Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’art de plaire consiste simplement en deux choses : ne point parler dе sοi аux аutrеs еt lеur раrlеr tοujοurs d’еux-mêmеs.» Edmond et Jules de Goncourt

Election présidentielle 2005 : Les appréciations du FOSCAO

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Présidentielle 2005 • • lundi 19 septembre 2005 à 07h02min

Le jeudi 15 septembre 2005, le Forum ouest africain de la société civile (FOSCAO) a rencontré la presse à l’hôtel Amiso à l’effet d’informer l’opinion publique de ses activités et de sa mission d’évaluation pré-électorale au Burkina Faso.

En séjour à Ouagadougou depuis le 14 septembre, une mission du Forum ouest africain de la société civile (FOSCAO), conduite par Mme Penda Mbow a échangé avec les hommes de média le 15 septembre 2005.

A l’occasion, elle a livré les résultats de ses rencontres d’évaluation pré-électorale avec les partis politiques, la CENI, les ministères des Droits humains et de la Défense, la société civile, etc. Selon Mme Mbow, le travail déjà abattu sur le terrain est grandiose. Ce qui leur permet d’être optimiste quant au scrutin à venir.

Cependant, le FOSCAO a fait remarquer que des failles subsistent encore. Il s’agit du manque de moyens des partis politiques pour faciliter la surveillance des élections par leurs militants, du manque d’éducation civique à l’endroit des populations et du manque d’impartialité dans le traitement de l’information dans certains média.

Le FOSCAO s’est proposé donc de travailler étroitement avec la société civile burkinabè afin d’assurer des élections libres et transparentes. Pour cela, quinze (15) observateurs étrangers et cinquante (50) autres nationaux seront déployés par le forum lors de l’élection présidentielle.

Le secrétaire général du FOSCAO, Dr Richard Konteh qui reconnaît qu’il serait présomptueux de leur part de vouloir assurer seul des élections transparentes, a confié que leur mission consistera surtout à faire observer les dispositions légales. "Nous ne pouvons pas légiférer ni empêcher toute possibilité de fraudes.

Mais nous signalerons les fraudes que nous aurions constatées", a expliqué Dr Konteh. Fort de son expérience au Ghana, au Togo, en Guinée Bissau, le FOSCAO rassure de sa neutralité pendant tout le processus en vue de produire une évaluation objective et vérifiable des résultats du scrutin à venir.

P. Pauline YAMEOGO

Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Election présidentielle : Le satisfecit de la JUNA, du RAJS et de CERVO d’Afrique
Groupe des cinq : Savoir raison gardée
La gueule de bois des lendemains électoraux !
Les leçons d’un scrutin
Présidentielle 2005 : Ce qui devait arriver arriva
L’opposition burkinabè : Les causes d’une défaite
L’après élection du 13 novembre : Tentatives maladroites d’atténuer une défaite cuisante
Analyse des résultats : On récolte ce qu’on a semé
Analyse des votes : Pourquoi certains ont voté blanc ou nul ?
Burkina : "Une démocratie chancelante, balbutiante, frileuse"
Présidentielle au Nahouri : Le PAI analyse sa défaite
Election présidentielle : L’AJCBC dit merci à la jeunesse
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés