Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

jeudi 8 août 2013 à 22h15min

L’institution universitaire est de nouveau en crise au Burkina : Déchirements entre étudiants et administration autour de l’organisation des sessions d’examen, mais aussi et surtout, mise à la rue de près de 7000 étudiants (source étudiante) des résidences universitaires. Du coup et tel Sisyphe voilà les protagonistes redescendus au pied de la montagne. Faut-il croire alors que les états généraux de l’enseignement supérieur organisés du 13 au 15 juin 2013 à Ouagadougou et qui ont enregistré autant de promesses que de recommandations sont un échec ? On aurait aimé répondre par la négative…

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
 Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

Il y a à peine un peu plus d’un mois, les acteurs de l’enseignement supérieur burkinabè se retrouvaient autour d’une rencontre baptisée « états généraux ». Avec l’ambition d’aider les universités publiques à sortir de la crise qu’elles connaissent depuis plus d’une décennie.

En partant postulat qu’il n’y a pas de développement sérieux en dehors d’un système éducatif performant, ainsi que le professait Joseph Ki-Zerbo, les participants se sont abondamment répandus en promesses et en déclarations de bonnes intentions. Oubliant que la forme devait tenir le fond en l’état, pour emprunter l’expression aux juristes.

Or de toute évidence, le regard porté par les autorités sur l’institution universitaire, perçu à tort ou à raison comme un foyer de contestation permanente, n’a pas beaucoup évolué. Et personne n’a encore oublié cette fameuse « dissolution » (excusez du peu) de l’Université prononcée il y a quelques années de cela.

A la fin de ses états généraux convoqués par ses bons soins, le gouvernement n’était-il pas celui-là même qui devait commencer par donner des gages de bonne volonté en renonçant à la méthode forte sur les campus des universités publiques, afin de permettre la poursuite du service des œuvres universitaires au bénéfice des étudiants ? Ce d’autant plus que ce point était inscrit en bonne place dans l’agenda des travaux en commission ?

Entre les 10 millions de FCFA nécessaires, semble-t-il, pour permettre aux étudiants de continuer à rester dans leurs chambres et ce qui a finalement été perdu dans les affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, le bon sens aurait simplement commandé une bien meilleure approche du problème.

Il n’est donc pas étonnant que les premiers cités voient dans la main (tardivement convenons-en) tendue du gouvernement, une forme d’indécence à leur égard. C’est le contraire qui aurait étonné…

In fine, la rencontre entre le Premier ministre, la Direction générale du CENOU et le Chef de file de l’opposition sur la question, aurait sans doute gagné en pertinence si l’on avait fait l’économie de la violence et des procédures pour engager le dialogue. Mais comme bien souvent, l’on a encore raté-là, une occasion de gagner en temps, en énergie et en moyens. Dommage !

Juvénal Somé

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 7 août 2013 à 15:45
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    C’est bien la preuve que l’on aurait pu éviter de gaspiller des dizaines de millions pour ces états généraux car les maux et diagnostics sont connus depuis longtemps mais, par contre, l’état ne veut rien débourser pour payer les remèdes pour un traitement de fond face aux problèmes récurrents du système éducatif. En réalité, on ne peut plus rien espérer de crédible de ce régime avec ces méthodes dignes d’un pompier pyromane. Attention à l’effet boomerang !

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 15:49, par sergy
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    Très sérieuseument,est-ce réellement des intellectuels qui nous gouvernent ?J’en doute fort eu égard à leur égarement au moindre soubresaut.
    Blaise s’il te plait et pour l’amour de Dieu ,laisse un autre fils de ce valeureux pays nous conduire en 2015 sinon et c’est certain que tu vas nous conduire droit dans l’abyme.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 16:13, par wouraogo
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    par fini personne ne va s’asseoir avec ce gouvernement pour discuter car ce sont des véritables menteurs ; des troubles fêtes.

    nous n’avons plus confiance a ces hommes.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 16:19, par Citoyen lamba
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    De toute evidence, ces gens la sont habitues aux passages en force, comme si negocier etait comme une forme de faiblesse pour eux. Il n’ya pas longtemps, on entendait souvent dire "si tu fais, on te fait et puis ya rien". N’eut ete le reveil du peuple qui a amene certain a ranger dans leurs carcoit ces fleches empiosonees, on aurait commence a compter des disparutions forcees a la suite des degats materiels enregistres. Avec ce reveil de la conscience populaire, et bien les bras de fer seront plus recurrents, a chacun ses muscles car dorenavant, on ne se laissera plus faire.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 16:19, par Citoyen lamba
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    De toute evidence, ces gens la sont habitues aux passages en force, comme si negocier etait comme une forme de faiblesse pour eux. Il n’ya pas longtemps, on entendait souvent dire "si tu fais, on te fait et puis ya rien". N’eut ete le reveil du peuple qui a amene certain a ranger dans leurs carcoits ces fleches empiosonees, on aurait commence a compter des disparutions forcees a la suite des degats materiels enregistres. Avec ce reveil de la conscience populaire, et bien les bras de fer seront plus recurrents, a chacun ses muscles car dorenavant, on ne se laissera plus faire.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 16:34
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    Excellente analyse.

    Les concertations, états généraux et autres fora au BF ne servent qu’à distribuer des perdiems. Sauf quand ce forum s’appelle CCRP et qu’il pont un soit-disant consensus autour d’un sénat... Là on s’empresse de le mettre en œuvre.

    Nos gouvernants n’ont aucune considération pour les étudiants, alors que bien d’entre eux sont des profs d’univ. J’espère que quand le vent tournera, on ne les reverra pas dans nos fac...!

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 16:36, par ibrahimo
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    ceux là même qui ont tout bénéficié de l’Etat pour devenir ce qu’ils sont aujourd’hui, ne veulent plus que la nouvelle génération en profite autant. quel égoisme et quelle mentalité

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 16:43, par jelgel
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    dans tous les cas tous nos grds ont oublié qu’ils ont fait les etudes avec l’argent du contribuable dont ils chassent les enfants aujourd’hui comle des chiens errant !entre les fonts investis dans la CCRP,le Senat et les 10 milions necessaires pour la survie de nos enfants ,ils ont fait le choix !q c’est douloureux ! leurs enfant reviendrons des universités euro et Am pour nous diriger tout bonnement ! des Etudiants SDF voila la nouvelle trouvaille du CDP/FEDAB.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 16:45, par la rochfoucauld
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    belle analyse on dit que le chien ne change jamais sa manière de s’assoir. Encore ce gouvernement a failli,sinon les frais de restauration et d’hébergement des étudiants pendant deux mois ne pourraient payer un véhicule 4.4 mais dites-moi combien ont pris feux ? Il ne finira jamais à apprendre ce gouvernement.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 16:45, par boby
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    ce gouvernement est ridicule et dilapide l largent du contribuable. A pres avoir utilse l argent du contribuable pour organiser des etats generaux de l enseignements sup ce qui est a saluer car aurait permis de regler durablement le probleme de l uni au bf. Mais 2 mois plutard on constat le chao sur le campus . Je me pose la question de savoir. pourquoi avez vous organise les etats generaux ? SI vous etiez sur de ne pas en tenir compte pour resourdre le probleme du campus alors il fallait faire l economie de l argent du contribuable et l alouer a autre chose qui servirai. sachez que l avenir d un pays repose sur la qualite de la formation de sa jeunesse.

    Répondre à ce message

    • Le 7 août 2013 à 21:32
      En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

      Bobby , les états généraux ont été faits pour distraire le peuple ; calmer les esprits. Sinon, pour certaines mesures, la présidence le sait c’est un manque de moyens sinon ils peuvent imiter certaines aspects à l’Institut International jouxtant l’ENAM pour le volet administratif pour le recrutement des étudiants, la gestion des cours et profs. Tout n’est pas à copier chez le voisin car le mode de gouvernance diffère. Sur certains aspects cet institut n’est pas un modèle à prendre.

      Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 16:52, par fama
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    il me semble que dans cette affaire il y a eu un malentendu entre les parties ; ou alors quelqu’un serait-il allé trop vite en besogne ? tout ce qui arrivé est vraiment regretable.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 17:02
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    LEBROUGUI ZERO

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 17:05, par BIG SAN
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    Ces états généraux sont-ils une fois de plus une façon de faire savoir à l’opinion public que le gouvernement se soucie des problèmes du peuple ? Qu’à cela ne tienne. Que le Puissant DIEU guide et protège le Burkina

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 17:20
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    Je crois que le DG du CENOU n’était pas informé qu’au sortir des états généraux de l’enseignement supérieur, les parties ont décidé de, désormais, jouer balle à terre. Il a donc trahit la nouvelle tactique des autorités des universités. Désormais, il faut impliquer aussi les singes dans la prise de décisions qui concernent tous les êtres de la jungle qui veulent enfin vivre ensemble, en bonne intelligence.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 17:32, par le bon citoyen
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    Quand est ce une telle entité a résolu un problème au Burkina ? les congrès, les assises nationaux, les conseils consultatifs etc. ... ont pour rôle de détourner l’opinion sur les vrais causes des problèmes.
    Conséquences, on se distrisbut des perdiem, boivent le champagne, s’applaudissent et dès qu’on veut mettre une seule décision en application ; on voit qu’il y a problème.
    Est ce qu’on avait besoin des assises nationales pour le problème de l’université ? tout était claire et visible

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 17:40
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    Le DG du CENOU est responsible de son zele. Rien que 10 millions pour laisseer les etudiants 2 mois, ca fait quoi a ce regime rompu au gaspillage ? Ca fait quelque chose puisque ce regime aime le gaspillage. Au lieu de 10 millions, ils vont perdre plus de 200 millions cvar dans le remplacement meme de ces vehicules, qulqu’ un va encore bouffer. Pleure mon pays o mon beau people, mais surtout leves- toi, seche tes larmes et dis non au systeme des vautours.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 17:41
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    Un systeme ne de la violence voit tout espace comme un champ de bataille. Donner un mateau a un enfant et tout devant lui est un clou.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 17:45, par tièkadiyé
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    Vraiment dommage. Merci Lefaso.net

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 17:47, par Naby
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    Je suis parfaitement d’acord avec vous sur la façon d’approcher le problème, ce pendant il faut ce posé la question de savoir si nos responsables politiques (le pouvoir en place ) réfléchit avant d’agir. La solution aux problèmes est un changement du regime.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 17:56, par L’indécis
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    Voici au moins l’écrit d’un journaliste qui me convainc sur la situation. Merci petit esclave, tu seras affranchi bientôt.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 17:59, par Gadro
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    Encore une dilapidation des soûs du contribuable pour n’est rien. le vrai problème du pays est qu’il y a des super personnes, qui donnent des décisions sans passé par les procédure normales. Car eux, ils on un pouvoir à préservé. Donc , toi en tant que ministre quelque soit ta volonté tu reste ministre pardon un instrument. c’est dommage. voila on est au case depart.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 18:03, par N’Djolé
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    "Des états généraux aux états zéro". Sans contester la justesse de la titraille, à votre place je dirais : "Des états généraux aux dégâts généraux".

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 18:11, par Koutou
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    Il faut condamner fermement ces actes indignes d’étudiants qui aspirent à être l’élite de demain. Mais d’un autre côté, le gouvernement a failli en refusant de faire un petit sacrifice pour permettre aux étudiants de rester dans les cités. Or dans le même temps, le fameux "élan de solidarité" fait aux pélérins à la mecque coûtera 500 millions de CFA à l’Etat. Cela montre le mépris que le gouvernement a vis à vis de l’université. A croire que personne ne réflechit au sein de ce gouvernement.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 18:33, par Raymson
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    Ce que vous ne souhaitez pas à vos enfants ne le faites pas aux enfants Autrui. J’ai réfléchi et je ne comprends pas l’acte de ce gouvernement. Comment peut on chasser des étudiants les laissant erré dans la ville comme des réfugiés de guerre après avoir fait vivre un enfer. où sont les parents d’étudiants, la société civile, le Syndicat..... Pourquoi faut il que chaque fois les étudiants doivent être bastonnés ? Je vois que ce régime gère ce pays comme si c’était un bien privé comme un champ qu’on hérite de ses aïeux.
    Que coût il à l’Etat de nourrir et loger ces étudiants ? Au moment où des fonctionnaires de l’Etat dorment avec plus de 2 milliards chez eux et d’autres volent des urnes en plein midi sans être inquiété et des élections sont reprises à des coûts de millions.
    chaque Burkinabé doit se préparer pour 2015. Nous devons nous battre pour que ce régime parte. Je suis certain qu’il y aura de nombreuses victimes mais c’est le prix à payer.
    si un Etre à déjà tué son meilleur Ami pour le pouvoir il est prêt à tout pour rester au pourvoir.
    On est fatigué de voir chaque jour les mêmes visages à télé et la même famille.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 18:48
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    Monsieur Juvénal Somé, vous semblez ne pas avoir assez de courage pour dire la vérité sur la crise universitaire. Tant que Blaise est là, le problème de l’université burkinabé ne sera jamais résolu. Vous ne voyez pas qu’il y a une volonté politique de saboter l’enseignement supérieur au Burkina ? La raison est que la majorité des professeurs d’université et les étudiants ne sont pas acquis à ce régime corrompu et pourri. Ayez le courage de dire la vérité à Blaise et à son régime, sinon votre rôle de journaliste n’a aucun sens.

    Répondre à ce message

    • Le 9 août 2013 à 11:28, par le citoyen
      En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

      Blaise ne sait pas ce qui se passe dans une université.il prend l’université pou un camp militaire une base ennemi ou quelque chose qui pourrait faire basculer le pouvoir.les dirigeants africains refuse d’accepter que leurs remplaçants proviennent des universités qu’il ont bâti.je pense qu’il est nécessaire qu’ont vote une loi qui obligerait les enfants des des dirigeants à fréquenter les écoles et universités locales a moins qu’ils soient vraiment éligibles pour une quelconque bourse étrangère.

      Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 18:57, par BMK
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    Les pertes sont énormes, et je pense qu’on aurait pu les éviter. Il aurait suffit au gouvernement de se donner un peu de temps et d’engager des négociations avec les étudiants, malgré l’attitude illégale des ces derniers en ce qui concerne la réquisition des véhicules de l’Etat.
    Je doute fort que les autorités soient fiers de ce qui a résulté de cet usage de la force publique. Sachant bien que la force est avec lui, le gouvernement avait-il vraiment besoin d’en faire la démonstration ? ... et de cette manière ? Je pense que non.
    C’est comme si la consigne aux forces de l’ordre était de "casser de l’étudiant" !!!

    Je propose au gouvernement d’adopter une méthode d’intervention (des forces de police) par paliers dans ce genre de situation, en mettant en avant la négociation. Tout le monde en sortira gagnant.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 19:27
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    L’une des clauses était que les étudiants devaient s’abstenir de faire une grève pendant cinq ans. Les étudiants ont vivement protesté contre cette clause en disant ils n’iraient pas en grève si l’état tenait ses promesses. C’est donc dire que, que les autorités tout comme les étudiants ont oublié les engagements qu’ils se devaient de respecter pour parvenir à un bon déroulement des futures années académiques. Le président du Faso, a promis un ordinateur portable à tous les journalistes après sa visite à la RTB. Combien d’ordinateurs donnera –t-il à l’Université de Ouagadougou pour permettre un dynamisme dans le traitement des dossiers académiques et dans les enseignements. Le temps restant pour la fin de son mandat présidentiel sera troublé sur le campus si toutefois le sénat est mis en place au détriment de l’amélioration des conditions de vie et d’études sans oublier tout éventuel tripatouillage de la constitution. Cela voudra donc dire que les états généraux sont morts nés. L’enseignement supérieur au Burkina Faso serait-il totalement en crise ? Qu’en est – il des instituts supérieurs et des universités privés.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 19:38, par Balle à terre
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    La bonne gestion de l’Université ne passe pas forcément par une capitulation permanente devant tous les desiderata de certains étudiants, surtout lorsque la revendication se mue en actes de vandalisme caractérisé comme on a pu l’observer ces jours-ci.
    C’est dans l’air du temps que de casser du sucre sur le dos du pouvoir en place, dont personne, sans doute, ne défendra la perfection du bilan. Cependant, à ne pas recommander la retenue dans chaque camp et à vouloir caresser cette catégorie d’étudiants dans le sens du poil comme vous le faites depuis le début de cette affaire, vous ne contribuez pas à l’instauration d’un climat de responsabilité et de sérénité au sein de l’Université et de la société en général. On ne peut que le regretter.

    Répondre à ce message

    • Le 7 août 2013 à 21:18, par lion22
      En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

      C est vraiment "Balle a terre" toi ? Moi je sens un vandale en toi ! Depuis combien d annees, ce regime casse de l etudiant mais jusque la il n a pu en finir avec les associations ? Donc l approche nest pas bonne !
      Apprends a reflechir !

      Répondre à ce message

    • Le 7 août 2013 à 21:33, par Max
      En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

      Vous avez des propos équilibristes qui ne conviennent pas à la gravité du moment. C’est trop facile de renvoyer les gens dos à dos et de ne pas se mouiller ; c’est le propre des lâches.
      Il y a une responsabilité principale dans cette situation et vous ne pouvez pas accusez les étudiants de cet état de fait.
      L’incivisme a une origine, des ,et c’est en endiguant ses causes qu’on fera disparaitre cet incivisme ; ce n’est certainement pas en pleurant sur ses effets et en envoyant les gens dos à dos qu’on y changera quelque chose !

      Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 20:08
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    Ils voulaient juste justifier un deal de fond. Sinon, ils ont aucune bonne intention. Son Excellence Luc Adolphe TIOA à échoué. Pourquoi il rencontre le chef de file de l’opposition ? C’est une injure à l’opposition. Il veut dire que c’est l’opposition qui est responsable ? Mon pauvre pays. A quand choisirons nous de voir de façon sincère et objectif la réalité des choses.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 20:45, par Ironie
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    Je vous salut Marche
    Pleine de gaz
    Lacrymogène est avec vous
    Vous êtes bien-née en tout CFOP
    Et Je suis le fruit de vos entraves et venu
    Syndic-Marche, Mère dédiée
    Pire est pour nous
    Pauvres "Peu-Chers"
    Mains tenant étaleurs de notre mot
    L’AMER

    Répondre à ce message

    • Le 8 août 2013 à 05:23, par Plié de rire
      En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

      Au "Nobel" de l’ironie. Combien de temps vous êtes-vous creusé la noix de coco pour nous proposer ce que vous pensez être des jeux de mots hilarants ? De là où je suis, je n’entends pourtant qu’un seul ricanement : le vôtre ! Au lieu de déployer tant d’énergie pour dénaturer cette prière, vous auriez pu essayer de faire quelque chose d’utile, à votre niveau, comme pousser une barrique d’eau, vous faire atteler à une charrue ou vider une fosse septique … Bien fraternellement.

      Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 21:02
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    C’est bien la preuve que l’on aurait pu éviter de gaspiller des dizaines de millions pour ces états généraux car les maux et diagnostics sont connus depuis longtemps mais ce régime n’a en réalité aucune volonté de les résoudre et encore moins de mettre en oeuvre les recommandations. En son temps, j’avais estimé que c’était une messe couteuse et inutile. On en a la preuve aujourd’hui. De même, demain avec l’article 37 modifié avec la mise en place du sénat par le club CDPiste

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 21:33, par yeelba
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    c’est tout de même bizarre au Burkina. La cité universitaire est le site naturel conçu pour abriter les étudiants. La logistique y existe déjà. le restaurant aussi. Que les étudiants soient renvoyés de ce lieu, c’est déjà pas bien. Qu’en plus aul lieu de les y réintégrer ou de travailler à cela, on préfère trouver de l’argent pour dépenser afin de créer un autre cadre où tout est à refaire pour les y loger, c’est très fort. Pourtant l’on crie à la pauvreté. Je reste persuader que ces sous étaient destinés à faire face à d’éventuels problèmes induits par la saison des pluies. la gestion rationnelle des ressources, la bonne gouvernance, tout cela est passé où. Pauvre Burkina. Dieu de Bonté sauve-nous

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 22:18, par mialé
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    la violence quand elle est légitime est légale et cette légalité est du coté des étudiants parce qu’ils étaient en état de légitime défense. le pèlerinage n’est pas obligatoire le pouvoir fantoche l’a subventionner donc aider les riche. et pourtant manger, se loger et se soigner s’imposent le pouvoir viole cela aux étudiants donc c’est eux les barbares ; nous soutenons l’aneb nous nous mobilisons pour la satisfaction intégrale de sa plate forme sur cette question. le pain ou la révolte

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 22:48, par Sid Pa Yii
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    On trouve l’argent pour subventionner le pèlerinage à la Mecque alors que ce pilier de l’Islam n’est pas une obligation, on trouve l’argent pour subventionner des manifestations de tout type, de la plus sérieuse à la plus farfelue, mais 10 millions c’est la croix et la bannière pour ceux là qui représente l’avenir de ce pays.Déduction logique : les dirigeants se foutent de l’avenir de ce pays , l’essentiel étant que eyx amassent des fortunes colossales mais qu’ils se rassurent tous répondront de leurs actes devant des TPR et il n’ y aura pas d’avocat, chacun expliquera sa fortune amassée, etc,

    Répondre à ce message

  • Le 8 août 2013 à 06:36, par doyen
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    de toute facons nous on recommence a depose nos ofre pr l-acquisition d vehicul 4x4 au profit de...en brulant les vehicul ya klk 4 societe ki st encor apele a gagne bcq d-argent(cfao,diacfa,seab,africa motors...)mais vs n-avez pa eu le choix !

    Répondre à ce message

  • Le 8 août 2013 à 09:40, par Roland
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    A Juvénal Somé,
    Recevez tout d’abord mon bonjour le plus chaleureux.
    Cela fait quelques mois Mr Juvénal Somé que je lis les informations sur "lefasonet" et pour être sincère j’apprécie vraiment la qualité de votre travail.
    Vous donnez au lecteur l’occasion d’éprouver un sentiment de satisfaction en
    ce sens que vous arrivez très bien à vous mettre dans sa peau.
    Vous traitez vos sujets toujours le plus pertinemment possible jusqu’à aborder même les questions que le lecteur pourrait se poser et ce n’est pas tout ! A travers vos articles on sent une certaine liberté de la presse (la presse écrite du moins) et cela ne peut que réjouir le Burkinabé qui fier de son pays natal, a envi de le voir avancer et sortir de la misère, grâce à des dirigents épris de bon sens et jouissant ’une bonne moralité.
    Merci pour le travail de haute qualité que vous faites et félicitation pour votre combat qui est noble digne et mérite d’être apprécier à sa juste valeur .

    Je vous encourage à continuez ainsi.

    Coordialement à vous.

    Un Burkinabé de la diaspora allemande.

    Répondre à ce message

  • Le 8 août 2013 à 12:27, par l’analphabete
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    c’est dommage que les professeurs d’université n’arrivent pas à gerer l’université,preuve qu’entre le diplome et la gestion des hommes, il ya un grand fossé. il va falloir maintenant nommer comme ministre des enseignements secondaires et superieurs un homme de niveau inferieur à celui de ces soi disants intellectuels.

    Répondre à ce message

  • Le 8 août 2013 à 13:49, par Alexio
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    L armee Burkinabe est devenue une armee bourgoise que ses memes faux revolutionaires au pouvoir les ont corrompu de la tete aux pieds. Un syndicalisme de la main tendue. Sinon comment Blaise pouvait rester au pouvoir depuis maintenant trois decennies ?Rien a¨changer du pouvoir d achat de la popultaion a peine 2$ par jours. L avenir du Burkina demain est sur une ficelle des equilbristes politiques qu ils ne pensent qu a leur panse.

    Répondre à ce message

  • Le 8 août 2013 à 21:55
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    Au Burkina, on aime les rites et les rituels. On va a l’ eglise et au temple plus que jamais. On frappe son front contre le sol furieusement jusqu’a ce que cals noirs, signe de la "pitie" ostentatoire et superficielle s’ installe. Mais on n’est pas serieux. On n’ applique rien. On ne se croit pas oblige d’ appliquer quoi que ce soit. On fait dans la l’ incantation en tenant des forums et des commissions par- ci par la et on pense que magiquement, ils vont faire a notre place, ce qu’ on ne veut meme pas faire en realite. Vous connaissez la definition d’ etats generaux ? Rien que deux mois apres des etats generaux qui ont englouti des sommes monstres, nous sommes au bord du gouffre. Mais chacun des participants a empoche. A quand la prochaine mascarade ?

    Répondre à ce message

  • Le 8 août 2013 à 23:57, par MOREBALLA
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    Ce qui empiète le développement véritable du Burkina n’est pas la rareté des moyens humains et surtout financiers mais surtout de la persistance des 3 M relevés par Ablassé. Il est inadmissible qu’au sortir d’états généraux sur l’enseignement supérieur, on assiste après un mois à de telles situations. Le Burkinabè refuse le développement car il en est ainsi dans presque tous les compartiments du tissu socio économique et politique du Burkina. Deux illustrations au plan politique : la négation de la chambre des représentants redevenue SENAT, le flou sur une révision possible de l’article 37. Le Burkina ne souffre de la médiocrité des ressources de production des richesses, mais souffre plutôt de la médiocrité et de la malhonnêteté des décideurs. Un jour, nous ressemblerons aux chinois, c’est certain !

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2013 à 06:25
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    Vs ne voyez pas que l’ etat ne fait qu’ agir et vs, vs parlez seulement. Vs ferez mieux d’ agir aussi.

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2013 à 08:48, par Soummanegdo
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    Tout est fait de façon subtil pour arnaquer les étudiants et les élèves. La confiance est rompue entre les gouvernés et les gouvernants et c’est ça le vrai problème. Tout ce qu’ils (les gouvernants) disent ou font n’a plus de crédit aux yeux des populations. Quand on ne permet pas au élèves de sortir avec leurs feuilles de brouillon après les compositions des examens ; Sur quelle base solide l’élève peut-il revendiquer en cas de mauvaises correction ? Il faut être honnête et sincère, ce sont des valeurs incontournables pour des négociations saines et crédibles .Revenons aux valeurs qui construisent durablement.

    Répondre à ce message

    • Le 9 août 2013 à 18:01, par Gjau
      En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

      Il faut regretter ce qui s’est passé car on aurait dû faire l’économie de toutes ses pertes matérielles si le dialogue avait pris les devants. Voilà aujourd’hui que les étudiants se promènent dans les rues de Ouaga et se livrent à la mendicité pour pouvoir survivre. C’est ça le Burkina émergent ? Je convient avec mr Somé que ce sont des états généraux aux états zéro car les problèmes resteront intacts dans nos universités.Je crois que le gouvernement souffre actuellement du virus du" sénatos".Cette maladie naît du fameux CCRP a du mal a trouvé un rémède et le peuple est aux aboies, ce qui fait que les autres problèmes de la nation sont occultés au profit de cette nouvelle maladie.C’est vraiment dommage qu’on refuse d’utiliser 10 millions pour résoudre les problèmes des étudiants et pourtant on projette mobiliser des milliards pour entretenir des sénateurs faiseurs de roi.

      Répondre à ce message

  • Le 11 août 2013 à 20:20, par moui zindo
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    ouatt mouss, je ne comprends pas ton acharnement a faire la politique.
    Tu es un algebriste , reconnu et de notoriete internationale.
    pourquoi veux tu te salir les mains.Tu ferais mieux de partager ton experience avec les jeunes afin de former des mathematiciens pour la releve au lieu de faire ca

    Répondre à ce message

  • Le 12 août 2013 à 15:28, par spleen
    En réponse à : Enseignement supérieur au Burkina : Des états généraux aux états zéro

    DG CENOU imprévoyant + 10 millions de FCFA + Incivisme des étudiants = casse de plusieurs dizaines de millions FCFA = honte aux dirigeants actuels + honte aux futurs dirigeants (les étudiants d’aujourd’hui). Et moi je déprime. Heureusement que je serait mort avant de voir cela.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés