ASSOCIATION DES MUNICIPALITÉS DU BURKINA FASO : Les maires condamnent les agressions dont ils ont été victimes

lundi 16 juillet 2012 à 00h33min

Les conseils municipaux seront bientôt en fin de mandat. Afin de revenir sur son parcours et sur sa contribution au développement du pays, l’Association des municipalités du Burkina Faso (AMBF) a tenu un point de presse, le jeudi, 12 juillet 2012, à son siège sis à Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Des portes de mairies cadenassés par « des groupes spéciaux » à Bokin dans le Passoré, ou à Pissila dans le Sanmatenga, des maires vandalisés et contraints à la fuite comme ça été le cas à Boussouma. Le mandat de certains conseils municipaux connaît une fin « scandaleuse ». C’est du moins ce qui ressort de la conférence de presse organisée par l’Association des municipalités du Burkina Faso (AMBF), le jeudi, 12 juillet 2012, à son siège à Ouagadougou.

Un point de presse qui, selon le président de l’association, Simon Compaoré, est une occasion pour l’AMBF de donner son point de vue sur ces évènements qui touchent certains membres de l’association, et montrer qu’elle « vit », afin de solliciter l’accompagnement des hommes des médias, jusqu’à la fin de la mission qui lui a été confiée. Après avoir condamné ces faits qui sont de nature à « compromettre » l’action des édiles et « porter un coup » à la décentralisation, Simon Compaoré a invité les populations à avoir recours aux structures habilitées.

Le cas de Boussouma

Simon Compaoré a tenu à remercier le Premier ministre Luc Adolphe Tiao, pour sa visite au maire de Boussouma, après celle aux autorités coutumières, lors de son passage dans cette localité. « Le Premier ministre n’a pas fait de faute ; il a fait ce qu’il devait faire. C’est le contraire que nous aurions condamné », a lancé le président de l’AMBF. S’il y a des problèmes entre le maire de Boussouma et une partie de la population, a-t-il poursuivi, ceux-ci doivent trouver des solutions à travers les textes et des structures comme la préfecture, le haut-commissariat, le gouvernorat et le ministère et non par la violence.

« Nous ne disons pas que nous ne commettons pas d’erreur, mais il y a des façons de les corriger et d’interpeller les maires ? », a reconnu M. Compaoré. Il a ajouté, pour répondre aux questions des journalistes sur l’insuffisance des sensibilisations des populations, que les maires s’en soucient régulièrement et ont, dans ce sens, créé des instruments de communication, tels que des radios, des journaux, afin de les informer du rôle qu’ils doivent jouer pour le développement de leur localité.

La question des lotissements

Concernant la gestion des terres, Simon Compaoré a souligné que les acquis sont visibles pour ceux qui sont « honnêtes » et « qui veulent voir ». « Le train qui arrive à l’heure n’intéresse personne », a-t-il mentionné, avant de poursuivre : « Je ne suis pas de ceux qui pensent que la bouteille est à moitié vide mais plutôt de ceux qui reconnaissent qu’elle est à moitié pleine ».

Toutefois, le président de l’AMBF a reconnu qu’il existe des maires qui ont failli, mais cela, à son avis, ne saurait être généralisé à l’ensemble des conseils municipaux. Le maire de Ouagadougou a condamné l’extension « désordonnée » du foncier. Pour lui, cette situation pose le problème de l’accompagnement du confort nécessaire. A entendre Simon Compaoré, le problème de terres va se poser à l’avenir et il est temps, selon lui, de songer à construire en hauteur.

Asdara SAWADOGO Sandrine GOUBA (Stagiaire)

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 16 juillet 2012 à 08:29
    En réponse à : ASSOCIATION DES MUNICIPALITÉS DU BURKINA FASO : Les maires condamnent les agressions dont ils ont été victimes

    Bonjour, il faut qu’on est le courage de la dire.au Burkina Faso aucun citoyen d’une commune ne fait confiance à son maire. c’est cette situation de méfiance qui fait que les gents se révolte contre les maires. des individus qui sont arrivés à la tête de nos mairie avec des gangan plein de poux comme le dirait l’autre et qui sont devenu des milliardaires dans un pays pauvre comme le notre. Comment vouloir que les habitants d ’une commune qui ont vue leur maire sur moto et qui tout à coup brusquement deviens l’homme le plus riche parce qu’il est devenu maire ? franchement si nos dirigeants ne prend pas leur responsabilités pour que tous les maires qui ont gérer de façon calamiteuse nos mairies quittent j’ai peur de l’atterrissage de mon pays en 2015.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2012 à 12:07, par un frère
    En réponse à : ASSOCIATION DES MUNICIPALITÉS DU BURKINA FASO : Les maires condamnent les agressions dont ils ont été victimes

    Messieurs les maires,
    Le vent est en train de tourner accepter et tourner avec sinon vous risquez d’avoir des torticolis ou encore d’autre maux plus graves.
    Quand le peuple desabusé se lève comme un seul homme pour faire face à son destin, c’est ce qui se passe.
    Vous avez spolié, humilié, nargué et vilipendé votre peuple pendant des années.
    Le peuple est fatigué et donc plus rien ne lui fait peur, pour généraliser je dirais que le peuple du Burkina attend une réaction démesurée de votre part (avec violence, des armes : cous en êtes expert) pour en découdre définitivement avec vous.

    Donc faites très attention !!!

    Vous n’avez dit que êtes tetus, un conseil d’ami pour eviter de fini comme ATT,je pense que c’est le moment pour les maires inteligents de se departir de ses brebis galeuses (frère ou cousin de kadré désiré ou pas).

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet 2012 à 23:50
    En réponse à : ASSOCIATION DES MUNICIPALITÉS DU BURKINA FASO : Les maires condamnent les agressions dont ils ont été victimes

    Les maires ne sont qu’un maillon d’un système pourri qu’il faut balayer dans sa totalité, ce n’est pas propre aux maires seulement dans tous les secteurs de la vie nationale il y a des problèmes donc conclusion le pays est grippé. Le semblant de paix qu’il y a au Burkina peut voler en eclat à tout moment et il volera d’ici peu parceque les peuples partout ont pris conscience.
    Vive le combat liberateur

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés