SUCCESSION DE NAABA WOBGO DE GOURCY : L’ancien ministre, Elie Ouédraogo intronisé sous haute surveillance policière

jeudi 1er septembre 2011 à 03h56min

Le samedi 27 août 2011 a eu lieu à Tangzougou (Gourcy) l’intronisation du successeur de Naaba Wobgho, décédé l’année dernière. Le choix s’est porté sur l’ancien ministre, Elie Ouédraogo qui a été intronisé sous le nom de règne, Naaba Baongho. Retour sur une cérémonie pleine de faits majeurs, dirigée par le Bing Naaba de Gourcy en présence d’émissaires du roi du Yatenga, d’une foule nombreuse mais surtout d’un dispositif sécuritaire impressionnant.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Depuis le 28 juin 2010, jour où le Naaba Wobgho de Gourcy a tiré sa révérence après 26 années de règne, le poste est resté vacant et la transition assurée, comme la coutume le prévoit, par une Napoko. Après les funérailles du défunt chef en mai 2011, trois candidats se signalent pour la succession au trône de la cité de Naaba Yadéga : le député Tahéré Ouédraogo, le directeur général de la société minière SEMAFO, Elie Justin Ouédraogo, et Sambologo Abdoulaye Ouédraogo, fonctionnaire à la retraite. Entre-temps, on susurre le nom d’un 4e prétendant en la personne de Hamidou Ouédraogo, gendarme à la retraite.

Au petit matin du samedi 27 août 2011, Gourcy ressemblait à une ville en état de siège ou, à la limite, en état d’alerte avec la présence remarquable des forces de l’ordre. Deux pelotons de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) venus de Ouagadougou, un de la Police nationale et, enfin, un autre de la gendarmerie, tous en provenance de Ouahigouya pour renforcer les éléments de la Brigade territoriale de gendarmerie de Gourcy et parer à toute éventualité lors de la cérémonie d’intronisation. Ils installent leur QG à l’école centre A. Tout Gourcy retient son souffle. Le jour tant redouté est enfin arrivé après plusieurs fausses alertes.

Une intronisation qui tient en haleine

La cérémonie est prévue pour 16 h. Un tour en ville et dans les trois états-majors et le constat est le suivant : le marché grouille de monde comme à son habitude. Les nombreux regroupements dans les maquis, devant les installations marchandes et dans la rue n’ont qu’un seul sujet à l’ordre du jour : l’intronisation du successeur de Naaba Wobgho. Certains sont inquiets et disent ne pas se rendre au site par prudence pendant que d’autres attendent avec impatience l’heure de vérité. La mobilisation est forte devant le domicile du prétendant Elie Justin Ouédraogo, moyenne chez Tahéré Ouédraogo et faible chez Sambologo Abdoulaye Ouédraogo.

Devant la cour royale, c’est le calme total. A 14h, les forces de l’ordre se mettent en tenue appropriée et, 30mn après, tout le dispositif sécuritaire est en place sur le site d’intronisation. A 15h 15, le candidat Elie Justin Ouédraogo et ses partisans arrivent les premiers sur les lieux. Ils restent sous un neem à 100m du site et des jeunes habillés en tee-shirt blanc forment une haie de sécurité. Dès lors, les regards se tournent vers toutes les ruelles menant au site à la recherche des autres candidats. A 16h 10, Tahéré Ouédraogo arrive également avec ses partisans. Ils s’installent à une trentaine de mètres des premiers. Quelques temps après, le troisième prétendant, Sambologo Abdoulaye Ouédraogo, fait son apparition aux côtés de Tahéré. Le 4e qu’on avait annoncé est dans la foule mais de façon anonyme.

La peur s’empare de ceux qui ne s’attendaient pas un à tel scénario et qui redoutent le pire. A 16h 30, les émissaires de Naaba Kiiba (Toog-Naaba, Wedrang-Naaba et des représentants de Rasam-Naaba et du Baloum- Naaba) arrivent et foncent tout droit chez le Bing-Naaba de Gourcy pour un entretien qui va durer près de 30mn. A 17h 00, la concertation prend fin et ils font leur entrée à l’intérieur du site suivis des trois prétendants. A l’intérieur, les conciliabules et autres tractations continuent. A 17h 45, après un bref entretien entre le Toog-Naaba du Yatenga et le Bingo de Gourcy, le prétendant Elie Justin Ouédraogo est prié de s’avancer et un cordon de sécurité le sépare des deux autres candidats. On procède à la vérification de son paquetage et tout y est (tenue, bonnet…).

A 17h 54, les membres de la famille Warma, présents à l’intérieur du site, sont invités à boire le ‘’Naamteedo’’. Certains s’exécutent à cœur joie mais d’autres déclinent l’offre. Entre-temps, les deux prétendants (Tahéré Ouédraogo et Sambologo Abdoulaye Ouédraogo) quittent les lieux. A 18h 00, le porte- parole du Bingo décline l’identité du successeur de Naaba Wobgho. Le roi du Yatenga a porté son choix sur Elie Justin Ouédraogo. On lui porte sa tunique et son bonnet sous les ovations de ses partisans. Un tour à l’extérieur du site pour des rites et voilà le tout nouveau chef de Gourcy qui revient et fait le tour du mausolée en dansant. Quelques minutes après, chacun retient son souffle. C’est le moment où le chef doit dévoiler "son nom de guerre".

Plus de peur que de mal

Dorénavant, Elie Justin Ouédraogo, chef de Gourcy, se nomme Naaba Baongho. A la fin de tous les rites, il enfourche son cheval blanc et sous escorte policière, il rejoint son domicile provisoire (chez son logeur) où il devrait passer sept jours avant de regagner la cour royale. Pour le Toog-Naaba qui a conduit la délégation du Yatenga, la cérémonie d’intronisation s’est déroulée selon les règles et Naaba Baongho peut exercer son pouvoir. Quant au nouveau chef, il a, par la voix de son porte-parole, remercié ceux qui l’ont accompagné tout au long du périple et a appelé les filles et fils du Zondoma à l’unité. Il y a eu donc plus de peur que de mal mais au moment où nous tracions ces lignes (le lundi 29 août), les troupes venues en renfort étaient toujours à Gourcy. Aux dernières nouvelles et de sources bien informées, des partisans d’un des candidats étaient venus de différentes localités pour semer le désordre mais la présence des forces de sécurité a eu un effet dissuasif sur eux.

P.B. Winninmi ILBOUDO (Collaborateur)

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés