Manifestations des militaires au Burkina : pas de mort

vendredi 25 mars 2011 à 03h00min

Les manifestants n’ont pas fait dans la dentelle. Les armes ont tonné. Les Ouagavillois , pour la plupart, se sont tapé une nuit blanche, Morphée n’ayant daigné ouvrir ses bras qu’au petit matin, lorsque le staccato des armes et les coups de feu par à-coups, ont cessé. Seule consolation, malgré les nombreux dégâts matériels, il n’y a pas eu de perte en vie humaine, comme l’a confirmé le ministre burkinabè en charge de la Sécurité, même si la nuit violente du mardi a occasionné une dizaine de blessés selon un communiqué du ministère de la Défense et des Anciens combattants.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Mieux, par la voix de Dominique Djindjéré, le Chef d’état-major général des armées, la hiérarchie militaire a battu sa coulpe et présenté ses excuses à « nos parents commerçants pour ses actes inqualifiables » commis par ses hommes. Et Blaise Compaoré, tout en reconnaissant que le Burkina Faso est un Etat de droit ou chacun a le droit de s’exprimer et tout en appelant à la sérénité face aux évènements malheureux que le Burkina a successivement vécus, n’a pas manqué de relever le rôle important de la justice.

En effet c’est, du reste officiellement, une pilule judiciaire que certains militaires n’ont pu avaler, parce que la trouvant trop amère, qui est à la base de ce feuilleton, qui se déroule en live sous nos yeux, juste quelques semaines après la fin du 22ème Festival panafricain du cinéma et de la télévision du cinéma de Ouagadougou (Fespaco). A la seule différence qu’on nage en pleine réalité, à la place de la fiction, apanage du cinéma. « Une décision de justice rendue en première instance, le 22 mars 2011, a condamné un sous-officier et quatre militaires de rang à des peines privatives de liberté dans une affaire les opposant à un particulier, rappelle une note du ministère en charge de la Défense.

L’accalmie relative observée depuis quelques heures se muera-t-elle en paix des braves pour que le Burkina Faso retrouve cette quiétude dont il gardait si jalousement le secret, alors que certains de ses voisins peinent à retrouver les voies de la paix ? C’est le souhait des Burkinabè qui en ont déjà de chercher à survivre, confrontés aux dures réalités de la vie chère.

Fasozine

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 25 mars 2011 à 21:02, par KINDA Seydou
    En réponse à : Manifestations des militaires au Burkina : pas de mort

    Et si tout ce tintamarre avait été orchestré par certaines personnes qui ne souhaitent pas voir Blaise COMPAORE prendre sa retraite en 2015 (Fin de son mandat constitutionnel) ?

    Et si tout ce vacarme avait été monté pour intimider tous les éventuels candidats à la succession de Blaise COMPAORE en 2015 ?

    Et si tout ce scénario avait été monté pour accréditer la vieille thèse selon laquelle : « A part Blaise COMPAORE, personne d’autre ne peut diriger le Burkina » ?

    Et si au-delà de tout ça, l’objectif est de justifier la nécessité de modifier l’article 37 ?

    Je m’interroge, à qui profite tout ça ?

    Wait and see ! (Attendons de voir )
    Et surtout rester vigilant.

    KINDA Seydou

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés