Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est.» Jean-Paul Sartre

Burkina/Drame au Loroum : Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés dénonce une descente dans le village de Hargo

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • mardi 28 septembre 2021 à 22h00min
Burkina/Drame au Loroum : Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés dénonce une descente dans le village de Hargo

Le dimanche, 26 septembre 2021, une mine artisanale a explosé à quelques encablures de Titao, entraînant la mort d’une femme et son enfant gravement blessé. Sur ce drame, et par la déclaration ci-après, le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) dénonce des actes contre la communauté peulhe et interpelle...

Le dimanche 26 septembre 2021, autour de 9h, une femme avec son enfant ont été victimes d’un engin explosif dans le village de Sillia situé à environ 5 kilomètres (Km) de Titao. La femme est décédée sur place et son enfant gravement blessé a été conduit en urgence dans un service de santé pour bénéficier de soins.

Vers 10h, des civils armés et motorisés, notamment des VDP et des kogleweogos, sont allés enlever deux personnes appartenant à la communauté peule du village de Hargo situé à près de 2 Km du lieu d’explosion, pour aller les auditionner au niveau de leur siège basé à Titao. La distance entre Hargo et titao est estimée à 6 Km. Après les interrogatoires, le chef de la milice armée aurait ordonné à ses éléments de ramener les deux personnes à leurs domiciles, à Hargo.

Peu après le départ de ceux qui sont venus déposer les deux personnes, comme s’il y avait une complicité et une synchronisation, une colonne de civils dont certains étaient armés, s’est dirigée vers les concessions peules du village de Hargo, détruisant tout sur leur passage : maisons, greniers et autres biens matériels ont été brûlés ou emportés…

Obligés de se refugier dans les champs ou en brousse, ces populations ont appelé les FDS au secours. L’intervention rapide de ces dernières a permis, non seulement d’éviter des pertes en vie humaine, mais également de retrouver le bétail que les ‘’assaillants’’ étaient sur le point d’emporter. C’est l’occasion pour le CISC de saluer cette prompte réaction des éléments des FDS.

Ces faits interviennent 33 mois après le massacre de Yirgou et 18 mois après celui de Barga qui avaient fait plusieurs morts. Comme lors de ces précédents drames, certains auteurs des évènements de Hargo ont été parfaitement identifiés par les victimes.
Le CISC continue à collecter les informations aux fins de pouvoir d’engager toute action pertinente devant les juridictions nationales, et internationales, le cas échéant.
Profondément attaché aux valeurs républicaines et soucieux de la consolidation de la cohésion sociale et du vivre ensemble, le CISC :

-  présente ses condoléances à la famille de la victime de l’explosion ;
-  exige que toute la lumière soit faite sur l’ensemble de ces faits et que les commanditaires et exécutants soient identifiés et poursuivis conformément à la loi en vigueur ;

-  interpelle tous les Burkinabè et les invite à s’opposer activement à tout comportement stigmatisant ou discriminant ; il y va de l’intérêt de la nation ;
-  prend à témoin et interpelle toutes les chancelleries présentes à Ouagadougou et les invite à apporter tous leurs concours à la résolution de ce problème de discrimination contre certaines communautés du Burkina ;

-  réitère sa demande de dissolution de toutes milices armées. Car, celles-ci, loin d’être une solution, sont un facteur d’aggravation de la crise sécuritaire que traverse notre pays ;
-  salue la prompte réaction et l’attitude républicaine des forces de défense et de sécurité dans la gestion de la situation à Hargo ;

Pour le Bureau Exécutif,

Dr Daouda Diallo

- Tél : 65 37 47 97
- Mail : collectifcisc@gmail.com
- twitter ; @ciscCollectif

Vos commentaires

  • Le 28 septembre à 18:34, par HUG En réponse à : Burkina/Drame au Loroum : Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés dénonce une descente dans le village de Hargo

    Monsieur du CISc hargo est situé à 3 km de titao.J suis contre une stigmatsation d une communauté.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 18:59, par KADER En réponse à : Burkina/Drame au Loroum : Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés dénonce une descente dans le village de Hargo

    Bon, ce qui est gênant dans votre affaire c’est que vous ne réagissez que quand ce sont des peulh qui sont tués or vous parler de COMMUNAUTES

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 19:52, par jeunedame seret En réponse à : Burkina/Drame au Loroum : Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés dénonce une descente dans le village de Hargo

    Je ne conteste rien dans le récit. Mais je veux souvent plus de développement et de conviction, pour limiter les préjugés. Qui stigmatise les Peuls ici ? Où est le sens du mot stigmatisation ? Est-ce cette malfaisance de biens et domiciles une simple méchanceté de bandits ou un ravage d’autre ethnie ? Laquelle ? En quoi le justifiez vous ? Racontez les choses de manière crue et claire pour convaincre et gagner appui car tout le monde n’a pas l’expérience de vie du Loroum.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 21:20, par Paligba En réponse à : Burkina/Drame au Loroum : Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés dénonce une descente dans le village de Hargo

    A chaque fois que la branche armée est en difficulté, la branche politique se met en branle.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 09:01, par AMKOULEL En réponse à : Burkina/Drame au Loroum : Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés dénonce une descente dans le village de Hargo

    @jeunedame seret : Chère amie, quand une population particulière est ciblée par les propos, des actes, des destructions, c’est cela de la stigmatisation. Les greniers, les maisons et autres biens des Peulhs ont bien été saccagés, oui ou non ? Pourtant à côté, les biens des Dioulas, des Dafing, des Lobis, des Mossis ... dans la zone n’ont pas été attaqués et cela est un fait.
    A la question de QUI STIGMATISE LES PEULH, mon amie, eh bien ce sont tous ces vandales qui se sont attaqués délibérément aux biens des peulh. Ce comportement discriminant, qu’il faut combattre. Si ce sont des mossis alors, la réponse à ta question est là. Si ce sont des bobos, des gouronsis, des samos, ... alors ta réponse est là.
    Il y a eu des terroristes qu’on a arrêté dans ce pays, qui sont des Mossis, personne ne s’est levé pour aller saccager les biens, les maisons, les greniers ... des Mossis nul part. Vous jouez à un jeu très dangereux qui finira par nous brûler tous.
    @KADER : Le CISC a fait pareil communiqué face aux évènements discriminants et stigmatisants de Banlho dans le Sud-Ouest, était-il question des Peulh là-bas ? Il faut arrêter vos analyses de gargotes et élever un peu le niveau du débat. C’est les journaux comme lefaso.net qui donnent écho à vos diatribes qui en portent aussi l’entière responsabilité.
    Depuis le drame de YIRGOU et sa gestion calamiteuse par le PF et le gouvernement, c’est l’escalade dans cette barbarie contre cette communauté.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 13:12, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Burkina/Drame au Loroum : Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés dénonce une descente dans le village de Hargo

    @AMKOULEL : Il faut faire attention à ne pas se stigmatiser soi même en voulant dénoncer la stigmatisation. La grande majorité des greniers, maisons, villages saccagés et brulés, des troupeaux volés et des populations massacrées et déplacées depuis 2016 ne sont pas peuhles.
    Mais on n’a jamais rien entendu du CISC à ces sujets. Seules les violences envers des peuhls valent la peine d’être dénoncés ?

    Car le communiqué du CISC concernant les évènements de Banlho est le premier et le seul qui ne concerne pas les peuhls. Nous avons abondamment commenté et condamné sur les fora le fait que cette association ne condamnait jamais les violences contre les FDS ou d’autres communautés, mais uniquement celles sur les peuhls, et devrait changer de nom pour enlever le pluriel de "communautés".
    Ce communiqué sur Banlho nous fait supposer que c’est une façon de répondre à cette critique, qui a donc eu du bon.

    Ensuite, je vous rappelle que lefaso.net a publié TOUS les communiqués du CISC et couvert TOUTES leurs conférences de presse. Certains diraient que c’est "faire écho à leur diatribes" ? Attention...

    De quoi s’agit-il ? Si de fait, la majorité des djihadistes tués ou arrêtés depuis quelques temps sont peuhls, il faut éviter l’amalgame de "tous les peuhls sont des terroristes" avec ses corolaires de violences verbales et physiques envers des innocents. On est tous d’accord sur ça.

    Or, des gens comme vous, par leur communication biaisée, font entendre que si un peuhl est touché d’une manière ou d’une autre, c’est une "injustice", même s’il est pris en flagrant délit d’une mauvaise action. Vous parlez de "barbarie envers cette communauté" en oubliant sciemment et cyniquement la grande majorité des victimes non peuhles qui datent de bien avant Yirgou.

    Cela ne rend pas service à votre cause. Pourquoi l’impunité serait-elle acceptable quand des peuhls tuent d’autres personnes mais le contraire serait inacceptable ?
    De même, si vous condamnez plus les commentaires négatifs sur les autochtones de Banlho que l’assassinat de trois personnes, il y a un sérieux problème.

    Enfin, dans la liste de ceux qui "stigmatisent" les peuhls, vous avez oublié les djihadistes. En attaquant les villages des autres communautés en épargnant ostensiblement les populations de cette communauté, ils la discriminent aux yeux de tous.

    Certes, lutter contre la stigmatisation est important. Mais si vous mettiez en place une association pour d’une part sensibiliser les jeunes de votre communauté à ne pas céder aux sirènes des recruteurs djihadistes, et d’autre part à déposer les armes, le tout pour ne pas justement stigmatiser toute la communauté, ce serait aussi faire œuvre utile.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 17:37, par AMKOULEL En réponse à : Burkina/Drame au Loroum : Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés dénonce une descente dans le village de Hargo

    @ Sidpawalemde Sebgo : Mon cher, vous faites preuve d’une mauvaise foi dans vos analyses, qui, sont vraiment à ne rien comprendre finalement, et cette confusion que vous semez et entretenez savamment est l’essence qui va enflammer le Faso.
    Est-ce qu’il y a plus de villages ou de localités au Burkina plus meurtris par ces innommables terroristes que les villages Peulh ? Tout le Nord du Faso est inhabitable et ce sont en majorité les familles Peulh qui en paient les frais. Et avec ça vous osez affirmer qu’il y a discrimination en faveur des Peulh ? C’est à vomir ces arguties. Au tout début de ces malheureux évènements, ce sont de pareilles réflexions de bas niveaux mettant tous les Peulhs dans le djihadisme que vous continuez à servir aux gens.
    Vous dites "La grande majorité des greniers, maisons, villages saccagés et brulés, des troupeaux volés et des populations massacrées et déplacées depuis 2016 ne sont pas peuhles." Je ne vais entrer dans cette compétition morbide et mortifère inter communautaire, je pense qu’on est tout Burkinabè mais qu’à cela ne tienne, dites moi un peu : est-ce que tu as déjà vu des gens se lever aller saccager des biens de la communauté SAMO parce qu’il y a eu attaque terroriste à Toeni, à Tougan, dans une localité SAMO ?
    est-ce que tu as déjà vu des gens se lever aller saccager des biens de la communauté MOSSI parce qu’il y a eu attaque terroriste dans un village mossi ?
    et pourquoi, depuis des gens se permettent d’aller massacrer, saccager des biens de la communauté Peulh par ce qu’il y a eu une attaque ?
    Quand je pense que des intello de votre trempe sont aux commandes de ce pays avec de telles raisonnements, ça ne peut s’empirer mais de grâce
    Comme vous dites "Vous parlez de "barbarie envers cette communauté" en oubliant sciemment et cyniquement la grande majorité des victimes non peuhles qui datent de bien avant Yirgou." Donnez moi des exemples où des gens sont aller massacrer une communauté A à cause des agissements d’un individu ou groupe d’individus d’une communauté B du fait de terrorisme ou djihadisme.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Bobo-Dioulasso : Le syndicat des transporteurs intercepte cinq cars ivoiriens en transit sur le territoire burkinabè, avec à son bord des passagers nigériens
Burkina : Un syndicat de l’Éducation appelle les enseignants « à sauver l’école de ces prédateurs »
Procès assassinat Thomas Sankara : Un collectif d’avocats se dit déterminé à faire jaillir la vérité
Tolérance au Burkina : Un projet pour promouvoir le vivre-ensemble
Lutte contre le diabète : Un nouveau siège pour l’ACDB
Coopération : Le président Mohamed Bazoum attendu ce 17 octobre à Ouagadougou
Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté : Déclaration de Achim Steiner, Administrateur du PNUD
Boucle du Mouhoun : Des organisations paysannes et des OSC renforcent leurs capacités en politiques agricoles
Lutte contre les violences basées sur le genre : Enabel sensibilise à travers la musique
Salon de la publicité et de l’édition (SAPE) : La première édition se tiendra du 11 au 13 novembre 2021
Journée mondiale de l’alimentation : Nestlé Burkina attire l’attention sur l’hypercholestérolémie
Programme de développement d’urgence : L’ONG Terre des hommes et ses partenaires se concertent
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés