Larlé Naba Tigré à propos de l’éclipse solaire du 3 novembre : « Ne pas regarder ne fait pas du mal mais... »

samedi 2 novembre 2013 à 06h33min

Des phénomènes astronomiques comme les éclipses ont aussi une place dans nos traditions. Et quand ils survenaient dans le temps, les chefs traditionnels mossi y compris le Mogho Naba, étaient par exemple interdits de les observer, selon la coutume. A la faveur de l’éclipse solaire de ce 3 novembre 2013, nous avons voulu en savoir davantage en approchant le Larlé Naba Tigré. Interview exclusive.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Larlé Naba Tigré à propos de l’éclipse solaire du 3 novembre : « Ne pas regarder ne fait pas du mal mais... »

Lefaso.net : Il y a comme une sorte de fièvre qui s’empare des Ouagalais à l’approche de l’éclipse solaire de ce dimanche, et dans certains milieux l’on ne parle que de ça . Qu’est-ce que cela vous inspire en tant que chef traditionnel ?

Larlé Naba Tigré : Les phénomènes connus par nos ancêtres existent aussi à notre génération. Ces mêmes phénomènes existeront également dans la génération de nos enfants et de nos petit- enfants. Maintenant, c’est la présentation ou la compréhension qui diffère d’une génération à une autre parce que le niveau de recherche, le niveau de compréhension s’accroît étant donné qu’il y a beaucoup de travaux scientifiques qui se font dans le temps. Ainsi, l’éclipse lunaire a été connue du temps de nos parents. Nous l’avons connue nous aussi à notre tendre enfance, et même à l’âge adulte. Les Mossi disent « Yiouga yonga Kiugu ». Il n’y a pas d’autre appellation en mooré pour la désigner. L’éclipse lunaire se produisait le plus souvent dans la nuit, mais cela pouvait se passer également dans la journée.

Et quand ce phénomène lunaire se produisait, les gens, selon les générations, avaient leur façon de réagir. Au temps de nos grand- parents, les gens chantaient, tapaient des tams-tams, faisaient du bruit pour séparer le chat et la lune. Les gens se faisaient ainsi médiateurs de l’incident. Avec l’avènement de l’islam, les gens faisaient des chansons islamiques, des‘’manssé’, pour que le chat lâche la lune. De nos jours, les enfants font du bruit en tapant sur les boîtes pour régler l’incident. L’un dans l’autre, en tout cas, c’est la communauté qui se fait médiateur pour la pacification de cet incident lunaire. On disait que le Mogho Naba ne devait pas regarder le phénomène. Les autres chefs traditionnels n’avaient naturellement pas le droit de regarder aussi. Mais, cela n’interdit pas aux chefs de sortir. Maintenant, je ne sais pas comment ils peuvent s’arranger dans les faits pour ne pas voir le phénomène. Peut-être qu’ils ne regardent pas aussi.

Lefaso.net : Personnellement, respectez-vous cette tradition ?

Moi, j’ai déjà vu le phénomène.

Lefaso.net : Une éclipse lunaire ou une éclipse solaire parce que ce sont deux phénomènes différents ?

Larlé Naba : J’ai déjà vu une éclipse lunaire, pas une éclipse solaire. Mais, je vis toujours parce que dans nos traditions quand on dit que quelque chose est interdit, c’est que l’on s’expose le plus souvent à la mort pour celui qui ne respecte pas l’interdiction. Il n’y a pas

Lefaso.net : Allez-vous donc regarder l’éclipse solaire du 3 novembre ?

Larlé Naba : Je ne l’exclus pas. Mais, comme on recommande aux gens de ne pas regarder parce que c’est dangereux pour les yeux, je pense ça ne fait pas du mal de ne pas regarder. Donc, autant ne pas regarder. On peut circuler sans regarder en haut. De toute façon, il faut regarder devant soi. On ne marche pas en regardant en l’air.

Lefaso.net : Certains pécialistes recommandent des lunettes appropriées pour pouvoir regarder l’éclipse solaire. Allez-vous vous équiper de ces outils de protection des yeux ?

Larlé Naba Tigré : Je pense que c’est nécessaire. C’est comme les moyens de déplacement. Ceux qui sont en véhicule sont plus protégés que ceux qui sont à moto ou à vélo. Mais, on ne peut pas avoir des voitures pour tout le monde, tout comme on ne peut avoir des lunettes pour tout le monde. Mais, c’est toujours bien d’en avoir pour tous ceux qui le peuvent.

Lefaso.net : Mais, d’aucuns doutent de la fiabilité des lunettes sur le marché ?

Larlé Naba Tigré : Moi, mon principe dans la vie est qu’il ne faut jamais attendre ce qui est sûr avant d’agir. Il faut faire la politique du bord. Même les lunettes qui sont sûres aujourd’hui pourraient faire l’objet de critiques demain. Tant qu’il y a des occasions, il faut en profiter. Les lunettes ne sont peut-être pas sûres, mais l’essentiel, à mon sens, c’est que les jeunes Burkinabè qui ont eu l’idée de ces lunettes s’en sortent. Si cela peut leur procurer des revenus au point d’injecter une partie dans le social, le travail et dans les emplois ; moi je pense que c’est une très bonne chose. C’est parce qu’ici nous n’avons pas cette grande culture de promotion des événements que certains en font un problème. Rien que sur cette éclipse solaire, l’on peut faire des casquettes ou des tee-shirts comme l’on en fait pendant des matches des Etalons et les gens iront acheter, peut-être même plus cher que les lunettes en cause. Ces produits permettent d’immortaliser l’événement et aux générations présentes ou futures de savoir qu’en telle année ou à telle date a eu lieu cette éclipse. Ce n’est pas mauvais en soi. Que les lunettes soient scientifiquement certifiées ou qualifiées pour l’observation de l’éclipse solaire, c’est tant mieux. Si ces lunettes ne sont que des gadgets, c’est tant mieux. Les gadgets sont produits ou commandés par des gens. Si ces gadgets sont produits ailleurs, ceux qui les ont commandés ont dû payer le transport, des taxes. Cet argent va dans le trésor public. Pour moi, chaque fois qu’un Burkinabè a sa vie qui change, c’est le Burkina qui change quelque part. Donc, je ne trouve rien de mauvais en cela.

Lefaso.net : Mais, faut-il laisser faire si cela doit entraîner après des conséquences sanitaires sur les populations ?

Larlé Naaba Tigré : Il existait toutes gammes de lunettes sur le marché bien avant même ces lunettes en question. Mais, il y a toujours la possibilité de certifier la qualité de ces lunettes par des ophtalmologues, des opticiens burkinabè puisque nous en avons, même de très grands. L’Etat a aussi le devoir de contrôle. L’Etat peut faire le contrôle et situer les populations sur les lunettes certifiées et les lunettes gadgets. Mais, les gadgets ne sont pas interdits au Burkina Faso. Il y a des lunettes gadgets dans les supermarchés. Les gens paient pour leurs enfants. C’est peut-être même plus cher que les lunettes en question qui ne sont que des gadgets de plus.

Lefaso.net : Il semble que celui qui a eu le monopole de la distribution des lunettes se plaint du dénigrement de ses produits…

Larlé Naaba Tigré : Dans ce pays, comme partout ailleurs, vous trouverez toujours quelqu’un pour dénigrer ce que l’on fait. Je suis de ceux-là qui pensent qu’il ne faut pas être toujours dans une situation de plaintif au point de ne jamais agir. Ceux qui se plaignent, ont peut-être leurs raisons. Mais, toujours est-il, qu’ici, je pense que c’est le Burkina du jeune dynamique qui gagne parce qu’il a osé agir. Des Burkinabè en déplacement verront des lunettes pareilles et certains vont se demander pourquoi on ne l’a pas fait au Burkina. Mais, pour le simple fait que quelqu’un en fait ou vend ici et que certains n’ont pas la possibilité d’aller voir cela ailleurs, ils trouvent à redire comme si c’est eux qui délivrent la certification des lunettes. Les gens peuvent toujours polémiquer sur ces lunettes, mais je pense que c’est l’Etat, des structures spécialisées qui sont habileté à faire le contrôle et la certification de ces produits-là.

Entretien réalisé par Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés