Forces armées nationales : Le portrait robot d’un bon militaire

vendredi 4 mai 2012 à 01h28min

Les mutineries d’avril 2011 ont fait émerger la problématique du recrutement au sein des Forces armées du Burkina Faso. Conscient de la gravité du problème, le ministère de la Défense a inscrit le sujet à l’ordre du jour de son Conseil d’administration extraordinaire (CASEM) tenu à Ouagadougou le jeudi 3 mai 2012. Il s’agissait de définir les critères et les stratégies de recrutement de militaires modèles pour une armée républicaine.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

L’armée burkinabè fait son mea culpa. En effet, le général Honoré Traoré, chef d’état-major général des Forces armées nationales (FAN), reconnaît "en toute humilité" que les résolutions prises en 2006 lors du CASEM sur le recrutement n’ont pas mises en œuvre durablement. "Trois mois après le CASEM de 2006, courant décembre, les conséquences néfastes des insuffisances de notre système de recrutement et de formation, qui constituaient pour nous un sujet d’appréhension, se sont révélées fondées lorsqu’au cours des affrontements déplorables survenus entre les éléments de l’armée et de la police nationale à Ouagadougou, des comportement contraires à l’esprit militaire et contrevenant aux lois et règlements ont été relevés", a dit le général Traoré.

Du reste, apprend-on du discours d’ouverture du patron des FAN, l’étude prospective de la défense nationale (EPDN) avait tiré la sonnette d’alarme à ce sujet. En clair, la mutinerie est la conséquence directe du système de recrutement et de formation, avec des éléments indisciplinés qui ont mis à mal "l’esprit républicain d’une institution naguère réputée exemplaire". C’est pour résoudre cette équation que le CASEM 2012 a pour thème : "La réforme du recrutement et de la formation initiale dans les Forces armées nationales".

Il s’agit d’un "enjeu majeur de professionnalisation, d’opérationnalité et surtout d’exemplarité". "Il est, a ajouté Honoré Traoré, le premier maillon de la chaîne qui doit produire, au moyen de la formation, le militaire burkinabè de type nouveau, entendu comme un soldat discipliné et travailleur, respectueux des lois et de l’ordre, un militaire respecté de ses concitoyens et qui incarne les nobles vertus déposées en l’institution militaire par la conscience nationale".

Ainsi, l’amélioration du système de recrutement au sein des FAN doit prendre en compte des facteurs déterminants tels que l’insuffisance des normes de recrutement, la baisse de la qualité des personnels, le manque de formation, la modernisation des FAN et l’évolution technologique, l’adéquation recrutement-formation-emploi.

Le CASEM extraordinaire est donc "une opportunité à saisir pour corriger les lacunes et insuffisances du mode de sélection en vigueur, définir une stratégie fiable de recrutement et mettre en place un processus adéquat d’acquisition de savoir-faire et de comportements qualifiant un individu pour tenir une fonction non seulement dans la collectivité militaire, mais aussi qui le prédispose à s’insérer harmonieusement dans la vie sociale".

Adama Ouédraogo Damiss

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 4 mai 2012 à 02:55, par kaskas le corbeau
    En réponse à : Forces armées nationales : Le portrait robot d’un bon militaire

    hey les gars arrêtez de distraire les gens.on retrouvera toujours les mêmes pourritures dans notre armée.fils de tonton,fils de tanties,neveux,cousins,enfants de militants,gnama-gnaman etc....
    on a toujours dit qu’il faut les états généraux de notre armée à l’issue desquels des idées seront émises pour proposer des modèles de recrutement.
    notre armée souffre d’un mal qui lui est propre.il ya qu’à regarder les officiers,ils sont tous devenus des bourgeois,villas,maitresses,champagnes,voitures de lux,4*4,etc...et personne ne songe à leur rappeler qu’ils doivent rouler dans des jeeps.comment ces derniers peuvent donc nous proposer des prototypes de recrutement ?
    HEY webmaster pardon laisse passer ma suggestion car je n’ai rien dit de mal.faut pas fâcher hein....nous s’amuser

    Répondre à ce message

    • Le 4 mai 2012 à 12:40, par armée
      En réponse à : Forces armées nationales : Le portrait robot d’un bon militaire

      " le militaire burkinabè de type nouveau, entendu comme un soldat discipliné et travailleur, respectueux des lois et de l’ordre, un militaire respecté de ses concitoyens et qui incarne les nobles vertus déposées en l’institution militaire par la conscience nationale".
      Ce serait l’idéal...mais êtes-vous prêts à opérer ces changements ?
      Aussi il faut que ces changements soient accompagnés par l’équité dans le commandement de la troupe et la promotion de l’excellence...car la mutinerie a sa source dans l’injustice...dans le comportement du commandement qui considère les subalternes comme des sous-hommes (or certains ont seulement eu la chance d’être au bon endroit au bon moment), non pas comme des collègues de service ou des frères d’armes ;...le règlement de discipline est là, les règles administratives aussi, il faut qu’ils agissent seulement dans ce cadre, et donner à César ce qui revient à César dans l’intégralité...
      Il faut respecter la dignité humaine...
      En somme, il faut promouvoir le respect de la légalité, de la discipline militaire, et promouvoir les qualités professionnelles et intellectuelles du personnel..."souvent le galon ne reflète pas les qualités professionnelles et intellectuelles" d’où il faut prendre ça en compte et placer les gens dans les fonctions selon leurs qualités et non selon le galon car on dit que la fonction prime le grade...

      Répondre à ce message

    • Le 7 mai 2012 à 13:49, par dos argenté
      En réponse à : Forces armées nationales : Le portrait robot d’un bon militaire

      tu perds la boule toi reflechis avant de parler aulieu de parler avant de reflechir c’est pas à cause de ce qui vient de se passer que tu vas jeter l’anathème sur les officiers de notre chère armée un peu de retenu garçon.

      Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2012 à 05:28
    En réponse à : Forces armées nationales : Le portrait robot d’un bon militaire

    Mon General n’est pas alle jusqu’ au bout du diagnostic. Le probleme n’est pas aussi simple. Mon General est encore de faire une seconde erreur. L’ Indisicupline ne vient pas forcement du mode de recrutement qui est parental, disons- le net. Des eleves officiers qui ne peuvent meme pas tenir un accueil, qui succombent poiur quelques kilomotrees de manoeuvres, il faut voir la chaine de recrutement certes, mais quel que soit ce qui s’est passe pour qu’ ils soient au Nahouri, clea est a lier a tout le copntete sociopolitique qui est fait dans la malgouvernance. C’est ca la verite. Mais si moi citoyen anonyme craignat pour ma vie peut le dire(raison pourquoi je me cahche derriere mon clavier), Mon gegeneral ne peut pas prendre autant de liberte. Le pays est pourri. On ne respecte plus le merite. C’est ca, mon General.
    Bone chance dans vos efforts pour une armee republicaine mais si vous posez le mauvais diagnostic, il vous reste encore une mutinerie a eteindre.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2012 à 05:30, par milou
    En réponse à : Forces armées nationales : Le portrait robot d’un bon militaire

    Bonjour !
    Belle initiative qu’est ce CASEM ! on en avait besoin pour repartir de bons pieds.....en tout cas, il faudrait à tout prix que l’image de marque d’an-tant revienne sinon, c’est le chao ; mes admirations à tous !

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2012 à 11:37, par un ami qui vous veut du bien
    En réponse à : Forces armées nationales : Le portrait robot d’un bon militaire

    Cascas, pendant que tu y es, tu vas pas
    proposer qu’on donne des char de combat
    aux officiers en mm tps ! les jeep que tu
    prisent tant, c’est ce que les militaires
    appellent vehicule tactique ! en principe
    c’est pas fait pour etre donné coe coiture
    de service ! et dis toi bien que l’officier
    c’est aussi un cadre et qu’il doit etre
    dans une certaine condition pour mieux
    commander et je veux pas dire par là qu’il
    doit etre pourri !
    donc le fait d’etre ds une 4X4 n’empeche pas
    un offier d’etre un bon militaire !je crois
    qu’il faut nuancer tes propos !

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2012 à 11:58, par anta
    En réponse à : Forces armées nationales : Le portrait robot d’un bon militaire

    La plupart des forces armées africaines, ont reproduit les tares héritées de sa grand-mère, la force publique coloniale. C’est-à-dire, une armée caractérisée par l’intraversion de ses missions tournées à l’intérieur du pays et contre sa population plutôt que la défense des frontières contre l’agresseur étranger. L’intraversion au service d’une puissance extérieure a toutefois cédé la place à l’intraversion et la perversion aux fins d’assurer le maintien ad vitam aeternam d’un dictateur au pouvoir. Ce qui a dénaturé sa structure et son fonctionnement qui normalement, au lieu de se structurer en pyramide, s’est anarchiquement construite sous-forme métastasée d’une cohorte de milices armées ou para-militaires évoluant comme « une roue tournant autour de son axe : le président »(dixit un ambassadeur américain dont j’ai oublié le nom). Ou suivant le principe de « Divide ut regnes »,“diviser pour mieux régner”, où chaque unité n’obéissait qu’à son chef. Ainsi, l’unité et la capacité opérationnelles des armées dites nationales étaient délibérément morcelées, par conséquent diminuées.
    Cette totalité fonctionnait au rythme bien orchestré des cloisonnements, divisions et des rivalités internes. Ces rivalités savamment entretenues ont produit un système de renseignement intérieur hautement performant, grâce au jeu des délations et des surveillances mutuelles. Tout comme pour l’Etat, la structure formelle de l’armée ne correspondait pas à la réalité du pouvoir : elle fonctionnait selon une structure virtuelle et parallèle directement responsable devant le président. Ainsi, un adjudant de la Présidence pouvait être plus puissant qu’un général dans la hiérarchie formelle (avez-vous oublié Chef Kaf ? )
    Le centre absolu de commandement se trouvait ainsi concentré entre les mains du président dont une absence prolongée du pays rendait l’armée, dans des circonstances normales, inopérante. A cela s’ajoutent un ensemble d’autres perversions comme l’affairisme, le népotisme, la tribalisme de l’armée ; ainsi que d’autres maux et vices qui finirent par affaiblir l’armée et l’emporter à l’image des affaiblissements et neutralisations ayant émaillé son fonctionnement interne. L’affaiblissement de l’armée est poussé au point que tout acte d’émulation est devenu attentatoire à la sécurité du chef de l’Etat. On cite le cas d’un artilleur Zaïrois de l’armée de Mobutu(le diable ait son âme !) qui excellait par des tirs d’artillerie ou de mortiers pouvant atteindre des cibles statiques ou mobiles avec une précision chirurgicale. Il fut écarté de l’armée au simple motif qu’il constituait une menace grave contre la vie du chef de l’Etat du fait de ses précisions quasi automatiques et sans failles aux tirs !
    Voilà les armées africaines, du nord au sud, de l’est à l’ouest (qu’elles aillent au diable !)

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2012 à 12:00, par Pacco
    En réponse à : Forces armées nationales : Le portrait robot d’un bon militaire

    Comment fonctionne actuellement le Ministère en charge de la défense ? Un CASEM sans le premier responsable du département et qui, de surcroit, se fait représenter par le CEMGA ! Où se trouve le SG du ministère ? Vous vous êtes assis pour résoudre les problèmes à la base, n’oubliez pas les problèmes au sommet.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2012 à 12:07
    En réponse à : Forces armées nationales : Le portrait robot d’un bon militaire

    tout ça c’est du bla bla parceque nos militaires ou nos futurs militaires sont à l’image de la société burkinabè où tout est devenu voyoucratie,dépévration,dévergondage,délinquance,corromption etc.
    d’ailleurs meme celui qui recherche le portrait idéal d’un bon militaire là,est ce qu’il peut meme faire 10 pompes d’affilé sans tomber dans les pommes ?ce ne sont plus des militaires mais des gonzesses dodues en tenue militaire.
    faut tout changer dans ce pays de fond en comble à savoir ce système mafieux qui s’est installé depuis des décennies sinon meme si vous trouvez le portrait robot du bon militaire,sitot rentrer à l’intérieur du système,il se laissera contaminer. cqfd

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2012 à 12:12, par verité
    En réponse à : Forces armées nationales : Le portrait robot d’un bon militaire

    ce sont les officiers supérieurs de l armée qui ont créer cette situation dans l armée burkinabé.mettez le le nom de neveu le nom de mon enfant de le nom du petit frère de ma femme même de mon de mon second bureau.et font acte de présence sans courir et ils sont admis. trop s est trop maintenant.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2012 à 12:12, par forontodéni
    En réponse à : Forces armées nationales : Le portrait robot d’un bon militaire

    Bonne idée !Belle initiative ce CASEM ! on en avait besoin pour repartir de bons pieds. Mais mon Général, avez-vous bien réfléchi à la question des radiations arbitraires ? Revoyez vos décisions pour la sécurité de tous les Burkinabè. Allez de l’avant !

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2012 à 12:30, par SEVERIN(paris)
    En réponse à : Forces armées nationales : Le portrait robot d’un bon militaire

    DU COURAGE MON GENERAL,seulement c’est pas si simple.
    Pour moi ce n’est pas le critère d recrutement qui fait defaut mais la forme du recrutement car aucun enquète réel n’a été mener sur les recrues,chaque fois la gendarmerie caresse sur les enquetes des recrues.
    En plus,pour rendre notre armée opérationelle,je propose au commandement de changer la forme du recrutement et de repartir les recrues dans plusieurs centres de formations avant de les regrouper pour leurs affectations car j’ai remarquer que c’est pas la bonne methode de former les recrues dans un mème centre car si l’esprit de la formation est raté toute la promotion est raté et l’indispline nait en ce moment.mais si les recrues sont repartis par centre,chaque centre fera de son mieux pour donner une vrai formation commune de base à ses élèves soldats.ET quand ces jeunes vont se retouver dans leurs corps d’affectations,ils s’échangeront leurs expériences reçus au cour de la formtion et la fusion de ces différents expériences reçus rendront nos jeunes soldats opérationels et disciplinées.MERCI

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2012 à 12:35, par kalifa
    En réponse à : Forces armées nationales : Le portrait robot d’un bon militaire

    bonjour

    Nous attendons de pied ferme les résultats du PMK cette année pour croire à une mutation. j’espère que les noms d’origine bourgeoise n’etoufferont pas les noms de Tanga et Tiiga. bonne suite.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2012 à 14:28, par adama
    En réponse à : Forces armées nationales : Le portrait robot d’un bon militaire

    quand à moi, je propose à ce que la formation soit comme avant, c’est à dire, repartir le contingent dans les corps comme dori, dedougou, bobo, ouaga, ouahigouya, pour la formation commune de base, et ensuite procéder aux affectations sans complaisance.
    je salut en même temps ce bel initiative du commandement.
    que les propositions soient prises en compte.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2012 à 16:27
    En réponse à : Forces armées nationales : Le portrait robot d’un bon militaire

    La fonction prime sur le grade. A lepoque ou dominique etait Cemga il n etait pas n on plus le plus grade de larmee burkinabe

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2012 à 09:49, par Le Citoyen
    En réponse à : Forces armées nationales : Le portrait robot d’un bon militaire

    ON n’avait pas besoin d’un CASEM pour faire le portrait robot d’un bon militaire. La pourriture de l’armée dérive de celle de la société burkinabè. De la corruption, du favoritisme, de la mal gouvernance. Thomas SANKARA l’avait bien dit, un militaire sans formation civique est un criminel en puissance. Il y en a combien dans notre armée de nos jours ? Il faut qu’on cesse de nous raconter n’imporete quoi. En fait, qui est le véritable patron des FAN au Faso ? Quelle est lui son opinion ? Des farces tout ça !!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés