VACANCES GOUVERNEMENTALES : Les ministres entre repos et travail

jeudi 2 août 2012 à 00h18min

Le dernier conseil des ministres, avant les vacances gouvernementales, s’est tenu mercredi 1er août 2012, au Palais de Kosyam, sous la présidence du chef de l’Etat, Blaise Compaoré. Ambiance avant et après la rencontre, à l’issue de laquelle chaque ministre devrait bénéficier de deux semaines de repos.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Ballet incessant de véhicules ministériels en cette matinée du 1er août 2012 au palais de Kosyam, comme il est de coutume tous les mercredis, lors du traditionnel conseil des ministres. Il est 8 h tapantes. La pluie de la veille a accouché d’un temps frais et beau.
Endroit paisible, le palais présidentiel avec son riche couvert végétal n’est pas perturbé par les bruits « filtrés » des voitures rutilantes qui transportent les ministres. Venant assister au dernier conseil des ministres avant les vacances gouvernementales, prévu pour 9 heures précises, les membres de l’exécutif arrivent au fur et à mesure, à des intervalles plus ou moins réguliers.

Ils reçoivent les honneurs des cavaliers de la garde rouge, postés à l’intérieur du palais, avant que leurs voitures de fonction ne s’immobilisent devant la porte du luxueux bâtiment à niveau, abritant la salle du conseil des ministres. Dès leur descente, les ministres, tenues classe et visages radieux dans l’ensemble, s’empressent, chacun en ce qui le concerne, de fouler le tapis rouge conduisant à l’intérieur du bâtiment où se tient habituellement la rencontre. Presque tous sont visiblement sereins, avant l’entame de cet important conseil des ministres, le dernier avant les vacances gouvernementales. Ne serait-ce pas un « événement » pour les journalistes qui ont pris d’assaut le palais présidentiel dès 7 heures ? La mobilisation des « ouvriers » de la plume et du micro l’atteste.

Quels sont les dossiers qui seront soumis par chaque ministre à ce conclave ? Comment chaque membre du gouvernement passera-t-il ses deux semaines de vacances ? Les journalistes voulaient avoir des réponses « précises » à ces deux questions. Agglutinés à côté du tapis rouge, ils ont accueilli les ministres, un à un, tels des protocoles, avec les civilités y afférentes, avant de les « cuisiner ». La méthode a fait sourire plus d’un ministre et l’un d’entre eux a même lâché : « Eh ! Vous les journalistes là ! ». Et c’est dans la bonne humeur que la plupart des membres du gouvernement accostés se sont systématiquement mis à la disposition des hommes de médias.

Vacances studieuses

A pas pressés, ils ont, selon leur ordre d’arrivée, répondu sans détour aux questions des journalistes. Le premier à faire son entrée au sein du palais présidentiel a été le ministre de la Communication, Porte-parole du gouvernement, Alain Edouard Traoré, qui s’est livré à l’exercice avec plaisir, tout comme ses collègues. « On ne peut pas parler de vacances puisque vraisemblablement, on n’en aura pas. J’avoue que c’est juste une rupture, en ce sens qu’il n’y aura pas de conseil des ministres durant le mois d’août. Mais pendant ce temps, on va s’occuper à faire autre chose. Personnellement, j’organise courant août, des tournées pour aller voir l’état de fonctionnement des directions régionales dans au moins neuf régions du Burkina. Cela me permettra aussi de voir comment les uns et les autres se préparent pour affronter les défis de fin d’année, notamment les élections couplées et la fête du 11-Décembre », a-t-il confié.

Et d’ajouter : « C’est ce dossier que je vais soumettre à ce dernier conseil des ministres ». Tout comme Alain Edouard Traoré, les autres ministres ne parlent pas véritablement de repos, puisqu’ils comptent encore s’investir pour la cause de tous les Burkinabè. « Mon département est très sollicité pendant la saison pluvieuse, du fait de la dégradation accélérée des infrastructures en cas de fortes pluies.
Cela nécessite une présence permanente aux côtés des nos techniciens, pour donner des orientations et trouver des réponses immédiates lorsqu’il y a des routes qui sont coupées », a soutenu le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Jean-Bertin Ouédraogo.

Aussi envisage-t-il planter des arbres et venir en aide à des personnes démunies durant le mois d’août. Son collègue de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Gnissa Isaïe Konaté, lui, a souligné que son « jeune » département a besoin de se construire, si bien que « les vacances seront réduites au strict minimum ».
Bref, les vacances s’annoncent plus ou moins studieuses pour les membres du gouvernement, à commencer par le Premier ministre, Luc Adolphe Tiao qui, à la fin du conseil, aux environs de 14 heures, s’est prononcé sur le sujet.

« Je vais rester dans un premier temps au Burkina pour voir mes champs, puisque j’aime l’agriculture. Je vais rester une bonne semaine au pays », a-t-il dit. Aussi souhaite-t-il souffler « un peu » à l’étranger, après, même s’il n’a pas encore une idée du pays de destination. Du reste, le dernier conseil des ministres avant les vacances s’est « bien » terminé, en témoigne la bonne humeur encore affichée par les ministres à leur sortie.

Kader Patrick KARANTAO ( stkaderonline@yahoo.fr)


Les membres du gouvernement s’expriment sur les dossiers

- Luc Adolphe Tiao, Premier ministre :« Nous avons examiné plusieurs dossiers. Les plus importants concernent la revue à mi-parcours du budget 2012 et également sa situation au 30 juin de l’année en cours. De façon globale, nous avons apprécié le niveau satisfaisant de la mobilisation des recettes. Nous avons dépassé les prévisions. Ce qui prouve qu’un effort a été fait en matière de recouvrement. Nous avons aussi examiné les dépenses. Le taux d’exécution est assez satisfaisant. Nous avons donc donné des orientations au ministre de l’Economie et des Finances pour accroître davantage le niveau d’exécution. On peut dire que notre économie se porte bien en dépit de la crise que nous avons connue l’année dernière. Les choses ont été rétablies et nous avons pris d’autres mesures pour renforcer la bonne exécution du budget ».

- Laurent Sédogo, ministre de l’Agriculture et de l’Hydraulique :
« Nous avons beaucoup de retard à rattraper. Fort heureusement, la campagne agricole s’est bien installée et pour l’instant, nous avons beaucoup d’espoir. De plus en plus, nous essayons de nous donner plus de chance. Comme vous l’avez suivi, cette année, nous avons lancé un programme-pilote pour une meilleure gestion de la ressource en eau afin de faire l’irrigation. Nous allons tirer les leçons, l’année prochaine, mais il faudrait que de plus en plus, nous allions vers ces pratiques. Actuellement, il y a beaucoup d’eau, mais de quoi sera fait demain, nous ne le savons pas. C’est pourquoi nous nous mettons à l’esprit que nous devons profiter de ces moments où le ciel est clément pour recueillir suffisamment d’eau afin de compenser les moments où on en aura besoin. Pour l’instant, nous sommes rassuré et on espère que cela va continuer jusqu’en fin septembre-début octobre ».

- Gilbert Noël Ouédraogo, ministre des Transports, des Postes et de l’Economie numérique :
« Vous savez que cette année a été une année où il y a eu beaucoup de choses à faire, notamment au niveau de toute l’équipe gouvernementale dans le sens de continuer à consolider le climat de paix dans lequel nous nous trouvons. Au niveau de mon département, nous avons travaillé sur la question de la sécurité routière qui demande que l’on puisse mettre en œuvre le plan d’action qui a été arrêté au forum national sur la sécurité routière. Il y a également le volet des technologies de l’information et de la communication que nous devons poursuivre et faire des efforts parce que vous avez remarqué qu’il y a un besoin à améliorer la connectivité au Burkina Faso. Voilà les dossiers sur lesquels nous allons continuer à travailler. Nous allons aussi profiter de ces quelques jours pour aller sur le terrain et rendre visite aussi à la famille ».

- Jean Couldiaty, ministre de l’Environnement et du Développement durable :
« En ce qui concerne les vacances, c’est une illusion puisque nous sommes dans la période de plantation d’arbres. Je vais continuer de planter les arbres un peu partout au Burkina Faso, depuis l’Est jusqu’à Banfora. Il y a également la sortie des étudiants de l’école des Eaux et forêts. En réalité, le terme vacances signifie pour nous que nous suspendons la tenue des conseils des ministres ».

- Salif Kaboré, ministre des Mines, des Carrières et de l’Energie :
« En réalité, j’ai soumis un dossier au conseil des ministres qui parle des premières journées sur l’énergie solaire en espérant qu’il va être adopté. Par rapport aux vacances, je suis du deuxième groupe, donc je serai en vacances à compter du 18 août 2012. Dans les 15 premiers jours d’août, nous allons essayer d’évacuer les instances et profiter pour mener à bien le jeûne que nous avons entamé. Juste après, je vais essayer de voir si je ne vais pas voyager : aller au village, étant donné que 2012 est une année électorale, visiter des amis et aller en Côte d’Ivoire, si possible ».

- Patiendé Arthur Kafando, ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat :
« Nous allons faire le point de la rencontre gouvernement-secteur privé qui était une rencontre-bilan des onze éditions passées. Nous avons été très enrichi de faire l’évaluation et de pouvoir faire des recommandations pour la dynamique de rapprochement du secteur privé dans la mise en œuvre de la SCADD. Je pense que le secteur privé doit se mobiliser pour que nous atteignions ces objectifs. Pour les vacances, vous savez que nous avons connu une année difficile. Nous avons déjà lancé le projet de construction de latrines. Par ailleurs, nous allons, si possible, nous intéresser au reboisement et ensuite peut-être nous reposer un peu ».

- Clémence Traoré, ministre de l’Action sociale et de la Solidarité nationale :
« Nous n’avons pas eu de dossier à soumettre en conseil des ministres, mais nous nous sommes intéressé au dossier du PDSEB soumis par le MENA dans le cadre du transfert du préscolaire. Pour ma part, il n’est pas question de vacances, nous allons lever le pied un peu sur l’accélérateur. Vous savez qu’il y a la crise alimentaire et que nous devons continuer à approvisionner les régions pour que les populations vulnérables puissent bénéficier de l’appui de l’Etat. Nous devons également soutenir les réfugiés et rester en alerte en cette période des pluies afin de pouvoir être réactif en cas de situation urgente ».

- Achille Tapsoba, ministre de la Jeunesse, de la Formation professionnelle et de l’Emploi :
« Le principal dossier que nous avons soumis au conseil des ministres, c’est l’organisation de la Journée internationale de la jeunesse et le Forum national de la jeunesse afin d’avoir des consignes par rapport à la fixation de la date et du thème. Pour ce qui est des vacances, c’est relatif, car théoriquement, on est en vacances à partir de la deuxième quinzaine du mois, mais c’est selon les nécessités du moment. Si on a la possibilité de se reposer, on le fera, au cas contraire, on attendra l’année prochaine ».

- Lucien Marie Noël Bembamba, ministre de l’Economie et des Finances : « A cette période, mon département est surtout préoccupé par la préparation du budget. C’est maintenant que nous faisons les différents arbitrages de façon à ce qu’à la rentrée en septembre, nous puissions d’abord soumettre au conseil des ministres un projet de budget. Et ensuite, le déposer à l’Assemblée nationale au plus tard à l’ouverture de la session. Nous allons déjà présenter à ce dernier conseil, les quelques éléments du projet de budget à notre disposition afin qu’il nous donne des orientations. Pendant que les autres seront en vacances, nous allons travailler à finaliser le projet pour qu’il puisse être examiné en septembre ».

- Nestorine Sangaré, ministre de la Promotion de la femme :
« Je n’ai pas de vacances puisqu’il y a le Forum national des femmes qui aura lieu en début septembre. Nous serons donc en pleins préparatifs. Je vais prendre une semaine de repos, mais je suis sûre que ce ne sera pas des vacances, car il va falloir revenir à tout moment ».

- Djibrill Bassolé, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération régionale :
« On n’a pas la tête aux vacances. Il faut faire face à l’urgence. Le gouvernement malien est en pleine reconstruction. Le président par intérim est rentré au Mali. Nous sommes très attentif à ce qui est en train de se passer à Bamako, mais aussi au Nord du Mali. Le lynchage à mort d’un couple par les groupes islamistes pose de véritables difficultés, notamment celles du rapprochement des points de vue des parties prenantes au conflit. Ce sont autant de préoccupations qui vont nous occuper tout au long du mois d’août ».

- Salamata Sawadogo, ministre de la Justice, Garde des Sceaux :
« C’est le dernier conseil des ministres. Je n’ai personnellement pas de dossiers. Mes dossiers ont été déjà examinés. J’ai un autre stock, des projets de loi qui vont être transmis au tout premier conseil des ministres de la rentrée. Nous allons travailler pour que les dossiers que nous disposons puissent être examinés au plus tôt puisque l’année va être tronquée à cause des campagnes électorales. En ce qui concerne les vacances, je n’ai pas de programme spécial, mais je ne serai pas hors du Burkina Faso ».

- Jérémy Ouédraogo, ministre des Ressources animales :
« Je ne peux pas parler véritablement de vacances. C’est une période de production animale, que ce soit dans le domaine du lait que dans celui du fourrage. Malheureusement, nous traînons encore les conflits récurrents entre agriculteurs et éleveurs. Nous sommes tenu de suivre de près, accompagner et sensibiliser. C’est ce qui va constituer le menu de nos vacances ».

- Moussa Ouattara, ministre des Enseignements secondaire et supérieur :
« Je n’ai pas de dossiers à soumettre au conseil des ministres aujourd’hui… Nous allons travailler dans le sens des orientations du président du Faso et du Premier ministre. Par rapport aux vacances, ce serait plus studieux que loisirs. Je n’en aurai pas en vérité, parce qu’il faut, avec l’ensemble de nos collaborateurs, trouver comment rattraper, de manière efficace, les retards dans toutes nos universités. Il faut des concertations en vue de mieux préparer l’année à venir. Quant au niveau secondaire, nous allons réfléchir sur le taux horaire des vacations qui a fait beaucoup de bruits. Il faut effectivement que nous travaillions à harmoniser les points de vue. Et je vais concerter très urgemment les syndicats avec les propositions que je dispose. Naturellement, il faut s’occuper de la famille. Nous sommes tout de même dans une société bien équilibrée ».

- i Adama Traoré, ministre de la Santé :
« J’ai soumis deux dossiers, l’un porte sur le règlement sanitaire international et l’autre sur le paludisme qui est une question intéressante dont il convient de parler en cette période hivernale. Je pense que je n’aurai pas de vacances, car l’assemblée générale des sociétés d’Etat a fait des instructions à mon département. Je suis supposé rendre compte d’ici à septembre. Je vais donc consacrer les vacances à résoudre ces problèmes-là. Je vais rester avec les techniciens pour travailler sur les dossiers ».

Adama BAYALA & Souleymane KANAZOE

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 2 août 2012 à 07:42, par le fonctionnaire
    En réponse à : VACANCES GOUVERNEMENTALES : Les ministres entre repos et travail

    le Ministre des finance parle du budget 2013. Mais Mr le Ministre, votre département à fait un tord grave à plus de 200 agents de santé. votre collègue de la fonction publique avait promis. Il s’agit des agents qui étaient en cour de formation quand vous avez décidé d’accorder des indemnités de stage en octobre 2010, de suspendre tous les autres indemnités et de retenir des trop percus. Ils sont en poste depuis 2011 avec un tel salaire. Mr le Ministre regularisez ce cas avant de vous pencher sur le budget 2013, SVP.

    Répondre à ce message

  • Le 2 août 2012 à 09:40, par Ki Paré de Zerbo
    En réponse à : VACANCES GOUVERNEMENTALES : Les ministres entre repos et travail

    Blaise, il faut dire à tes ministres que ce n’est pas enrefutant de jamais se reposer que le travail marche. Tous font dans la langue de bois tandis qu’au conseil pendant la phase active ils n’ont même pas de dossiers. Si il y a une période de vancances ce n’est celle là qui sert àtraiter les dossiers. Si parceque vous l’aurez en tête vous concluez que vos vacances n’existent pas je ne comprends pas que vouliez vous ?
    Reposez vous donc pendant chacun au moins deux semaines en vous occupant à batre campagne et reprenez à bras le corps le boulot.
    En tout ca Mister Président ne voyez vous pas que vos collaborateurs directs ont peur de vous ?
    "vous demandez trop aux hommes et pas assez à vos nègres" comme le roi christophe n’est ce pas ? Leur noms sera attribués à des vespaciennnes en province un jour. Moi en tout cas je prends mes vacances. Comme je n’ai pas de congés payés, je vais géré mon vimkoèga comme d’hab, fair un tour juste un jour pour faire le marché du village, j’éviterai le 21 car là il y a bcp de monde et le reste du temps je jouerai au PMU et au ludo chaque fois qu’on ne me proposera pas une bibine au bistrot d’à coté car pour les longue distances je n’ai pas de jus.
    Mes vacances ne m’embarasse pas et je ne ments pas.
    Sans intention sacrilège.
    Ne vous basez pas sur mon nom pseudo pour me traiter de gnantorisé, iln’en n’est rien

    Répondre à ce message

  • Le 2 août 2012 à 15:44, par la verité
    En réponse à : VACANCES GOUVERNEMENTALES : Les ministres entre repos et travail

    vous êtes bien dans les costumes noirs ou bleu nuit.merci

    Répondre à ce message

  • Le 2 août 2012 à 17:02, par La Bénédiction
    En réponse à : VACANCES GOUVERNEMENTALES : Les ministres entre repos et travail

    Monsieur le MATDS !
    Je voulais vous féliciter pour votre dévouement pour la cause de l’Administration Générale ! Depuis votre arrivée à la tête de ce département beaucoup de changement sont intervenus.
    Cependant, un mal persiste toujour ; c’est la volonté délibéré de certains Gouverneurs ou Haut-commissaires de bloquer par plaisir la carrière de certains agents. Quand on leur demande des propositions pour occuper des postes dans les mairies ou les préfectures, ils répondent toujours qu’il n’ont pas de proposition.
    Et ces postes sont attribués aux nouveaux sortis de l’école.

    Répondre à ce message

  • Le 5 août 2012 à 17:44, par le Berger de Belgaoudi
    En réponse à : VACANCES GOUVERNEMENTALES : Les ministres entre repos et travail

    Le MRA est un ministre bien mais tomber dans une mafia : des DP et DR d carrière( 15 ans et+) toujours les mêmes indispensables et plus présents à Ouaga d’1 atelier à l’autre !les agents juste leurs obligés(pr ventre de produits et autres courses)reçoivent les ordres par telephones !Pistes à bétail,Zone de patures, berges ,cures salés occupés ! rien n’y fait !le Dp ou le Dr est à Ouaga !Les eleveurs peuvent attendre de toutes les façons ils ne st bons et utiles que pendant les campagnes de vaccination.la guerre Docteurs,ingenieurs,techniciens supérieurs continuera à detruire le ministère sur les debats théoriques et stériles au developpement de l’Elevage (3ème ressource du pays ?).Bonne vacance et Courage MR JTO

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés