Electricité au Faso : Silence, on coupe !

vendredi 20 septembre 2013 à 15h55min

Au Burkina Faso, les populations sont habituées à subir les délestages intempestifs d’électricité pendant la période de grande chaleur (mars et avril). Actuellement, la donne a beaucoup évolué mais négativement. Que se passe-t-il alors au niveau de la nationale de l’électricité (SONABEL) pour que les consommateurs subissent les rigueurs des coupures de courant de manière aussi précoce, et en l’absence de toute communication sérieuse sur la question ?

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
             Electricité au Faso : Silence, on coupe !

L’électricité est une denrée précieuse et plus spécifiquement au Burkina Faso. Surtout aux mois de mars et avril de chaque année. Pourtant et déjà en septembre, Apollinaire Ki et son équipe ont repris leurs ciseaux ! Alors même que la promesse avait été faite depuis bien longtemps que la situation était en voie de normalisation, l’on constate au contraire que l’amélioration tant promise n’est pas au rendez-vous.

A titre d’exemple, hier 19 septembre 2013, des zones entières de la capitale sont par restées dans l’obscurité. Idem pour la journée de ce 20 septembre. Toujours avec la même rigueur et sans que l’on sache véritablement ce qu’il en est exactement. Et comme on peut aisément le deviner en pareille occasion, les désagréments sont nombreux. A commencer par les difficultés que rencontrent les ménages à pouvoir s’adapter à pareille situation. La conservation des produits alimentaires est de moins en moins évidente.

En un mot, les impairs sont nombreux. En outre, internet étant lié à l’électricité, les populations restent également privées de cet outil de travail indispensable dans certains secteurs d’activités. Ce qui a pour effet de baisser le rendement des entreprises.

Ce sont donc les mêmes incertitudes qui prévalent un peu partout. Certes certaines d’entre elles (les entreprises) se sont dotées de groupes électrogènes, mais cela engendre bien évidemment des coûts de fonctionnement supplémentaires.

Promesses non tenues

Salif Kaboré, actuel ministre en charge de l’énergie et ancien directeur général de la SONABEL, avait en son temps justifié l’achat d’un groupe électrogène à coût de milliards par le fait qu’il résoudrait entièrement le manque d’énergie à certaines périodes de l’année. Ce faisant, l’achat de ce groupe était indispensable par l’apport énergétique dont notre pays allait bénéficier.

Le groupe électrogène a été acheté. Il a mis environ deux ans pour arriver à Komsilga (Burkina Faso). Annoncé en grande pompe, ce groupe est fonctionnel depuis mars 2013 et apporte seize (16) mégawatts de contribution énergétique au Burkina Faso. Cependant, pourquoi la situation a-t-elle empiré ? Pourquoi n’avoir pas injecté ces milliards dans d’autres secteurs de recherche tels que celui de l’énergie solaire ? Et si c’est le cas où en sont les résultats pour que l’opinion soit située…

Des consommateurs mal traités…

Quand un consommateur accuse un retard dans le règlement de sa facture d’électricité, la SONABEL est sans pitié : Elle laisse tomber le couperet des pénalités dont il doit obligatoirement s’acquitter. Aussi, notons-nous le fait que les clients en prépayés (cash- power) pour une même somme d’argent ne reçoivent pas la même quantité d’énergie.

Par contre la SONABEL elle qui, à l’évidence, est très loin de respecter ses engagements contractuels vis-à-vis des clients en dispose à sa guise. Nullement inquiétée. Une vraie injustice maintes fois dénoncée mais qui ne semble pas émouvoir outre mesure les responsables de l’entreprise. Ces derniers ont du reste de la peine à convaincre, tant les arguments manquent de plus en plus. Au point ce soit le Premier ministre en personne qui se voit obligé de lire le mémoire en défense des électriciens.

Des perspectives peu reluisantes…

La SONABEL serait en train de consommer son capital à en croire Luc Adolphe Tiao, lors de l’émission télévisuelle « Dialogue avec le gouvernement » du mardi 17 septembre 2013 sur la RTB (radiodiffusion et télévision du Burkina). Dans la même lancée, il ajoute qu’il ne croit pas que le problème de délestage au Burkina se résolve un jour.

Est-ce à dire que les consommateurs doivent redouter une augmentation du prix du kilowatt (kw) dans les prochains mois ? Ce qui est certain, c’est que le pessimisme du Chef du gouvernement n’est pas pour rassurer. Un aveu d’impuissance qui inquiète. Et pour cause les gouvernants n’ont-ils pas vocation à trouver des solutions aux problèmes des populations, qu’à leur tenir ce genre de discours ?

Rappelons enfin que la SONABEL a été déclarée déficitaire lors d’une récente assemblée générale des sociétés d’Etat. Un audit a-t-il été fait pour situer les responsabilités et des sanctions ont-elles été prises comme cela devrait se faire pareille occasion ? Difficile d’y répondre par l’affirmative. Car pour l’heure c’est bien le service public de l’électricité qui continue de disjoncter !

Patindé Amandine Konditamdé

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 20 septembre 2013 à 15:30, par biibala
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    merci le fasonet vous faites bien votre travail aider nous sommes des soudeurs (pas des moyens financiers ;pas d’électricité pour faire le travail) et le PM nous faire croire que le Burkina se développe et en mème temps on peut pas resoudre le problème de délestage(yaako pour nous)

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 15:41
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    En plus de ces coupures d’électricité, les coupures d’eau s’enchainent

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 15:58, par ALASCO
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    Je pense qu’il faut transferer les millards du senat a la SONABEL et le problème est reglé.

    Répondre à ce message

    • Le 20 septembre 2013 à 18:01, par KDOUL
      En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

      Mauvaise solution Ah ?C’est plûtôt un problème de mal gouvernance !Où rentrent les penalités de retard,nos redevance,nos frais de recouvrements,les différentes subventions des pauvres bailleurs de fonds etc ?A qui croyez-vous que la sonabel appartienne ?Même nos parlementaires refusent d’enquêter pour permettre au peuple de voir clair dans les deals (achat de groupes électrogènes et autres) qui s’y passent !Le directeur actuel est resté combien de temps intérimaire après la nommination de l’autre ?
      Webmaster,si vous n’êtes pas complice de ces faits,laisser passer !!!!

      Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 16:02, par frère
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    Bonne reflexion et bien vu.

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 16:11, par HHH
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    il faut la concurrence dans ce domaine. Bien dit monsieur le journaliste surtout le manque de communication de la SONABEL et des promesses non tenues.

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 16:13, par cdp
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    on en a mare avec les longs discours passez au concret

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 16:16, par MONFASO
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    Voila un sujet qui doit véritablement faire réagir le peuple au lieu de passer du temps et de l’énergie a être pour ou contre le SENAT !

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 16:22, par La vérité rougit les yeux !
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    Certains quartiers n’étaient jamais affranchis des délestages et des coupures cruelles du courant électrique ! La situation de la nationale d’électricité est scandaleuse et révoltante ! Ayant le courage de le dire haut et fort. Au moment où on parle de sénat, les populations triment, peinent, meurent parce que... ! Pays émergent où es-tu ? Si la facture du sénat peut aider à changer la donne, même les pro-sénat conviendront sans hésiter qu’il faut l’y sacrifier. Ce sera le moindre mal. Que la lumière soit !

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 16:23, par PERE FOURAS
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    Rien ne peut excuser la pénurie actuelle de l’électricité au Burkina. Il est inimaginable que des choses qui marchent à un moment donné cessent subitement de tourner rond. C’est ça la mal-gouvernance en grandeur nature. Dans un système où on fait des évaluations sérieuses, il devrait y avoir des gens, des faits et des circonstances à pointer du doigt, en vue de mesures énergiques de correction. Des mauvaises décisions, un manque de vision et d’anticipation, des ressources mal gérées, etc. nous ramènent à des années lumières en arrière. Et, en plus, ce qui est écœurant et plus qu’inquiétant, on tente de nous faire avaler le fait que cette situation est une fatalité....A t-on seulement une idée de l’impact que ces délestages sauvages ont sur l’activité économique ???????? Comment allons faire pour émerger si l’énergie reste inaccessible ???

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 16:25
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    SVP,changeons de mentalité et de politique energetique.tournons.nous vers les energies renouvelables.

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 16:35
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    Pourquoi vous n’avez pas employé le mot mépris ? Ca résume mieux la relation entre les entreprises publiques et la clientèle burkinabè

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 16:38, par Drabill
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    Je pense que les responsables de la SONABEL ont le devoir de nous dire ce qui se passe reellement. On nous dit que la societe est deficitaire mais qu’on fasse une audite et qu’on situe les responsabilites. Nous n’avons pas a repondre de mauvaise gestion. Quant ligue des consommateur c’est le lieu de montrer leur importance pas seulement pour cette situation mais pour toutes les injustices auxquelles nous faisons face au lieu se quereller inutilement

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 16:49, par BURKINABE
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    Oui ! Transférons les frais d’investissement et de fonctionnement du Sénat à la SONABEL. ce serait plus bénéfique pour tous les Burkinabé. Et cela sans débat

    Répondre à ce message

    • Le 20 septembre 2013 à 17:44, par le neveu
      En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

      Tres bel article. je pense que la SONABEL doit voir sa politique commerciale. Pourquoi ne pas proposer des kits solaires aux ménages en fonction de leur consommation actuelle et prévisionnelle en énergie. comme ça, plus ton niveau de revenu augmente, plus tu as besoin d’électricité, plus tu demanderas un complement de puissance. N’est ce pas ? puisqu’il y a des menages qui passe de 3A à 5A et vis versa.

      Répondre à ce message

    • Le 20 septembre 2013 à 18:35, par kateb wita
      En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

      Hum. Quand on pense que c’est dans une dizaine de jours que nos chers enfants vont retourner à l’école et la Sonabel contenue de nous servir à tire larigot des delestages.Bado Laurent que je respecte au passage disait que la clé de voûte du développement résidait en la maîtrise de l’eau et de l’énergie. Ici on nous ressasse à longueurs de journée des théories qui ne tiennent pas compte de ces préalables. Regardez un peu comment Ouagadougou est en saison pluvieuse. Pas de routes, pas de caniveaux. Vous quittez l’Hôtel Azalai pour vous rendre à l’aéroport. Dénombrez les nids de poule et vivez le désordre qui s’y trouve. Et pourtant c’est le centre ville. Contournez au niveau de l’immeuble Espace Fadima pour aller vers l’UAB et vous serez déconcertés par l’état piteux de la route. Et pourtant on est au centre ville en train de longer la prestigieuse bâtisse de l’ U E M O A. Abahh. Zoé Wennaam. Vraiment ca ne va pas. Bon week end à tous dans le délestage, dans le noir, dans la souffrance avec nos chères épouses et nos enfants en train de broyer du noir et dans l’espoir que tout cela changera un jour.

      Répondre à ce message

    • Le 20 septembre 2013 à 19:37, par ouaral
      En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

      Je pense qu’il faut surtout faire un audit de la Sonabel plus particulièrement les différentes centrales de KOMSILGA ; Rien n’est clair à la Sonabel. C’est incompréhensible. Aucun abonné n’a un credit de la Sonabel. Pourquoi donc tous ces problème ??????

      Répondre à ce message

    • Le 20 septembre 2013 à 19:43, par yakouba
      En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

      ce que je ne comprends pas il y a les coupures mais nos factures sont toujours chères ; s’ils peuvent nous expliquer un peu on va comprendre.
      il n’ya jamais eu de coupures ou notre quartier est épargné (la zone de l’église karambiri et le coté kada school ex planète champion)

      Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 17:32, par Tiinga
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    Bonsoir,
    Il est certain que le gouvernement attend que les gens sortent manifester bruyamment leurs mécontentements avant qu’il cherche de vraies solutions au problème d’électricité. C’est quand ça chauffe que Messieurs Compaoré et Tiao ont des initiatives

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 17:35, par choco
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    Vraiment la SONABEl on comprend rien. A chaque deux mois, on invente des problème pour masquer les consequences de mauvais choix. Quand ce n’est pas un incendie, c’est un groupe qui est en panne ou alors c’est la ligne avec la Cote d’ivoire. Et avec ça, on aspire à l’emergence ?

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 17:44, par Alvine
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    Nous avons une source d’énergie intarissable : le soleil. Au lieu de mettre des milliards de francs cfa dans des institutions qui n’apporteront aucune valeur ajoutée dans le quotidien des burkinabé, je pense que l’Etat devrait mettre ces milliards pour acquérir l’expertise de l’énergie solaire, la développer et la rendre accessible au burkinabé moyens.

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 17:56, par MANAGEMENT NUL
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    BIEN DIT. Je viens de faire des histoires ce soir même à 15h15 à l’agence SONABEL de la cité AN II.J’ai remis un billet de 10 000 fcfa pour une facture et la bonne dame m’a demandé si j’avais 300 fcfa avec moi. Après vérification dans mes poches, je lui ai répondu par la négative. Elle m’a alors remis un billet de 1000 fcfa m’invitant à aller chercher la monnaie au déhors. Pendant ce temps, sa collège d’à côté venait d’arriver et était en train de compter des pièces d’agent qu’elle tenait dans de petits sahets. Franchement ma réaction a été instantanée, je me suis énervé sérieusement, j’ai réclamé mon billet de 10000fcfa et ma facture et j’ai claqué la porte ? MONSIEUR LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SONABEL ? EST-CE le client qui doit aller chercher la monnaie une fois dans vos agences ? C’est très grave, aucun management, en plus des désagréments dus à vos coupures abusives de l’electicité et à la perception indue et honteuse de vos frais soit disant de pénalités de retard, QUELLE HONTE A LA SONABEL

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 17:57, par MANAGEMENT NUL
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    BIEN DIT. Je viens de faire des histoires ce soir même à 15h15 à l’agence SONABEL de la cité AN II.J’ai remis un billet de 10 000 fcfa pour une facture et la bonne dame m’a demandé si j’avais 300 fcfa avec moi. Après vérification dans mes poches, je lui ai répondu par la négative. Elle m’a alors remis un billet de 1000 fcfa m’invitant à aller chercher la monnaie au déhors. Pendant ce temps, sa collège d’à côté venait d’arriver et était en train de compter des pièces d’agent qu’elle tenait dans de petits sahets. Franchement ma réaction a été instantanée, je me suis énervé sérieusement, j’ai réclamé mon billet de 10000fcfa et ma facture et j’ai claqué la porte ? MONSIEUR LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SONABEL ? EST-CE le client qui doit aller chercher la monnaie une fois dans vos agences ? C’est très grave, aucun management, en plus des désagréments dus à vos coupures abusives de l’electicité et à la perception indue et honteuse de vos frais soit disant de pénalités de retard, QUELLE HONTE A LA SONABEL

    Répondre à ce message

    • Le 21 septembre 2013 à 01:20, par koun
      En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

      Bien dit effectivement. Il faudrait par ailleurs que le D.G. de la SONABEL explique aux consommateurs pourquoi les factures sont plus élevées malgré les délestages intempestifs.C’est un vol qui qui pas son nom. La Ligue des Consommateurs devrait y veiller sérieusement.

      Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 18:17, par consommateur faché
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    jusqu’à ce que cette crise énergétique la soit résolue,il serait normal que les impôts s’adresse a la sonabel pour percevoir les impots ;et qu’il laisse les gens tranquilles !

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 18:41, par opinion
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    je pense très sincèrement que les consommateurs doivent commencer à prendre leur destin énergétique en main pour que ce gouvernement le prenne au sérieux. prenons l’exemple des sénégalais qui ont du manifester très fort leur mécontentement par des marches. et cela la ligue des consommateurs se doit de réveiller et pour une fois et organiser des marches de protestation.. il n’y que par cela que la sonabel réagira. sinon depuis.belle lurette elle ne fait que plaider l’argent du contribuable dans des des projets douteux et quoin’ont jamais rien apporté

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 19:07, par Pitié pour le Faso
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    C’est le début de la fin. Il ne reste plus au gouvernement qu’à supprimer les taxes sur le matos d’énergie solaire et sur les groupes électrogènes

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2013 à 22:25, par timbiyabi
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    on n’a qu’à se tourner une fois pour toutes aux énergies renouvelables !! Le soleil, manque-t-il dans ce Pays ? On passe son temps à le fuir. combien d’installations solaires peuvent-ils acheter les 12 milliards destinés au Sénat ?
    Ne disons pas que les installations solaires sont chères à entretenir : les millions de litres de pétrole qu’on met chaque jours dans toutes les centrales de la Sonabel au Faso coûtent sans doute bcp plus cher !

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre 2013 à 02:50, par Ranini
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    La triste réalité est que la SONABEL n’ a de fonds pour se ravitailler en gasoil pour faire marcher ses équipements qui nous fournissent l’électricité !
    Webmastrer, meme si tu me censure, la vérité éclatera soonner or later.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre 2013 à 07:23
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    Grd projet chacun amenage le toit de sa maison l’etat l’accompagne et a dieu les coupures. on paye seulement les impots.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre 2013 à 07:24
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    Grd projet chacun amenage le toit de sa maison l’etat l’accompagne et a dieu les coupures. on paye seulement les impots.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre 2013 à 10:45
    En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

    Je ne sais pas si les autorités pensent à l’impact de la défaillance de la sonabel sur l’économie du pays ? Fasonet parle des entreprises qui ne peuvent utiliser le net en cas de coupure d’électricité. Je pense qu’il y a pire que cela. Faites les statistiques du nombre de tailleurs, soudeurs,cyber,secrétariat publics,les entreprises de BTP, les garages qui font quasiment toute une journée sans pouvoir effectuer quasiment la moindre prestation. Est ce qu’on imagine un peu l’effet domino sur les autres activités commerciales qui connaitrons une baisse notable parce que leurs clients potentiels n’arrivent plus à rentabiliser leur propre structure et dégager une marge pouvant leur permettre d’effectuer les dépenses les plus élémentaires. Si vous demandez aux chefs d’établissements, aux libraires, aux vendeurs de motos...etc, ils vous diront combien ils ressentent de plein fouet la crise de l’énergie de la Sonabel car les parents d’élèves se bousculent moins que les autres années. Si rien n’est fait, c’est toute l’économie qui va en prendre un coup car tout est lié à l’énergie électrique de nos jours et nous en sommes trop dépendants. Il convient de penser à d’autres alternatives. Mais de grâce, trouvez la solution car nous n’en pouvons plus

    Répondre à ce message

    • Le 23 septembre 2013 à 11:26
      En réponse à : Electricité au Faso : Silence, on coupe !

      Le républicain
      Slt. Tous. Je comprends toutes les difficultés que les populatios vivent sans le courant ; mais je crois qu’on ne peut dire que la SONABEL ne communique pas ; le plan de délestages sont publiés dans la journaux et à propos de la dernière panne qui a aggravé la situation de delestage, elle a encore communiqué, d’abord à travers des SMS et un passage à la télé pour ce que j’ai suivi.
      Au mois de juillet j’ai été en Côte d’Ivoire et en mai au Ghana, ces pays connaissent le même problème. Il ne faut pas que l’on se flatte, les coupures seront les réalités cuisantes les années à venir en attendant que le solaire devienne réalité. Le premier ministre a dit la vérité peut-etre qui fait mal mais rien ne sert qu’il nous dise le contraire puisque la réalité sera là. Les problèmes de la SONABEL ; moi je ne cherche pas loin, les prix devaient etre rajustés depuis longtemps, il ya en combien de fois d’augmentation des prix du carburant, c’est là l’autre réalité. Pourquoi pas e solaire au lieu du thermique ; si on était allé au solaire et qu’il ya des coupures on allait dire pourquoi ne pas renforcer le thermique.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés