Affaire Dabo Boukari : Salif Diallo convoqué par le juge

jeudi 16 janvier 2014 à 17h11min

L’ex-ministre d’Etat Salif Diallo sera-t-il bientôt entendu par la justice dans l’affaire Dabo Boukari ? Le juge d’instruction a émis une convocation dans ce sens. Mais l’affaire n’est pas aisée. Le chef des OPJ commis à la tâche a refusé de transmettre la convocation en invoquant la qualité de la personne convoquée.

Affaire Dabo Boukari : Salif Diallo convoqué par le juge

Quand un ancien militaire du Régiment de la sécurité présidentielle (RSP) communément appelé « Conseil » vient « soulager sa conscience » à la justice, ses propos deviennent une affaire de la République, tellement l’histoire récente du pays se confond aux faits et gestes des locataires de ce célèbre et sinistre lieu du Conseil de l’Entente. De nombreuses vies ont été arrachées dans ce camp retranché depuis son occupation par les para-commandos venus de Pô un soir du 4 Août 1983.

Le capitaine Thomas Sankara qu’ils ont porté au pouvoir a lui-même perdu la vie dans ce lieu le 15 octobre 1987 avec douze de ses collaborateurs. Après eux, des noms devenus célèbres comme le Professeur Guillaume Sessouma et l’étudiant en 7ème année de médecine Dabo Boukari auraient également laissé leur vie en cet endroit. Toutes ces affaires ont été portées à la justice sans réelles avancées. Mais les choses pourraient bouger concernant le dossier Dabo Boukari.

De sources concordantes, un « ancien militaire du Conseil » est passé fin novembre à la justice demandant à voir le juge « pour soulager sa conscience », selon ses propos, par rapport à la mort de Dabo Boukary. Le juge l’a effectivement reçu. Son audition décrirait de bout à bout ce qu’on a appelé « les événements de mai 1990 sur le campus ». Il aurait affirmé avoir personnellement « suivi » tout ce qui s’est passé, à savoir la grève déclenchée par l’Association des étudiants burkinabè (ANEB) suivie de la répression de ses délégués et militants.

Des militaires du RSP auraient supervisé l’opération commando sur le campus qui a consisté à traquer les supposés meneurs de la lutte. Des éléments auraient été mis à la trousse de nombreux étudiants. Il est formel, c’est Salif Diallo qui aurait donné les noms de ceux qui devraient être arrêtés. C’est encore l’ex-directeur de cabinet de Blaise Compaoré qui aurait indiqué les planques des responsables du syndicat activement recherchés.

C’est sur la base de ces informations que les militaires ont mis la main sur Dabo Boukari et d’autres délégués de l’ANEB et de l’Union générale des étudiants burkinabè (UGEB). Les militaires ont effectivement amené une bonne cohorte d’étudiants dans les locaux du Conseil où ils étaient soumis quotidiennement à des séances de tortures. Dabo Boukari, l’élément le plus activement recherché à l’époque avec Séni Kouanda, devenu docteur en médecine et chercheur à l’Institut de recherche en science de la santé (IRSS), est mort suite à ces tortures.

Le témoin soutient également que c’est le général Gilbert Diendéré (à l’époque capitaine) qui aurait ordonné la relaxe de tous les détenus. Il semblait être surpris de leur présence dans les locaux et du traitement qui leur était infligé. Quand Diendéré a été mis au courant de la mort de Dabo, après avoir vu le corps, il aurait ordonné son enterrement. Le témoin soutient qu’il connait l’endroit où Dabo a été enterré. Il a donné plusieurs détails qui auraient convaincu le juge de la solidité de son témoignage.

Le nom de Ram Ouédraogo est également revenu plusieurs fois dans ses propos. Ce dernier avait en 2000, dans le cadre des préparatifs de la Journée nationale du pardon, recueilli également le témoignage de ceux qui avaient exécuté la sale besogne en mai 1990. Le témoignage de Ram pourrait éventuellement confirmer certains éléments.

Plusieurs jours après l’audition du militaire, des convocations ont été émises pour les deux ex-ministres d’Etat pour « affaire les concernant » sans précision. De sources sûres, c’est la brigade ville de gendarmerie de Boulmiougou qui a été commise pour remettre les convocations à leurs destinataires. Mais le commandant de brigade aurait notifié au juge qu’il n’est pas dans ses prérogatives de remettre des convocations pour une affaire déjà en instruction. L’huissier serait bien indiqué, aurait-il soutenu. Une explication qui ne tiendrait pas la route selon les spécialistes. Du coup, le juge Bilgo se retrouve aujourd’hui avec ses convocations sous la main. Il a la possibilité de recourir effectivement à un huissier. Mais il ne l’a pas fait pour le moment.

C’est le cabinet Sankara qui s’est constitué auprès de la famille Dabo. Dans le cadre de la procédure ouverte en 1999, plusieurs personnes ont déjà été entendues tels les anciens camarades de Dabo, Dr Séni Kouanda, Dr Coulibaly Aboubacar, Soungalo Soulama, Jean Yves Kambou. Mais l’instruction n’a pas permis d’inculper quelqu’un jusqu’à présent.

Les implications politiques

Cet épisode dans le dossier Dabo soulève évidemment des questions au regard du contexte socio-politique du moment. On sait que Salif Diallo est en quasi-dissidence avec le parti au pouvoir. Il aurait récemment demandé à tous ses amis politiques de quitter le navire CDP après les fêtes de fin d’année. La délivrance des convocations a-t-elle des liens avec cette évolution politique au sein du parti au pouvoir ? Le militaire serait-il parti de gré faire son témoignage ou aurait-il été envoyé en mission ? L’intéressé soutient pour sa part que c’est pour « soulager sa conscience ». Mais quels que soient ses motivations, on ne peut s’empêcher de faire un lien avec la bagarre qui se déroule aujourd’hui entre les clans du régime. Il reste au juge de faire son travail comme il se doit.

Pour le moment, il a posé des actes qui cadrent bien avec la procédure. Il a demandé à entendre les personnes citées par l’ex-militaire du Conseil. Salif Diallo, Ram Ouédraogo et Gilbert Diendéré en font partie, mais ils ne seraient pas les seuls. Très certainement que les jours à venir, il y aura des rebondissements dans l’affaire.

Abdoulaye Ly
MUTATIONS N° 44 du 1er janvier 2014. Bimensuel burkinabé paraissant le 1er et le 15 du mois (contact :mutations.bf@gmail.com . site web : www.mutationsbf.net)

Messages

  • De toute façon on les connait tous sans exception !
    Ils doivent attendre le jour viendra où ils devront rendre compte de leurs actes
    A bon entendeur ... Salut

  • Aaah, pendant qu’on y est, pourquoi ce militaire ne continue pas de soulager sa conscience en révélant aussi les auteurs des autres crimes ? c’est sûr qu’il sais aussi qui a tué le Capitaine Sankara et ses douze compagnons, le Commandant Lingani, le capitaine Henri Zongo, David Ouédraogo, Norbert Zongo, .... Du courage mon cher tu va y arriver, on n’a besoin de toutes ses vérités !

  • La démocratie c’est du Pipo : ça n’existe pas, c’est un idéal. Alors, au lieu de vous quereller à tout va, je propose de parler des vraies questions telles que :
    1) Comment goudronner toutes les voies de toutes les villes de Ouagadougou en commencant par Ouagadougou et Bobo Dioulasso ?
    2) Comment reformer notre système éducatif pour qu’il soit adapté au CONTEXTE du Burkina Faso ?
    3) Ne serait-il pas raisonnable de déplacer notre Capitale(Politique et Economique) à Bobo Dioulasso en pesant les avantages et les inconvénients ?
    4) Comment tirer profit de la conjoncture mondiale actuelle si nous savons que les plus forts de ce monde ne sont plus les mêmes, à savoir le Duo USA+Union Europpéenne mais plutôt les BRICS ?
    5) Quelles sont les perspectives pour un petit pays comme le Burkina Faso de pouvoir, à lui seul, relever les multiples défis auxquels il doit faire face : Taux d’analphabètes fort, taux de scolarisation faible, qualité de l’enseignement douteuse, salaires des fonctionnaires pas convenables, manque d’infrastructures sanitaires, l’autosuffisance alimentaire ou tout au moins la sécurité alimentaire.
    6) Ne serait-il pas mieux de se lancer dans une logique d’intégration sous-régionale pour qu’à la fin on puisse aboutir à ce qu’on appellerait les USAM ( les United States of Africa and Maghreb) ou MAU (Maghreb and Africa United) ? On choisirait le swahili, l’allemand, l’italien ou même le mandarin comme notre langue mais surtout pas le français ou l’anglais( les langues qui nous rappellent un passé qui représente une pilule dure à avaler : 500 de domination sans partage sous diverses formes)

    Alors, laissez-moi vous dire comme conclusion la chose suivante : Blaise ou pas Blaise au pouvoir, Zéphirin Diabré ou pas Zéphirin Diabré au pouvoir, démission ou pas démission des membres du CDP, patati patata ou patata patati, nos problèmes se trouvent ailleurs mais il n y’a aucune chance que ces problèmes se trouvent dans ce que nous appelons tous DEMOCRATIE. La démocratie est un processus, c’est un idéal vers lequel nous devons chercher à nous rendre au lieu de le considérer comme étant le point de départ ou la baguette magique qui va remplir les greniers de nos grands parents qui se trouvent au village.

    Même Rousseau, le géniteur de l’idée de démocratie l’a bien reconnu.

    • Toutes ces questions posées ne peuvent trouver une solution durable tant que nous ne parlons pas le même langage, et aussi on doit avoir la motivation de la majorité : Unité-Progrès-justice & Unité-Justice- progrès c’est pas mieux comme çà ?

    • USAM ( les United States of Africa and Maghreb) ou MAU (Maghreb and Africa United) il faut savoir que les magrebiens ne se considerent pas comme africains tous ces projets que tu cite il faut un prealable pour aboutir au but rechercher.aspire au changement des mentalite de pouvoir de systeme de gouvernement pour batir un pays de reve dont tu fais cas

  • Burkinabè de tous les 4 coins, vous comprenez pourquoi il faut chasser ce regime. J’ai des larmes aux yeux quand je lis tout cela. Sans être l’avocat de Salif, je pense que même s’ il avait donné les noms, cela ne voulait pas dire de les tuer quand même ! Ils faut interpeller les commentaires au lieu de tourner en rond pour regler les comptes à Salif. Je commence sérieusement à avoir peur pour mon pays ! Ce que je vois, le peuple risque d’agresser d’innocents juges qui n’ont rien à avoir avec tout cela. Les lendemains sont sombres. Que Blaise parte !

  • La guerre est ouverte et les vérités ne sont pas loin. Ça va faire mal !

  • On savait que leur depart au sein du CDP allait leur causé d soucis.ce nest qu’un debut d commencement.que Dieu nous sauve

  • Comment des gars comme ça qui ont des affaires criminelles avec la justice, peuvent espérer se présenter pour les élections de 2015. En France, DSK pour des affaires de cul, a été rejeté par le peuple français. Mais au Burkina même les sales gars veulent être président

  • Bon voilà les frères : 1990 à 2000 rien ; 2000 à 2010 rien. En 2014, Salif quitte le CDP. A peine 2 semaines un juge le convoque en 2014 pour une affaire de 1990. Qu’est-ce que ce juge a fait pendant 20 ans pour se mettre à vouloir éclaircir cette affaire aujourd’hui ? Personne n’est dupe pour voir que c’est Blaise qui est derrière tout ça. Et pourquoi ? Parce que le seul homme civil qui le connait très très bien c’est Salif. Et comme ce dernier s’oppose à la modification de l’article 37, voilà ce qui l’arrive.

  • je vois que depuis la démission des ténors du CDP nos juge commence a avoir la mémoir claire maintenant mais avant Dabo ya eu Thomas Sankara et plein d’autres je pense les juges dévraient comencé par eux d’abord ou bien ya pas d’ancien soldat pour soulager leur conscience ne nous prenez pas pour des imbéciles ça fait combien d’année qu’il n’avait pas de problème de conscience

  • À croire que Mr Diallo était au commande (usurpation de titre ?) lorsque des militaires allaient à la recherche des étudiants(quels motifs et pourquoi auraient-ils obéi aux ordres d un civil ?) ,sans se référer au vrai chef(Gilbert D) qui,à sa grande surprise ,se serait retrouvé avec des "colis encombrants"dont un était passé de vie à trépas(encore par des militaires sous ordre d un civil ?).Le chef militaire ,lui aussi,sans se poser des questions sur les tenants et aboutissants d un tel rapte(encore que ses éléments ne faisaient pas la police ni la gendarmerie) ,ordonna l enterrement du malheureux(pour quelqu un qui est surpris d un tel acte et se permit une solution facile alors qu un meurtre venait de se produire et donc une affaire qui devrait être confiée à un juge) ,par conséquent se faisait complice d arrestation arbitraire ,de séquestration et de meurtre .De qui se moque t-on dans ce foutu pays ?

  • Après la démission de Salif le but de Blaise Compaoré est clair : faire tout pour emprisonner Salif pour deux raisons principalement :
    1) Affaiblir le parti des démissionnaires du CDP qui est en gestation.
    2) Faire tout pour emprisonner Salif avant d’annoncer publiquement le référendum sur l’article 37. Salif a une énorme capacité à mobiliser des gens et il faut éviter qu’il soit libre avant les affrontements qui suivront cette annonce.

  • Non à l’impunité certes mais aussi un grand non à l’utilisation de la justice pour régler des comptes à d’anciens camarades qui ont opté pour un autre chemin.
    Puisque la justice burkinabé revient sur des affaires de 1990, elle devrait aussi nous éclairer sur les événements du 15 octobre 1985 mais aussi sur ceux du 13 décembre 1998 (ce non lieu ne convint personne).

  • Ce militaire "repenti" doit aussi savoir qui a assassiné David et Norbert. Il faut bien le mariner, il va lâcher le morceau.

  • La scene est pleine de rebondissement. Vivement que justice soit rendu un jour pour le repos de l’ame du disparu.

  • Bonsoir,. A mon avis je pense que ce n’est pas le moment de divertir le peuple burkinabè. Si ce Mr est coupable, le fait qu’il n’ait pas été poursuivi depuis belle lurette malgré les marches pour que justice soit faite prouve que notre justice est à la solde. Si c’est parce que ce Mr a abandonné ses camarades du CDP qu’il est maintenant poursuivi, c’est encore la preuve et la confirmation que notre justice à la solde et à la solde des feda-bcistes. ce qui montre que sous leur règne et tant qu’ils régneront la justice sera à leur solde. la justice au BF ne sera jamais acquise aux pays des hommes intègres avec eux.ce sont des anti-démocratie, un clan qui bientôt se muera en secte pour manger tous les fils du BF si le peuple se laisse pièger, se laisse divertir. qu’ils quittent le pouvoir et après Salif répondra de ses actes !

  • Si Blaise ne cesse pas de taquiner Salif dans cette affaire, j’ai peur pour le Faso, j’ai peur pour les travailleurs de la justice. La bonne foi voudrait que Blaise comme par le dossier Sankara ! Quel régime !

  • L’avocat qui sera constitué dans cette affaire dans l’intérêt de Salif DIALLO doit immédiatement invoquer, soulever et opposer avec fermeté la prescription pénale de cette soudaine affaire résuscitée bizarement dans le contexte actuel si dix ans se sont écoulés sans qu’aucun acte de procédure n’ait été effectué par le Parquet ou le Juge d’instruction. Point final, Salif DIALLO, poursuivez votre combat pour la libération.

  • une question : que salif Diallo demande d’arrêter les grévistes,est ce lui aussi qui torturait jusqu’à mort s’en suive ? dans cette manipulation cousue de fil blanc,je sens que l’arroseur sera bien arrosé mais j’oublie que notre in-justice est trop corrompue et acoquinée avec ce pouvoir mafieux de blaise compaoré. au fait,cette in-justice pourra nous dire où se trouve Ousmane guiro et les assassins de thom sank,de Norbert zongo etc etc etc ? thcurrrrrrrrr

  • Grace à l’état de droit instauré par son Excellence Mr Blaise Comaporé, au Burkina faso, toutes les citoyennes et citoyens sont égaux et droit devance la JUSTICE ! Vive la JUSTICE Qu’Allah bénisse et protège son Excellence Mr Blaise Compaoré et sa noble famille

  • Dans tous les cas, les âmes de nos frères assassinés connaîtront le repos paisible, par la grâce et par la miséricorde de Dieu.

  • Il faut dans le même élan enquêter sur tout ceux qui ont ordonner l’arrestation d’étudiants. Combien d’étudiants ont déjà été arrêtés ? Le problème ici, c’est qui a tué Dabo Boukary et pourquoi ? J’espère que ce déballage sera l’occasion pour nous de connaître la vérité sur d’autres problèmes comme par exemple l’auteur de l’assassinat de Sankara Thomas, Clément Ouédraogo, etc. Je crois que le régime marche sur la tête maintenant. L’heure du changement ou du chaos approche. Que Dieu protège le Burkina

  • Ah ! la grande messe du 30 mars n’était donc qu’une mascarade. Vous avez dit journée nationale de pardon ? Foutaises ! N’ y t il pas d’autres militaires du conseil qui voudraient soulager leur conscience par rapport à la mort de Sankara et 12 autres, de Lingani et Henri Zongo, de David Ouédraogo, de Norbert Zongo et ses compagnons ?

  • On s’en fout du contexte politique pourvu que nous sachions la vérité aujourd’hui et nous serons tous en paix les uns avec les autres.

    C’est le grand début des déballages. Juge Bilgo soit courageux et non comme ce juge qui avec un budget de 26 millions dans l’affaire Norbert Zongo l’a classée pour absence de preuves.

    Tôt ou tard nous saurons tout. Blaise et ses amis payeront pour ces crimes jusque là impunis.

  • Vivement que d’autres militaires puissent se presenter pour soulager leur conscience dans l’ affaire Norbert Zongo, Henri Zongo, Boukari Lingani, Guillaume Sessouma etc. Mais ce regime meme ne connait pas la honte quoi. Continuez comme ca. Salif Diallo est bien sur la voie d’ etre un heros national. On appele ca en francais simple de l’ acharnement a ciel ouvert. Meme si c’est Salif qui a donne les noms, est-ce qu’ il est militaire ? Notre a armee est- il si devergonde au point qu’ un militaire recoive des ordres d’ un civil, fut- il le Tout PUISSANT Salif Diallo ?

  • J’ai Lu avec interet l’article mais Je voulais juste savoir si c’etait a lui que Salif a remis la liste ? Ou etait-il quand Salif remettait la liste ? A qui Salif a remis la liste ? Ont-ils rendu compte a leur chef avant d’executer les ordres ? Pour qui ont-ils execute les ordres et au profit de qui ? Pourquoi ce militaire a t-il attendu maintenant pour faire cette declaration qui revet un caractere politique ? Je Pense que ce militaire do it etre a measure de donner des clarifications sur autant de crimes qui ont ete commis au conseil notamment les morts de David OUEDRAOGO, Norbert ZONGO et bien d’autres Burkinabe.

  • Ce militaire ne nous dit pas que c’est lui qui les a tués. Il veut soulager sa conscience pour quelle raison ? Pour avoir mis 23 ans sans dénoncer ou parce qu’il l’a trucidé ? Si on retrouve le meurtrier, on pourra rechercher les complices. Et Norbert ? C’est qui le meurtrier ? Il faut qu’il soulage sérieusement sa conscience car la liste est très longue.
    Il faut épargner le peuple dans vos règlements de comptes car les familles des victimes attendent toujours. Vous n’êtes pas crédibles quand vous désignez le vautour comme l’assassin de la brebis et le loup le profiteur de la situation.

  • Votre question en fin d’article trouve sa réponse tout au long du développement .
    Le fameux militaire dont vous ne citez pas le nom alors que vous le faites pour les autres protagonistes a certainement tout dit sauf l’essentiel : Qui a ordonné de tuer Dabo Boukari ( que j’ai connu ) et qui qui l’a effectivement tué ?
    Si Gilbert Diendéré a été surpris de la détention des étudiants au sein du conseil où il dormait ,.....C’est très grave .
    Quand à Koanda Seini , c’est à l’épreuve du temps qu’il paiera la trahison faite aux étudiants provinciaux que nous étions , alors que lui était loin de vivre " en ROUGE "".

  • Salif tu risques de partir en prison

  • et que dire du rôle de l’ex. ministre de l’époque de l’action coopérative paysanne, Laurent Sédogo ? qui a failli être tué à l’époque à la Cité an 3 et qu’un certain Zerbo d’une ONG a été tué à sa place le jour de l’ouverture de la coupe du monde de football en Italie ???

  • Très intéressant ! Un militaire qui retrouve subitement la mémoire. Une chose est au moins clair. Ce militaire avoue être dans le coup. Le juge devrait commencer par l’inculper. Ensuite toute sa hiérarchie militaire jusqu’à Gilbert et les commanditaires.

  • Très intéressant ! Un militaire qui retrouve subitement la mémoire. Une chose est au moins clair. Ce militaire avoue être dans le coup. Le juge devrait commencer par l’inculper. Ensuite toute sa hiérarchie militaire jusqu’à Gilbert et les commanditaires.

  • arrêter ça.toi qui dit venir soulager ta conscience.a t’on besoin de 24 ans pour pouvoir être conscient et vouloir le soulager maintenant ?arrete de divertir les gens !on sait qui t’a envoyer racconter ces conneries.lui aussi sera interrogé ici d’ici là.wait and see.

  • Mr le militaire malheureusement tu as une conscience de tortue . Pourquoi as tu attendu toutes année avant d’avoir un remous ménage de ta conscience,
    Excuse nous l’urgence du peuple burkinabé présentement c’est l’art 37, lev sénat et la prise du pouvoir de Blaise par une volonté populaire. Garde tes révélations pour toi ; Frère dabo Boukari excuse nous, on t’abandonne pas.

  • Faut publier tous les post , webmaster. Si dix ans se sont passés sans qu’aucun acte d’instruction n’ait été effectué la procédure est prescrite. Un avocat qui vient de sortir de l’école doit le savoir. Je suis l’avocat de salif Diallo, si le pouvoir ne quitte pas dans ça, il va couler plus vite qu’il n’est souhaitable.

  • ha ! sa va chauffer dans ce pays

  • ça commence bien ! Enfin ça bouge et cela ne peut que faire du bien à la Nation. Un peuple qui fuit la vérité de son histoire n’est pas encore souverain parce qu’il est tout simplement incapable d’être lui-même !

  • merci m Ly voila du journalisme ! Quand les rois du monde se battent....Vous posez les bonnes questions Evidemment vous ne pouvez vous avancer plus ! Mais personne n’est dupe. Le hasard n’existant pas...

    Monsieur le militaire subitement retrouve sa conscience trop lourde pour decider de la soulager alors qu’elle est lourde depuis plus de 20 ans... Alors d’autres ont la conscience tres legere depuis le 15 octobre 1987 avec 13 cadavres sur la conscience : c’est pas assez lourd car ils son morts de mort naturelle au conseil d l’entente. Comme dans les westerns, nous apprenons que le mechant n’st celui qu’on croit ! N’est-ce pas ?

    Il y en a qui ont tellement peur qu’ils se rendent compte que leur conscience etait chargée : nous attendons qu’ils viennent se soulager. Certains sont mort avec leur conscience chargée : ils s’arrangeront avec dieu devant leur conscience.
    SOME

  • Quelqu’en soit la longueur de la nuit, le soleil finira a se lever. Une verite absolu.

  • j’attirais l’attention des démissionnaires du CDP, sur les missiles que le pouvoir déclenchera sur eux et leurs proches politiques, chacun devant donc s’assurer qu’on ne lui colle des "dossiers de crimes économiques et même de sang". Comme le dossier semble rouvert, je ne parlerai pas trop, sauf qu’il ya quand même à s’interroger sur deux choses : d’abord que ce soit maintenant qu’une conscience est grattée. Ensuite que l’épris de remords ait choisi de laver un certain chef du "Conseil". En tout cas tant mieux, si justice est rendue pour tous ces assassinats et tous ces crimes. Que se délient les langues de tous bords, sans se limiter à ce qui paraît comme une ridicule vendetta.

  • Notre Justice à mal à son honneur. Comment pouvez vous croire à un farfelu qui depuis plus de 24 ans n’a daigné denoncer la situation pour soit disant soulager sa conscience et que c’est maintenant dans un tel contexte politique qu’il se présente pour raconter des niaiseries. Il n’est pas crédible et veut utiliser la justice à des fins de règlement de comptes politiques. c’est François qui l’envoie. Pourquoi caresse t-il Diendéré alors que c’est ce dernier qui était sensé controler ses hommes. Ce juge d’instruction doit être plus vigilant pour ne pas se retrouver marionnette à la solde des politiques

  • Bravo au RSP s’il commence a écouter leur conscience. l’actuel ministre de la justice ne pas un nouveau venu dans ce département les dossiers qu’il est parti laissé l’attendent toujours. Nous pensons que eux aussi écouterons leurs conscience pour dire le droit a tous les militants du CDP et a tous les démissionnaires du CDP

  • Foutaises tout ça. L’affaire Norbert ZONGO est plus récente (1998-1990) ; soit près de huit(8) ans de différence et toujours rien ; quel justice ? quel juge ?
    Je pense que ce militaire a oublié de citer un certain chef K... Suivez mon regard. Dans tous les cas, sachant que Salif n’a pas sa langue dans la poche, ça sera une bonne occasion pour débusquer certains gibiers qui étaient tapis dans la brousse. En mooré on dit" panb tampoure bougse namsé".

    • Justement un homme d’état doit avoir sa langue dans sa poche sinon il n’est point homme d’état.En homme sérieux Salif devrait se présenter spontanement devant le juge et faire des avoeux pour se disculper. Mais comme il veut jouer au victimisme en se plaçant sous l’angle"martyre de la démocratie"on y va.

  • que sait-il DE LA MORT DE TOM SANK, NORBERT ZONGO, David ouedraogo, oumarou clement.......

  • C’est autour de Salif de dire de dénoncer les crime de Blaise et ces proches.

  • AAh’ !sacree conscience d’un militaire sans conscience’24 ans . enfin reveillee’ !!sacre militaire.pardon’,ne nous distrait pas’ !notre probleme maintenant c’est blaise.pas toi ki semble revenir dans un monde qui t’a echappe il y a si longtemps

  • Les animaux malades de la peste

    Un mal qui répand la terreur,
    Mal que le Ciel en sa fureur
    Inventa pour punir les crimes de la terre,
    La Peste [puisqu’il faut l’appeler par son nom]
    Capable d’enrichir en un jour l’Achéron,
    Faisait aux animaux la guerre.
    Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :
    On n’en voyait point d’occupés
    A chercher le soutien d’une mourante vie ;
    Nul mets n’excitait leur envie ;
    Ni Loups ni Renards n’épiaient
    La douce et l’innocente proie.
    Les Tourterelles se fuyaient :
    Plus d’amour, partant plus de joie.
    Le Lion tint conseil, et dit : Mes chers amis,
    Je crois que le Ciel a permis
    Pour nos péchés cette infortune ;
    Que le plus coupable de nous
    Se sacrifie aux traits du céleste courroux,
    Peut-être il obtiendra la guérison commune.
    L’histoire nous apprend qu’en de tels accidents
    On fait de pareils dévouements :
    Ne nous flattons donc point ; voyons sans indulgence
    L’état de notre conscience.
    Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons
    J’ai dévoré force moutons.
    Que m’avaient-ils fait ? Nulle offense :
    Même il m’est arrivé quelquefois de manger
    Le Berger.
    Je me dévouerai donc, s’il le faut ; mais je pense
    Qu’il est bon que chacun s’accuse ainsi que moi :
    Car on doit souhaiter selon toute justice
    Que le plus coupable périsse.
    - Sire, dit le Renard, vous êtes trop bon Roi ;
    Vos scrupules font voir trop de délicatesse ;
    Et bien, manger moutons, canaille, sotte espèce,
    Est-ce un péché ? Non, non. Vous leur fîtes Seigneur
    En les croquant beaucoup d’honneur.
    Et quant au Berger l’on peut dire
    Qu’il était digne de tous maux,
    Etant de ces gens-là qui sur les animaux
    Se font un chimérique empire.
    Ainsi dit le Renard, et flatteurs d’applaudir.
    On n’osa trop approfondir
    Du Tigre, ni de l’Ours, ni des autres puissances,
    Les moins pardonnables offenses.
    Tous les gens querelleurs, jusqu’aux simples mâtins,
    Au dire de chacun, étaient de petits saints.
    L’Ane vint à son tour et dit : J’ai souvenance
    Qu’en un pré de Moines passant,
    La faim, l’occasion, l’herbe tendre, et je pense
    Quelque diable aussi me poussant,
    Je tondis de ce pré la largeur de ma langue.
    Je n’en avais nul droit, puisqu’il faut parler net.
    A ces mots on cria haro sur le baudet.
    Un Loup quelque peu clerc prouva par sa harangue
    Qu’il fallait dévouer ce maudit animal,
    Ce pelé, ce galeux, d’où venait tout leur mal.
    Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
    Manger l’herbe d’autrui ! quel crime abominable !
    Rien que la mort n’était capable
    D’expier son forfait : on le lui fit bien voir.
    Selon que vous serez puissant ou misérable,
    Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

    Jean de La Fontaine
    Recueil II, livre VII

  • En ce qui concerne ce que le millitaire a dis ou devoile cela certifie ce que disait un grand historien ecrivain burkinabe le papa Joseph Ki Zerbo ke l on a beau echapper a tous les tribunaux mais pas a celui de la conscience et divin. Mrs Salif diallo devait comparaitre devant la justice ensuite tous cela ki on cntribuer a ces actes odieuses et meme si lui et ses compagnons de l ancien regime se hissent les epaules pour la chute du pvoir compaore le peuple burkinabe doit etre vigilent parce ke un scorpion restera tjrs scorpion k’ on sache une chse n es ce pas un rachat au pres du peuple k’ ils se sont vêtu du manteau de liberateur

  • Dire que le capitaine ignorait les choses,mon oeil. qui a incorporé les étudiants arrêtés et envoyés à dédougou et à koudougou ?

  • Faut bien reflechir quand on fait des aveux il faut deballer...On peut pas faire toute cette merde sans le patron des lieux parce qu’a l’epoque les choses etaient tellement serieuses que le Capitaine soit mis a l’ecart. Lavage trop rapide a mon avis ou dans ce BUT UNIQUEMENT.

  • qu’il soit entendu et s’il est coupable qu’on le place gnouff ce machiavel du burkina.

  • Que les uns et les autres le sachent que l’on ne tue pas un burkinabè gratuitement et échapper à la justice de l’histoire. C’est une loi de la nature, un ordre divin. Tôt ou tard, tôt ou tard ! Tous ceux qui ont aidé Blaise à piller les richesses du pays et à tuer ses braves enfants le regretteront tôt ou tard, tôt ou tard !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés