Arrestation de Ousmane Guiro : Voici comment les choses se sont passées

lundi 16 janvier 2012 à 01h30min

Ousmane Guiro a passé la première nuit de l’année 2012 dans les locaux de la gendarmerie nationale. Il a avoué que les 1,9 milliards que les gendarmes ont trouvés chez son cousin lui appartiennent. N’ayant pas pu se justifier sur l’origine de cette importante somme, le procureur a ordonné la mise aux arrêts de l’ex-premier responsable des douanes. C’est la nouvelle vie de ses neveux ces derniers mois qui a permis à la gendarmerie de remonter à lui. Selon plusieurs sources, c’est lors des mutineries des militaires que Ousmane Guiro a voulu mettre sa fortune en sécurité en le confiant à son cousin. Près de 2 milliards de F CFA. Exactement 1 906 000 000F cfa. Voilà une partie du butin du désormais ex directeur général des Douanes saisi par la gendarmerie brigade ville de l’arrondissement de Boulmiougou, dans la nuit du 31 décembre 2011 au 1er janvier 2012.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

C’est une descente minutieusement bien préparée et qui a mobilisé tous les agents de la brigade que commande l’adjudant chef major Boukary Drabo qui a permis de mettre la main sur cette forte somme en liquide. Une fois saisies, les cantines qui contenaient les lots de billets ont été transportées à la gendarmerie. Les gendarmes ont mis plusieurs heures pour compter l’argent. C’est un boulot qui a pris pratiquement toute la nuit et qui a mobilisé toute la brigade. Les choses se sont passées discrètement au moment où la population fêtait le réveillon du nouvel an.

Voici comment les choses se sont passées. Depuis plusieurs semaines, des informations sont parvenues au niveau de la gendarmerie concernant un groupe de jeunes du secteur 18 qui entretiennent un niveau de vie très suspect. Ils n’ont pas de sources de revenus bien connues qui pourraient justifier leur extravagance. Ils ne mènent d’activités visibles qui puissent leur procurer beaucoup d’argent. Leurs parents sont connus aussi. Ils ne sont pas les mieux lotis du quartier. Pourtant, depuis quelques mois, ces jeunes mènent une vie que même les enfants des familles aisées n’osent pas faire. Dans le voisinage, tout le monde est surpris de voir les jeunes de la famille Sana et leurs amis changer subitement de niveau de vie. Leur père n’est pourtant pas un riche. Il n’a pas d’histoire particulière connue. Mais ses enfants entretiennent des copains et copines. Ils leur payent des motos, des téléphones portables et autres objets de valeur.

Pour dépenser, Abdoul Wahab Sana, fils de M. Sana Tidjani, n’a pas besoin d’aller en banque. Quand il paye un produit, c’est à la maison qu’il rentre chercher l’argent. Souvent, il se fait accompagner soit par ses amis soit par le propriétaire du produit même. C’est la même chose pour son frère. Les amis et le voisinage et même les délinquants comprennent alors qu’il ya de l’argent dans la famille, mais ils ignorent l’origine de la manne. Les plus malins et certains délinquants commencent à faire du chantage sur les enfants. Il suffit de voir un des fils, de le menacer de dénoncer leur famille pour avoir 500 000 fcfa et même plus ou encore une moto. Cela a duré plusieurs mois. Le groupe boit désormais les vins de grande marque. Ils sont désormais les jeunes les plus visibles dans leur quartier. Certaines personnes ont remarqué que Abdoul Wahab qui n’hésite pas à payer des motos pour ses copines et ses copains veut cacher certaines choses à ses parents.

Il utilisait la moto qu’il a payé il y a juste quelques semaines au cours de la journée. La nuit, c’est un de ses amis qui rentrait toujours avec la moto. Pour ceux qui le connaissent, il ne voulait pas que ses parents sachent la vie qu’il mène dehors. Cet étalage de moyens des enfants finit par donner des idées à certains délinquants. Pour eux, préparer un braquage au domicile de M. Sana et s’emparer de tout le butin est la meilleure solution. Il faut arrêter le chantage et agir directement. Ils sont sûrs désormais que la famille a gardé de fortes sommes d’argent dans la cour. Ils comptent agir avant la fin de l’année, de quoi fêter le 31 décembre. La gendarmerie de Boulmiougou qui a eu vent de toutes ces informations décide de devancer les braqueurs sur les lieux. Ils fouillent la maison et sont surpris de leur découverte.

Même s’ils s’attendaient à trouver de l’argent dans la cour, ils n’espéraient pas découvrir un tel montant. Des cantines contenant des liasses de billets de banque et des objets de valeur. M. Sana est interpelé. Son fils Abdoul Wahab aussi. Mais un membre de la famille notamment un certain Issouf et d’autres personnes impliquées dans l’utilisation des fonds arrivent à prendre la fuite. Au cours de l’interrogatoire, M. Sana tente de dérouter les gendarmes. Il déclare que l’argent lui appartient. Mais il n’arrive pas à convaincre les pandores sur l’origine de cette grosse fortune. Son activité de commerce ne lui permet pas d’économiser une telle somme. La gendarmerie décide de pousser l’enquête plus loin. Tous les éléments de la brigade sont mobilisés au cours de cette nuit. Sur les différents lots de billets attachés, on y trouve des étiquettes au nom du Directeur général des douanes. Tout de suite, on découvre que M. 

Sana Tidjani est en réalité un cousin à Ousmane Guiro. Le procureur est immédiatement saisi. Les choses s’accélèrent très vite. Dès la matinée du 1er janvier 2012, le désormais ex-directeur général des Douanes reçoit la visite des gendarmes. L’intéressé ne met pas du temps pour avouer. Ousmane Guiro reconnait que l’argent lui appartient. Selon nos sources, l’homme a tenté de rester serein dès les premiers moments. Bien qu’il soit informé de ce qui s’est passé au cours de la nuit, chez son cousin, Guiro n’a pas cherché à entrer en contact avec la brigade pour comprendre. Il ne s’imaginait pas les conséquences de cette affaire. Sur instruction du procureur du Faso, Ousmane Guiro est embarqué.

Il ne rentra plus chez lui. Sa famille qui pensait certainement à une petite histoire essaie de cacher l’affaire. Les plus hautes autorités sont très vite informées. Dès les heures qui suivent, l’information s’ébruite et la rumeur commence à courir en ville. Selon nos informations, Ousmane Guiro est toujours détenu à la gendarmerie à Paspanga (au moment où nous bouclions le 4 janvier). Deux autres personnes sont aussi mises aux arrêts dans cette affaire. Il s’agit de M. Sana Tidjani, cousin à Ousmane Guiro qui avait gardé l’argent chez lui et son fils Abdoul Wahab. Selon des sources proches de l’enquête, la manne qui était jusqu’à présent gardée à la gendarmerie de Paspanga a été remise le 3 janvier au Trésor public. C’est avec des mallettes que les responsables du Trésor sont allés récupérer l’argent en attendant que la justice statue sur la suite de l’affaire.

Guiro a eu peur des mutins Selon plusieurs sources, c’est au cours des mutineries militaires du 1er semestre de l’année 2011, que Ousmane Guiro a jugé bon de mettre son argent en sécurité. Les mutins ont rendu visite à plusieurs personnalités dont son voisin de Pissy, l’ex-chef d’état-major général de l’armée, le général Dominique Diendéré. Ils repartaient toujours avec ce qu’ils trouvaient de biens importants au cours de leurs visites. En mars dernier, quand son voisin Diendéré a subi les foudres des jeunes soldats (maison incendiée), sa maison à lui a été épargnée. Ce sont les jeunes du quartier, semble-t-il, qui ont essayé de vandaliser l’alimentation de sa femme, non loin de son domicile de Pissy, mais sans succès. Tout cela l’a instruit.

C’est ainsi que Ousmane Guiro aurait décidé de transporter les quatre cantines chez son cousin qui est un parfait inconnu dans son secteur. Chez les voisins de M. Sana, on n’est pas totalement surpris de ce qui lui arrive. Nombreux sont ceux qui croyaient que quelque chose de peu clair se passait dans la cour à travers les dépenses extravagantes des enfants. Pourtant, la plupart semblent n’avoir pas remarqué un quelconque changement de niveau du papa, même si certains semblent penser avec le recul qu’il pourrait y avoir un lien entre cet argent et le pèlerinage à la Mecque du couple en 2011. Les autorités n’ont pas mis du temps pour sanctionner. Dans un communiqué lu le 2 janvier à la télévision nationale, le président du Faso a pris un décret pour mettre fin aux fonctions de Ousmane Guiro. Il devait être entendu le 4 janvier par le procureur du Faso. Belem Pawanezambo

MUTATIONS N. 5 de janvier 2012, Mensuel burkinabé paraissant chaque 1er du mois (contact : Mutations.bf@gmail.com)

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 16 janvier 2012 à 01:37
    En réponse à : Arrestation de Ousmane Guiro : Voici comment les choses se sont passées

    Ca veut dire que la somme originale dépassait largement les 1,9 milliard saisis..

  • Le 16 janvier 2012 à 01:43, par le Burkinabe de Hollywood
    En réponse à : Arrestation de Ousmane Guiro : Voici comment les choses se sont passées

    j’avais bien dit ici meme que c’est surement a cause de ces voleurs de mutins que ce grand monsieur qui a travailler honnetement a voulu mettre son argent en lieu sur. tous ceux qui ont un peu au burkina ont essayer de mettre l’argent de cote car personne ne savait ou le pays allait avec ces acts de delinquances meles aux marches incitatoire des syndicats politiciens. seulement quand on parle de gens qui ont travailler honnetement et on gagner bien leur vie, beaucou de pauvres ne croient pas a ca. la pauvrete est un frein a l’esprit de critique. on va boir du sopal a 25frs a la boul eet on vient se faire economiste sur le net

  • Le 16 janvier 2012 à 01:57
    En réponse à : Arrestation de Ousmane Guiro : Voici comment les choses se sont passées

    mais ne me dites pas que guiro a amené ses cantines chez son cousin sans cadenas,c’est tout de meme bizarre. aussi on veut les noms des douaniers et des opérateurs économiques qui lui ont donné toutes ces liasses de banque parceque meme si guiro possède des armes,on n’a pas entendu qu’il y a eu un braquage à la bceao ou au trésor. donc guiro seul ne doit pas tomber dans cette affaire

  • Le 16 janvier 2012 à 02:21
    En réponse à : Arrestation de Ousmane Guiro : Voici comment les choses se sont passées

    Cet affaire à éclater par ce que ces les enfants d’un citoyen lambda qui dépensais des sommes extravagantes. Si c’était les enfants de Guiro aucune enquête ne sera menée. Je propose que toute personne sens emploi qui dépense plus de 10 000 FCFA dans une boite de nuit où dans un bar par jours soit enquêté. Il ya des milliers de Guiro dans le Faso et cela peut se voir a travers l’extravagance de leur enfants ou proches. Aba ceux qui bâillonnent leur peuple.
    Nous ne parleront de développent dans les pays d’Afrique noire que lorsque nous aurons des dirigeants responsables et soucieux de l’avenir de leur peuple. Malheureusement nous n’avons que des dirigeants aux yeux fermes, les oreilles bouchées, le cerveau congelé et la bouche ouverte pour gaver le system digestif. Vous parler de pauvreté, moqueur ! Il n’ya pas de pays pauvre mais des hommes incapables de travailler a leur propre développent. Continuer à mendier pour votre développent et pour le développent de votre peuple. Pitie a l’Afrique noire ! Vous allez tous mourir comme des chient galeux.

    AD

  • Le 16 janvier 2012 à 03:23
    En réponse à : Arrestation de Ousmane Guiro : Voici comment les choses se sont passées

    le premier voleur du pays c,est le PF.ca commencer par lui,donc les autres enpreintes son pa. Suis sur q lex DG d la doane n,est pa le seul. J,ai mal o coeur ou va le Faso, la population soufre ( faim, maladi) dans nos villages les eleves suivent les cours sous des arbres ou des ecoles en paille

  • Le 16 janvier 2012 à 03:26
    En réponse à : Arrestation de Ousmane Guiro : Voici comment les choses se sont passées

    J espère qu’il ne portera pas la croix seul, vivement que ses donateur se retrouvent à la MACO

  • Le 16 janvier 2012 à 04:18, par Guevara
    En réponse à : Arrestation de Ousmane Guiro : Voici comment les choses se sont passées

    Jugez en, un seul individu. Combien de patients morts auraient été sauvés en allant en consultation ?, en honorant leurs ordonnances ?,Combien de malnutris, Combien étudiants seraient nourris au R.U.? Combien pouvaient bénéficier d’eaux potable ?

    Guiro est plus méritant que Boum-Boum, Nabaloum Dramane ?

    Qui disait que la crise, cette mutinerie n’a pas fait de bien ?

    Mais malheureusement des Guiro il y en a plein. Il suffit simplement de demander aux autres de justifier leurs fortunes, leurs villas, leurs millards qu’ils fêtent. Et vous verrez.

    Mais qui va oser ? On ne fera que s’agiter. On exibe Guiro et c’est tout rien de plus. On ferme les yeux.

    D’ailleurs, même pour Guiro, on ne savait pas en réalité que ça mènerait à lui car il avait déjà été épinglé et comme on savait que c’était lui et qu’il n’est pas n’importe qui, ngaw ! Mais cette fois ci, c’était n’importe qui ! des enfants à un n’importe qui, pauvre type, vrai burkinabè quoi, comme moi. Là on on s’est saisi de l’affaire. Le gros poisson était au bout. On verra jusqu’où ça ira.

    Hé burkina ! pays des hommes intègres ! hum !

  • Le 16 janvier 2012 à 04:53
    En réponse à : Arrestation de Ousmane Guiro : Voici comment les choses se sont passées

    il nous faut une loi sur le delit d’apparence

  • Le 16 janvier 2012 à 05:55
    En réponse à : Arrestation de Ousmane Guiro : Voici comment les choses se sont passées

    oui mon frere

  • Le 16 janvier 2012 à 07:42, par Iso
    En réponse à : Arrestation de Ousmane Guiro : Voici comment les choses se sont passées

    Ce sont les gendarmes qui ont compté l’argent ? Un peu de sérieux dans ce que vous écrivez.

  • Le 16 janvier 2012 à 23:57, par theking
    En réponse à : Arrestation de Ousmane Guiro : Voici comment les choses se sont passées

    Je suis persuade que ces gendarmes,compteurs d’argent ont aussi coupe leur part de gateau mais j’ignore combien chacun a pris,seul Dieu le sait mais c’est la loi de la nature.Honetement je ne les accuse pas car c’est pour leur survie et non pour s’enrichir.

  • Le 17 janvier 2012 à 08:41, par Kalkuto
    En réponse à : Arrestation de Ousmane Guiro : Voici comment les choses se sont passées

    Des guiro c’est pas ça qui manque au Faso, que la gendarmerie enquête rapidement sur l’ex ministre qui cherchait à se débarrasser de 36 millions à la BICIA.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés