Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est seulement avec astuce qu’on parvient à chasser une mouche, non en agissant rapidement.» Proverbe Africain

« Résidence surveillée » de Roch Kaboré : « Ce gouvernement en manque de vision portera toute la responsabilité des conséquences qui en découleront » (appel de Bobo-Dioulasso)

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • mardi 28 juin 2022 à 16h15min
« Résidence surveillée » de Roch Kaboré : « Ce gouvernement en manque de vision portera toute la responsabilité des conséquences qui en découleront » (appel de Bobo-Dioulasso)

Réunis à Bobo-Dioulasso, le samedi 25 juin 2022 pour plancher sur l’actualité nationale et la situation de l’ancien président du Faso, Roch Kaboré, les membres de la Coordination des organisations pour la libération de ce dernier ont, ci-dessous, lancé ce qu’ils ont convenu d’intituler « appel de Bobo-Dioulasso ».

"Citoyennes
Citoyens
Amis du Burkina Faso,

Depuis maintenant cinq mois, notre cher pays, le Burkina Faso, vit un recul démocratique aux conséquences incalculables sur divers paliers de la vie sociale. Depuis le coup d’Etat militaire du 24 janvier 2022, la situation est intenable, notamment sur les plans sécuritaires, économiques, humanitaires, etc. Notre peuple souffre, martyrisé plus que jamais, et, à la limite, abandonné à son triste sort.

L’incapacité de la junte militaire qui s’est portée au pouvoir comme un ‘’sauveur’’, est en train de conduire notre pays dans un précipice dangereux. Le gouvernement de la transition qui devait travailler à relever des grands défis pour le bien-être de notre peuple, s’est, lui, mué en véritable caverne d’Ali Baba au mépris de la souffrance de nos concitoyens.

Les seules choses qui caractérisent malheureusement les putschistes du 24 janvier, se résument à la recherche du gain facile, à la manipulation et à l’instrumentalisation des masses, au tâtonnement, à l’incompétence et à l’insouciance.

En sus de s’illustrer négativement dans la conduite des affaires de l’Etat, la junte militaire et son gouvernement, continuent inexorablement de piétiner le droit burkinabè par l’entremise de la détention illégale de l’ex-Président Roch Marc Christian KABORE.

En effet, voilà maintenant cinq mois que l’ex-Président est entre les mains du MPSR et de son chef, en violation flagrante des principes de liberté et de notre loi fondamentale. Toute chose que notre coalition estime inacceptable.

La libération du Président KABORE, renversé par des jeunes officiers traitres, faut-il le rappeler, ne saurait faire l’objet d’une négociation quelconque, dès lors que rien ne lui est reproché sur le plan judiciaire.

La rencontre récente entre le Président de la transition, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo DAMIBA et les deux anciens Présidents, qui, en principe, devait jeter les bases d’un apaisement à travers la libération définitive et réelle du Président Kaboré, s’est vite présentée comme une simple volonté de la junte d’instrumentaliser l’opinion nationale et internationale. Il est inadmissible que suite à cette rencontre hyper-médiatisée, l’on continue de garder le Président Roch Marc Christian KABORE sous l’emprise de graves restrictions dans sa propre maison.

Cela traduit, sans nous tromper, l’expression d’une mauvaise foi des dirigeants du moment, qui cachent mal leurs intentions inavouées derrière les discours d’unité, de cohésion et d’apaisement. Il est inadmissible de faire de la réconciliation nationale, un marchandage politique dépourvu de sincérité.

Citoyennes, Citoyens, amis du Burkina Faso

A la date du 21 juin 2022, date de la rencontre entre le Président de la transition et de nos deux ex-Chefs d’Etat, pour une simple question de bon sens et de hauteur d’esprit, la question en rapport avec la libération définitive du Président Kaboré, ne devait plus être à l’ordre du jour. Cela devait être acté le même jour, ou à la limite les heures qui ont suivi cette entrevue au palais de Kosyam.

Au regard donc du manque de volonté de la junte militaire de faire ce pas si important, nous estimons qu’il est plus que temps que les Burkinabè épris de liberté, de justice et d’équité, se lèvent pour freiner ce déni de justice honteux, pour l’image même de notre pays. Il est plus que temps de dire à ces militaires que la récréation n’a que trop duré. La détention du Président KABORE doit prendre fin immédiatement sans aucune condition.

Nous lançons l’appel solennel de Bobo-Dioulasso (assemblée générale du samedi, 25 juin 2022, ndlr) à l’endroit de tous les patriotes attachés au respect de notre Constitution et à l’Etat de droit, à la mobilisation générale. Un groupe d’individus armés ne saurait prendre en otage indéfiniment un ancien Président sur la base d’aucun fondement juridique et qu’il n’y ait aucune réaction.

La mobilisation citoyenne dans les quatre coins du pays et la lutte doivent se renforcer face à la junte militaire, qui continue de faire la sourde oreille aux multiples appels lancés en faveur de la libération définitive du Président Roch Marc Christian KABORE. Si de façon urgente, ces militaires qui ont le goût facile du pouvoir d’Etat, ne le libèrent pas totalement, qu’ils soient certains de faire face à une résistance populaire et républicaine très prochaine. Ce gouvernement en manque de vision portera toute la responsabilité des conséquences qui en découleront.

C’est le lieu pour nous de saluer l’ensemble des 58 partis politiques qui, récemment, ont exigé à travers une déclaration commune, cette libération sans condition. Nous saluons tous les acteurs nationaux et internationaux qui ne cessent d’œuvrer pour la fin de cette privation injuste de liberté.

La coordination réitère dans ces moments difficiles pour notre pays, toute sa compassion et sa solidarité en direction de nos populations meurtries par l’effet néfaste de l’hydre terroriste. Dans ces circonstances, seule l’unité est un gage pour l’édification d’une nation forte, solide et prospère.

Restons mobilisés pour la Patrie.

Restons débout pour la défense des droits humains.

Que toutes les bases militantes restent à l’écoute des prochains mots d’ordre.

Dieu bénisse le Burkina Faso !

La Patrie ou la mort, nous vaincrons !

La Coordination"

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Droits des femmes en Afrique : Les 9 recommandations de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples sur la violence numérique
Société : « La gestion des conséquences de l’insécurité est plus difficile et plus problématique que l’anticipation, la prévention » (Sanoussa Gansonré, CESEPAD, expert en police de proximité)
Burkina/Drame de Perkoa : Deux responsables de la société déposés à la maison d’arrêt de Koudougou
Sécurité urbaine au Burkina : Vers la mise en place d’une « Police de nuit » dans la ville de Ouagadougou
Burkina/Education : La coopération française prend en charge la scolarité d’Erwin Poussi
Conflits fonciers au Burkina : Les agents des services agro-sylvo pastoraux de l’Est renforcent leurs capacités
Bobo-Dioulasso : Des acteurs renforcent leurs capacités sur l’utilisation de l’outil de planification et de budgétisation « Onehealth »
Inondations récurrentes à Dakar : Victor Sondo se penche sur l’assainissement pluvial de Yeumbeul nord, pour sa thèse de doctorat
Université de Ouahigouya : Un incident de mine fait un blessé
Association destin en main : La coordination régionale des Cascades installée
Université de Ouahigouya : La salle de reprographie partie en fumée
Plainte des parents des victimes de l’inondation de la mine de Perkoa : Le jugement prévu pour le 24 août 2022
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés