Cités universitaires : Les promoteurs privés seront davantage impliqués dans les constructions

jeudi 30 janvier 2014 à 00h38min

Les promoteurs immobiliers du secteur privé vont continuer à participer au renforcement des capacités d’accueil des étudiants Burkinabè par la construction de nouvelles cités universitaires. La commission interministérielle chargée d’examiner les demandes de construction a été installée. C’était ce mercredi 29 janvier 2014 à Ouagadougou, au cours d’une cérémonie présidée par le ministre des Enseignements Secondaire et Supérieur(MESS), Moussa Ouattara.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Cités universitaires : Les promoteurs privés seront davantage impliqués dans les constructions

Au terme du conseil des ministres du 19 décembre 2012 un décret avait été adopté pour faire face à la problématique du logement des étudiants Burkinabè dont la couverture est estimée à 6% de leur nombre. Cette stratégie consiste à relever ce faible taux par la construction de nouvelles cités. La démarche pour permettre une telle participation du secteur privé prévoyait une commission interministérielle d’examen des demandes de construction de ces cités universitaires. Les membres ont été installés dans leur fonction le mercredi 29 Janvier 2014 dans les locaux du ministère des Enseignements Secondaire et Supérieur (MESS).

Elle est composée de 17 personnes issues du MEF (Ministère de l’Economie et des Finances), du MATDS (Ministère de l’Administration Territoriale de la décentralisation et de la Sécurité), du MICA (Ministère de l’Industrie du Commerce et de l’Artisanat) et bien évidemment du MESS (Ministère des Enseignements Secondaire et Supérieur). Ce sont des cadres aux profils spécialisés des ministères impliqués et les premiers responsables des universités du pays.

Logements sociaux décents pour les étudiants

Selon le patron du MESS, la commission a pour tâche principale d’étudier les demandes de construction des cités Universitaires par le secteur privé. Et pour objectif de veiller au respect du cahier de charges dégagées. Elle a donc pour autre mission le suivi et de l’évaluation des travaux aux fins de mettre à la disposition des étudiants des cités adaptées aux conditions estudiantines ,dans les villes de Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Fada N’Gourma et Dédougou. Cette politique de l’Etat vise à augmenter la capacité d’accueil des étudiants et à leur offrir des logements sociaux décents, toujours selon Moussa Ouattara.

Les membres de la commission ont quant à eux promis de se mettre à l’ouvrage avec rigueur. Par la voix de leur président, Bila Dipama, Secrétaire General du MESS, tout en reconnaissant la délicatesse de leur mission qui est la première du genre. Ils ont en outre reçu des kits contenant des directives claires des missions qui leur sont assignées.

Au regard du nombre croissant d’étudiants, le Ministre Moussa Ouattara a expliqué que « des mesures incitatives appropriées » seront mises en place pour faciliter cet appui considérable du secteur privé à l’Etat Burkinabè, dans l’espérance de résultats diligents. Il a rappelé à l’occasion que cette collaboration s’intègre dans les dispositifs existants et promulguant la loi n 057-2008/AN de Novembre 2008 relative à la promotion immobilière.

Arba Monique Nadembega(Stagiaire)

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 30 janvier 2014 à 09:34, par l’intrépide
    En réponse à : Cités universitaires : Les promoteurs privés seront davantage impliqués dans les constructions

    Dans tous les secteurs et compartiments de l’enseignement, on attend trop ; c’est comme si les burkinabè peuvent se développer sans enseignement et sans l’éducation

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier 2014 à 10:49, par Gowin Nelson
    En réponse à : Cités universitaires : Les promoteurs privés seront davantage impliqués dans les constructions

    Déjà ce qu’il faut faire comprendre, c’est que dès que des privés entre dans la danse, il faut s’attendre à ce que plus tard, c’est plus chère les chambres. On ne peut absolument pas gérer des chambres a 6 000 f le mois... c’est absolument impossible. On aura beau vouloir des prix sociaux il y aura des réalités. Donc l’état devra faire face a la réaction de l’univers estudiantin qui n’est pas assez nanti pour débourser même souvent 10000/mois.
    Ensuite, tenir compte du fait qu’il faut que la réglementation soit clair et appliqué pour le maintien des bâtiments... (hygiène, occupation irregulière, mantenance, gestion des cautions... ect) ; si déjà ils sont construits dans les règles !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés