Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Projet d’aide d’urgence aux déplacés internes et aux familles d’accueil : Les bénéficiaires de Kongoussi reconnaissants à l’OCADES

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • mercredi 30 novembre 2022 à 12h16min
Projet d’aide d’urgence aux déplacés internes et aux familles d’accueil : Les bénéficiaires de Kongoussi reconnaissants à l’OCADES

L’Organisation catholique pour le développement et la solidarité (OCADES) met en œuvre le projet « Aide d’urgence pour les personnes déplacées et les familles d’accueil dans les régions du Centre-nord (Bourzanga, Kongoussi), de la Boucle du Mouhoun (Di et Kiembara) et de l’Est (Kantchari et Diapaga) au Burkina Faso ». Alors que la deuxième année de mise en œuvre du projet arrive à son terme, le mardi 29 novembre 2022, nous avons pu constater sur le terrain les actions du projet en faveur des bénéficiaires de Kongoussi.

Fatimata Sana a dû fuir son village Silgadji pour échapper aux attaques terroristes. Elle a trouvé refuge à Kongoussi. Comme bien d’autres personnes déplacées internes, elle a tout laissé derrière elle et s’est retrouvée dans la précarité. Fort heureusement, elle a pu bénéficier de l’aide de l’OCADES à travers le projet « Aide d’urgence pour les personnes déplacées et les familles d’accueil dans les régions du Centre-nord (Bourzanga, Kongoussi), de la Boucle du Mouhoun (Di et Kiembara) et de l’Est (Kantchari et Diapaga) au Burkina Faso ».

Il s’agit d’un projet d’une durée de trois ans, qui a pour objectif d’apporter un appui multisectoriel aux ménages vulnérables affectés par les crises alimentaires et sécuritaires dans les régions du Nord, de la Boucle du Mouhoun et de l’Est du Burkina Faso. Et ce à travers des interventions dans le domaine de l’agriculture, de l’élevage, de l’eau, l’hygiène et l’assainissement et en octroyant aussi du cash.

Fatimata Sana en compagnie de ses animaux

Grâce à ce projet, en tant qu’ancienne PDI (Personne déplacée interne), Fatimata Sana a pu bénéficier trois fois de cash à hauteur de 35 000 F CFA chaque fois, pour l’achat de vivres. En plus du cash, elle a bénéficié de trois chèvres, dont deux femelles et un mâle. Les femelles sont mêmes actuellement en gestation.
Comme elle, ils sont 83 anciens PDI à avoir reçu des animaux pour débuter un petit élevage et les sortir ainsi de la précarité. Pour le cash, 107 anciens PDI ont reçu trois fois 35000 F CFA, 40 nouveaux PDI ont reçu trois fois 56 000 F CFA et 17 hôtes ont reçu une fois 56 000 F CFA.

Le projet n’intervient donc pas qu’auprès uniquement des PDI. Il prend en compte les familles qui accueillent ces déplacés. El hadj Boureima Sana est l’un de ces hôtes. Il reçoit de nombreux PDI depuis le début de la dégradation de la situation sécuritaire dans la région. Il a bénéficié de ce fait de 56 000 F CFA du projet pour l’aider dans la prise en charge des déplacés qu’il reçoit. Pour ce dernier, c’est un geste naturel que de voler au secours de ceux qui sont dans le besoin. C’est pourquoi, il n’a pas manqué d’exprimer sa reconnaissance à l’OCADES pour son geste et a souhaité que l’organisation puisse continuer à venir en aide aussi bien aux PDI qu’à leurs hôtes.

El hadj Boureima Sana, hôte de PDI remercie l’OCADES pour son geste

Sur les berges du lac Bam, Sébastien Sawadogo, lui, pratique le maraîchage. Il travaille avec des déplacés internes au nombre de six. De ce fait, il a reçu du matériel approprié pour le maraîchage, des intrants biologiques ainsi que des semences. Il n’est pas le seul à en bénéficier. Selon Cheick Aboubacar Sidik Sanga, agent animateur à l’OCADES, si certains PDI n’ont pas eu de portion de terre pour travailler, d’autres ont été plus chanceux.

Ces derniers ont donc aussi reçu le même matériel. Au total, ce sont 83 personnes qui en ont reçu. « Cette année, l’OCADES nous a apporté une grande aide. Ils nous ont offert des semences de notre choix, des intrants biologiques, des brouettes, râteaux, fourches, pelles, etc. Ce matériel et ces semences nous ont été d’un grand secours », a laissé entendre Sébastien Sawadogo.

Sébastien Sawadogo, maraîcher, a bénéficié comme 82 autres personnes, de semences et de matériel de travail

Des kits de dignité et d’hygiène pour les femmes

Dans le cadre de la mise en œuvre du volet eau, hygiène et assainissement, le projet a offert deux forages aux communautés et réhabilité deux autres à Bam village qui est malheureusement aujourd’hui déserté par les habitants. Le secteur 1 de Kongoussi a bénéficié de l’un des nouveaux forages. Mahamoudou Zoromé, un des représentants des bénéficiaires, a remercié l’OCADES pour ce forage qui leur facilite l’accès à l’eau potable.

Il a souligné qu’ils ont été également sensibilisés sur son entretien et sur l’attitude à adopter pour éviter de contaminer l’eau. « Nous avons institué une caisse et chaque fin de mois, les chefs de ménage cotisent. Ainsi, si le forage tombe en panne, nous aurons les ressources nécessaires pour le réparer », a-t-il indiqué. Cependant, il émet le souhait d’avoir un autre forage au regard du nombre d’habitants du secteur auxquels sont venus s’ajouter de nombreux PDI.

Mahamoudou Zoromé remercie l’OCADES pour le forage et sollicite un deuxième, au regard du nombre important d’habitants que ce forage dessert

Des femmes PDI ont, elles, bénéficié de kits d’hygiène, mais aussi de dignité composé entre autres de seaux, bouilloires, serviettes hygiéniques, savons, bidons, pots pour enfants, serviettes de bain, etc. Celles ayant des enfants de six à 23 mois, au nombre de 40, ont en outre bénéficié trois fois de 2,5 kilo de bouillie infantile. Elles ont aussi appris à en produire et ont reçu les ingrédients pour le faire.

Il s’agit du mil, du pain d’arachide, du pain de singe et du sucre. Un geste de l’OCADES qu’elles jugent salvateur et envers qui elles ne cessent d’exprimer leur reconnaissance. « En tant que nouvelle PDI, j’ai d’abord reçu 56 000 F CFA trois fois pour l’achat de vivres. Puis j’ai reçu 28 boules de savon, une serviette, des seaux, du coton hygiénique, de la bouillie infantile et beaucoup d’autres choses. Je remercie vraiment l’OCADES pour son aide et prie qu’elle continue de voler à notre secours », a laissé entendre Rihanata Zonga, une jeune femme déplacée interne.

Rihanata Zonga, jeune femmes déplacée interne est contente d’avoir reçu du cash, un kit d’hygiène et un kit de dignité, mais aussi d’avoir appris à préparer la bouillie enrichie pour son enfant.

Un suivi des PDI…

Cheick Aboubacar Sidik Sanga, agent animateur à l’OCADES Kongoussi, précise que l’organisation ne s’arrête pas seulement à la remise des dons aux PDI et aux hôtes. Les agents de l’OCADES passent en effet régulièrement auprès des bénéficiaires pour s’assurer qu’ils ne font pas face à des difficultés majeures. Les anciens PDI qui ont reçu des chèvres bénéficient également d’un suivi des services techniques de l’élevage.

Quelques difficultés…

Selon M. Sanga, quelques difficultés émaillent leurs activités sur le terrain. La difficulté majeure réside dans le ciblage des bénéficiaires. Il souligne en effet que le projet ne peut pas prendre en compte tous les PDI, encore moins les hôtes. « Beaucoup de personnes sont laissées en marge, l’aide ne peut pas bénéficier à tout le monde. Nous qui sommes agents de terrain, nous sommes chaque fois interpellés par des gens qui n’ont pas reçu d’aide (...)

Dans nos trois boîtes aux lettres, nous recevons souvent des demandes d’aide assez urgentes mais malheureusement le projet ne peut pas les aider. Si nous prenons les hôtes, ils sont au nombre de 17. Nous savons que c’est très peu, vu le nombre de PDI dans la ville. Nous demandons donc à nos partenaires, si c’est possible d’augmenter l’aide pour couvrir plus de personnes », plaide M. Sanga.

Cheikh Aboubacar Sidik Sanga, agent animateur à l’OCADES Kongoussi souhaite que le projet prenne en compte encore plus de personnes au regard des besoins.

A cela s’ajoute le fait que les bénéficiaires qui ont reçu des animaux sont obligés d’assurer eux-mêmes les frais de soins quand les animaux sont malades, pourtant ils n’ont pas toujours les ressources pour le faire.

Pour mémoire, le projet « Aide d’urgence pour les personnes déplacées internes et les familles d’accueil au Burkina Faso » est financé par Caritas Allemagne et le ministère des Affaires étrangères du gouvernement allemand à hauteur de près d’un milliard de francs CFA. Le projet est mis en œuvre sur une durée de trois ans allant du 1er juin 2021 au 31 octobre 2023.

À travers ce projet, il s’agit d’améliorer la situation alimentaire et nutritionnelle des personnes déplacées en situation d’insécurité alimentaire et des communautés d’accueil dans les trois régions touchées par la crise sécuritaire ; d’améliorer l’accès à l’eau potable et à de meilleures conditions d’hygiène au profit des communautés affectées par la crise grâce à la réhabilitation de 15 forages, la construction de six nouveaux forages et la distribution de kits d’hygiène ; renforcer les moyens d’existence de 1000 ménages cibles à travers l’amélioration de la production agro-pastorale ; rendre fonctionnels les mécanismes de feedback et plaintes et permettre leur utilisation par les bénéficiaires et parties prenantes au projet.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : « Cette transition ne devrait pas être une transition de trop », prévient une OSC
Promotion immobilière au Burkina : Le comité ad hoc en charge de l’examen des dossiers installé
Reprofilage de voies à Bobo-Dioulasso : De la mélasse pour soulager des riverains contre la poussière
Province camillienne du Burkina : Sept frères ordonnés diacres ce 2 février 2023
Santé : Le Burkina Faso se prépare à faire face à une éventuelle épidémie de méningite
Burkina : Plus d’une centaine de femmes bénéficient de formations en transformation agroalimentaire et en élevage
Incendie du marché de “Sankar-yaaré” : « Les responsables du marché et la police n’ont pas fait leur travail », regrette Moussa Zoundi, commerçant
TGI de Bobo-Dioulasso : Un "passionné de l’armée" condamné pour vol de tenue militaire
44e session ordinaire du conseil d’administration du CRADAT : Les experts en conclave à Ouagadougou
Félicitations au groupe Orange pour la mobilisation des recettes fiscales : La plateforme des organisations de défense des intérêts des consommateurs sidérée
Eau et assainissement : Le groupe thématique régional fait l’état de mise en œuvre des cinq programmes dans le Centre-ouest
Handicap au Burkina : « Fermer la porte d’une école à un enfant parce qu’il est handicapé, c’est fermer la porte de toutes les opportunités à cet enfant », selon Abdoulaye Traoré président de la CORAH/HBS
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés