Mutinerie policière : Des concertations en cours

vendredi 29 avril 2011 à 15h00min

Pour exiger de meilleures conditions de vie, des policiers ont fait parler la poudre dans la nuit du 27 et dans la matinée du 28 avril 2011 dans plusieurs villes du Burkina Faso. Le calme semble être revenu dans la mi-journée de ce jeudi 28 avril 2011 et des concertations entre policiers mutins et autorités auraient lieu en ce moment.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Des coups de feu ont retenti dans la ville de Kaya dans la matinée de ce jeudi 28 avril 2011. Selon un témoin joint au téléphone par Fasozine.com, des policiers seraient à l’origine de ces tirs. « Ils sont regroupés dans la cours de la direction régionale de la police nationale en train de tirer. Les portes sont fermées », nous a précisé notre interlocuteur. Les banques et les commerces autour du commissariat ont préféré baisser les rideaux, mais en ville la population vaquait normalement à ses activités, a-t-il ajouté. Les tirs qui ont débuté vers 10h se sont arrêtés aux environs de midi.

Ce faisant, les policiers de Kaya n’ont fait qu’emboiter le pas à leurs collègues du camp des Compagnies républicaines de sécurité (CRS) et du commissariat central de police de Ouagadougou, Bobo-Dioulasso (la deuxième ville du pays), Fada N’Gourma (est), Dédougou, Manga et Pô, qui ont tiré en l’air eux aussi dans la nuit du 27 avril et dans la matinée du 28. Les policiers mutins réclament de meilleures conditions de vie et de travail, à l’instar des militaires, dont certains ont déjà obtenu satisfaction après quelques mutineries. « La raison de cette révolte, nous la connaissons depuis ce matin. Les policiers demandent l’application de leur statut, le départ de certains de leurs chefs, la justice pour leur camarade tué à POA (lynché lors d’une manifestation d’élèves, NDLR) et la libération d’un de leur collègue détenu à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou », a expliqué Jérôme Bougouma, le ministre en charge de la Sécurité à la télévision nationale.

Si le calme semblait être revenu dans la mi-journée, des concertations entre représentants des policiers et autorités se déroulaient, a assuré le ministre. « Nous condamnons, avec beaucoup de fermeté, l’attitude de ceux qui ont fait cela. Quand le chef de l’Etat avait reçu les policiers il y a quelques jours, ces préoccupations lui avaient été posées. Il avait donné des instructions pour qu’elles soient résolues », a cependant déploré Jérôme Bougouma.

La manifestation des policiers a débuté mercredi soir dans une caserne des CRS située dans le quartier de Wayalguin (secteur 27), de la capitale, avant de gagner d’autres villes. Pour le ministre, cela peut laisser supposer qu’elle a été organisée. « Ce n’est pas de l’improvisation. Avec les SMS on arrive à mobiliser le monde entier », a soutenu le premier responsable du département de la Sécurité, en demandant aux policiers de faire preuve de « patience » afin que leurs doléances soient satisfaites.

wendonde

Fasozine

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 29 avril 2011 à 20:20, par Tagsi
    En réponse à : Mutinerie policière : Des concertations en cours

    En toute sincérité,ce n’est pas dans cette attitute que les choses trouveront solution.Que deviendra notre cher pays si tout le monde se mettait à revendiquer de la sorte ?Que ces "mutins" sachent raison gardée.Personnellement je ne comprends plus rien.Il me semble que ces manifestations ne que sont que le tip du iceberg.Où veut-on en venir ?
    Maintenant on fait parler les armes pour exprimer sa colère.
    Certes,il y a des problèmes et ce dans toutes les couches de la population et dans presque tous les secteurs.Mais est ce de la sorte que nous resolverons les problèmes.
    Que Dieu nous aide.A cette allure là...

    Répondre à ce message

    • Le 30 avril 2011 à 19:19, par LE PRINCE
      En réponse à : Mutinerie policière : Des concertations en cours

      BJR MON CHER TAGSI TU AS RAISON DE NE RIEN COMPRENDRE CAR CETTE AFFAIRE DEPASSE TA FACULTE.CROIS TU QUE CEUX QUI FONT LA MUTINERIE NE SONT PAS CONSCIENT.DES GENS QUI METTENT LEURS VIES EN DANGER ET LA HIERARCHIE VEUT BOUFFER SUR LEUR DOS.A TON TOUR IL FAUT TE TAIRE.EST CE QUE LA MANIFESTATION DE LA POLICE A T-ELLE CREE DES DOMMAGES.SEUL A MANGA.

      Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2011 à 18:14, par alberto
    En réponse à : Mutinerie policière : Des concertations en cours

    Si les militaires ont pris les armes pourquoi pas les paramilitaires ? Ils ont fait parle les armes pour se faires entendre eux aussi.Les douaniers et les eaux et forets en feront autant un jour.Nous sommes tous conscient des maux qui minent le faso donc prenons les choses au serieux et en avant pour la justice et la reconciliation.merci

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés