VILLE DE OUAGA : Les mal-logés et les sans-abris en colère

jeudi 6 octobre 2011 à 01h17min

A l’occasion de la Journée mondiale de l’habitat, la Coordination des associations de Boulmiougou (CAB), en partenariat avec le réseau Novox Burkina, a organisé le lundi 3 octobre 2011 une marche et un meeting à la Bourse du travail de Ouagadougou. Ces manifestations ont été organisées dans le but de soutenir les sinistrés du 1er septembre 2009 et les mal-logés de la ville de Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

En octobre 1985, l’Organisation des nations unies (ONU) instituait le premier lundi du mois d’octobre, Journée mondiale de l’habitat en vue d’un logement décent pour tous les citoyens. 26 ans après, le constat est amer. De nombreuses personnes vivent dans des conditions peu enviables ou sont sans domicile fixe. C’est dans ce contexte que la Coordination des associations de Boulmiougou (CAB), en collaboration avec le réseau Novox, a organisé le lundi 3 octobre 2011 une marche et un meeting à la Bourse du travail de Ouagadougou.

Ces manifestations avaient pour objectif d’apporter un soutien aux sinistrés du 1er septembre 2009 et aux mal- logés de la ville de Ouagadougou. Ainsi, des femmes et des hommes venus des différents secteurs de la ville de Ouagadougou ont pris d’assaut les rues de la ville pour manifester leur ras-le-bol contre l’injustice dont ils sont victimes. Après avoir sillonné les rues de Ouagadougou, les manifestants se sont retrouvés à la Bourse du travail où ils ont tenu un meeting pour, disent-ils, dénoncer les malversations constatées lors des lotissements, de l’attribution des parcelles et de l’expropriation des terrains.

A l’occasion, on s’est cru à l’Action sociale tant les problèmes étaient nombreux et atypiques d’une personne à une autre. A titre d’exemple, Kadidja Coulibaly dit avoir été victime d’expropriation de sa parcelle dans l’arrondissement de Boulmiougou, malgré tous les documents lui donnant droit à ladite parcelle. Pour les organisateurs, malgré l’existence dans notre pays d’un ministère de l’Habitat et de l’urbanisme, le droit à un logement décent est mis en péril par l’absence de politiques sérieuses qui tiennent compte de la dignité humaine.

Au cours du meeting, les participants qui se réclament victimes des sinistres du 1er septembre 2009 prétendent n’avoir pas bénéficié de parcelles bien qu’ils remplissent les conditions d’attribution. Pour cela, Séni Sana, Président de la CAB, a lancé un appel au Premier ministre afin qu’il "vienne en aide aux sinistrés du 1er septembre 2009 qui sont toujours en attente d’être servis comme leurs ex-voisins qui se trouvent présentement à Yagma".

Mouonkoun Célestin DABIRE (Stagiaire)

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés