Le Pr ALBERT OUEDRAOGO AUX EDITIONS LE PAYS : "Je suis souvent en phase avec vos analyses"

jeudi 24 novembre 2011 à 01h07min

Le ministre des Enseignements secondaire et supérieur, le Pr Albert Ouédraogo a rendu une visite de courtoisie aux éditions "Le Pays" le 21 novembre 2011, accueilli par le Fondateur des éditions "Le Pays", Boureima Jérémie Sigué et le directeur général, directeur de publication, Beldh’or Cheick Sigué. Pour lui, il s’agit d’une rencontre entre le responsable de la structure de défense des droits humains qu’il était et l’organe qui lui a toujours offert ses colonnes pour son combat. La visite a permis au Pr de saluer les efforts faits et a dit compter sur le journal dans ses nouvelles fonctions.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

21 novembre 2011. Il est 16h30 aux éditions "Le Pays". A l’entrée du journal, le Fondateur des éditons "Le Pays", Boureima Jérémie Sigué, le directeur général-directeur de publication, Beldh’or Cheick Sigué et le chargé des relations publiques, Evariste Télesphore Nikièma attendent un visiteur de marque. L’intéressé fait son entrée, téléphone à l’oreille. Le téléphone raccroché, ce sont de chaudes empoignades avec une ambiance de retrouvailles. "Bienvenu M. le ministre", lance le Fondateur des Editions "Le Pays". Les salutations d’usage terminées, l’invité est conduit à l’étage.

C’est là qu’auront lieu les échanges. D’entrée de jeu, le directeur général, directeur de publication, Beldh’or Cheick Sigué, après avoir fait les présentations, donne la parole au Pr Albert Ouédraogo, ministre des Enseignements secondaire et supérieur, qui décline l’objectif de sa venue aux Editions "Le Pays". Pour le ministre donc, "venir saluer les premiers responsables des Editions "Le Pays" est un agréable devoir" et cela parce que "dans une vie antérieure", le journal a été un espace médiatique important pour la structure de défense des droits humains dont il était le premier responsable à savoir le TOCSIN.

"Publier nos articles ne posait pas de problèmes et nous étions à 99% sûrs que vous les publierez les premiers", a laissé entendre l’ancien président du TOCSIN, le Pr Albert Ouédraogo. Dans sa nouvelle mission qui est de travailler à ce que le secteur des enseignements secondaire et supérieur retrouve "ses lettres de noblesse", renouer avec le cycle des années scolaires et universitaires normales, l’accompagnement des médias demeure primordial afin d’avoir le pouls de la cité. Toute chose qui permettra, à n’en point douter, "qu’il y ait un contre- pouvoir pour limiter le pouvoir". Le ministre dit donc toujours compter sur les colonnes du journal "Le Pays" dans les nouveaux espaces qu’il occupe désormais à savoir, le milieu scolaire et estudiantin. En guise de réponse, le directeur général, Beldh’or Cheick Sigué, a rassuré son hôte qu’il pourra toujours compter sur les éditions "Le Pays" pour l’accompagner dans sa mission. Boureima Jérémie Sigué s’est, quant à lui, exprimé en disant que le message du ministre reste, on ne peut plus, "clair, agréable et sans équivoque et constitue un stimulant pour les responsables de la maison."

Il a, en sus, affirmé que dans l’intérêt du Burkina Faso en général et du système éducatif en particulier, le ministre peut se sentir rassuré de l’accompagnement du groupe de presse. Après avoir signé le Livre d’or des Editions "Le Pays", le ministre a dit au revoir aux premiers responsables du journal. Pour la visite, le ministre était accompagné de son directeur de la communication et de la presse ministérielle, Hubert Yalgado Savadogo et de son assistant, N. Abraham Bayili ainsi que du cadreur Jean Marie Sawadogo.


Le sens de la visite

"Heureusement qu’il y a un organe comme "Le Pays"

"Nous sommes venus pour raffermir les liens d’amitié qui ont toujours existé entre les Editions "Le Pays" et ma personne à travers l’association le TOCSIN que j’ai eu à diriger jusqu’à une date récente. C’est une question de gratitude pour tout l’accompagnement dont j’ai pu bénéficier parce que, comme vous le savez, cela n’a pas été des moments faciles. Il y a eu des périodes de grande incompréhension entre le discours que nous tenions et les discours officiels. Heureusement qu’il y a un organe comme "Le Pays", capable de relayer ce que nous disions avec des analyses appropriées. Aussi sommes-nous venus dire que nous sommes dans un autre combat qui est celui de l’éducation et nous voudrions pouvoir compter sur l’action salutaire d’un journal comme "Le Pays" par sa critique et par son indépendance afin de nous aider à ne pas trop nous perdre. Quand on a le nez sur le guidon et qu’on gère dans l’urgence, il n’est pas toujours aisé de ne pas commettre quelques impairs. En la matière, toute critique est salutaire parce qu’elle nous permet d’éviter de trop dériver. Egalement nous sommes venus nous enquérir des conditions de travail et voir comment cette entreprise qui a commencé modestement est devenue une entreprise de référence, ce qui est un élément de stimulation pour nos étudiants qui pensent certainement que la voie du salut passe par le fonctionnariat. Non, l’esprit d’entreprise est ce qui permet et qui doit permettre à nos pays de sortir du sous-développement."

Le Pr Albert, un grand lecteur du journal "Le Pays"

"Je lis régulièrement "Le Pays, j’ai publié régulièrement dans "Le Pays" et je suis souvent en phase avec les analyses qui y sont. Cela parce que l’esprit d’indépendance et l’objectivité des écrits ont toujours reçu mon assentiment. Sur le plan de la conception de la vie, je crois qu’il y a beaucoup de proximité."

Le Pr Albert Ouédraogo dans le livre d’or des éditions "Le Pays"

"Rendre visite au journal "Le Pays" est un agréable devoir pour le militant de droits humains que je suis. A plusieurs reprises, j’ai pu apprécier la justesse des analyses et les points de vue pertinents et courageux qui font la fierté des lecteurs d’ici et d’ailleurs. L’arrivée dans l’équipe gouvernementale me donne l’occasion de réitérer toute ma sympathie pour les premiers responsables ainsi que tout le personnel dont le professionnalisme force l’admiration. Le monde de l’éducation trouve en ce journal, un partenaire de premier ordre. Longue vie au journal et à tous ses animateurs pour ses vingt premières années !"

Fait à Ouagadougou le 21 novembre 2011

Pr Albert Ouédraogo Ministre des Enseignements secondaire et supérieur

Aimé NABALOUM

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés