Couvre feu à Ouagadougou : Une nécessité de sécurité

jeudi 5 mai 2011 à 00h51min

Savez-vous les bienfaits du couvre-feu ? Non, pourraient répondre les couche-tard. Et pourtant, cette mesure, prise au lendemain de la grogne des militaires vise non seulement à prévenir les dérives, mais aussi à protéger les citoyens et leurs biens.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Intervenant, plus d’une vingtaine d’années après les périodes d’Etat d’exception qui rythmaient avec couvre-feu, on comprend que certains Burkinabé éprouvent aujourd’hui du mal à s’accommoder à cette mesure « qui semble trop duré ».

Le bref couvre-feu instauré sur toute l’étendue du territoire national au lendemain de la première sortie des militaires en mars 2011 a donné l’impression que cette mesure ne devrait pas durer. Mais la situation délétère dans laquelle le Burkina et particulièrement Ouagadougou se retrouve, fait que cela s’impose comme une des solutions pour sécuriser les citoyens et leurs biens.

Etant une nécessité, cette mesure a été maintenue pour la seule ville de Ouagadougou. Elle a été en vigueur dans un premier temps de 19 h à 6 h, avant d’être ramenée de 22 h à 5 h. A la période de Pâques, du 21 au 23 avril 2011, il y a eu un assouplissement et allait de 24 h à 5 h du matin.

Au départ, des gens éprouvaient du mal à l’accepter. Présentement, cela fait près d’un mois de couvre-feu à Ouagadougou, comment cette mesure est-elle suivie ?

On peut avouer que, les jours passant, de nombreux citoyens s’y sont plus ou moins accoutumés. Ainsi, quand sonne l’heure du couvre-feu, Ouagadougou donne l’impression d’une ville morte au centre.

Par contre, dans d’autres zones, des plaisantins, se pavanent comme si eux n’étaient pas concernés. En refusant ainsi de se soumettre à une décision de l’autorité établie, ils se retrouvent sur une voie contraire à l’Etat de droit. Ce qui les expose à des actions punitives en cas de contrôle.

Aussi, pour ceux de nos concitoyens qui gagnent leur vie, à travers des activités lucratives dans la nuit, cette situation n’est pas faite pour arranger les affaires. Par conséquent, ceux-ci sont pressés de voir ce couvre-feu définitivement levé.

Mais, les autorités ne sont pas prêtes à se voiler la face sur la réalité du terrain et lever cette mesure, au risque de mettre en péril des vies humaines.

D’où le bien-fondé des patrouilles d’agents de corps spécialisés, chargées de faire respecter cette décision. Car, quoi qu’elle puisse créer des inconvénients aux uns et aux autres, elle marque surtout, le souci des gouvernants de garantir la paix et la quiétude dans la cité.

Bilélé Bénin

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 5 mai 2011 à 09:37
    En réponse à : Couvre feu à Ouagadougou : Une nécessité de sécurité

    D’où le bien-fondé des patrouilles d’agents de corps spécialisés, chargées de faire respecter cette décision. Car, quoi qu’elle puisse créer des inconvénients aux uns et aux autres, elle marque surtout, le souci des gouvernants de garantir la paix et la quiétude dans la cité
    Et, si c’était eux justement qui trouble la quiétude et nous mette dans l’insécurité ? Ne vont-ils pas profiter eux aussi pour jouer aux voleurs puisqu’il n’y a personne au dehors ?
    Ce couvre feu n’a en réalité aucun sens puisque ceux qui sont censé le faire respecter sont à l’origine des troubles, je veux parler des différents corps habillés.

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2011 à 11:12, par AK
    En réponse à : Couvre feu à Ouagadougou : Une nécessité de sécurité

    Où sont les réponses à la question posée : les bienfaits du couvre-feu ?

    Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2011 à 12:02, par Daz
      En réponse à : Couvre feu à Ouagadougou : Une nécessité de sécurité

      Parfaitement d’accord avec AK. Le contenu n’a rien à voir avec le titre. On s’attendait à un exposé détaillé sur les bienfaits du couvre-feu à l’heure actuelle. Je trouve dommage qu’on enferme les pauvres civils et qu’on libère les auteurs de trouble. On sait aujourd’hui de quoi est capable un militaire devant une boutique fermée. Dieu nous garde !

      Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2011 à 13:34, par Le Mite
    En réponse à : Couvre feu à Ouagadougou : Une nécessité de sécurité

    Oser dire ce ce couvre feu illégal a des bienfaits, il faut vraiment "biléler" pour l’affirmer. Et que dire des bastonnades avec blessures, des viols, et des meurtres commis par ces mêmes forces du désordre qui abusent allègrement des la réquiosition faite ?

    Le couvre feu est illégal parce que la réquisition qui l’a instauré en même temps que la restriction de la liberté de manifester a été signée (par des ministres) le même jour que la dissolution du Gouvernement. Or, en matière administrative, l’acte pris ne précise pas l’heure se sa signature, d’ou l’application de la règle du zéro heure (pour les juristes qui comprennent) ; résultat, la réquisition est nulle parce que signée le même jour par un gouvernement dissout.... le même jour. La réquisition tombe dans la catégorie des actes inexistants, et tous ceux qui ont subi des préjudices de la part des militaires chargés de son application sont fondés à demander réparation à l’Etat en prenant soin de faire des constats d’huissier si possible, en bonne et due forme.

    La restriction des libertés dont le couvre feu est un abus d’autorité. Alors, de grâce, pas de soutien inutile aux violeurs et autres voleurs qui se cachent sous la tenue !

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2011 à 15:33, par mackiavel
    En réponse à : Couvre feu à Ouagadougou : Une nécessité de sécurité

    C’est une mesure sans fondement ni effet réel démontré. Par contre, on connait les inconvénients économiques et sécuritaires. Imaginez toutes ces activités économiques qui sont obligées de s’arrêter (stations services, restaurant, aéroport, taxis, hôtels, macquis... qui paient les impôts.

    Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2011 à 18:22, par ko
      En réponse à : Couvre feu à Ouagadougou : Une nécessité de sécurité

      Merci de rappeler à qui veut l’entendre que le couvre feu à des avantages et des inconvénients.
      Maintenant que la situation semble calme, je pense qu’il serait impérieux pour les autorités de lever définitivement cette mesure. Si ça se poursuit sans nécessité, on va crier à la violation des droits à la liberté de la libre circulation des personnes.
      L’orage semble passé, il faut lever le pied sur le frein.
      Je rappelle à notre journaliste qu’il n’a vraiment pas apporté qulque chose qui a trait au itre annoncé.
      Un peu d’effort

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés