Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On ne peut penser à être acceptable aux yeux des autres avant de l’être pour nous-mêmes.» MALCOLM X

Insécurité au Burkina : Quatre soldats français de la force Barkhane blessés par un engin explosif

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET - © Archives RTL • mercredi 19 janvier 2022 à 10h16min
Insécurité au Burkina : Quatre soldats français de la force Barkhane blessés par un engin explosif

Quatre soldats français de la force Barkhane ont été blessés par un engin explosif improvisé (IED), ce mardi 18 janvier 2022, dans le nord (Ouahigouya) du Burkina, lors d’une mission de reconnaissance, apprend-on de l’Agence française de presse (AFP).

Selon l’ Agence, l’Etat-Major français des armées a indiqué que « le véhicule tout-terrain a explosé sur un IED à la sortie de l’aéroport de Ouahigouya », en précisant qu’il s’agissait d’une « unité Barkhane en mission de reconnaissance. »

Tous ont été évacués vers l’hôpital militaire de Gao au Mali sans aucun détail sur leur état de santé.

En rappel, six militaires français ont été blessés dans la matinée du samedi 9 janvier 2022 dans la zone dite des trois frontières (Mali, Niger, Burkina Faso) par un véhicule-suicide.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 19 janvier à 10:24, par SAWADOGO En réponse à : Insécurité au Burkina : Quatre soldats français de la force Barkhane blessés par un engin explosif

    Qu’est-ce que la France prépare encore contre le Burkina Faso ou (l’Afrique) ?

    Répondre à ce message

    • Le 19 janvier à 14:22, par Yako En réponse à : Insécurité au Burkina : Quatre soldats français de la force Barkhane blessés par un engin explosif

      Mon frère quitte dans ça,si la France est sur le sol national c’est à la demande du burkina Faso. État incapable d’assurer sa propre sécurité sur un minuscule territoire de 274.000 km2, pire Ouahigouya est à peine 150 km de notre capitale ! Pour un pays avec tout ce que cela comporte comme institutions c’est une honte.Regardez un peu le Sud du Mali il est totalement sous l’autorité de Bamako pourtant c’est l’équivalent de la superficie du Burkina même observation vaut pour le Niger.Alors reconnaissons et saluons l’apport de l’armée française dans la protection de notre pays.

      Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 11:16, par Tenga En réponse à : Insécurité au Burkina : Quatre soldats français de la force Barkhane blessés par un engin explosif

    Qu’est-ce qu’ils foutent encore au Burkina ? Quelqu’un peut-il m’éclairer ? Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 11:26, par Yirmegna En réponse à : Insécurité au Burkina : Quatre soldats français de la force Barkhane blessés par un engin explosif

    Du pur montage encore ! Allons seulement. Si c’est à la sortie de l’aéroport c’est eux et leurs gens qui savent qui a mis cela làbas.
    Les maliens ont fait le bon choix en faisant autre option.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 11:39, par le Nomade En réponse à : Insécurité au Burkina : Quatre soldats français de la force Barkhane blessés par un engin explosif

    Nous souhaitons prompt retablissement aux soldats blesses. Que Dieu protege tous ceux qui viennent aider le Burkina a lutter contre le terrorisme. Le peuple burkinabe est reconnaissant pour vos efforts et vous dit grand merci

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 11:40, par Prompt rétablissement En réponse à : Insécurité au Burkina : Quatre soldats français de la force Barkhane blessés par un engin explosif

    Nous leur souhaitons prompt rétablissement et que Dieu accompagne l’armée française, nos FDS et VDP dans leurs missions au Faso et partout ailleurs. Ce qui est sûr, les terroristes seront un jour vaincus. Nos populations retourneront dans leurs villages respectifs pour reprendre leurs activités quotidiennes. Il y a assez de places pour tous ceux qui veulent s’installer au Faso pour mener une vie de paix et gagner leur vie dans la légalité.
    Quant aux fils de putes de terroristes, ils ont le choix de deposer les armes et intégrer la famille ou bien périr comme des mouches car même Satan est contre qu’on tire sur une population paisible, innocente. Il n’est pas tard de revenir à la raison. Sinon le Faso sera leur tombeau.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 11:50, par Paul Ouedraogo En réponse à : Insécurité au Burkina : Quatre soldats français de la force Barkhane blessés par un engin explosif

    Ils sont victimes de l’ydre qu’ils ont eux mêmes fabriquer

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 12:01, par Blaise En réponse à : Insécurité au Burkina : Quatre soldats français de la force Barkhane blessés par un engin explosif

    Est-ce que l’état major burkinabé a confirmé cette information ?? La France est entrain de vouloir venir s’installer au Burkina puisque les maliens les jettent dehors ! Ils vont créer une zone au nord du Burkina avec leurs amis Djiadistes !
    Ils sont donc entrain de préparer le terrain ! Pourquoi c’est maintenant qu’ils commencent à faire des missions de reconnaissance au Burkina ?? Si on n’y prend garde la situation sera ingérable.
    Notre armée doit prendre ses responsabilités dès à présent !!!

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 12:26, par Gwandba En réponse à : Insécurité au Burkina : Quatre soldats français de la force Barkhane blessés par un engin explosif

    Promptes rétablissements aux blessés. Il faut que la France et le Burkina trouvent la meilleurs solution pour éviter ses assassinats et blessures des militaires surtout ceux venus de la France car, il n’est acceptable que des français meurent hors de leur pays surtout qu’ils n’ont rien à y gagner. ;-)
    Faisons appel à ceux qui sont compétents pour nous préserver des vies de nos soldats et populations. Vu que la France est faible face à ces assassinats.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 12:53, par Le Russe En réponse à : Insécurité au Burkina : Quatre soldats français de la force Barkhane blessés par un engin explosif

    Huuum ! Un coup des services secrets français pour nous faire croire qu’eux aussi sont concernés par les attaques terroristes. On connaît maintenant leur jeu. C’est un non événement. Tchrrrrrrrrr

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 13:22, par Banana Republic En réponse à : Insécurité au Burkina : Quatre soldats français de la force Barkhane blessés par un engin explosif

    Nomade, merci pour ton bon sens. Prompt rétablissement aux blessés.
    Et merci à ces soldats qui viennent défendre des pays qu’ils ne peuvent même pas situer sur une carte.
    Je ne comprends pas cette haine bestiale à l’égard des soldats français. Le Burkina Faso a une armée qui n’arrive pas à venir à bout du terrorisme, aucun officier supérieur ne va au front... alors pourquoi voulons nous que les étrangers viennent défendre notre territoire pour nous.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 13:45, par TANGA En réponse à : Insécurité au Burkina : Quatre soldats français de la force Barkhane blessés par un engin explosif

    Si vous avez ouvert les magasins de la Libye pour les terroristes, vous les avez formé, il fait goûter à ce qui arrive tous les jours à nos populations.
    Et puis, comment se fait il que vous soyez là-bas et c’est de là que viennent et repartent ceux qui attaque le nord et le centre nord.
    Quittez là-bas oui.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 14:07, par Abdoulaye En réponse à : Insécurité au Burkina : Quatre soldats français de la force Barkhane blessés par un engin explosif

    La France encore Elle..on est parti pour une énième intervention... pourquoi notre état ne se dote pas des moyens pour se protéger et recourir tjrs au sapeur pompier pour combien de temps ? depuis longtemps on est bloqué cela fait 60ans que nos pays ne ns appartient pas..ns sommes dans un département français.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 15:23, par l’Africain En réponse à : Insécurité au Burkina : Quatre soldats français de la force Barkhane blessés par un engin explosif

    Que les soldats français retournent tous en france. Le problème du terrorisme est un problème créé et entretenu par la france, le point de départ étant la destruction de la Libye. La stratégie du pyromane - pompier ne marchera pas. Les soldats français doivent comprendre qu’une aide n’est jamais forcé, quand les populations disent qu’elles ne veulent plus de vous alors il faut savoir partir d’autant plus que toutes les lignes rouge ont été franchi. Soldats français, ayez un peu de dignité et partez chez vous.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 17:48, par VIGILANCE En réponse à : Insécurité au Burkina : Quatre soldats français de la force Barkhane blessés par un engin explosif

    Chers compatriotes, faisons attention et sortons de nos vues naïves des situations et évènement quand elles se se posent dans notre pays afin d’éviter d’encenser et nos ennemies qui vont se moquer de nous à l’occasion et nous traiter de ce qu’ils veulent.

    En fait, il se susurre que ce qui s’est passé à Ouahigouya est plus profond que ça. En fait, des containers auraient été entreposés à l’aérodrome de Ouahigouya (par qui et pour qui et à quelle fin ? On ne sait pas) et les terroristes sont venus dynamiter les bâtiments contenant ces containers et en auraient ouvert un depuis le 13 janvier (qu’ont-ils pris ? des armes ? des munitions ? Qui leur a dit qu’il y avait quelque chose qui les intéresse à l’aérodrome et exactement dans les bâtiments contenant les containers et dans les containers ?). Maintenant, hier mardi 18 janvier 2022, un avion français aurait atterri sur place à l’aérodrome en mission de reconnaissance (pour constater quoi ? Pour s’assurer que les terroristes ont pu prendre ce qu’ils ont entreposé à l’aérodrome pour eux terroristes ? ). Ensuite un Véhicule blindé léger (sorti de l’avion probablement) transportant des militaires et chiens et aurait sauté sur une mine. Bilan 4 soldats blessés.

    Vous voyez, on voit bien qu’on veut cacher la vérité. Ce qui énerve et donne lieu à des questionnements c’est que nos autorités ne disent rien. C’est le mouta mouta. Elles sont donc complices quelque part. Est-ce qu’on peut déposer des containers contenant des choses (amers et munitions par exemple) à l’aérodrome de Ouahigouya sans que le gouverneur, notre armée et la sécurité n’en sachent rien et et à qui c’est destiné ? Comment les terroristes ont su qu’il des choses intéressantes pour eux dans ces containers ? Est-ce que ce n’est même pas le contenu des véhicules du convoi français qu’on avait bloqué à Kaya qui s’est retrouvé à Ouahigouya dans ces containers ? Etc...Il faut que l’autorité s’explique !!! Y en a marre !!! Si on a vendu le Faso aussi, il faut qu’on le sache pour nous lever et chasser l’ennemi et ses complices !!! NAn lara, an sara !!! La patrie ou la mort, nous vaincrons !

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 19:01, par Vérité Indiscutable En réponse à : Insécurité au Burkina : Quatre soldats français de la force Barkhane blessés par un engin explosif

    C’est normal. Ils ne sont pas au-dessus de nos militaires qui se blessent et meurent sur le champ de bataille. Tout militaire au front doit s’attendre aux risques, qu’il soit français ou burkinabè.


    Cette génération de dirigeants que nous avons doit s’en aller et au plus vite. Sinon, avec leurs bons petits sur la Toile à les défendre et à défendre des idées saugrenues qui existent depuis plus de 100 ans sans succès, nous sommes comme prêts à accepter notre sort. C’est tout simplement pitoyable. Notre population est encore trop aveugle, même des intellectuels de belle trame sont dans la putréfaction de l’esclavage volontaire, esclavage sans nom.
    J’aime bien répéter que CA VA NOUS ENTENDRE et malheureusement ça le sera, au regard du nombre de médiocres qui soutiennent la médiocrité de ce qui est déjà établi et qui est inefficace. A force de soutenir l’inefficace on ne peut que rester inefficaces !

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 10:25, par leuk En réponse à : Insécurité au Burkina : Quatre soldats français de la force Barkhane blessés par un engin explosif

    VRAI IMBROGLIO SOCIO POLITIQUE ! A QUEL SAINT SE VOUER AVEC CETTE FRANCE ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 07:30, par Fasovision En réponse à : Insécurité au Burkina : Quatre soldats français de la force Barkhane blessés par un engin explosif

    La vérité qu’il faut savoir : Barkhane sur nos terres, dans la même configuration que celle du Mali et dans les dispositions d’esprit qui sont les leurs et celles des autorités françaises, je dis Non, Non et Non ! Nous n’y gagnerons pas. Comprenne qui voudra bien se disposer à comprendre.

    De tels incidents visant Barkhane participent d’une stratégie de communication. C’est passé de coutume, que ce soit au Mali ou ailleurs. En l’occurrence, ce n’est, ni plus ni moins, qu’une opération de charme en direction du peuple burkinabè, déjà meurtri. Autrement dit, en montrant qu’ils sont aussi ciblés, nous les accepterons alors, dans le cadre d’une "solidarité des victimes. Or, ceux qui maîtrisent le mouvement des armes, des engins explosifs et de ces "mercenaires" au Sahel, de manière générale, c’est bien eux.
    Ce qu’ils ont fait au Mali c’est, exactement, ce qu’ils entendent faire, ici. Il n’est point besoin de savoir que la présence russe au Mali change la donne. Ils n’ont plus les cartes en mains.
    Alors il faut trouver un autre terrain de jeu, un autre espace acquis, où reprendre du souffle et ses esprits, après le camouflet essuyé chez le voisin malien. Nous voilà donc face à l’attitude d’un mari polygame et infidèle, fuyant sa première épouse, qu’il accuse d’être acariâtre, pour rechercher refuge et affection dans les bras de la seconde, à qui il n’offre, non plus, aucune garantie de sa fidélité.

    Disons-nous la vérité. Personne n’a intérêt ni n’a les moyens de viser Barkhane par des engins explosifs, ici, au Faso. Ces terroristes, disons plutôt ces "mercenaires", qui soufflent le froid et le chaud sur nos terres, sont très bien connus de nos amis, si les deux n’entretiennent pas des liens d’amitié privilégiés.

    Si non, pourquoi s’entêter à vouloir rester au chevet d’un malade qui prend votre remède en suspicion ?
    Au Mali, il était question, tantôt que vous vouliez quitter...
    Face à cela, et en toute responsabilité, ce pays s’est trouvé d’autres partenaires et paf, vous ressortez du bois pour crier au scandale, arguant qu’il engage, là, une amitié contre-nature !

    Finalement, dans une pirouette extraordinaire, vous affirmez vouloir rester !
    Bonnes gens, allez-y trouver l’erreur !

    Vous faites ça et n’avez ni gêne politique, diplomatique encore moins éthique à dire, officiellement, au monde entier, que vous n’êtes pas au Sahel pour d’autres intérêts que la lutte contre le terrorisme ! C’est quand-même fort et osé, en termes de contre-vérité officielle !

    Qui croyez-vous que vous êtes, au juste, chers dirigeants français ? A qui croyez-vous, que vous vous adressez, chers obligés et fidèles gardiens de l’ordre ancien, à l’approche anachronique et aux procédés plus que désuets ?

    L’incohérence et l’équivoque dans la démarche sont tels qu’ils ne peuvent laisser indifférent mais révulsent, bien au contraire !
    Vous ne pourrez pas et vous n’avez pas le droit de vouloir enlever le droit aux Africains en général, et aux Sahéliens en particulier, de chercher à voir clair dans tout ça. C’est l’avenir de nos Etats qui est en jeu. Ce qui nous impose, plus que jamais, lucidité et responsabilité à tous les niveaux.

    Arrêtons donc ce jeu de manipulation, qui n’a que trop duré ! Soyez sûr, au moins, d’une chose : Vous ne nous aurez point à ce jeu-là. Cette fourberie (véritable plaisanterie, une de plus !) qui se joue de notre intelligence et surtout de nos vies, ne saurait prospérer, ici, comme elle a pu l’être ailleurs, dans une certaine mesure.

    A mon sens, la seule chose viable et envisageable, aujourd’hui, c’est de penser à réviser l’accord de coopération militaire avec notre ami traditionnel quitte à le heurter, à bousculer et à bouleverser tout ce qui est, justement, de tradition. Il y va de l’intérêt de notre pays.
    Ne nous voilons pas la face, il y a nécessité de repenser, profondément, cette coopération, pour l’expurger de toutes les zones d’ombre, afin de nous prémunir d’un scénario à la malienne. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, anticipons !
    Gagnons donc en temps, en réflexion, en énergie et surtout en vies préservées dans notre pays.

    Que les Burkinabè le comprennent, ici et maintenant. Nous n’avons pas, forcément, besoin d’une force étrangère pour assurer notre sécurité ou nous protéger contre ces "mercenaires", relâchés dans nos brousses, suivant les termes d’une mission criminelle commanditée à laquelle ils ont, délibérément, souscrit.
    Nos militaires ont très bonne réputation ailleurs. Pourquoi voudrait-on nous faire penser qu’ils soient devenus autre chose dans leur propre pays ? Faisons, simplement, confiance à nos militaires pour faire ce travail de défendre, avec dignité, leur patrie. Ils en sont plus que capables, pourvu qu’ils bénéficient de tout l’accompagnement nécessaire de l’autorité, de sa confiance et qu’ils ne se laissent pas distraire par toutes ces tentations qui pourraient venir d’ici ou de là.

    Clairement dit, nous n’avons pas, forcément, à reposer notre sécurité sur la présence d’une force étrangère, qu’elle s’appelle Barkhane, Hexagone ou SG-1. La première menait (dit l’article ci-dessus), des missions de reconnaissance à Ouahigouya... "Reconnaissance" de qui, de quoi, sur quel fondement ? En compagnie de qui et à quelle fin ? Questions posées de bonne foi.

    En tout cas, face à la posture actuelle de ses soldats étrangers et, au regard des développements enregistrés, ces dernières semaines, sur le plan diplomatique autour du Mali, nos autorités auraient grand intérêt à adopter une approche bien prudente. Surtout quand on fait le point de la présence de cette Force au Mali voisin, sans oublier de jeter un oeil rapide sur les tristes "exploits" (bien documentés) de soldats français, que ce soit en RCA, en Égypte, en RCI, pour ne citer que ces cas.
    Pour les sceptiques, interroger des sources informées, par exemple, des politiques français, eux-mêmes, ou encore des journalistes d’investigation français sur les dérives de leur propre armée à l’étranger. On pourrait, également, questionner, au passage, Maliens et autres Ivoiriens à ce sujet.

    Du reste, le célébrissime artiste-musicien ivoirien, Alpha Blondy, ne lançait-il pas, justement, il y a une décennie environ, ce titre "Armée française, Allez-vous-en ! Allez-vous-en de chez nous ! Nous ne voulons plus d’indépendance sous votre surveillance..."
    Prémonitoire !
    Or nous avons jeté tout cela aux oubliettes pour ruer dans des distractions tous azimuts ! C’était de circonstance. Et puis, c’est tout !
    La naïveté dans l’analyse des évolutions du monde et dans l’approche face aux enjeux existentiels contemporains, cette ingénuité donc (Ce brin de "paresse intellectuelle" comme le dit si bien mon ami Internaute SOME) est passée par là.

    Mais, enfin, REVEILLONS-NOUS ! Certes, ce ne serait pas trop tôt, mais ce ne serait pas trop tard, non plus. REVEILLONS-NOUS donc !

    En définitive, il est vrai que nous soutenons et devrions toujours soutenir nos autorités dans toutes les bonnes actions qu’elles mènent dans différents secteurs. Nous devrions aussi les encourager, en ces moments précis, dans leurs efforts pour mettre fin à l’action de "ces mercenaires", "ces fous furieux", formés et relâchés sur nos routes, dans nos campagnes, au Sahel, au Nord, au Centre-nord et à l’Est...

    En même temps, nous souhaiterions, vivement, que nos mêmes autorités adoptent, sans hésitation ni crainte aucune, une posture non équivoque, ferme et assumée qui défende l’intérêt supérieur de notre pays dans le cadre de tout partenariat portant sur ces questions essentielles de défense et de sécurité.

    En clair, nous ne sommes pas contre l’amitié, ou contre le fait que des accords soient conclus dans ces domaines si importants avec tel ou tel partenaire.
    Cependant je ne saurais, personnellement, apporter ma caution à des accords qui feintent la vérité et derrière lesquels se dissimulerait un jeu froid et inique d’intérêts géostratégiques ou géo-économiques au détriment du pays et de son peuple.

    C’est pourquoi : Fin de non-recevoir à toute réplique du format de coopération militaire tel que déroulé, près d’une décennie, au Mali et qui suscite des polémiques au point de suggérer, aujourd’hui, une rupture de confiance entre les parties française et malienne.

    D’où l’importance de tenir compte de tous les éléments d’appréciation sur toutes ces forces qui nous cherchent amitié ou vers qui nous faisons le pas, dans le même but, avant de décider du meilleur format de coopération. Toute erreur d’appréciation en la matière pourrait être bien dommageable, chose dont nous voudrions et devrions bien nous passer, au stade où nous en sommes.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina/Insécurité : « Le gouvernement a la conviction que nous sommes sur le bon chemin », rassure le ministre de la défense, le général Barthélémy Simporé
Attaque dans les Hauts-Bassins : La gendarmerie et la police de Faramana simultanément prises pour cibles
Burkina/Dossier Inata : Treize personnes entendues, l’instruction en cours
Togo : Huit militaires tués dans une attaque
Nouna : La justice invite les prisonniers évadés à se présenter devant les unités de police judiciaire
Nouna : Des prisonniers libérés se signalent à la gendarmerie
Attaque terroriste au Burkina : Dix soldats tombés dans la région du Nord inhumés au cimetière municipal de Gounghin
Padéma /Hauts-Bassins : L’attaque du commissariat de police par des hommes armés fait un mort
Lutte contre le terrorisme au Burkina : Des Burkinabè saluent l’héroïsme de cinq gendarmes tombés à Ouanobé
Terrorisme au Burkina/ Centre-nord : « Si rien n’est fait, Pensa qui était la destination des déplacés va tomber, et tout le monde se retrouvera à Kaya ou à Ouagadougou », préviennent des ressortissants
Burkina Faso : Au moins 50 terroristes neutralisés (Armée)
Titao / Loroum : Le dépôt pharmaceutique du district sanitaire part en fumée
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés