentes obédiences politiques.

« Nous n’avons été créé ni sur l’initiative d’aucun homme politique (qu’il soit de la majorité présidentielle ou de l’opposition) ni sur le clairvoyance prévisionnelle d’aucun parti politique (pouvoir ou opposition)  », a-t-il assuré.

Jeunesse Engagée pour la Patrie/Mouvement pour le Patriotisme, le Civisme et la Paix est une organisation reconnue officiellement par l’Etat burkinabè à travers le récépissé numéro 2013 00 1288/MATDS/SG/DGLP/DOSOC du 30 octobre 2013. La JEP/MPCP dispose déjà, à en croire son coordonnateur national, d’un plan stratégique 2014-2015.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 9 février 2014 à 17:45, par bandiba En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

    si vous etes vraiment une organisation apolitique on vous souhaite bon vent on vous soutient mais faites attention car au pays des hommes integres on peut avoir de bonnes intentions de façon théorique mais dans la pratique sa devient difficil surtout avec la situation actuelle ne changez surtout pas de cap on aura besoin forcément besoin de votre association dansles prochains mois

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2014 à 17:47, par Pinot En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

    Heureusement que le Dr Ouédraogo nous rassure que son mouvement est apolitique, au cas où on en douterait. Nous voila rassuré. Pour le reste, je note qu’il n’y a rien de neuf sous le soleil, sauf de répéter l’alternative que le clan Compaoré donne au peuple burkinabé et qui tient en l’équation suivante : si vous voulez éviter le chaos, que notre docteur dépeint à grand renfort d’exemples tirés du livre de l’apocalypse, il faut se calmer, ne pas revendiquer la transition. Et pour ceux qui s’entêtent à la demander, il faut se mettre au fond de sa case (pour ceux qui en auraient) et murmurer qu’on n’est pas d’accord avec la fraude à la constitution. Surtout, il ne faut pas se faire entendre par le voisin. Et si cela choque un militant du CDP ou de la FEDAP-BC ou du FR, il faut s’excuser auprès de lui, dans le cadre d’un processus d’apaisement prôné par le Dr Ouédraogo. C’est de la sorte que nous allons éviter le chaos, la coupure des salaires, les foudres de l’armée, les pillages et autres viols. Message reçu 5 sur 5. On a très peur. On va se calmer. Blaise à vie. Et puis François va prendre. Et puis ce sera Djamila. Au fait Monsieur le Docteur, tu es docteur en quoi ? En mendicité, courbettes et flatteries. Il sera bien que tu t’abstiennes à l’avenir d’apparaître sur la toile, pour laisser la place à ceux qui ont des propositions concrètes à nous faire. Merci de ta compréhension.

    Répondre à ce message

    • Le 9 février 2014 à 21:09, par VISION En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

      je suis entièrement d’accord avec vous. le pays à besoin de paix ; pas qu’on le détruise à cause de la politique. Vous verrez, les politiciens trouverons les solutions, se partagerons le pouvoir sans même nous consulter.
      pour certains lorsque quelqu’un fait quelque chose de bien, il faut le détruire à tout pris par esprit de jalousie. Que celui qui a le courage de dire ce qu’il pense fasse comme eux de manière transparente.
      Toute initiative n’est pas forcement instrumentalisée ni politique.
      On voit bien Que Dr OUEDRAOGO, ne cherche pas à manger, ce sont des jeunes qui apportent leurs contributions salutaires.

      Répondre à ce message

    • Le 10 février 2014 à 08:26, par Sid-pawalemdé En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

      Non. Je ne pense pas que c’est ce qu’il faut nécessairement pour éviter à notre pays le chaos qu’aimeraient bon nombre de nos acteurs politiques et plus particulièrement ceux que vous citez. Bien au contraire. I)-pourquoi ce ne serait pas eux qui devront renoncer à leur ambition démesurée d’être toujours au poste et continuer à faire ce qu’ils faisaient et que le peuple dénonce aujourd’hui ? ii)-pourquoi c ne sera pas les MPPistes qui seront plus clairs dans leurs actions et leur positionnement sur le terrain politique ? iii)-pourquoi ce sont toujours les mêmes qui prétendent être les seuls « détenteurs » des capacités de gérer notre cher Faso ? iv)-pourquoi enfin, les acteurs politiques « connus » ne présenteraient plus de patriotisme et de civisme pour que le pays fonctionne bien dans son Organisation ? J’estime que la JEP/MPCP a si bien analysé la situation nationale du moment pour dégager ses réels maux pour lesquels, tout le monde est appelé à aider à solutionner dans l’intérêt du pays. En effet, l’incivisme et le manque d’éducation civique, en clair, la démission familiale, l’intolérance et les injustices, la dislocation familiale et la fracture sociale restent les maîtres maux que ces « ACTEURS » du passé ont sciemment créés et inventés aux fins de soumettre ou asservir le peuple pour assouvir leurs ambitions égoïstes. C’est de çà qu’il s’agit. Ce sont ces maux qu’il faut bannir de nos habitudes et comportements pour que le Burkina avance sereinement. Il n’y a pas de raison d’avoir peur. Simplement de prendre nos responsabilités pour exiger : PRIMO : un changement qui passera obligatoirement par une alternance qui verra partir du terrain « politique » tous les acteurs indélicats et inciviques. SECUNDO : amener tous les volets du pays à plus de responsabilité et au respect du prochain car, toute somme faite, le pays appartenant à tous, nul n’a le droit de s’autoproclamer « seul détenteur de Droit de vie ou de mort sur les autres ». Pas même ceux retenus par le peuple pour détenir les armes pour la Défense de la Nation. Cette partie de la population devrait plutôt comprendre que leur rôle est de défendre le peuple vis-à-vis d’éventuelles invasions extérieures que de lui tirer dessus quand il réclame leurs droits légitimes pour faire plaisir à « Quelqu’un », à une « Famille », à un « Groupe ». Ces droits légitimes sont la « PAIX », le « BIEN-ÊTRE », le « DEVELOPPEMENT » et la SERENITE ». Il ne doit y avoir de l’amalgame sur ce point à faire. Et pour ceux qui avancent dans leur lunatisme et leurs masturbations intellectuelles, les scenarii du genre « ne vous en faites pas. La stratégie d’une certaine Classe est de préparer une Action militaire de force pour organiser un semblant coup d’état aux fins de passation de main à quelqu’un d’acquis qui préparerait à quelqu’un, à certaines personnes, des retraites dorées » ou encore, sans X,Y,Z, tout croulera. Sans tartempion ce sera le chao car il a la main mise sur la « Muette », et puis et puis. Moi, je pense que les analyses de la JEP/MPCP sont justes et désintéressées. C’est ceux qui disent le contraire qui manque de civisme. À bon entendeur, Salut.

      Répondre à ce message

      • Le 10 février 2014 à 09:36, par Pinot En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

        Messieurs de cette organisation fantoche. Ne vous fatiguez pas. On a compris votre message. Quel que soit le prix de l’alternance, les démocrates burkinabè sont prêts à le payer. En 2015, la confrontation ne peut pas être différée. Ou vous débarrassez le plancher, ou on va s’expliquer. Il faut chercher une autre stratégie. Que des menaces, du chantage, l’épouvantail de l’apocalypse dès que l’on exerce notre liberté d’expression, vous croyez faire à qui ? Votre stratégie de la peur, qui a maintenu Blaise Compaoré au pouvoir depuis 28 ans ne marchera pas. Vous savez bien ce qu’il faut faire pour que la paix soit dans le pays. Le respect total de la Constitution. Mais vous vous gardez bien de le proposer et vous nous appelez à la soumission, au civisme vis-à-vis d’un régime qui, lui même ne respecte pas le droit le plus élémentaire. Vous nous prenez pour qui ?

        Répondre à ce message

        • Le 10 février 2014 à 11:56, par Dany En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

          Merci Dr Ouédraogo ! j’ai du mal à comprendre votre écris§ En claire pour vous, la c’est accepter tout ce qui nous tombe dessus sans broncher et patati patata. Pourriez vous nous donner les raisons des tir militaire de 2011 ? quelle conclusion a t’on tiré. Une association de promotion de paix ne peut qu’évoluer que dans le cadres des respect des textes dont il fait son outil de défense de cette paix. Votre explication de l’incivisme à son histoire et j’attire votre attention que c’est Ouaga seulement. Quand des incapable et cupides sont aux commandes voilà ceux à quoi le peuple est exposé. Il ne fait que se rendre justice c’est la seule minière d’évacuer sa colère. donnez votre position sur la situation actuelle, qui viole les lois ? une association a t’il le droit de chercher à modifier des dispositions constitutionnelles ? Si faire six mois sans salaire est le passage pour la liberté à ce peuple, nous y passerons, nous ne sommes pas mieux que les autres sauf que vous fermiez les yeux sur l’évidence, qu’on peut éviter cette situation. Nous payerons tous notre lâcheté !

          Répondre à ce message

    • Le 12 février 2014 à 12:18, par TIENTIKORO En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

      TOUTES LES BONNES VOLONTES SONT LES BIENVENUES EN MATIERE DE SENSIBILISATION/CONSCIENTISATION DES MASSES. SEULEMENT IL FAUT EVITER D’INSULTER L’INTELLIGENCE DES AUTRES. LA PAIX LA PAIX ELLE NE TIENT QU’A LA VOLONTE DU CHEF DE L’ETAT. SI LE CDP DIT DEMAIN QU’IL N’Y AURA NI REVISION DE L’ARTICLE 37 NI MISE EN PLACE SOUS CETTE MANDATURE DU SENAT LA FIEVRE SOCIALE CHUTE LE LENDEMAIN. ON AURA PAS BESOIN DE SES SORTIE MEDIATIQUES.

      Répondre à ce message

  • Le 9 février 2014 à 17:51 En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

    ON VOUS VOIT VENIR ; D’ICI LA ON SAURA QUE VOUS DEFENDEZ LE POUVOIR SI NON VOTRE VENTRE ; AUJOURD’HUI IL NE SUFFIT PAS DE SORTIR DIRE QUE VOUS VOULEZ LA PAIX ; QUI VOUS A DIT QU’IL VEUT LA GUERRE OU LE MAL DE CE PAYS ; (LA MINISTRE NESTORINE A DIT QU’IL NE FAUT PAS OUBLIER QUE QUAND LE MALHEUR S’ABATTRA SUR LA FAMILLE PRESIDENTIELLE PERSONNE NE SERA EPARGNEE). VOUS DEVREZ EN TANT QUE ORGANISATION CIVILE SI VOUS ETES VRAIMENT INDEPENDANTS AVOIR LE COURAGE DE DIRE QUE LA FRAGILISATION DE LA PAIX SOCIALE AU BURKINA FASO VIENT DU FAIT QU’UN INDIVIDU VEUT S’ETERNISER AU POUVOIR ; POURQUOI DANS TOUT VOTRE DISCOURS VOUS N’AVIEZ PAS EU LE COURAGE DE LE DIRE ; VOTRE ORGANISATION EST DE TROP. HONTE A VOUS ! EST CE EN DISANT LA VERITE QU’IL N’Y AURA PAS LA PAIX ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2014 à 18:04, par cheick022 En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

    Burkinabé posons nous la question pourquoi l’incivisme monte en puissance, pourquoi cette situation de guerre froide, pourquoi ne pas résoudre le problème une bonne fois afin que notre pays soit réellement le pays des Hommes intègres.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2014 à 20:20, par ka En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

    Bonne initiative les jeunes, continuez et sortez vos idées, en 1987 l’alternance s’est faite dans la violence avec des jeunes de votre âge, aujourd’hui vous demandez une alternance dans la paix, dans la solidarité, dans la démocratie, alors allez vers un mouvement qui ne sera pas un mouvement de va et vient, opposant pas opposant comme font quelques partis politique avec le pouvoir corrompu, et qui tuent le chemin de l’alternance. Soyez des jeunes de l’avenir pour notre pays, avec des lois infaillibles, des articles intouchable, des présidents de tous bords sans distinction d’ethnique, pour un pays émergent et démocratique.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2014 à 20:26 En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

    Indépendance de votre mouvement dites-vous ?Mon œil OUIIIIII.A lire votre louvoiement,les esprits lucides décèlent très vite que vous roulez pour cet Etat-CDP agonisant.Laissez nous tranquille,nous débarrasseront de vous en novembre 2015 et proprement.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2014 à 20:37 En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

    Dr Aristide Ouédraogo,il est préférable quand on n’a rien à dire de la boucler au lieu de polluer l’air avec des non-sens d’autant que nous sommes tous d’accord pour dire qu’il faut dépassionner le débat,mais après avoir dit cette vérité biblique,qu’est ce que vous proposez en plus ?Il faut savoir être force de proposition au lieu d’être là à s’exhiber devant les médias pour se faire voir.Arrêtez vos comédies avec vos organisations bidons.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2014 à 20:39, par MKYKE En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

    Nous sommes tous a fait d’accord avec vous.
    nous avons l’impression que les politiciens passent le temps à nous manipuler.
    certains sont contre Blaise COMPAORE hier et aujourd’hui avec lui par contre d’autre sont avec lui hier et aujourd’hui contre lui. Et le peuple dans tout ça ? Ont-ils consulter le peuple avant de prendre leurs décisions ? non ils décident de ce qui les arrange, manipulent ensuite le peuple et impose leurs choix au peuple en pensant d’abord à leurs intérêts.

    Répondre à ce message

    • Le 9 février 2014 à 21:44, par VISION En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

      Toi Pinot qui parle de manière Irréfléchie, Si tu perds la vie au cours d’affrontements tu pourra encore dire Dieu Merci ! mais si tu deviens un paralysé après 5 mois d’hospitalisation, tu comprendra que ce qu’ils disent est fondé.

      Répondre à ce message

    • Le 10 février 2014 à 01:51, par Femme debout En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

      Il ne faut pas ns distraire:des profs, des philosophes,des juristes,des hommes de religions, sont apolitiques mais donnent clairement leur point de vue sur la situation actuelle. La question n’est pas de quel bord on est,mais il faut faire le bilan reel de ou est rendu le Burkina Faso en tous les domaines:sante-combien y on acces, il ya 20 ans combien de medecin ou infirmiers par habitant versus de nos jours, les domaines maitrises,les maladies eradiquees ou presque. Meme exercice pour l’education de base, superieure-l’emploi-les infrastructures-la justice...Et cela pas pour Ouaga, mais l’ensemble des 30 provinces.Pourquoi le bilan n’est pas bon,pourquoi on ressent cette meurtrisure dans le coeur de la population, le pays profond ? Reponse on veut du renouveau, se sentir porter par de nouvelles aspirations nobles.Et je pense qu’apres plus de 20 ans de gestion quelque soit les motivations il faut savoir laisser la place a une autre personne sans debat. Cette personne viendra legitimement d’ou elle veut,confirmer ou infirmer les acquis de son predecesseur. Elle apprendra a faire mieux et plus ; nul n’est parfait : si le remplacant n’est pas a la hauteur on le fera partir cette fois sans attendre 20 ans et plus d’espoir ou de deception. Personne ne veut et ne souhaite de peine au peuple,mais tout comme la femme enfante dans la douleur pour ensuite jouir du fruit de ses entrailles,les grands acquis des peuples ne ce sont pas faits en regardant les lunes succeder aux soleils. 2015 ou avant une autre personne sur le fauteuil, un nouveau soleil sur le Burkina svp, de grace.

      Répondre à ce message

  • Le 9 février 2014 à 21:41 En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

    Vous évoquez les lendemains de la crise pour votre création et votre récépissé ne date que de fin 2013. Il y a de quoi douter de vos dires sur votre véritable indépendance vis à vis du pouvoir actuel.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2014 à 21:43, par Ossam En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

    Je suis resté sur ma soif car en vous lisant j.ai senti que vous avez des objectifs tres tres obscures. Vous n.avez pas le courage de les devoiler parce que vous connaissez la position du" vrai peuple,combattant pour la liberté et la paix" et la position des"sorciers",c.est à dire ceux la qui vous ont envoyé en mission. Le bourreau ecopera de la meme peine que son commanditaire...

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2014 à 23:30, par citizen En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

    Ecoutez vous commencez a nous casser les oreilles avec vos declarations bidons. Mouvements et groupes opportunistes qui se creent a l emporte piece juste pour etre crees. Nous ne sommes pas inciviques ni en pre conflit. Demarquez vous de ceux qui vous instrumentalisent : le CDP !!! Merde

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2014 à 00:06, par tahi En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

    Nous sommes libres, et en démocratie on peut tout tenter, foncer les jeunes, n’écoutez pas les ragots des supers méprisés, CDP ou pas, soyez dans le bain avec franchise pour un Burkina émergent. La jeunesse est l’avenir d’un Burkina démocratique et en paix.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2014 à 06:43, par LE DIABLE En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

    soyons raisonnables.cmt peut on jeter 1000 militaires et policiers dns la rue et esperer a la paix.ns y sommes tres loin

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2014 à 06:48, par Sidpawalemda En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

    Des mouvements associatifs de jeunes soit disant apolitiques mais en réalité téléguidés par François Compaoré himself. Ils commencent à clamer leur indépendance et leur caractère apolitique et quand vient le grand soir ils vont se révéler, prêcher la continuité du régime au nom de la paix ou du patriotisme...

    Ils sont combien les association de jeunes qui dès leur création peuvent drainé des médias ? D’où viennent leurs ressources ? Voilà autant de questions que les journalistes se doivent de soumettre aux associations qui fleurissent en ce moment et parlent de paix, civisme, patriotisme...

    Répondre à ce message

    • Le 10 février 2014 à 07:21, par GREG En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

      Arrêter de voir le Diable et François Compaore partout ; tout le monde n’est pas forcement lèche bottes. Ces gens là n’ont jamais demandé de faire le mouton. vous n’avez certainement pas lu toute leur déclaration et certains font des commentaires terre à terre. Si les Mogho Naaba n’avais pas lutter en 1947 pour la réunification de ce pays, alors personne ne serait sur cette toile entrain de raconter n’importe quoi et de faire des commentaires de bas étage.
      Ils disent que même s’il faut lutter, il faudra tout faire pour canaliser cette lutte afin de limiter les dommages et éviter de mettre le pays à Feu et à Sang.
      Pour le Citoyen qui aime son pays, j’attire ton attention que avoir la cinquantaine ne veux pas dire que ce que tu dis est vrai.
      Vous aussi soyons raisonnable et encourageons ces jeunes car les hommes passent mais le pays doit demeurer.

      Répondre à ce message

    • Le 10 février 2014 à 07:40, par MOI ET MA PATRIE En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

      La vie de la Patrie ne doit pas se résumer simplement en ce moment à une question de oui ou non, pour ou contre et lorsque quelqu’un n’est pas dans ça il est automatiquement critiqué ou indexé comme du pouvoir, je trouve que de telle analyses manque d’intelligence.
      Ces beaux mecs ont raisons et je suis avec eux.
      Il y’a des gens qui ne sont pas passionnés de politique mais de leur pays simplement comme il y’a des gens qui sont passionné de football et d’autre non plutôt de tennis ou de basket ball.
      à cause de la politique ont voit les membres d’une même famille se faire la guerre, non plus jamais ça, le pays doit avancer. luttons certes, comme ils l’ont dis, attaquons le CDP et la famille de Balise oui mais Évitons de bruler le pays et de s’en prendre aux innocents.
      Moi je m’engage à vos côté pour ma PATRIE. Le BURKINA FASO doit rester INTACT

      Répondre à ce message

  • Le 10 février 2014 à 08:57, par MOI et MOI En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

    je constate à travers les commentaires que beaucoup comprennent mal le dévouement de ces jeunes. il n’est jamais mauvais de vouloir apporter sa contribution pour la construction de sa nation. Arrêtez de décourager ceux qui veulent apporter leurs pierres. un homme responsable même s’il n’est pas d’avis sur un sujet donné s’abstient d’injurier.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2014 à 09:51, par O K En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

    merci à moi et moi encourageons ceux qui ont pris l initiative pour la paix au faso

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2014 à 12:16, par NABIIGA En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

    Dr Aristide O. je ne sais pas tu es docteur en suoi mais tu sera plus utile ailleur que dans des associations bidons. On vous forme à coup de millions et vous revenez faire autres chose qu’être utile à la nation. vendu.

    Répondre à ce message

    • Le 11 février 2014 à 09:00, par GEROME-T En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

      NABIIGA, sois tu n’es pas allé loin à l’école soit tu dois avoir simplement de la bouse à la place du cerveau pour ne pas comprendre ce qu’ils font. Qu’entends tu par être utile à sa Nation ?
      Si toi tu estime que tu es mieux formé que ces gens, ou que tu as plus de chose à dire que de te caché dernière internet pour critiquer, je t’invite à aller aussi devant les médias pour dire ce que tu penses vraiment et comment toi tu es utile à ce pays. Eux en tout cas ont eu ce courage salutaire et posent des actions nobles. la gestion d’un pays démocratique n’appartient pas seulement aux politiques, la société civile doit également s’impliquer et je salue encore fortement votre initiative de jeunes.

      Répondre à ce message

  • Le 13 février 2014 à 16:12, par Trueman En réponse à : Situation nationale : « Il n’appartient à aucune génération de mettre le Faso à feu et à sang »

    Bonjour à Tous,
    Je suis de ceux qui pense que ce sieur Ouedraogo est un vendu. on ne va pas passer par quatre chemins pour le dire. Pendant que le peuple est en rang de combat, il y a toujours des opportunistes qui pensent pouvoir retourner la situation en leur faveur. shame on you (honte a vous).
    les objectifs sont nobles mais pourquoi ne pas se prononcer sur les 2 questions chaudes du moment (article 37 et sénat). Un de leur objectif etait les raisons de la mutinerie de 2011, nous n’avions rien entendu de cela. c’est encore un des mouvements de jeunes fantoches du pouvoir pensant pouvoir changer la jeune. Mr Ouedraogo, n’est pas de bonne foi c’est sur, et les autres membres du bureau devront très attention. je parie que nous allons assister à des demissions très prochainement car pas clair. Tu es docteur, il faut chercher a vivre honnetement car la on ta decouvert. tu ne peux mobiliser personne en dehors de ta famille type. pauvre de nous

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés