Lutte contre la mise en place du sénat : Le groupe ADJ appelle à la mutualisation des efforts

lundi 23 septembre 2013 à 23h40min

48 heures après le CDP, c’était autour du groupe parlementaire Alliance démocratie et justice (ADJ) de clore ses deuxièmes journées parlementaires de l’année. A Bobo-Dioulasso, militants et sympathisants des partis composant ce groupe ont pris connaissance des conclusions des travaux de leurs élus et du contenu du rapport final ce dimanche 22 septembre 2013.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Lutte contre la mise en place du sénat : Le groupe ADJ appelle à la mutualisation des efforts

« Motion de félicitation et de soutien à la Coordination des partis politiques de l’opposition du Houet, appel aux partis politiques d’Opposition et à la Société civile à mutualiser leurs efforts et à travailler en synergie autour d’une plate-forme d’actions contre la mise en place du sénat et la modification de l’article 37 de la constitution, ferme résolution à s’opposer à la mise en place du sénat… », ce sont là quelques points majeurs des journées parlementaires du groupe ADJ. Un groupe composé de 10 députés émanant de 6 partis politiques. Se basant sur la communication « Stratégies de lutte de l’Opposition parlementaire contre la mise en place du sénat, avec son corollaire, la révision de l’article 37 », unique communication de ses journées parlementaires, animée par Saïdou Abdoul Karim, le rapport général des travaux a confirmé la ferme volonté de l’Opposition à obtenir la suppression pure et simple du sénat et du maintien de l’article 37 dans la constitution burkinabè. Et pour cela, le président de l’ADJ, Ibrahim Koné et ses camarades sont prêts à aller au charbon, car « l’heure n’est plus à la peur », dit-il. L’ADJ est également prêt à sceller des alliances avec le groupe parlementaire UPC et des organisations de la société civile.

Des pistes envisageables

Non sans rappeler le mépris et l’arrogance dont fait preuve le pouvoir depuis le retour au calme à la suite des mutineries de 2011, selon lui, le communicateur a vite fait le lien entre le sénat et l’article 37. Intimement liés pour Saidou Adboul Karim, le combat contre la mise en place du sénat et contre la modification de l’article 37 sont favorables à l’opposition dans le contexte national et international. Qu’à cela ne tienne, il a donné des pistes que pourraient utiliser le parti majoritaire pour installer le sénat et modifier l’article 37. « La mise en place forcée du sénat, et la modification subséquente par voie parlementaire ; la modification de l’article 37 de la constitution par référendum ; la stratégie du chaos à travers la conspiration par le régime d’une crise sécuritaire dans le pays… » sont entre autres des voies que le régime pourrait utiliser pour parvenir à ses fins, estime Saidou Adboul Karim. Pour parer à toutes éventualités, sa communication a évoqué d’autres scénarios, notamment le départ forcé du président Blaise Compaoré. Après des échanges, les députés du groupe parlementaire ADJ se disent plus enclin à barrer la route au CDP. Et pour cela, Maître Bénéwendé Stanislas Sankara a laissé entendre que toutes les voies légales seront entreprises, dont les pétitions.

Ousséni Bancé

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés