Lutte contre la tuberculose au Burkina : Des journalistes impliqués

vendredi 22 mars 2013 à 09h22min

Le Programme national tuberculose (PNT) a tenu le 21 mars 2013 à Ouagadougou, une journée d’échanges avec des journalistes en vue de leur faire connaître davantage la tuberculose, ainsi que l’organisation de la lutte menée contre elle dans notre pays. Cette séance s’inscrit dans le cadre des activités commémoratives de la Journée mondiale tuberculose sous le thème général « Halte à la tuberculose de mon vivant ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Lutte contre la tuberculose au Burkina : Des journalistes impliqués

La Journée mondiale de lutte contre la tuberculose (JMT) est commémorée dans le monde entier chaque 24 mars. C’est en effet le 24 mars 1882 que le Dr Allemand Robert Koch a découvert le microbe responsable de cette maladie qui cause chaque année, de nombre décès dans le monde.

Le Burkina Faso commémore régulièrement cette journée depuis 1995. Et cette année, la cérémonie officielle de commémoration aura lieu à Bobo-Dioulasso sous un ton assez particulier, tenant aux slogans retenus à cet effet « zéro décès dû à la tuberculose ; un accès universel aux soins pour la tuberculose ; un traitement rapide de la tuberculose ; un monde libéré de tuberculose ». La fin de cette commémoration interviendra par une course cycliste dénommée « un coup de pédale contre la tuberculose ». Et cette activité est prévue pour se tenir le 30 mars 2013 à Ouagadougou.

La journée mondiale de lutte contre la tuberculose 2013 devra être l’occasion pour chacun de lancer un appel à l’éradication de cette maladie de son vivant. Que nos enfants vivent dans un monde où plus personne ne tomberait malade de la tuberculose, c’est possible. Mais il importe d’envisager cela dès maintenant.

Pourquoi une journée d’échanges avec des journalistes ?

Ces échanges ont permis aux journalistes d’en savoir davantage sur la tuberculose tant dans son mode de transmission et de contagion, ses différentes formes, que dans les mécanismes de prise en charge des personnes infectées.

En retour, il est attendu d’eux qu’ils informent, sensibilisent, la population et les décideurs, afin de susciter un engagement plus accru pour la lutte contre la tuberculose.

La nécessité d’intensifier la communication sur la tuberculose s’impose aujourd’hui, si l’on veut vraiment travailler à la valorisation du capital humain dans notre pays. En 2012 en effet, 5210 nouveaux cas de tuberculose, toutes formes confondues dont 3583 nouveaux cas pulmonaires contagieuses, ont été dépistés au Burkina. Et parmi ces cas, 14,69% sont malades de la tuberculose et du VIH.

A en croire le Coordonnateur du PNT, Dr Y. Isidore Meyenga, cette journée, première du genre, ne sera pas à sa dernière tenue.

Ce qu’il faut savoir sur la tuberculose

La tuberculose constitue encore de nos jours, un véritable problème de santé publique dans le monde. Environ 9 millions de nouveaux cas par an à travers le monde sont dépistés. Elle peut atteindre tous les organes du corps humain ; mais la plupart du temps, ce sont les poumons qui sont les plus touchés.

La tuberculose se transmet essentiellement par voie respiratoire. Elle ne se transmet pas par les aliments, la boisson, les rapports sexuels, les transfusions sanguines ou les piqûres des moustiques.

Il est également important de savoir que le fait d’être en contact avec une personne atteinte de la tuberculose ne signifie pas que l’on peut être systématiquement contaminé. Et une personne infectée peut vivre environ deux ans avec la tuberculose et contaminer malheureusement 10 à 15 personnes saines.

Il a été établi que la tranche d’âge la plus touchée par cette maladie est celle allant de 15 à 49 ans. Et toutes les 10 secondes, une personne meurt de tuberculose dans le monde.

Le premier signe d’alerte de la tuberculose est la toux grasse, productive de crachats durant plus de deux semaines. En plus de la toux, on note l’amaigrissement, le manque d’appétit, la pâleur, la fièvre et les sueurs nocturnes, comme étant des signes caractéristiques de la tuberculose.
Un malade tuberculeux dépisté précocement et traité régulièrement (les médicaments devant être pris à jeun) pendant six mois, guérit totalement de sa maladie sans séquelles.

Le traitement est disponible partout au Burkina et est totalement gratuit pour le malade, depuis le dépistage. En plus des 85 centres (83 centres de diagnostic et de traitement, un centre régional de lutte antituberculeuse et le centre national antituberculeuse), tous les Centres de santé et de promotion sociale (CSPS) assurent la prise en charge de la tuberculose.

Fulbert Paré
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 22 mars 2013 à 11:16, par Mbinzo
    En réponse à : Lutte contre la tuberculose au Burkina : Des journalistes impliqués

    Bon boulot. Bon vent à M. le Coordo et à son équipe !

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2013 à 16:27, par Hamza
    En réponse à : Lutte contre la tuberculose au Burkina : Des journalistes impliqués

    Tres bien et c’est ce que nous les specialistes de la santé (humaine et animale) recherchons depuis c’est-a-dire l’implication des media dans la lute contre les maladies aussi bien humaine qu’animale. A ce jopur plus 70% des maladies humaines sont d’origine animale. Je voudrais citer en exemple la rage, la brucellose, la charbon bacteridien, la toxoplasmose, la tuberculose et j’en passé. Pour revenir a la tuberculose, on accuse a tort ou a raison le VIH/SIDA ce que je nie pas mais il ya un facteur tout aussi important sinon determinasnt autant que le SIDA que l’on semble ignore : L’infection animale a homme par la consommation du lait cru entre autre surtout dans les communautes pastorales. Regarder les statistiques et vous vous en rendrez compte. Alors il faudrait que notre pays epouse l’approche une Sante en mettant en place un bureau ou service pour les zoonoses et traivailler en etroite collaboration avec les ervices veterinaires afin de comprendre la dynamique de la tuberculosis au Faso et non pas systematique,ment la lier au seul fait SIDA|.

    Répondre à ce message

    • Le 23 mars 2013 à 06:07, par Hamane
      En réponse à : Lutte contre la tuberculose au Burkina : Des journalistes impliqués

      Hamza dit "... L’infection animale a homme par la consommation du lait cru entre autre surtout dans les communautes pastorales...". les connaissances scientifiques ont depuis très longtemps montré que ce que tu vient de dire n’est plus vraie. c’était une ancienne vérité. aujourd’hui la technologie a permis de montré que c’est faux. le journaliste a bien écrit : "La tuberculose se transmet essentiellement par voie respiratoire. Elle ne se transmet pas par les aliments, la boisson, les rapports sexuels, les transfusions sanguines ou les piqûres des moustiques.". donc le ton animal et son lait (un aliment) ne transmettent pas la tuberculose. il ya beaucoup de publication sur la question. la tuberculose était dévélopée dans les communautés pastorales, non parce qu’elles cotoient el sanimaux mais parce qu’elle sont mobilent et recours difficilemment ou rarement aux soins donc les tuberculeux avaient la possibilités de se contaminer beaucoup d’autres memebres de sa communauté avant d’être dépisté. et la science de l’époque a bêtement cru que c’est l’animal et son lait. Aujourd’hui cela est faut. aussi la science sait aujourd’hui que pour qu’un patien tuberculeux contamine il faut que son voisin sain inhale des particule de sa toux. et que ces particules se depose dans les poumons du sain Sinon si tu avale le crachat du tuberculeux, ça ne donne pas la TB. le BK (bacile de Koch) ne passe pas par l’estomac pour se developper, il lui faut obligatoirement un passage respiratoire. c’est pour cela qu’on isole plus les tuberculeux à Lazaré pour les soigner. donc pour avoir la tuberculose, il faut inhaler les particules d’un tuberculeux qui a toussé. mais si un tuberculeux crache au sol, les genres ne sont plus contagieux via la poussière. tout cela est prouvé aujourd’hui. Aussi après 2 bonne semaine d etraitement le patient tuberculeux continue d etousser mais en réalité, il en contamine plus son entourage. le gros problème c’est avant le debut de son traitement, il pense à un toux passager, ils toussent et les voisins inhalent, c’est cette période qui est critique sinon, laisse tomber ta théorie sur les animaux (pour ce qui concerne la TB) c’est une vieille théorie périmée

      Répondre à ce message

      • Le 23 mars 2013 à 15:16, par Hamza
        En réponse à : Lutte contre la tuberculose au Burkina : Des journalistes impliqués

        Merci mon Frere Hamane. La tuberculose est consideree aujourd’hui comme une zoonose majeure donc un probleme de sante publique dans la plupart de nos pays. Et environ 70% de la tuberculose humaine est due a Mycobacterium bovis. Si ce que tu dis est aussi vrai comment expliquerait-on que toutes les carcasses animales inspectees a l’abattoir et suspectees de de tuberculose sont declarees impropres a la consommation humaine donc saisie d’office et detruites. La voie respiratoire est la voie essentielle de transmission mais n’est pas exclusive.

        Répondre à ce message

        • Le 23 mars 2013 à 22:50, par Hamane
          En réponse à : Lutte contre la tuberculose au Burkina : Des journalistes impliqués

          Hamza, "toutes les carcasses animales inspectees a l’abattoir et suspectees de de tuberculose sont declarees impropres a la consommation humaine donc saisie d’office et détruites" car c’est simplement uen vieille pratique qui tarde a changé, à s’adapter à l’évolution des connaissances scientifiques. la voie humaine est la principale mais pas l’exclusive mais la voie animale est trop peu probable donc négligeable. il ya beaucoup d’écrits scientifiques sur cetet question. va chercher sur pubmed et tu verras. Par exemple, les étudiants des pays du Sud doivent faire des examens de détection de la tuberculose lorsqu’il sont admis pour des cours dans les pays du Nord. c’est une vieille pratique depuis les temps immémoriaux où on pensait qu’il suffit de tousser et de contaminer toute sa classe. aujourd’hui, les connaissances ont montré que le probabilité de contagion est faible dans un espace aéré, dans la lumière ou si le vent soufle. mais dans le noir (obscurité) et dans un espace réduit, la promiscuité la probabilité ets élévé. Aujourd’hui on ne met plus en carantaine un élève qui a la TB il suffit d ele soigner et en 2 bonne semaine il n’est plus contagieux. mais en europe, on continue de nous stigmatiser. tu fais l’examen et on te dit Mr, les résultats sont confidentiel, on va l’envoyer à ton université. je leur dit c’est faux. les résultats ne sont pas confidentiel car si je suis positif, l’université à obligation de me chercher et de me soigner pour éviter la contagion des autres. d’ailleurs dans la passé on allait m’exclure. mais si l’université ne me dit jamais rien c’est que mon test est négatif. les connaissances scientifiques évoluent plus vite que les pratiques. enfin, si la consommation d ela viande d’un animal atteint d etuberculose bovine peut me donner la tuberculose, alors explique moi comment. je prend la viande de l’animal,, je la cuit dans ma casserole à plus de 100°C, je la consomme, ça va dans ma bouche, est digérée et passe dans le sang, les selles, etc . et se retrouve dans mon poumons pour se developper ? il est trop fort. on m’a pourtant enseigné que tu peux même manger le crachat (expectoration) d’un tuberculeux sans avoir la tuberculose car ça doit passer par les narines et aller dans la voie respiratoire et non digestifs mais pour la viande de l’animal ça ne peut pas passer par l’estomac. non. peut être qu’on devrait aussi nous dire que si l’animal tousse et tu aspire. Je sais seulement que la transmission de l’animal à l’homme est négligeable. enfin si ça se transmettait par la viande des aminaux contamminer le message de sensibilisation ne devrait pas dire que ça ne se transmet pas par les aliments. Dans le passé on a beaucoup citer les poils des animaux dont le chat. aujourd’hui on en parle plus., etc.

          Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2013 à 09:46, par odilejr
    En réponse à : Lutte contre la tuberculose au Burkina : Des journalistes impliqués

    Qu’en est-il de la vaccination ? le BCG devrait être systématique

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés