Incendie à Yalgado : Plus de peur que de mal

mardi 20 novembre 2012 à 02h28min

Le Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo a enregistré dans la matinée de ce lundi, 19 novembre 2012, un début d’incendie qui a engendré pendant quelque temps un mouvement de panique dans l’enceinte de l’établissement. Mais, fort heureusement, l’incendie a été vite circonscrit et maîtrisé, grâce à la mobilisation des agents électriciens de l’hôpital, des sapeurs pompiers, de la SONABEL, de l’Administration du CHU ; et l’on ne déplore « ni pertes en vies humaines, ni dégâts matériels importants ». « Tout est sous contrôle. Il n’y a vraiment pas d’inquiétudes. Nous nous excusons auprès de la population pour ces désagréments, indépendants de notre volonté », pouvait déjà rassurer en début d’après midi, le directeur général de Yalgado, Robert Sangaré.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Incendie à Yalgado : Plus de peur que de mal

Sur les circonstances mêmes de l’événement, le DG Sangaré explique : « Ce matin, aux environs de 9 h et demie, j’ai été effectivement alerté sur un mouvement de foule derrière les services des urgences, vers le laboratoire de bactériologie. J’ai été informé qu’en fait il y a eu un court-circuit au niveau d’une des boîtes où se croisent les fils électroniques ; ce qui a provoqué un mouvement de panique. Je me suis rendu immédiatement sur les lieux et nous avons constaté effectivement qu’il y a eu ce début d’incendie provoqué par le court circuit. Comme les sapeurs pompiers avaient été appelés, ils sont arrivés, et puis en interne avec les extincteurs, au moment où j’arrivais, on avait déjà, donc, pu maîtriser la situation si bien que l’incendie, si on peut l’appeler ainsi, se propager. Naturellement, cela a perdu le fonctionnement des services, mais nous ne déplorons ni pertes en vies humaines ni dégâts matériels ».

« Cela s’est passé vers 10 h. J’étais dans le bâtiment de la pédiatrie. Nous avons entendu trois détonations successives et nous avons crû que c’était le bâtiment qui voulait s’écrouler. Nous en sommes sortis aussitôt. Un brave Monsieur est ensuite est venu avec un extincteur et a commencé à éteindre les flammes. Pendant ce temps, c’était la débandade partout. Finalement, les sapeurs pompiers sont arrivés, puis les agents de la SONABEL », témoigne Mohamed Zouré, un médecin stagiaire.

Et au maître des lieux de donner plus de précisions : ‘’Grâce à la promptitude des sapeurs pompiers et de l’équipe des techniciens du CHU, on a donc pu rapidement maîtriser la situation. Mais, par mesure de prudence, nous avons quand même appelé la SONABEL pour qu’elle vienne nous aider à comprendre les causes de cette situation. La SONABEL aussi a été prompte. Après vérification, on a pu ainsi rétablir l’électricité dans une bonne partie de l’hôpital au bout d’une heure, puisqu’on avait tout arrêté dès le début de l’incendie. Mais, pour le laboratoire de bactériologie, les urgences pédiatriques et le bloc viscéral concernés, il n’y a pas encore d’électricité. Nos agents sont à pied d’œuvre pour rétablir l’électricité dans ces services puisqu’il fallait acquérir rapidement certains matériels pour changer les différents câbles. Sinon, les services fonctionnement plus ou moins normalement : les malades sont dans leurs chambres dans les salles d’hospitalisation.

Seulement il n’y a pas d’électricité pour faire marcher les ventilos et
climatiseurs, momentanément arrêtés. Bien sûr au laboratoire, on n’a pas pu respecter le déroulement normal des examens. Forcement, les prélèvements de ce matin n’ont pas pu se faire, ce qui signifie que certains usagers seront obligés de revenir demain pour ces prélèvements ». Ce n’est pas la première fois que Yalgado enregistre pareil sinistre. Et pour rompre ce cycle d’incendies, aux conséquences imprévisibles, les responsables de l’hôpital envisagent de revoir toutes les installations électriques de l’établissement. « Nous devons prendre des mesures anticipatrices pour parer à toute éventualité », a indiqué Robert Sangaré. Il est vrai que sur ce coup-ci, l’on a eu plus de peur que de mal grâce à la mobilisation des uns et des autres. Mais, mieux vaut prévenir que guérir.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 20 novembre 2012 à 01:10, par Omar DAO
    En réponse à : Incendie à Yalgado : Plus de peur que de mal

    Il y a juste quelques mois c’était la même chose dans le bâtiment de la maternité. Je pense que si on n’y prend garde le pire va finir par arriver dans cet hôpital désuet dont certains bâtiments sont indignes de l’espèce humaine. On devrait simplement raser tout l’hôpital et le reconstruire avec des normes modernes. En attendant, on peut transférer les malades dans les locaux de l’Hôpital Blaise Compaoré qui restent désespérément vides.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2012 à 01:16, par Tapsoba
    En réponse à : Incendie à Yalgado : Plus de peur que de mal

    En tous les cas ,vous êtes averti.Dépêchez-vous donc avant qu il ne soit trop tard.À voir ces files électriques pendus sens dessus- dessous,c est une lapalissade que de dire que ces installations sont vétustes.

    Répondre à ce message

    • Le 20 novembre 2012 à 08:13, par Le vrai
      En réponse à : Incendie à Yalgado : Plus de peur que de mal

      Ya pa de maintenance ds cet hopital ? Quitté ds ça car la vie de nos malades est en danger.faudra pa qu’1 jr quelqu’1 rentre avec sè petit malaise et se fer electrocuté.prené dc cet incendie come 1 avertisma. A bon entendeur...

      Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2012 à 08:31, par bendatoega
    En réponse à : Incendie à Yalgado : Plus de peur que de mal

    Revoiyez la qualité et la section de vos câbles électriques. Renseignez vous aussi de la perfection de vos électriciens

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2012 à 09:28, par Beton
    En réponse à : Incendie à Yalgado : Plus de peur que de mal

    A quoi pouvions-nous, nous attendre d’autre ? Si depuis un quart de siècle l’argent alloué à l’entretient courant des locaux et des installations de l’hôpital a été détourné par les différents gestionnaires de ce mouroir public afin de s’ériger des duplex à OUAGA 2000.Nous avons jusqu’a présent de la chance, je crains qu’un jour un de ces bâtiment ne s’écroule sur ces pauvre patients. Rassurez vous je ne parle pas des constructions coloniales mais plutôt de ces nouvelles exécuter par des marchés gré à gré.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2012 à 09:35
    En réponse à : Incendie à Yalgado : Plus de peur que de mal

    Quel laxisme vis vis de nos malades ! Cela a été toujours comme ça depuis longtemps. Une fois, un incendie s’est déclenché aux urgences pendant qu’il y avait plein de monde. C’était la débandade. Chacun trainait son malade au dehors mais cétait pitoyable car certains malades étouffaient suite à la grande fumée dégagée par l’incendie. A un moment donné, tout le monde voulait sortir en meme temps et l’issue de sortie qui était l’unique s’est vue bloquée et la panique s’est généralisée. Les dirigeants de Yalgado se foutent des gens car ils tiennent tjrs le même langage quand il y a sinistre mais en réalité ils ne lèvent aucun petit doigt pour mieux faire.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2012 à 09:49, par Johness
    En réponse à : Incendie à Yalgado : Plus de peur que de mal

    A vrai dire, l’hôpital Yalgado est largement dépassé. EN plus de ses bâtiments et équipements vétustes, les installations électriques serpentent à travers le couloir que malades et usagers empruntent. A définitive, il y a lieu de changer de site définitivement car l’actuel est malsain (marécages et bas-fonds infestés de moustiques).

    Cet incendie n’étonne pas. Comme d’habitude, on attend l’accident avant de réagir. Sauf qu’ici c’est l’hôpital quand même !!!

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2012 à 11:30
    En réponse à : Incendie à Yalgado : Plus de peur que de mal

    Pendant longtemps, on en connait qui ont préféré construire leur villa "toxique " que de gérer l’hôpital !

    Répondre à ce message

    • Le 20 novembre 2012 à 13:41
      En réponse à : Incendie à Yalgado : Plus de peur que de mal

      Bien vu Dg, vous avez des idées, et animé de bonnes intentions, mais il faut l’etat mette des moyens ds le secteur de la santé. il faut d’abord diagnostiquer toutes installations et les refaire, a partir des moyens consequents qu’on doit vs donner

      Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2012 à 14:48, par l’ami du peuple
    En réponse à : Incendie à Yalgado : Plus de peur que de mal

    ça fait la 2è fois que le CHUYO subit d’incendies en moins d’un trimestre (dernière en date le service de maternité) lié à la vétusté des installations et locaux.
    Il est grand temps que l’on rénove cet plus grand hopital de notre pays afin de prevenir des désastres

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2012 à 14:57
    En réponse à : Incendie à Yalgado : Plus de peur que de mal

    C’est Dame nature qui vient dire Amen à la grève du SYNTSHA

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés