Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ce n’est pas parce qu’un crâne est chauve qu’il n’a pas de poux.» Proverbe Africain

Violences faites aux hommes : La souffrance dans le silence

Accueil > Actualités > Société • • samedi 14 février 2009 à 01h01min

Les violences conjugales ne sont pas seulement l’apanage des femmes. Des hommes en souffrent également. Mais le sujet de l’homme violenté par sa femme est rarement abordé dans les sociétés africaines. C’est une question qui suscite un sourire narquois, moqueur et même malicieux. Spontanément, on ne peut pas imaginer un homme qui ne serait pas capable de se défendre d’une femme. Et pourtant, le fait est là et bien réel

Les violences faites aux hommes sont une réalité au Burkina Faso. Cependant, le sujet n’est pas abordé en opposition aux violences que les femmes subissent, parce que l’homme est considéré comme une personne en quête de son épanouissement, ayant des sentiments et des besoins à satisfaire. La non satisfaction de ces besoins par la faute d’une autre personne porte atteinte à son intégrité morale. Une violence, que tout le monde voit mais dont personne n’en parle. Ceux qui acceptent d’en parler, le font sous le couvert de l’anonymat. "Sa femme est un genre de garçon manqué. Elle est d’une force physique remarquable et ne manque jamais l’occasion d’exprimer sa virulence. Elle frappe son époux et le fait comme une mère en colère s’en prendrait à son enfant. Une véritable bastonnade, une vraie séance de correction", a confié un médecin chez qui un homme violenté physiquement a été pour des soins médicaux. Comme celui-ci, bien d’autres sont victimes de violences conjugales qui sont de plusieurs ordres : physiques, verbales, morales, sexuelles, etc.

Des insultes et des plaintes incessantes

Les cas d’hommes physiquement violentés sont rares. Encore forte des traditions et coutumes, la société burkinabè ne tolère pas une femme qui frappe son mari. La sanction qu’elle encourt va de l’immolation de sacrifices aux mânes des ancêtres pour conjurer le mauvais sort, à la répudiation. Pour cela, les femmes s’abstiennent de porter la main sur leurs époux. "Les quelques cas constituent des réactions épidermiques que peuvent avoir les femmes", déclare l’imam Alidou Ilboudo de la mosquée de l’Association des élèves et étudiants musulmans au Burkina. A ce propos, il relate le cas d’un homme qui a été brûlé au pied par sa femme qui chauffait de l’eau. "C’est au cours d’une discussion qu’elle a posé cet acte. Cela a été sans doute instinctif. Elle regrettera plus tard mais le mari a déjà écopé du mal".

Quant à Michel Kaboré, de la pastorale familiale de l’Eglise des Assemblées de Dieu de Tanghin, "les violences que les hommes subissent sont purement et simplement un mécanisme de défense que la femme développe car de nature elle est douce, calme et posée. Aussi, si elle venait à être violente, c’est suite au comportement de son mari". Il affirme avoir rencontré un couple dans l’exercice de ses fonctions dont le mari était si violent qu’il battait sa femme. "Cette dernière en avait assez des coups et décida un jour, de se défendre. Elle le fit si bien que son mari s’en sortit avec des rougeurs par-ci, des plaies par-là, et depuis cet instant, il comprit que son épouse n’était pas à battre. Et c’est de la sorte que la femme eut la paix".

Le tort que les femmes font généralement aux hommes sont les propos déplacés, troublants, vexants qu’elles tiennent à leur endroit. Elles se servent d’autres formes subtiles de violences : les insultes, les plaintes incessantes, le refus de faire la cuisine, le silence (le refus de communiquer, de dialoguer) et le refus d’aller en intimité avec le mari. Il y a également le fait d’élever le ton devant l’homme, lui faire des reproches incessamment ou le réprimander publiquement. Contrairement à certains hommes qui se vident de leur colère en frappant leurs épouses, certaines femmes affectent la sensibilité de l’homme en blessant son orgueil. Un fidèle confiait ceci au Pasteur Babou Jean Baptiste Bamouni de l’Eglise évangélique de la grâce : "Mon épouse se plaint constamment de notre niveau de vie et m’accable de toutes sortes de vexations".

L’opinion populaire trouve que les femmes ne savent que dévaloriser, faire des reproches et critiquer sans cesse : "la femme n’est jamais satisfaite et ne sait point se contenter de quelque chose". Un contrôleur des impôts a laissé entendre que sur l’insistance de sa mère, il a décidé de payer une mobylette pour sa femme. "J’ai contracté un crédit à la banque et une fois la moto acquise, j’ai planifié de sorte qu’il ait un effet de surprise pour mon épouse. Mais à ma grande stupéfaction, je ne reçus que des plaintes. Madame ne voulait pas de cette marque, elle voulait une autre qui était à la mode", se plaint-il. La réaction de sa femme lui était incompréhensible et son attitude décevante. "Comment ne pas jubiler de joie pour le cadeau. Combien de ses camarades sont sans moyen de déplacement et l’envient. C’était le pire des cauchemars qui me soient arrivé", a-t-il soupiré.

Le mariage est la rencontre de deux caractères, de deux personnalités. Une alliance qui exige de la conciliation en tout et pour tout pour l’harmonie de la famille. Ce qui relève d’un savoir-faire. De l’avis de Jean Bosco Kaboré, conseiller conjugal, les candidats au mariage ne

se donnent plus le temps d’une connaissance approfondie et négligent certains aspects de la vie conjugale. De nos jours, a-t-il poursuivi, les télénovélas et la mode influent considérablement sur la vie des jeunes. Ce qui conduit au conformisme, "au suivisme, à l’imitation de la culture occidentale". Aussi, il déplore le superficiel, l’illusion, le mirage sur lesquels se fondent les relations amoureuses. "85 % des violences conjugales viennent de l’immaturité de la conception du mariage. Les jeunes sautent beaucoup d’étapes et confondent certaines choses. Ils ne savent pas que la durée d’une relation ne détermine pas sa qualité", a-t-il souligné.

D’où naissent les violences conjugales

Un homme qui ne comprend pas qu’il doit investir dans la vie de sa femme pour obtenir d’elle tout ce qu’il veut n’aura qu’un climat malsain dans la famille. S’inscrivant dans cette logique, le Pasteur Bamouni raconte "Jeune marié je n’avais jamais compris que je devais m’investir dans la vie de mon épouse pour obtenir d’elle la soumission enseignée par la Bible. Je passais mon temps à lui donner des ordres, à lui réclamer des choses, à l’agacer par des reproches, à lui faire sans cesse des critiques. Notre vie de foyer était loin d’être sereine car mon épouse n’arrivait pas à faire tout ce que je lui demandais. Elle ne connut point de répit". Cependant, reconnaît-il à présent, que cette soumission qu’il attendait de son épouse, il aurait pu l’obtenir en faisant preuve de plus de "tact".

C’est en assujettissant sa femme à ses désirs, sans prendre suffisamment de temps pour être à son écoute, qu’il la privait, sans s’en rendre compte, de sa liberté la plus fondamentale et l’opprimait. Il réalise, aujourd’hui, qu’il aurait dû se comporter en "gentleman" : privilégier notamment le dialogue avec son épouse et partager, ainsi, les interrogations, les peines, les attentes aussi, de celle qui partage sa vie. Car, dit-il, la femme est un être mû de sentiments et d’émotions dont il faut tenir compte dans les relations humaines. Sans quoi, elle peut développer un mécanisme de défense. Aussi est-il compréhensible qu’une femme qui se voit opprimée se batte pour se faire une place dans la vie conjugale, affirme Franceline Sana, directrice de la Promotion de la femme du Centre-Ouest. "La bouche de la femme étant son carquois", elle s’en sert comme moyen de défense.

Des conséquences des violences conjugales

Quelles que soient les raisons qui expliquent l’une ou l’autre violence, celles conjugales peuvent entraîner une séparation des deux parties, la dislocation de la cellule familiale qui a de sérieuses répercussions sur la vie des enfants. Idrissa Kongongo du service social de l’Action sociale de Bogodogo, témoin d’une histoire triste, raconte : "un jeune était victime de menaces de la part de sa concubine. Cette dernière le menaçait de scandales quand elle avait un besoin d’argent. Pour arriver à ses fins, elle se servait de l’enfant qu’ils ont eu et prétextait l’une ou l’autre dépense indispensable de l’enfant à honorer. L’enfant finit par mourir. Une mort qui mit fin à leur histoire". La vie d’un innocent sacrifié sur l’hôtel des besoins et de la crainte inspirée par les menaces.

En plus de cela, certains hommes désertent le foyer conjugal au profit des chambres de passe, des auberges, des hôtels. Ils abandonnent la demeure familiale pour oublier, disent-ils, un moment, les soucis. D’autres par contre, font des heures supplémentaires pour ne pas rentrer assez tôt. Ce qui contribue à la baisse du rendement scolaire des enfants et à l’augmentation considérable des enfants de la rue, du banditisme et des déviations de toutes sortes. La société court ainsi un danger. D’où la nécessité de s’inquiéter sur le sort réservé à la cellule familiale. Aussi, recourir à des dispositions pour mettre fin aux violences conjugales s’avère être une nécessité pour assurer de meilleurs jours à la génération future. Pour le moment, le décompte des hommes violentés est compliqué du fait de l’absence de statistiques et d’études.

Un sujet encore tabou dans nos sociétés

Les associations d’hommes violentés n’existent pas au Burkina. Ceux-ci se retrouveraient de temps à autre pour échanger sans complexe ni gêne et à bâtons rompus sur leur sort commun. Les recherches pour les retrouver ont été vaines.

La réticence de l’évoquer est trop grande, vu son lien avec l’intimité de la vie du couple. Les victimes n’en parlent qu’à des amis, des conseillers conjugaux, des autorités religieuses qui s’engagent à ne pas le révéler. Le Père Prosper Kontiébo, curé de la paroisse Saint Camille, avoue qu’on ne peut parler de ce sujet que de façon globale. "On ne peut pas rentrer dans les détails". La complexité du sujet et les considérations sociales sont de telle sorte que personne n’a encore véritablement abordé la question. Le thème d’hommes violentés reste encore tabou si bien que les victimes préfèrent se taire. Pourquoi les hommes ne passent-ils pas aux aveux ?

Les coutumes et traditions africaines sont telles que l’homme caractérisé de sexe fort, n’ose pas se montrer en public comme violenté par son épouse. Dans ces traditions, l’homme est le chef de la famille. Autant il veille sur le bien-être familial, autant des prérogatives d’un certain niveau lui sont reconnues. Les liens du mariage exigent de la femme une existence sous le toit que son époux aura bâti. Cela se traduit le plus couramment dans un certain niveau de langage par "la femme est en-dessous de l’homme". En évoquant cette pensée populaire, Michel Kaboré de la pastorale familiale de l’Eglise des Assemblées de Dieu de Tanghin laisse entendre que "pour le plus grand nombre d’hommes, en aucune façon, une femme qu’ils ont dotée, épousée et fait venir dans leur maison ne saurait hausser le ton devant eux".

Ce sentiment du plus fort dit-il, amène les hommes à ne pas tolérer le plus souvent certaines attitudes bien que venant de leur "bien aimée". Pour une certaine pensée psychologique, l’homme est généralement de caractère dominant et pense avoir toujours raison et être objectif. Aussi ne permet-il pas que son autorité souffre d’objection. Au-delà de cela, la société lui confère de la supériorité. Il a un droit de regard sur tout ce qui est en relation avec sa famille et demeure le seul maître de la maison. Pour toutes ces raisons entre autres, l’homme violenté n’ose pas en parler, car le souci de son image l’en empêche. Pour certains, c’est honteux. "Une femme frapper un homme, quelle honte !" S’est écrié Alidou Ouédraogo, boucher de profession. "Donc ce n’est pas un homme !", conclut-il avant de renchérir. "C’est contraire à la virilité".

C’est même une horreur selon l’opinion publique, car les concernés sont objets de railleries et de dénis. A ce propos, nombreuses sont les anecdotes : "Comment un homme peut-il se laisser frapper par une femme ? Voyez comment il marche grand garçon, gaillard et c’est madame qui le commande. Ce sont ces personnes qui compromettent le nom des autres hommes. Et l’autorité, tu la places où ? Craintif comme tu l’es, tu ne tarderas pas à échanger le signe de ta masculinité contre toute autre vanité". Autant de paroles méchantes et méprisantes que l’on profère contre ceux qui vivent cette situation. Ce qui sans doute blesse, frustre et contraint les hommes violentés au silence. Outre cela, l’éducation et les croyances religieuses défendent à la femme toute attitude violente.

La Bible enseigne soumission et respect à la femme à l’égard de son mari et recommande à l’homme l’amour pour sa femme. Enseignement que renforce une éducation qui confère à l’épouse le rang de la docile. D’où la pensée selon laquelle une femme qui a la crainte de Dieu n’exercera pas de pression sur son époux pour obtenir ce qu’elle veut. Il est inadmissible en ce moment que l’on puisse parler d’hommes violentés. Cette stipulation biblique est soutenue par l’éducation qui demande à la femme la maîtrise de ses émotions et le contrôle de ses ardeurs.

Pour Idrissa Kongongo, éducateur social au service social de l’Action sociale de Bogodogo, "l’homme est souvent victime de mariage arrangé. Ainsi quand il se retrouve dans cette situation, il est obligé de se soumettre. Il ne peut pas renvoyer la femme, parce que ce mariage engage des liens très forts de parenté, d’amitié et ne peut souffrir de rupture du fait des époux qui constituent le gage de ce lien. En de pareilles situations, généralement, les parents du mari interviennent pour résoudre le problème. C’est quand ils échouent que les conjoints se convoquent au service de l’Action sociale qui leur propose des solutions à l’amiable". Aucune disposition ne régit la question des violences faites aux hommes contrairement aux femmes qui disposent du code des personnes et de la famille. Et pourtant, il faut y penser afin de favoriser l’équilibre de la famille. Il y va de l’intérêt de la cellule familiale.

Nongzanga Joséline YAMEOGO, (yameogojoceline@yahoo.fr)
(Stagiaire)

Vos commentaires

  • Le 14 février 2009 à 10:54, par Pacco En réponse à : Violences faites aux hommes : La souffrance dans le silence

    Dans les deux cas (Violence faite aux femmes ou violence faite aux hommes), il faut enseigner les futurs mariés à avoir une attitude qui évite les violences. Bcp de filles ne sont pas éduquées ou sont mal conseillées (par leur camarades "Chez moi ! Mon mari, il n’ose pas...")et après n’ont pas un esprit de discernement.

    Répondre à ce message

  • Le 14 février 2009 à 14:11 En réponse à : Violences faites aux hommes : La souffrance dans le silence

    Bonjour,

    Effectivement, je suis femme mais je deplore le cas de certains hommes qui au nom d’un amour, souffrent reellement. Il y certaines femmes quand elles se sentenet reellement aimees par un homme, le font souffrir. sa famille n’a meme pas droit a quelque chose chez lui, madame et la famille se regarde comme des chiens de faillence.
    Je pense que ce n’est pas juste. Le Monsieur aime sa femme, il aime aussi sa famille, comment faire. Finalement il devient l’ennemi de sa propre famille en ne voulant pas perdre cette femme. C’est une sorte de violence conjugale. Les hommes endurent vraiment. Je leur tire mon chapeau reellement car ils n’ent parlent pas. Il y a des cas vraiements.
    Ou au nom de cet amour Madame maltraite les enfants issus d’une autre union au vu et au su de Monsieur qui ne veut rien dire au risque de perdre Madame.

    Répondre à ce message

    • Le 14 février 2009 à 19:56 En réponse à : Violences faites aux hommes : La souffrance dans le silence

      À la dame, je suis aussi une femme comme vous et je suis parfaitement d´accord avec le fait que nous les femmes souvent nous nous comportons comme les dernières dès que nous savons que notre compagnon tiend à nous mais je malheureusement pas d´accord que la famille africaine soit présente dans la vie d´un couple, fait des doléances, fait la loi dans le couple. Un homme qui s´occupe déjà d´une famille n´est pas en mesure de s´occuper d´une autre famille comportant 10 personnes. Desolée mais je ne crois pas que vous accepterez travailler pour aider votre belle famille ou votre famille( parents, frères et soeurs) en oubliant que vous avez des devoirs en vers votre famille (mari et enfants), personne ne construit l´avenir des enfants de son voisin. Je ne supporte pas quand la famille africaine pense que l´on a des devoir en vers elle. Chaque fin du mois exige son du. Là je dis non, nous devons le faire par amour et par plaisir. Généralement dans toute les familles, il y´a un enfant sensible, qui a bcp de respect pour ces parents et certains qui disent tjs je n´ai rien. Si tu tombes sur cette homme qui as pitié de sa famille et passe son tps à aider sa famille africaine tout en oubliant ses propres enfants là je dis NON. Nous le voyons tjs, après le décès des parents, les enfants souffrent et cette mm famille africaine se montre ingrate face à ces enfants. Desolée je vis pour ma famille et n´a aucun devoir en vers mes beaux parents et parents, je le fais par amour, quand j´ai fini de penser à mes enfants et ca c´est pas une amie qui m´a conseillée mais plutôt mes parents qui n´ont tjs appris à m´assurer que mes enfants soient indépendants (financier, scolaire etc.) quand je ne serai pas là.

      Répondre à ce message

  • Le 15 février 2009 à 19:02, par sotisi En réponse à : Violences faites aux hommes : La souffrance dans le silence

    La violence dans le couple est un sujet aussi vieux que le monde.Et collectivement nous sommes au courant de celle faite aux femmes, nous le sommes egalement pour l’autre categorie. Je parle surtout de mon experience au niveau du plateau central ou de telles femmes sont souvent qualifiées de braves et ou simplement acquièrent un autre nom symbole de leur trait de caratère. Mais le plus frustrant de nos jours c’est la manière dont les violences sont vecues. En effet certaines relations sont vouées à l’echec dès le depart. Vous avez par ex. des hommes qui coute que coute veulent une categorie de femme donnée. Ils sont prets à tout pourvu qu’au finish le mariage soit celebré. Ils oublient que les astuces qu’ils emploient pour arriver à leurs fins , c’est à dire avoir la femme est du meme coup un gros piege à homme.Ils promettent tout et sont prets aussi à tout, meme souvent à verser leur figure par terre comme on dit pour pouvoir avoir la femme. Inconsciemment donc la femme prend le pouvoir au fur et à mesure que la relation avance peniblement et au finish ils ne peuvent plus etre eux-meme parce qu’ils ont comme vendu leur ame dans un marché de .....
    D’autres ont un autre type de probleme. Ce sont les hommes qui epousent par procuration. Ce sont des mariages ficelés par un ami, un membre de la famille et au final la decouverte se fait une fois apres le mariage et bonjour les degats collateraux.
    Alors de grace au nom de l’amour il n’ya pas de marchandage ou de lutte de pouvoir dans un couple. La comprehension est reciproque et l’acceptation de ses propres fautes un degré de grandeur. Sans obligation ou peur de l’autre.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2009 à 10:40 En réponse à : Violences faites aux hommes : La souffrance dans le silence

    Je voudrais faire comprendre à la troisième internaute que içi,nous sommes en Afrique et plus précisement au Burkina. Le pauvre père de ton cher mari s’est sacrifié pour sa reussite afin qu’il prenne en charge non pas seulement sa famille-couple mais surtout la Famille(parents, petits frères et soeurs).
    Crois-tu que la famille africaine se resume à toi,ton mari et votre progéniture ? Tu devra changer donc de contrée.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2009 à 23:08, par USA En réponse à : Violences faites aux hommes : La souffrance dans le silence

    Le comportement de la femme depend de son mari ! la femme pardonne toujours mais l’homme ne pardonne jamais !
    en ce qui concerne les deux familles : personne n’a l’obligation d’aide la famille de l’autre, ca se fait par plaisir !

    Répondre à ce message

  • Le 24 août 2013 à 22:02, par dovy2013 En réponse à : Violences faites aux hommes : La souffrance dans le silence

    le message des femmes est clair. quand elles s’habillent et sortent ,elles semblent nous dire : regardez mais ne touchez pas. Sauf si votre poche vous le permet. c’est la plus grande violence faite aux hommes à Ouagadougou.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Vie de la rédaction : Zéliya Tamboura, responsable du Centre d’information des Nations Unies, au siège de Lefaso.net
Ligne électrique Ouaga-Sapouy : Des chauves-souris à l’origine de coupures de courant
Entrepreneuriat au Burkina : 60 jeunes formés par la société minière de Sanbrado
Sécurité routière au Burkina : Les autorités sensibilisent les populations au port du casque
Commune de Ouagadougou : Le Mogho Naaba Baongo invite la délégation spéciale à privilégier l’intérêt collectif
Entrepreneuriat agricole à Gaoua : L’étudiant Adama Palé expérimente une superficie de 4 hectares
Don de sang au Burkina : « Le sang est gratuit pour tous… », rappelle Dr Alice Kiba Koumaré, DG du Centre national de transfusion sanguine
Burkina Faso : Plus de 85% des victimes d’accidents de la circulation routière ont des traumatismes crâniens graves
Banditisme en milieu urbain : Trois malfrats dans les mailles de la police nationale de Ouahigouya
Promotion sportive et éducative au Burkina : Des pensionnaires de l’Académie football club du Sig-Nonghin reçoivent des kits scolaires
Enfance en difficultés : Hugues Fabrice Zango fait ambassadeur de bonne volonté de l’Unicef
Circulation routière au Burkina : Ouagadougou, capitale des paradoxes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés