Education citoyenne et civique : Où est passée la société civile  ?

vendredi 12 avril 2013 à 21h03min

Le rôle prépondérant de certaines organisations de la société civile est de contribuer aux côtés du gouvernement à la formation, à l’éducation des populations pour une responsabilité citoyenne. Cependant, on constate de plus en plus ces derniers temps, que la fronde de certaines associations contre la IVe République justifie cette opinion qui l’identifie à une opposition politique. Censées encadrer les citoyens vers plus de responsabilité, elles déçoivent parfois par leur mutisme là où elles devraient donner de la voix.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Education citoyenne et civique : Où est passée la société civile  ?

Il est un fait sur lequel toutes les opinions convergent, c’est sans doute celui de la déliquescence des valeurs morales et civiques. Ainsi dans nos écoles et universités, dans l’administration publique ou privée, dans les rues, etc. tout porte à croire que nous n’avons plus de repères. Il en résulte un contraste frappant avec la signification de « Burkina » « le pays des Hommes intègres ».

Ainsi, les valeurs telles que le respect d’autrui ou de la chose publique ou privée, la tolérance, la solidarité, l’honnêteté pour ne citer que celles-là ont foutu le camp. Le Burkinabè est devenu un « hooligan » prêt à tout saccager et détruire sur son chemin au moindre prétexte. Dans les foyers, parents, enfants, chacun se cherche de son côté et on ne sait plus ce que c’est que la vie en famille, ou encore l’éducation des enfants.

Et pourtant tout devait commencer par là, la cellule familiale étant la représentation en miniature de la société. Mais hélas ? ! On ne doit donc pas s’étonner de rencontrer dans nos administrations, nos écoles et universités, dans la rue tout court des « citoyens » d’un genre nouveau.

A quand l’heure du réveil ?

Aucune société ne peut se construire sans un minimum de discipline individuelle et collective. Aussi lorsqu’au moindre mécontentement, les populations saccagent tout, on assiste à un éternel recommencement et on fait du surplace si on ne recule tout simplement pas.

En réinvestissant dans les infrastructures détruites, ce sont d’autres qui ne verront pas le jour ou en tout cas pas au moment où elles devraient être réalisées. L’Etat ce n’est pas seulement le chef de l’Etat, ce ne sont pas les ministres, les députés.

L’Etat, c’est nous tous. C’est le député, l’élève ou l’étudiant, le brave paysan de Matiacoali, le prisonnier incarcéré pour la simple raison que celui-ci même en prison à des droits. C’est justement sous prétexte des droits à respecter que le citoyen tombe parfois dans les travers.

En effet, omnibilé qu’il est quant à leur respect, il en arrive à oublier des devoirs qui sont le pendant des droits conférés par la société. Et c’est cette éducation qui manque le plus aux citoyens qui n’ont de bouches et d’yeux que pour leurs droits. Alors il faut une renaissance des citoyens qui doivent s’approprier à nouveaux les valeurs cardinales d’antan pour plus de cohésion sociale, de solidarité, de paix, principaux vecteurs qui favorisent le développement.

S’il faut saluer, à juste titre, l’action des autorités religieuses et coutumières, l’action de l’Etat en la matière, on peine à mesurer celle des nombreuses organisations de la société civile qui pourtant dans leurs textes constitutifs mettent la formation citoyenne et civique au centre de leurs actions.

Elles sont muettes ou inactives. Et pourtant, chaque année, elles établissent des programmes d’activités pour bénéficier le plus souvent de la subvention de l’Etat et des partenaires étrangers. Les fonds une fois encaissés servent à tout autre chose sauf ce à quoi ils étaient destinés.

Elles nous ont habitués à l’organisation le plus souvent d’ateliers bidons uniquement dans le but de se partager entre membres des perdiems et justifier les fonds reçus.

Et pourtant, il y a tellement de choses à faire en matière d’éducation et de formation des citoyens surtout en grande majorité analphabètes et pas toujours en phase avec les exigences d’un Etat de droit démocratique. Les associations de la société civile doivent jouer leur partition nonobstant les considérations politiques. Ne sont-elles pas apolitiques ? ? Quant aux partis politiques, elles ne doivent pas être en reste.

Ils ont le devoir de conscientiser les populations. Hélas ce n’est pas ce qu’ils nous donnent de voir surtout ceux de l’opposition politique dont certains de leurs responsables sablent le champagne lorsque la rue est enflammée avec à la clé des actes de violence et de destruction de biens. Et pourtant, personne ne gagne quoi que ce soit dans les scènes de violences. A bon entendeur salut !

Angelin DABIRE

Par : L’Hebdomadaire du Burkina

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 12 avril 2013 à 21:07
    En réponse à : Education citoyenne et civique : Où est passée la société civile  ?

    Est-ce que les jeunes etaient comme cela en 1985 ou 1986 ?Je crois que non car nous etions fier d’etre burkinabe.C’etait l’honnetete ou rien.Mais si le regime qui est la actuellement a cultive cela dans l’esprit des jeunes ,en semant l’injustice ,l’inegalite entre les classes sociales,la dictature,je crois que l’on ne peut s’attendre qu’a cela.C’est le seul moyen qui reste a la population pour se faire ecouter et respecter.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 00:23, par Leguing
    En réponse à : Education citoyenne et civique : Où est passée la société civile  ?

    Je m’excuse mais je tombe souvent des nues lorsque je lis certains de nos journalistes. M. Dabiré, que voulez-vs qu les organisations de la société civile fassent dans cette merde créée par la IVè Républiq et son système politique ? Qu’elles chantent la fameuse chanson de PAIX en appelant la jeuness à fermer ses yeux sur les injustices, les brimades, le vol, les crimes de sang et économiq connus mais protégés, les...? Croyez-vous également que ces org ne font pas leur travail ? Cherchez à connaître l’ODJ pour toute la jeunesse combative du Burkina, les syndicats révolutionnaires comme la CGT-B, l’UGEB pour nos braves étudiants, l’AESO pur les scolaires et je vous fais grâce du reste. Loin de cautionner et d’encourager des actes d’(incivisme ?), je pense que c’est le cours normal de la triste histoire de notre pays laquell histoire porte la griffe du Système Blaise Compaoré. M. Dabiré, cherchez à connaître ces org. Il y en a qui sont déjà à l’oeuvre et qui font de bon travail de formation politiqu et citoyenne. Vs allez me dire qu’ils ne st pas habilités à parler politique mais c’est connaître mal le sens de ce mot. Faire la pol n’est seulement appeler à voter mais animer et participer, d’une manière ou d’une autre à la vie du pays.
    A vs lire, c’est que vs attendez à ce que les org de la société civile disent ceci aux jeunes : "HE ! VOUS, PARDONNER NE FAITES PLUS CA". C’est bien de le leur dire. Mais en quoi ça mettra fin au cycle si tant est que les vraies causes du phénomène que sont le Régime Compoaré et son Système politique en vigueur sont toujours là ? En définitive, M. Dabiré, sachez que les vrais "incivistes" sont nos dirigéants actuels. Pensez-vs que si les affaires Tom Sank, Norbert ZONG, les milliards de Guiro, les détournements des Paré, Zembendé et autres, les contingentements des bourses ds nos Universités et leur effacement au secondaire ainsi que l’application des Program .Ajustement .Structurels (PAS) avaient eu une issue heureuse au vu et au su des gens de ce pays votre fameux incivisme allait être à ce niveau ? Non. Appelez plutôt VOS hommes politiques aux commandes à cultiver d’abord le CIVISME à leur niveau. Le civisme au niveau individuel, collectif et politique cela s’entend. S’ils font ce pas, vous verrez que des étudiants ne casseront plus du premier ministre et les populations n’exhiberont plus des caleçons des gouverneurs ! Ecrivez-leur ça, monsieur le journaliste !!!

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 08:30, par chineur
    En réponse à : Education citoyenne et civique : Où est passée la société civile  ?

    les notions "droit", "liberté", "Etat "sont en pleines construction pour ne pas dire qu’elles sont mal perçues par les Burkinabé de tout ordre. Si bien qu’on oublie que droit rime avec devoir,être libre veut dire reconnaitre la liberté des autres et l’Etat doit être défendu par tous. Conséquence, état de droit rime avec pagaille.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 11:01, par Bala Wenceslas SANOU
    En réponse à : Education citoyenne et civique : Où est passée la société civile  ?

    A quand l’heure du réveil ?
    Je dirai par où commencer ? Le premier commentaire (non signé) pose le contexte global dans lequel on vit la déliquescence des valeurs citoyennes. L’intolérance, le comportement violent du citoyen qui s’en prend à la chose publique (qui lui appartient) et de l’attitude de rendre justice sont autant de signes d’un ras-le bol. L’impunité finit par pousser le citoyen à ne plus croire en rien. Des voleurs à col-blancs sont promus dans un pays dont le nom renvoie à l’intégrité ; ce nom est-il devenu une ironie ? Qu’est-ce qui traduit l’intégrité du burkinabè ? Je n’y répond pas ; car j’ai perdu mes répère quand je regarde la tête du poisson. Il est pourri à jamais !
    Je me retourne vers moi-même, vers la base pour faire l’effort d’éduquer mes enfants afin qu’ils ne confondent pas réussite à apparence matérielle. La famille pour moi est ce creuset où je véhicule les valeurs citoyennes, de respect de la chose publique ; cette chose publique qui est matérielle (comme des feux tricolores ou une voie bitumée), mais aussi non matérielle comme le respect dû aux couleurs nationales, et le respect des "fonds financiers" objet de pillage éhonté !!!

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 11:05
    En réponse à : Education citoyenne et civique : Où est passée la société civile  ?

    Pour eviter tout cela, priere ne parlons plus de l article 37 .essayons de rester bon democrate et non DICTATEUR car revenir sur l article 37 c est vouloir dicter un peuple deja aigri.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 11:36, par Racines
    En réponse à : Education citoyenne et civique : Où est passée la société civile  ?

    Qu’est-ce que la société civile peut faire face à l’incivisme ? Quelle nouvelle citoyenneté pour le Burkina Faso ?
    Acceptons de voir la réalité en face et disons nous la vérité ! Des personnes d’un certain âge à qui j’ai posé des questions par rapport à l’incivisme des Burkinabè , ont été presque unanimes à dire que c’est le régime en place qui en est le dépositaire . Les maux qui minent notre pays ont commencé avec la fin de la révolution du regretté président Thomas Sankara . Sous la révolution, la corruption, le détournement des deniers publics, le népotisme, le favoritisme, l’incivisme, etc. étaient combattus ! Par contre, avec la prise du pouvoir de l’actuel président Blaise Compaoré en 1987, les mêmes maux qui étaient vilipendés , combattus ont refait surface. Il y a eu un laisser-aller, un laisser-faire et le diable est entré dans la maison ! Aujourd’hui , le Burkinabè n’a plus de repères et ce qui faisait notre fierté auprès des autres nations a disparu, je veux parler du Burkina Faso "pays des hommes intègres". La morale est au cimetière et la chute sera très vertigineuse ! La société civile ne peut rien faire par rapport au monstre que nous avions nous même crée ! Comment faire alors pour créer , trouver ou façonner le Burkinabè nouveau ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 18:01, par koffi "vrai"
    En réponse à : Education citoyenne et civique : Où est passée la société civile  ?

    Je souscrit sans reserve à la logique de votre analyse,à savoir que certaines structures de la societé civiles ne sont pas exemptes de reproches. Elles se debinent et agissent dans une opacité sans nom. C’est des clubs d’amis pour se partager la "manne" à eux octroyée par le pouvoir pour nous divertir. J’appelle les partenaires financiers à davantage de discernement.
    Je suis sur ma faim,quoique je n’ai pas assez d’infos à leur propos. Leurs plate-formes sont squelletiques et manquent d’ambition. Elles communiquent peu et sont inaccessibles-pour se partager incognito et illico-presto le "magot".
    Dieu sauve le Burkina

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril 2013 à 17:32, par Kiisg-ziri
    En réponse à : Education citoyenne et civique : Où est passée la société civile  ?

    C’est un bel article, ironie. Mr le journaliste, c’est vrai mais les journalistes également devraient faire des écrits impartiaux pour sensibiliser . Mais hélas vous et votre Issaka Lingani mal formés en journalisme ne font que soutenir Blaise dans tous ses errements. c’est malheureux, car ya beaucoup de journaleux, pardon, journalistes corrompus à l’Hebdo.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés