Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les obstacles sont les choses effrayantes que vous voyez quand vous détournez les yeux de votre objectif. » Henry Ford

Agroécologie urbaine et commercialisation : Pour une transition agroécologique pérenne des coopératives maraichères de Ouagadougou

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • dimanche 10 janvier 2021 à 15h00min
Agroécologie urbaine et commercialisation : Pour une transition agroécologique pérenne des coopératives maraichères de Ouagadougou

Le fonds d’appui aux Projets Innovants de la Société Civile et aux Coalitions d’Acteurs (PISCCA) de l’Ambassade de France au Burkina Faso a appuyé Béo-Néeré Agroécologie et le CNABIO dans leur mission de diffusion des pratiques de productions écologiques.

Béo-Nèeré Agroécologie est une association burkinabè créée en 2013 de promotion et de diffusion de l’agroécologie. Le coordinateur et le directeur sont secondés par une équipe de 9 animateurs pour former les paysans et paysannes aux techniques agroécologiques en maraichage, grandes cultures et élevage. L’association a acquis également au fil des années une expertise dans la commercialisation des produits agroécologiques produits dans sa ferme-école certifiée BioSPG par le CNABIO. En plus d’être un site de démonstration des pratiques agroécologiques, la ferme accueille de nombreuses formations à destination de divers publics.

Le Conseil National de l’Agriculture Biologique (CNABIO) est une faitière qui donne un cadre aux acteurs de l’agriculture biologique au Burkina Faso. Créé en 2011, il porte le label bioSGP, l’un des premiers labels biologiques nationaux en Afrique de l’Ouest. Le CNABIO sensibilise, forme, suit, appuie et conseille les acteurs de la production biologique. Il porte également la parole de ses membres pour réaliser un plaidoyer en faveur de la production écologique.

Les deux associations se sont relayées au cours des 6 derniers mois pour appuyer et conseiller les maraichers et maraichères à entamer le chemin de la transition agroécologique en maraichage ; domaine de production compliqué en agroécologie s’il en est.

Sensibilisation et formation des 180 maraichers et maraichères à la production agroécologique

Deux coopératives de Boulmiougou, trois coopératives de Tanghin et une coopérative à Roumtenga ont d’abord été sensibilisées à la transition agroécologique.

L’objectif de l’agroécologie étant toujours de se rapprocher plus de l’autonomie et de se débarrasser des engrais de synthèse, les 6 coopératives ont ensuite reçu une formation à la fabrication de deux fertilisants naturels qu’ils pourront eux-mêmes produire et diffuser, à base de produits locaux : les micro-organismes efficaces (EM) et le bokashi.
Aussi pour remplacer les insecticides, les producteurs et productrices ont appris à fabriquer un bio répulsif efficace surtout contre les insectes à corps mou : l’appichi.

Champ agroécologique de pomme de terre

Recette de l’APPICHI, biorépulsif efficace contre les insectes à corps mou

-  1kg de piment ;
-  1kg d’ail sec (plus efficace que l’ail frais) ;
-  1 kg de gingembre frais ;
-  1 litre d’alcool pur ;
-  15L + 15L d’eau ;

Piler les 3 premiers ingrédients.
Dans un bidon de 30 L opaque, mélanger avec un bâton les 3 ingrédients pilés et 1L d’alcool pur. Fermer le bidon et laisser fermenter pendant 4 jours sans ouvrir.
Au bout du 4ème jour, ajouter 15L d’eau supplémentaires et remuer avec un bâton.
Refermer et laisser fermenter jusqu’au 11ème jour.
Utilisation en pulvérisation foliaire et au sol à partir du 11ème jour (pour un pulvérisateur de 16L) :

-  en prévention : diluer 0,5L d’appichi dans 15,5L d’eau ;
-  en curatif : diluer 1L d’appichi dans 15L d’eau.

Recette de l’APPICHI, biorépulsif efficace contre les insectes à corps mou
-  1kg de piment ;
-  1kg d’ail sec (plus efficace que l’ail frais) ;
-  1 kg de gingembre frais ;
-  1 litre d’alcool pur ;
-  15L + 15L d’eau ;
Piler les 3 premiers ingrédients.

Dans un bidon de 30 L opaque, mélanger avec un bâton les 3 ingrédients pilés et 1L d’alcool pur. Fermer le bidon et laisser fermenter pendant 4 jours sans ouvrir.
Au bout du 4ème jour, ajouter 15L d’eau supplémentaires et remuer avec un bâton.
Refermer et laisser fermenter jusqu’au 11ème jour.
Utilisation en pulvérisation foliaire et au sol à partir du 11ème jour (pour un pulvérisateur de 16L) :
-  en prévention : diluer 0,5L d’appichi dans 15,5L d’eau ;
-  en curatif : diluer 1L d’appichi dans 15L d’eau.

Recette du BOKASHI
Bio fertilisant naturel
Ingrédients pour la solution liquide :
-  2 kilos de levure de dolotière
-  2 kilos de sucre et 20 litres d’eau
Mélanger la levure de dolotière et le sucre dans l’eau.

Préparation :
1. dans 20 litres d’eau claire mélanger la levure de dolotière et le sucre ;
2. étaler 2 brouettes de terre au sol et humidifier avec la solution liquide ;
3. étaler par-dessus 2 brouettes de fumier recyclé sur la terre et humidifier avec la solution liquide ;
4. étaler par-dessus 2 brouettes de son de riz ou herbe séchée et humidifier avec la solution liquide ;
5. étaler par-dessus 2 brouettes de son de maïs et humidifier avec la solution liquide ;

6. recouvrir par des débris de charbon de bois puis de la cendre et humidifier avec la solution liquide.
Répéter l’opération en superposant autant de couches que souhaité
 Mélanger et monter le tas (forme pointue)

Utilisation :
Retourner le tas matin et soir pendant 4 jours puis 1 seul retournement par jour jusqu’au 10ème jour. Utiliser à partir du 10ème jour.

Champ agroécologique de laitue

Appui matériel des coopératives

Pour compléter la formation et encourager les producteurs à continuer vers l’agroécologie, des appuis en matériel ont été réalisés : des motopompes pour tirer l’eau des puits maraichers ; des puits maraichers ; des bassins de rétention d’eau et du petit matériel de maraichage.

Sensibilisation à la certification biologique et au label bioSPG
Le CNABIO a pris la suite de Béo-Nèeré Agroécologie pour aborder l’aval de la production : la commercialisation. La visite de la ferme-école de l’association Béo-Nèeré Agroécologie certifiée bioSPG a permis aux coopératives de se rendre compte de ce qu’il est possible de faire en maraichage écologique avec beaucoup de patience et d’efforts.

Par la suite le CNABIO a continué à renforcer les coopératives dans la commercialisation de leurs produits par la formation, la manipulation du numérique pour réaliser des vidéos, des photos et des messages audio afin de valoriser les produits sur les réseaux sociaux.

Le projet a également permis aux coopératives de participer aux cadres de concertation et à une foire pour aider à créer des débouchés. Pour les encourager à s’organiser efficacement et a adopter les bonnes pratiques de commercialisation, les coopératives ont visité la ferme de l’association La Saisonnière qui commercialise sa production sous le label bioSPG.

Ateliers d’autodiagnostic des pratiques maraichères
Pour clôturer le projet trois ateliers d’autodiagnostic des pratiques maraichères ont été organisés les 18, 19 et 21 décembre 2020 avec les 6 coopératives accompagnées sur la ferme de Béo-Nèeré Agroécologie.

L’objectif était de prendre du recul sur ce que signifie la transition agroécologique en maraichage et analyser les actions à envisager pour progresser petit à petit. La dimension environnementale de l’agroécologie a bien sûr été travaillée mais également les aspects socio-économiques : les conditions de travail, l’accès à l’information, aux financements et aux marchés, les circuits d’approvisionnement et de distribution ainsi que la diversification des revenus.

Mais les réalités de la transition sont dures ! Bien que formés à la fabrication du compost, des micro-organismes efficaces et de l’appichi, les maraîchers ont besoin de temps pour restaurer leurs terres appauvries : certaines planches recevront pour la première fois depuis des années des fertilisants naturels à la place de l’engrais de synthèse. Les laitues qui y seront produites seront invendables car les feuilles ne seront pas assez belles au goût des clients. Ce sont donc les maraichers qui consommeront leur production bio jusqu’à ce que le sol revive et donne de plus belles laitues qu’avant.

Courage à elles et à eux !! Le chemin est long mais bon !
#sur_le_chemin
#agroécologie_maraichère
#celles_et_ceux_qui_nous_nourissent

Vos commentaires

  • Le 27 janvier à 11:05, par Rudolf Seiler En réponse à : Agroécologie urbaine et commercialisation : Pour une transition agroécologique pérenne des coopératives maraichères de Ouagadougou

    Guten Tag, sehr geehrte Damen und Herren,
    wir sind ein kleiner Hilfsverein in D/Baden-Württemberg und interessieren uns für Ihre Arbeit. Gerne würden wir evtl. ein oder zwei junge Burkinabè in diesem Bereich ausbilden lassen.
    Im Gebiet Nassoulou (Koudougou) haben wir in den beiden letzten Jahren fünf Tiefbrunnen bohren lassen. Damit steht gesichert Trinkwasser aber auch Wasser für den Anbau von Lebensmitteln zur Verfügung. Damit die dort lebenden Menschen eine Anleitung zum Anbau von Gemüse, Getreide usw. erhalten, denken wir an eine entsprechende Ausbildung.
    Können Sie uns bitte mitteilen, ob wir da bei Ihnen richtig sind und wie eine Ausbildung abläuft und welche Kosten dafür entstehen.
    Vielen Dank für Ihre Prüfung und Nachricht.
    Mit freundlichen Grüßen
    Rudolf Seiler, 1.Vorsitzender
    PS : Ich werde sobald es die Corona-bedingten Einschränkungen wieder erlauben in Ouaga sein. Können wir dann einen Gesprächstermin vereinbaren ?

    Répondre à ce message

    • Le 27 janvier à 12:15, par Ka En réponse à : Agroécologie urbaine et commercialisation : Pour une transition agroécologique pérenne des coopératives maraichères de Ouagadougou

      Voilà ce que dit Rudolf Seiler : Bonjour, mesdames et messieurs,
      Nous sommes une petite association d’aide au D / Baden-Württemberg et sommes intéressés par votre travail. Nous aimerions avoir un ou deux jeunes Burkinabè formés dans ce domaine.
      Dans la région de Nassoulou (Koudougou), nous avons fait forer cinq puits profonds ces deux dernières années. Cela garantit que de l’eau potable est disponible, mais aussi de l’eau pour la culture des aliments. Pour que les gens qui y vivent reçoivent des instructions sur la façon de cultiver des légumes, des céréales, etc., nous réfléchissons à une formation appropriée.
      Pouvez-vous nous dire si nous sommes au bon endroit avec vous, comment un apprentissage est organisé et quels en sont les coûts.
      Merci pour votre commentaire et votre message.
      Meilleures salutations
      Rudolf Seiler, 1er président
      PS : Je serai à nouveau à Ouaga dès que les restrictions liées à la corona le permettront. Pouvons-nous prendre rendez-vous alors ? Répondez le car, c’est une bonne initiative pour faire avancer notre pays. Ka.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Education nationale : Un complexe scolaire communal flambant neuf pour la population de Youlou à Koudougou
Université libre du Burkina : Les étudiants en diplomatie et relations internationales s’exercent aux débats internationaux
Agence universitaire de la Francophonie : Le Recteur dévoile ses projets aux étudiants de l’Université Joseph Ki-Zerbo
Santé : « La dysfonction érectile est un signe de maladie cardiovasculaire », Dr Boukary Kabré, urologue-andrologue
Urbanisme au Burkina : « Aide-toi et le ciel t’aidera », enseigne Me Bénéwendé Sankara
Entrepreunariat : Les lauréats du « Prix Idrissa Nassa » pour l’innovation reçoivent leurs chèques
Frontière Côte d’Ivoire-Burkina : Des véhicules burkinabè interdits d’entrer sur le territoire ivoirien
Projet « Voix et leadership des femmes » : Equipe technique et bénéficiaires harmonisent leurs positions
Cité de la diaspora : Des souscripteurs reçoivent leurs clés à Ouagadougou
Cadre sectoriel de dialogue défense-sécurité : Fin d’une phase…, début d’une nouvelle ère !
Marchés agricoles : Les acteurs font le bilan du projet AMIAGRI
Ganzourgou : Le FONA-DR se dévoile aux travailleurs déflatés et retraités
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés