Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Comme pour toute discipline, votre attitude ne s’améliorera pas d’elle-même. C’est pourquoi vous devez y veiller jour après jour» John C. Maxwell

Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Coronavirus • • lundi 6 avril 2020 à 23h45min
Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

A la suite du communiqué du ministère en charge de la recherche faisant le point des deux essais cliniques en cours, Dr Issaka Sondé, bien connu de nos lecteurs pour ses contributions citoyennes sur Lefaso.net émet des doutes et propose des solutions pour une meilleure réussite de ces essais. Il déplore aussi que les autorités burkinabè se soient laissées berner par le promoteur de l’Apivirine, médicament datant de plusieurs décennies déjà et dont l’efficacité est loin d’avoir été prouvée.

Le 05/04/2020, sur le site du Service d’information du Gouvernement du Burkina Faso (SIG), il nous a plu de prendre connaissance du communiqué de presse du point sur la situation des essais cliniques en cours dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

En pareilles circonstances, le devoir nous incombe peut-être le silence pour le respect dû à nos chers Maîtres. Mais, au regard de la complexité de la question et de l’impact actuel du Covid-19 sur la vie de la nation, toute contribution citoyenne peut être la bienvenue.

Nous voudrions juste ajouter notre petite et modeste contribution aux efforts déployés par l’ensemble des acteurs résolument et pleinement engagés dans la riposte nationale à cette menace que constitue le Covid-19. Notre intervention portera essentiellement sur deux points du dit communiqué :

1. La fabrication de la chloroquine et du paracétamol par l’unité U-Pharma pour le lancement du premier essai dénommé CHLORAZ.

2. La deuxième étude relative à un Essai clinique International dénommé API-COVID-19

Sur le premier point, nous sommes très ravi de savoir que "le protocole de cet essai a été finalisé et soumis au comité d’éthique pour la recherche en santé (CERS), et au comité technique pour les essais cliniques (CTEC) dont l’approbation est nécessaire au déroulement de l’essai clinique".

Donc, sur ce point, dès que le CERS et le CTEC auront donné leur avis favorables, il ne restera que la disponibilité des médicaments pour démarrer l’essai CHLORAZ.

Le même communiqué poursuit : "Par ailleurs, sur financement du Ministère du commerce de l’industrie et de l’artisanat, la réhabilitation de l’unité U-Pharma a commencé, il reste l’approvisionnement en matière première pour le démarrage effectif de la production de la chloroquine et du paracétamol".

A ce niveau, sans une bonne approche concertée, cette étape de production locale de la chloroquine et du paracétamol risque de retarder significativement le début de l’essai CHLORAZ. Il se pourrait que les dites matières premières ne soient pas disponibles sur le marché local avec la forte probabilité de devoir les commander en Chine ou en Inde. Dans ce cas qui risque d’être incontournable, laquelle des méthodes classiques d’approvisionnement en produits pharmaceutiques sera retenue ? L’appel d’offre ouvert ? Cette procédure est très longue, donc très inappropriée dans un tel contexte d’urgence nationale absolue. L’appel d’offre restreint ? Cette procédure nécessite une préqualification préalable du produit et du fournisseur pour garantir le respect des standards de qualité, de sécurité, d’innocuité et d’efficacités requises. La négociation compétitive ?

Cette procédure, sauf dérogation particulière, ne s’accommode pas avec le système public d’approvisionnement. Il ne reste donc que l’entente directe avec le producteur ; ce qui se fait souvent soit en cas de monopole (source unique d’approvisionnement) ou en cas de circonstances d’urgence absolue de catastrophe naturelle, ou épidémie ce qui est bien le cas actuel du Covid-19. C’est donc la plus simple, la plus rapide en général mais aussi la plus couteuse, puisqu’il n’ya pas de mise en concurrence !

Il existe une autre possibilité qui est l’approvisionnement via les agences intermédiaires (agences d’approvisionnement, grossistes internationaux) mais en général, ces structures ne s’intéressent pas aux matières premières.
Il est donc bien évident que, pour ce schéma, quelle que soit la méthode d’approvisionnement qui sera retenue, une perte notoire de temps sera observée du simple fait de devoir d’abord rendre disponibles les matières premières, avant de commencer la fabrication de la chloroquine et du paracétamol, avant de commencer l’essai CHLORAZ.

Pour gagner en temps, nous suggérons fortement d’acquérir directement de la chloroquine et du paracétamol déjà bien fabriqués, préqualifiés et assortis d’un contrôle qualité de bonne conformité à l’arrivée avant la mise à disposition pour l’essai CHLORAZ. Le gain en temps sera très significatif et si l’efficacité est au rendez-vous, nos patients Covid-19 en seront des heureux bénéficiaires et surtout vivants. Toute perte de temps risque d’avoir une répercutions non négligeable en terme de perte en vies humaines. Le processus d’acquisition des matières première suivra son cours pour permettre à l’U-Pharma de prendre relais pour la suite.

Sur notre second point d’intervention, le dit communiqué relate : "Pour la deuxième étude relative à un essai clinique international dénommé API-COVID-19 conduit dans deux pays africains pour évaluer l’efficacité clinique et virologique d’un médicament à base de plante dénommé APIVIRINE chez les patients atteints de COVID-19, l’autorisation de ce second essai est également en attente. Pour l’heure l’équipe de chercheurs de l’institut de recherche en sciences de la sante (IRSS) dirigée par le Dr Sylvin OUEDRAOGO, directeur de recherche en pharmacologie et directeur de l’IRSS n’a pas encore certifié ce médicament. En clair, l’investigateur principal au Burkina Faso, le Pr Martial OUEDRAOGO, professeur titulaire de pneumologie et coordinateur du comite national de réponse à la pandémie du Covid-19 et les chercheurs de l’IRSS n’ont pas encore recommandé l’utilisation de l’Apivirine dans le traitement des patients atteints du COVID-19".

Le promoteur de l’Apivirine a intelligemment exploité la perche tendue par les autorités du Burkina Faso

Sur ce point c’est vraiment très complexe. Le promoteur de l’Apivirine a intelligemment exploité la perche tendue par les autorités du Burkina Faso pour en abuser, berner royalement la population et doper la vente de son produit avant même toute preuve d’efficacité. Du reste, la gêne transparait dans les communiqués presque contradictoires qui ont été publiés à ce sujet. En effet, le 26/03/2020, Monsieur Le Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation (MERSI) déclarait : "Certains malades confirmés du COVID-19 ont déjà eu recours avec succès à l’Apivirine durant leur maladie. Ils ont tout de suite obtenu l’amélioration de leur état de santé allant de l’amendement rapide des symptômes à la négativation du test de dépistage de coronavirus après traitement, ce qui justifie la conduite de cet essai randomisé ouvert".

Le 03/04/2020, l’investigateur principal au Burkina Faso, par ailleurs, coordinateur du comite national de réponse à la pandémie du Covid-19 délarait : "Je ne connais pas de patients qui ont été formellement et officiellement traités par l’Apivirine au Burkina Faso. .. Je suis formel que l’équipe de prise en charge n’est pas au courant".
Voilà donc tout l’embarras lié à cet essai API-COVID-19. Un manque apparent de concertation au sommet. Personnellement, nous avons connu le produit Apivirine dans les années 2003 , donc pratiquement depuis deux décennies. Et ce produit se vendait à Ouagadougou de cours en cours par des vendeurs ambulants. A l’époque nous assurions la dispensation des antirétroviraux aux PvVIH au CTA de Ouagadougou et avions, pour faute de preuves d’efficacité, vivement déconseillé les patients d’associer l’Apivirine (achetée dans la rue) aux traitements ARV. Grande donc fut notre surprise de voir ce produit ressurgir en produit miracle contre le Covid-19 et rebaptisé séance tenante Api-Covid-19 et déjà disponible sur le marché avant même que l’essai clinique devant prouver son efficacité ait commencé ! C’est vraiment le monde à l’envers dans la démarche scientifique et réglementaire de mise d’un médicament sur le marché.

Le promoteur même du produit affirme tout de go, que dès le jeudi 12 mars 2020, un citoyen français, résidant au Burkina Faso, aurait eu recours à l’Apivirine à la posologie de 3 gélules 4 fois par jour. Incapable de quitter son lit la veille, à fortiori prendre un verre sur sa table, le patient aurait dès le lendemain fait du vélo. Invité par les autorités du Burkina, le promoteur de l’Apivirine débarque à Ouaga le samedi 14 mars 2020 par un vol Air Burkina et est conduit directement à l’hôpital où il aurait donné des boites supplémentaires de l’Apivirine au patient en plus d’une quantité suffisante pour soigner 11 autres patients au domicile du citoyen français.

Il a ensuite suscité la mise en place d’une équipe, un comité pour confirmer l’efficacité de l’Apivirine. Il affirme sans ambages avoir fait voyager le comité à 100km hors de Ouagadougou pour écrire le protocole de l’essai clinique Api-Covid-19 (Cf. vidéo 5e -6e mn). Il affirme aussi sans gène que ce sont les plus autorités du Burkina qui ont servi de relai (pour ne pas dire garçons de courses) pour la distribution de l’Apivirine au Burkina Faso et qu’au moins 20 d’entre eux en ont bénéficié. Dès le retour du comité à Ouaga, le protocole bien ficelé, le promoteur s’empresse de rebaptiser l’Apivirine (un produit développé il ya 20 ans contre le Sida) en Apvi-Covid-19 (Apivirine réactivée et renforcée en concentration moléculaire pour frapper terriblement le Covid-19) (Cf. vidéo 6e – 7e mn). Et voilà tout le mythe de l’efficacité de l’Api-Covid-19 créé, amplifié à dessein pour la seule fin de passer d’une production actuelle de 300 000 doses à un objectif visé de 10 millions de doses.

Le promoteur a osé et il a berné nos autorités pour atteindre son but

« Alea jacta est » comme l’aurait dit Jules César le 10 janvier 49 av. J-C. avant de traverser le fleuve Rubicon qui délimitait la Gaule Cisalpine et l’Italie. Le promoteur a osé et il a berné nos autorités pour atteindre son but.

A quoi servirait encore cet essai clinique si ce n’est nous faire perdre le temps précieux et nos maigres ressources ? L’Api-Covid-19 est déjà sur le marché sans enregistrement, sans autorisation aucune de mise sur le marché, sans preuve d’efficacité. Cette situation désastreuse confirme bien l’adage qui dit que "si tu es parenté ou ami à une chèvre, tes larmes ne cesseront jamais de couler au marché". Nos autorités ont juste servi d’alibi et ont offert une occasion en or pour l’alimentation d’un marché illicite des médicaments pourtant fortement combattue dans le monde entier. Que cela serve surtout de belle leçon !

En attendant, suivons scrupuleusement les consignes du Ministère de la santé et surtout ne cédons pas à la désinformation véhiculée par les réseaux sociaux.

La pharmacie citoyenne
Dr Issaka SONDE
Email : issaksonde@hotmail.com

Lire aussi : Dr Issaka Sondé, pharmacien et écrivain : « Si rien n’est comme avant, rien non plus n’est mieux qu’avant »

Vos commentaires

  • Le 6 avril à 12:21, par Jeune. En réponse à : Essais cliniques contre le COVD 19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Tout le monde Savait què cetait de l’arnaque. Que se cache til derriere ce mr et son produit ? Nous avons des chercheurs ici. Cest insulter leur intelligence et les humilier d’aller voir ailleur sans les consulter dabord. Dr Dakuo par example et bien d’autres qu’on ne pourra nommer ici.
    Jai honte. Que Dieu nous vienne en aide

    Répondre à ce message

    • Le 6 avril à 20:22, par Je suis Bakazana En réponse à : Essais cliniques contre le COVD 19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

      Cet article ne me convainc pas. On appelle ça en anglais « loose verbiage ». L’Apivirine a été testée. Quel en est le résultat ? Est-ce bon ou mauvais ? Certes le produit existait depuis 2003. La chloroquine existait depuis les années 50 sinon même depuis d’un siècle. On parle même d’utiliser le vaccin BCG pour le traitement du Covid19. Ce vaccin ne date pas d’aujourd’hui. Les médecins qui ont testé la chloroquine se sont dit satisfaits. Que disent-ils de l’Apivirine ? J’ai l’impression qu’on a affaire à une mafia et qu’il ne sera pas facile de connaître la Vérité.

      Répondre à ce message

      • Le 7 avril à 13:12, par Sidpassata Veritas En réponse à : Essais cliniques contre le COVD 19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

        @Je suis Bakazana Est-ce que vous cherchez vraiment l’avis des médecins sur l’Apivirine ? Eh bien vous avez ici celui du Dr Sondé ! Il dit que dans les traitement contre le VIH, eux avaient déjà déconseillé son utilisation, parce qu’il n’y avait aucune preuve de son efficacité et que c’était tout simplement un médicament vendu dans la rue, donc sans véritable contrôle de qualité ni même de traçabilité. Vous savez, en matière de santé la règle est que "en cas de doute, s’abstenir". On ne peut pas, à moins d’être un peu cobaye dans sa propre tête, accepter de boire un produit pour savoir si c’est un poison, un médicament, ou un produit inoffensif qui ne soigne ni n’empoisonne. C’est pour cela que les essais cliniques doivent suivre des règles précisent qui permettront de savoir ce que un produit fait et ne fait pas dans un organisme humain et que l’essai ne soit pas un empoisonnement. Ce n’est certainement pas simple comme "bonjour" !
        Personnellement, je n’irai pas avaler un comprimé de produit non testé scientifiquement et non autorisé à la vente, à moins que je soit tellement désespérer au point de vouloir me suicider. Qui est fou !

        Répondre à ce message

      • Le 7 avril à 21:35, par Jean-Renaud Achy En réponse à : Essais cliniques contre le COVD 19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

        tout à fait. comme cela ressemble à un complot contre le développement Africain….

        Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 12:50, par s En réponse à : Essais cliniques contre le COVD 19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Si certains travailleurs suivent bêtement des Délégués syndicaux politiciens voire corrompus par des opposants véreux tapis dans l’ombre, ils n’auront que leurs yeux pour pleurer.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 13:01, par kenichi En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    on permet la vente dun medicament pareil avant son essai clinique , en meme temps ,on retire la chloroquine des pharmacies et de passage, on ferme une pharmacie qui a eu linitiative de commander des test COViD... allons seulement..

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 13:10, par Mkouka En réponse à : Essais cliniques contre le COVD 19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Je me rappelle bien avoir suivi les propos du promoteur sir les miracles de l’Avipirine. Pas credible du tout, de par son language, pas besoin d’etre du milieu medical pour detecter le faux. Merci Mr Sonde pour cette mise au point, bien que pas tot.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 13:10, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Essais cliniques contre le COVD 19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Merci au Dr Sondé pour cet éclairage.
    J’avoue que je me demandais comment un médicament trouvé dans la sous-région pouvait "avoir une efficacité avérée contre le VIH-SIDA" sans qu’on en entende parler ? Ce qui signifie qu’on doit admettre que nos autorités ont engagé leur parole et leur crédibilité sur des oui-dire... Inquiétant.

    Mais ce qui me gène encore plus, c’est cette histoire de protocole d’essai clinique randomisé. En effet, pour qu’un essai clinique soit considéré comme "valide" chez nos chers "sachants’ (terme utilisé par l’un d’eux sur ce forum) il faut un "groupe témoin". En termes clairs, des gens que l’on va regarder se battre avec la maladie (regarder mourir ?) sans les soigner, pour comparer avec ceux qu’on va traiter avec le candidat-médicament.

    Quand il s’agit d’une maladie quelconque, on peut en discuter. Mais quand l’issue peut être la mort, cela pose un gros problème d’éthique et de morale. Alors je me demande ce que notre essai CHLORAZ prévoit à ce sujet ?

    De plus, si les essais du Pr Didier Raoult avec respectivement 24, 80 puis 700 malades sont considérés comme "limités", on se demande combien de nos malades seront utilisés comme cobayes pour que cet essai soit "valable" ?

    Cette histoire là sent de plus en plus mauvais...

    Répondre à ce message

    • Le 7 avril à 11:53, par TANGA En réponse à : Essais cliniques contre le COVD 19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

      Cela n’étonne personne de sidpawalmdé.
      Le ghanéen qui avait la recette contre le SIDA, où est il ?
      Que lui est il arrivé ?
      Quand à Monsieur AGON, continuez à produire l’utile. Quand ils en auront besoin, ils viendrons même en cachette acheter les produits. Ce qu’il y a, c’est le prix qu’il faudra revoir.
      Que faut il pour que d’autres chercheurs se mettent à table avec Monsieur AGON ? Où tout simplement on évite que du sable aille dans les assiettes de multinationales ? Où pire encore que ce soit un Africain qui dame le pion aux occidentaux ?

      Répondre à ce message

    • Le 7 avril à 12:39, par Oim En réponse à : Essais cliniques contre le COVD 19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

      Attention, les essais clinique ne se font jamais sur des patients, mais obligatoirement sur des volontaires qui acceptent par avance les risques du protocole. La moitié des volontaires reçoit le traitement, l’autre moitié un placebo. Les volontaires ne savent pas durant toute l’étude s’ils reçoivent le traitement où le placebo. Le médecin qui donne le traitement lui même ne le sait pas. Seul le chef de protocole le sait et il n’a aucun contact avec les volontaires. En fin de compte, cela permet de connaitre le taux de guérison réel du traitement par rapport au taux de guérison naturel. C’est d’ailleurs la grande faute du Pr Raoult d’avoir refuser de mettre en place ce protocole. Il a seulement traité des patients (et non des volontaires) avec son traitement. Le problème, c’est que son taux de guérison et celui de mortalité sont très proches des taux de guérison et de mortalité de la Chine, qui elle, ne possédait aucun traitement. La chloroquine semble donc aussi inefficace qu’un placebo. Il semble pour l’instant que son seul effet positif soit de diminuer le temps d’hospitalisation des personnes les moins vulnérables. Pour ceux qui développent la forme grave du Covid et pour ceux qui en meure, la chloroquine parait inefficace. Toutefois, seul un vrai protocole d’étude permettra de l’affirmer avec certitude, d’où l’embarras actuel du monde médical.

      Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 13:13, par RED En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Mr le Docteur 100etoiles ? Ca vous coute quoi de tester et apporter des preuves de son inefficacité ou pas au lieu de denigrer deja le produit. Cest aussi le but des essais logiquement !
    Je dis ! l’Afrique a du chemin. Comme ca vient d’un noir on cri à l’anarque. Les memes qui ont decrié la chloroquine hier sont les memes comme vous qui l’applaudissez aujourdhui car la France a approuvé son utilisation.
    Certes le beninois a raté sa communication mais c’est pas cela qui doit vous interesser. Verifier et prouver cest ce que vous devez faire. Il ya urgence, des malades meurent. Arretez vos gros discours et soutenez vous entre chercheurs africains pour que pour une fois l’Afrique sorte la tete haute de cette pandemie. Ne vous laissez pas distraire par ces grands labos etrangers qui n’ont aucun interet a ce que l’Apivirine passe.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 13:22, par Sabaabo En réponse à : Essais cliniques contre le COVD 19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Triste, triste, triste.
    1) Je constate avec amertume que même le paracétamol qui circule au Faso en quantité presqu’aussi abondante que les grains de maïs n’est même pas produit sur place, alors que des installations existaient déjà à cet effet. Cela doit être expliqué !
    2) Dites-moi SVP, des milliers de produits pharmaceutiques prescrits quotidiennement au Faso, y a-t-il ne serait-ce que 0,1% qui est testé, et produit au Faso ? Sommes-nous incapables à ce point de dépendre entièrement des connaissances et des productions de l’extérieur même pour notre santé ? Dans ces conditions, est-il vraiment raisonnable de rêver compter un jour dans le concert des nations en tant que pays respectable et développé ?
    3) Cette gestion honteuse et désastreuse de l’affaire Apivirine, en même temps qu’elle révèle, certes, l’incompétence de certaines autorités, n’est-elle pas aussi, résultats de la pression de plus en plus forte mise sur elles afin d’obtenir des solutions hic et nunc, illico presto à nos problèmes ? Le facteur temps est déterminant dans la recherche de solutions à certains problèmes. Dans ce monde des humains, tout ne se résout pas par décret ou en appuyant sur un bouton.
    4) Cette crise sur la question sanitaire doit être l’occasion de nous engager résolution sur le chemin de l’émancipation sur biens de plans, y compris pharmaceutique. Encore une fois, je dis : les essais cliniques doivent continuer, s’intensifier et ne jamais s’arrêter. Avec les résultats, chaque année, l’Etat doit pouvoir déclarer : "Désormais, au Burkina Faso, les maladies suivantes devront être traitées avec les produits suivants, mis au point par les chercheurs de chez nous. Tout autre produit d’origine étrangère ne saurait être prescrit qu’en cas de ruptures des produits locaux".
    Il n’y aura jamais de développement sans audace dans la recherche et du courage politique. Ne perdons pas de temps dans le découragement et les critiques faciles et stériles. Le terrorisme et la pandémie du Covid-19 sont en réalité un belle opportunité pour jeter les bases androgènes d’un développement androgène. Hélas, l’égoïsme opportuniste des politiciens pour la plupart tarés me chagrine.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 13:22, par Coronatou En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Voilà un Monsieur qui a le titre ronflant de ’’Dr" mais qui ne sait que pondre des articles au moment ou il est demandé de nous trouver un remède. Quand je lis votre article, la haine envers le propriétaire de Apivirine est manifeste. "Le promoteur de l’Apivirine a intelligemment exploité la perche ...pour en abuser, berner royalement la population.."
    "l’Apivirine (achetée dans la rue)""les plus autorités du Burkina qui ont servi de relai (pour ne pas dire garçons de courses)"...
    Vous avez certainement fait des études en pharmacie comme ce Monsieur, ce que nous attendons de vous, c’est de nous inventer des molécules à partir de nos plantes et non des gros discours dans des déclarations après avoir acquis le titre de Dr par le boilo.
    Aidez-nous à trouver des remèdes issus de la pharmacopée comme c’est le cas pour Apivirine Et pour la gouverne de "Dr SONDE", 99% des produits issus de la pharmacopée se vendent dans la rue parce que vous n’en voulez pas dans vos pharmacies de produits importés ’’en Chine ou en Inde" comme vous le dites dans votre declaration.
    Aidez-nous à avancer parceque la critique (trop subjective) sur le produit issu de la pharmacopée vise à jeter un discredit sur le travail d’un chercheur.
    Amicalement

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 13:33, par Sacksida En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Voila quand on dit qu’en toute chose, il faut evaluer toutes les possibilites existantes convaincantes et nationales en priorite et ensuite considerer d’autres possibilites. C’est juste une methode efficiente de travail et de management des problemes ; surtout dans le domaine tres delicats de l’epidemie et de la sante. Mais, voila quand on veut tout regenter sans consultation d’autres avis specialises ont aboutit a ce genre d’arnaque et qui me parait honteux et tres grave. C’est pourquoi, je dis toujours que Dieu aide le peuple Burkinabe. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 13:37, par Passakziri En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    En tous cas, ca ne fait pas trop sérieux les dernières sorties du ministre.Pour l’annonce sur l’apivirine,nous nous sommes mis à repeter comme des peroquets combien nous sommes fiers de cette " trouvaille" d’un africain . Après avoir recu une Audio WhatsApp concernant l’Apivirine le doute s’installa rapidement chez moi, mais
    beaucoup empestent toujours les réseaux sociaux comme des boites à resonnance concernant ces deux produits proclamés Solutions miracles . Que ce soit l’association Chloroquine-Azythromycin ou l’apivirne, vous mettez les charrues avant les boeufs. Sinon comment pouvez vous poursuivre les recherches honnêtement ? Il ne faut pas brûler les etapes au risque de mettre nos populations en danger. La Demarche senegalaise semble plus raisonable et respectable scientifiquement et moralement.Ils essaient le protocole sur un groupe de patients et si ca marche, ils géneralisent. Mais ils ne s’appuient pas sur les résultats falacieux de Raoult pour mettre tout le monde en danger.
    Pour tous ceux qui se sentiraient obligés de venir réagir à mon poste, je vous dis d’aller consulter les chiffres des diffrents pays et essayer de comparer ceux ou le protocole á la Raoult sont autorisés en Dehors des essais cliniques ( France, USA ) et ceux qui ne l’ont pas adopté hors des essais cliniques (Allemagne, Canada ). Les données sont accessibles sur le site de l’OMS gratuitement.Surtout ne venez pas reprendre les mêmes arguments qu’on connait deja.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 13:40, par Le petit tranquilos En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Merci Docteur. Vous savez quand quelqu’un a un parent gravement malade, il cherche partout un produit pour sa guérison. Même si on lui dit que le produit se trouve dans le foi d’une mouche, il va l’attraper et se débrouiller prélever le foi de la mouche. Cela dans le soucis d’avoir une satisfaction morale et qu’on ne l’accuse pas "qu’il entendu parler du produit de tel yarga ou tel samo et il n’est pas parti chercher.
    J’admire votre adage qui dit "si tu es parenté ou ami à une chèvre, tes larmes ne cesseront jamais de couler au marché". Il n’est pas tard de mieux faire.
    Cela veut dire qu’il faudrait que la coordination fasse beaucoup attention car on reconnais l’importance du bonheur quand on l’a perdu. Que la coordination travaille sincèrement, avec foie. Pratiquement les gens connaissent bien les membres de la coordination et ceux dont ils sont capables.
    Merci Mr SONDE.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 13:46, par Mirage En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Merci bien Dr Sondé pour cet article qui est écrit avec une bonne analyse contrairement à certains qui s’excitent sur les réseaux sociaux en dénonçant sans preuve ce qu’ils avancent. L’article de Dr Sondé critique beaucoup plus sur la démarche qui est faite depuis le début de cette crise de COVID-19 sans remettre en cause qu’un essai clinique sur l’APIVIRINE est toute fois nécessaire avant d’être mis sur le marché comme d,ailleurs tout autre médicament.
    Je pense personnellement que c’est dans ce sens que l’IRSS a été contacté pour réaliser un essai clinique dans le but de mesurer l’efficacité clinique de ce médicament et en amont de s,assurer si toute fois les étapes pré-cliniques nécessaires ont été réalisées. C’est d,ailleurs tout l’intérêt d’être associé à un centre de recherche pour conduire ce genre de travaux dont l’IRSS dispose les capacités pour le faire. Dans cette situation, il est de la responsabilité de nos autorités de contrôler les médias sur la diffusion de ces produits miracles sans preuves scientifiques validées. Je pense que le MERSI a été un peu maladroit dans la communication mais a n’aucun moment ils ont suggéré l’usage de l’APIVIRINE avant les résultats de l’essai qui sera conduit.
    En matière de phytomédicamentent, avant d’être mis sur le marché, les étapes suivantes doivent être validées : 1) l’étape pré-clinique qui consiste à vérifier la toxicité du médicament, la dose d’action, la potence etc.. 2) l’étape de la formulation galénique du produit une fois l’étape pré-clinique est validée, 3) l’étape des essais cliniques.
    Si toute fois les étapes 1 et 2 ont été demontrées alors il n’y a pas de raison de ne pas passer à l’étape 3.
    Aujourd’hui certains de nos phyto-médicaments sont vendus dans nos officines sans que les essais cliniques ne soient réalisés à ma connaissance. Je ne suis pas sûr que les produits de Dr Dakuyo soient passés par toutes ces étapes et je ne suis pas sûr non plus que le fameux FACA qui est vendu aujourd’hui soit passé par toutes ces étapes.
    Ça ne m’intéresse pas si Dr Agon va se faire de l’argent ou pas , ce qui m’intéresse c’est de savoir si l’Apivirine est efficace contre le COVID-19. Et pour le connaitre cela passe par essai clinique serieux.
    Contrairement à Dr Sondé, je ne trouve plus pertinent un essai sur la chloroquine du moment ou le ministère l’a déjà adopté dans son protocole de traitement. Il sera difficile de trouver un groupe contrôle et si ça venait à se faire, j’anticipe déjà les résultats qui viendront confirmer ce que les autres ont trouvé.Rien de Nouveau.
    A mon avis, je suggère beaucoup d’exploiter la piste des phyto-médicaments qui sera notre valeur-ajoutée dans cette recherche.
    Enfin, tout phyo-médicament qui n’aura pas réalisé toutes les étapes citées ci-dessus, ne doit pas être médiatisé pour éviter un effet pervers de son utilisation.
    C’est ma contribution citoyenne.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 13:48, par Skal de Banfora En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Merci Dr SONDE pour votre éclairage à propos de l’essai clinique portant sur l’Apivirine.
    Cela prouve que nos autorités surtout le ministre Maiga a manqué de professionnalisme et de rigueur scientifique. Il aurait du faire preuve de prudence et de retenue dans ces propos par rapport à l’efficacité de l’Apivirine.
    Par la faute de nos autorités l’Apivirine est rentré au pays par la grande porte et avec leur bénédiction.
    Stop au COVID 19 !

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 14:28, par Boudou En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Dr Sondé
    Merci pour ce éclairage qui, .... n’est l’expression d’un aigri. Je reste tout de même déçu de votre raisonnement. Vous n’êtes meme pas convainquant on sent de l’aigreur qui enlève de la vérité, ou le raisonnement scientifique a votre démarche.
    J’aurai bien voulu que vous nous démontrer la décomposition chimique de l’API-COVID 19, l’ADN de ce médicament et nous montrer qu’il ne peut rien faire avant de parler d’arnaque.
    Un indien, chinois ou Francais serait derrière cette proposition de l’API-COVID 19 et vous designez comme chef de projet on verra ce que ca donne.
    Sincerement si vous n’avez pas de solution entre vos mains se taire est aussi une réponse une réponse en ce temps difficile. Si vous ne saviez pas un malade peut guérir en pouvant de l’eau si on le fais crois que c’est un médicament. L’organisme humain peut réussir a vaincre un mal par le simple fait de crois à son médecin et aux solutions qu’il propose.
    Tout votre raisonnement qui se camoufle derrière les autres méthodes expérimentales CloRAZ n’était que l’introduction. Si vous cherchez et vous trouvez et le Béninois a trouvé, il faut vous en vouloir a vous meme.
    On se connait le Burkinabè est ainsi Mauvais, Méchant et Mesquin les 3M de Ablassé.
    Vous aurez du vous taire à défaut d’une vrai démonstration scientifique que littéraire. Sincèrement vous faites honte à l’intellectuel burkinabé avec de telle propos. Organiser une conférence on viendra vous repondre.
    Boudou

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 14:29, par Mecton En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Vous dites que le produit Apivirine est depuis 2003 sur le marché sans aucune preuve d’efficacité et voilà que des chercheurs veulent prouver son efficacité à travers des essais cliniques et vous trouver à dire. Finalement on comprend rien de vous ?
    En Afrique ici personne n’a confiance à ce que fait l’autre, tant que ce n’est pas lui qui gère c’est faux.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 14:35, par Mathurin BAZIE En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    On ne défend pas le promoteur, maiss nos chercheurs aussi devront faire l’effort de trouver mieux. Chers médecins, nous, nous avons besoin d’être soignés. Alors laissez tomber vos querelles d’africains, donnez vous la main, élargissez cette main aux tradi-praticiens pour révolutionner le médicament africain au niveau mondiale ? Donc ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 15:06, par inquiétant En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Je rejoins l’avis du Docteur. Il s’agit d’une arnaque. Un produit vendu 2.500 F passe à 12.500 F soit 5 fois plus ! Refaire un emballage et rebaptisé son produit API COVID 19 comme quoi il est efficace contre le COVID 19 avec des dates de fabrication en 2019. C’est faux car c’est une FRAUDE et une publicité mensongère pour tromper les consommateurs ! Le ministère du commerce doit se pencher sur ce cas. Que le ministère veut tester ce produit, pourquoi pas ! Si on connait sa composition, on peut plus ou moins savoir s’il faut le tester ou pas en fonction des propriétés des principes actifs.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 15:33, par verite no1 En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Bonjour les amis ! Je suis perdu les amis !
    Venez me chercher dans la foret bangre weogo !!!!
    Ce pharmacien doit dire la verite !!!!!!!! Il ya de la logique dans ce qu’il dit !!!!!!! Ah ! On a encourage la vente de l’Apivirine produit par API-Benin !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 15:43, par Juste En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Moi je ne suis pas tout à fait contre la démarche du gouvernement et leur empressement à trouver des solutions ; par contre, je suis contre des gens qui savent des choses et qui ne les disent pas et pensent peut être qu’on doit courir vers eux pour avoir des informations. Notre gouvernement se trouve dans une situation un peu comme un chef de famille qui sent des sorciers tout autour de sa concession ; n’importe quelle proposition de solution est la bienvenue en ce moment. Maintenant il appartient à ceux qui savent des choses de se prononcer. Il ne faut même pas attendre d’être consulté, c’est ça aussi la contribution patriotique de tout un chacun. Si tout ce qui est dit dans l’écrit est fondé, vous voyez bien qu’on ne devait pas laisser nos autorités courir de la sorte pour si peu ; mieux, en laissant ridiculiser de la sorte nos autorités c’est tout le pays qui prend le coup. Nous perdons du temps donc des vies par notre silence parfois.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 15:47, par verite no1 En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Les amis, je vais vous expliquer le scenario ! Par exemple, le vieux Yamyele qui est mon ami de longue date et docteur egalement que je connais tres bien, aligne medicine traditionnelle a la medecine moderne ! Il ya une epedemie dans mon village et je l’en parle et il me dit que ca c’est petit affaire pour lui ! Je l’invite chez les sages du village et Yamyele vante les merites de son produit traditionnelle avec exemple a l’appuii !
    Alors, les sages demandent a ce que Yamyele apporte son produit pour sauver le village !!!!!
    Pourtant, Yamyele ne m’a jamais trompe, alors apres essai, des gens du village qui connaissent le medicament disent que c’est pas le vrai !!!!!!
    Alors, qui on doit blamer ici ???? Yamyele le buveur de bangui qui m’a induit en erreur, oubien moi-meme qui ne savait pas que devant l’argent, Yamyele va nous feinter, oubien les sages du village ? Voila la situation !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 15:47, par un observateur En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Au lieu de critiquer, proposer des médicaments.
    C’est bien beau de parler de dire que c’est de l’arnaque ou on a pas entendu parler du médicament.
    Mais à mon humble avis c’est déjà mieux que rien.
    Il faut juste les tester.
    Actuellement tout le monde critique mais inconsciemment tout le monde attend que la solution vienne de l’ancien colonisateur.
    Alors, choisir entre mourir et les traitements qui sont proposés, vous préférez la mort ?
    Nous avons des tradipraticiens réputés.
    Nous avons des traitements naturels.
    Pourquoi ne pas faire un collège de tradipraticien qui vont aussi œuvrer pour trouver un médicament ?
    NON... Ça c’est trop long et on a pas confiance. On préfère mourir en attendant que la solution vienne de l’extérieur.
    Ce comportement est une conditionnement pavlovien.

    MOUREZ ALORS. DE TOUTE FAÇON ON DIT QU’IL Y’A BCP D’AFRICAINS EN AFRIQUE.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 15:50, par verite no1 En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Et puis, a son retour dans son pays, il a ete mis en quarantaine, meme si c’est une loi, ca prouve que lui meme ne fait pas confiance a son machin !
    Franchement, je ne blame personne sauf l’arnaqueur lui meme !

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 15:55, par verite no1 En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Le gars est un stratege, il a fini avec le Burkinabe !
    Il a bien etudie la situation avant de lancer l’offensive !!!!!! Popopopo...... !!!!! Il a etudie au Burkina, donc il nous connait tres bien ! Mais c’est quand meme inquietant !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 16:31, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    @Mecton et autres "africanistes" :
    Il y a bien tromperie,et ce avant même le résultat de l’essai.

    D’une part, ce monsieur s’est appuyé sur la parole de notre ministre et notre décision de tester son médicament pour en faire la publicité COMME SI LES RÉSULTATS ÉTAIENT DÉJÀ POSITIFS. D’autre part, il a changé le nom du médicament et augmenté son prix.

    Ces trois éléments montrent déjà le planning de l’intéressé : Profiter de la publicité gratuite que le Burkina lui fait pour s’enrichir. Avant même que l’essai ne soit fini, il peut engranger plus du milliard en vendant son produit au "nouveau" prix. Si les résultats sont négatifs, il aura déjà pris son argent. S’ils sont positifs, je suppose qu’il va encore revoir les prix à la hausse, y compris pour nous si nous en voulons.

    Le tout alors que nous auront assumé TOUTES les dépenses et la communication (publicité ?) qui auront produit ce résultat. Déjà, si vous tapez sur n’importe quel moteur de recherche, il a associé son nom et celui du médicament (déjà breveté) au Covid-19 et au Burkina Faso (et non au Bénin son pays) ! Alors oui, nous avons été légers, quelle que soit l’issue...

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 16:50, par Siaka En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Les noirs ne changeront jamais : jalousie, malhonnete, etc.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 17:00, par Le vigilant En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Je suis vraiment remonté contre nos autorotés de la recherche scientifique et ceux de la santé. Aptès avoir lu la présente publication du Dr SONDE. J’ai effectué une petite recherche sur youtube pour écouter la fameuse interview du Dr Valentin AGON promoteur de l’apivirine. Chose curieuse son produit na pas encore soigné de patient covid 19 au Bénin son Pays d’origine et de résidence mais seulement au Burkina Faso. Et pire, le Burkina Faso est le seul pays africain à faire autant de bruit autour de produit. Au Bénin c’est le silence radio des autorités sanitaires ! Au début de cette aventure j’avais męme cru que les deux pays étaient engagés dans le projet d’essai cliniqure. Quand vous écoutez l’interview de ce Mr vous vous rendez toute suite compte qu’il a utilisé le BF pour faire la promotion de son produit avec la complicité active ou passive de nos autorités. Quand viys l’écoutez c’est comme ci le produit a déjà fait ses preuves de manière incontestable. C’est vraiment honteux, ce Mr a tout simplement berné toute une nation. Avant tout commentaire, je vous invite à écouter l’interview de ce Monsieur. Faites juste une rechèrche sur google ou yotube en tapant l’apivirine du Dr valentin AGON. Nan lara an sara

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 17:01, par Yaya Traoré En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Mais vous les fameux Dr du BF vous proposez koi ? Vous avez trouvez quoi ? Rien du tout. Donc laissez les gens tranquille essayer au moins ce qu’ils ont trouvé
    On a ici des gens qui la critique facille mais qui ne proposent jamais rien. Si ce n’est ce ecrit ici, qui connaissait un certain Dr sondé ??

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 18:03, par RICO En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Meme si c’ est un seul malade que le produit a soigné, il est efficace.
    Le docteur béninois n’ a arnaqué personne. Nos chercheurs doivent chercher, mais s’ils n’ont pas encore trouver alors qu’il ya un produit prêt, on doit laisser mourir au lieu de soigner avec ce produit parce qu’il vient Bénin ? Ce produit est très efficace contre le covid-19, utilisons le. Valorisons ce qui vient d’Afrique. il faut qu’on soit vraiment indépendant.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 18:13, par un autre Dr En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Cher Dr Sondé
    Votre analyse n’est pas objectif. Vous plaidez pour l’essai Chloraz et vous dénigrez l’essai Apivirine.
    Comment vous faire comprendre qu’à la date d’aujourd’hui, l’essai Chloraz n’est plus une urgence. Dans les pays comme la Côte d’Ivoire et le Sénégal, ont -il attendu les conclusions d’un essai comme Chloraz pour s’engager dans les soins des patients à l’aide de la chloroquine ? NON ! Donc l’essai Chloraz n’est pas ni indispensable ni urgent comme vous le prétendez. Demande à tes chers maîtres les investigateurs de Chloraz, il te le diront. Si le Burkina Faso attendait encore les conclusions ce cet essai avant de passer au traitement à la chloroquine, l’essai Chloraz serait urgent. Mais le Pays a déjà opté pour la chloroquine donc nos chers maîtres ont été obligé de changer le design de leur essai qui n’est plus urgent.

    Pour l’Essai Apivirine, au lieu de dire que « Le promoteur de l’Apivirine a intelligemment exploité la perche tendue par les autorités du Burkina Faso », il faut dire que « les autorités et chercheurs burkinabè n’ont pas été intelligent pour conclure l’essai Apivirine avec son promoteur ». Accusons notre pays, les autorités de nos pays, nos chercheurs de n’avoir pas réussi à négocier avec un individu ou une équipe du Bénin. Cessons de penser que c’est cet individu qui n’a pas été sincère. Autrui ne peut pas être à la base de mes malheurs plus que moi !
    J’ai participé des essais cliniques dans le passé ici au Faso. nous avons toujours demandé dit ceci à nous partenaires du Nord : « nous acceptons de participer à cet essai à condition que (c’est bien sur une des conditions) si votre produit candidat (produit à tester) est démontré efficace, il faut qu’il soit financièrement accessible à nos populations qui de façon volontaire ont accepté de prendre le risque de tester son efficacité ». Ceci est donc un élément du contrat.
    Ici tes chers maitres ont manqué de vigilance. Ils devait dire à leur partenaire du Bénin que le prix du produit ne devrait pas aller au déla de 2.500 FCFA pour le Burkina Faso même s’il veut augmenter au Bénin ou ailleurs.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 18:47, par nionguihenri@gmail.com En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Docteur toi tu as trouvé quoi comme remède du coronavirus ? C’est ça on attend. Puisque tu as étudié pour ça. Rien si ce n’est que critiquer sans preuve. Dès chercheurs qui cherchent depuis longtemps sans rien trouver. Prends le produit, rentre dans ton laboratoire et ressors avec des preuves objectives pour ou contre. Si tu nous donnais sa composition chimique ou ses éléments constitutifs en identifiant tel élément comme nocif ou reconnu tel par la communauté scientifique, alors on t’aurais cru. Tout autre démarche s’apparente à de la jalousie et de l’acharnement...

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 19:00, par Marcel En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Merci Mr le Docteur.Mais chose simple,le citoyen français qui a été soigné par Api Vitrine selon son promoteur ne peut nous dire c’est quel produit il a pris exactement ?Cela nous rassure mieux.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 19:00, par jeunedame seret En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Dignité où es-tu ? On dit en mooré que si tu n’as jamais eu le privilège de posséder un poulet, le jour où tu l’auras, tu tiendras à abreuver ce poulet au marigot. Le Faso est dans ses émotions pour cette première découverte chez lui. Vous verrez que même le paracétamol est régulièrement produit au Bénin même dans les petites communes comme Natitingou par les écoles religieuses sans trop de vacarme médiatique. Mais au Faso, les enthousiasmes (mêmes des politiciens).sont durs à gérer devant l’étranger et le nouveau. Comprenez et pardonnez la stratégie du docteur VALENTIN. C’est une belle pratique de marketing. Nos autorités sont faciles à séduire ; et il a bien exploité leur excitation pour s’imposer et imposer les prix. Mais comme il est nègre voisin, c’est moins écoeurant. Le mieux, c’est de négocier soigneusement avec lui et souhaiter l’intervention de Talon pour retrouver les voies de crédibilité.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 19:16, par Lepenseur En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Où est la polémique ? Testez le produit et communiquez les résultats. C’est cela la science : infirmer ou confirmer. Chacun se fait connaisseur derrière son clavier. Lui au moins il a proposé quelque chose de concret. La chloroquine aussi est un ancien médicament qui avait été declare inefficace. J’avoue que si c’était un africain qui avait ressuscité cette molécule, il serait traité de tous les noms. Pauvre Afrique ! Le chemin est encore long !

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 19:23, par Sacksida En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Dans toute cette affaire, c’est le comite scientifique et le ministre des enseignements superieurs qui n’ont pas ete prudents dans leur demarche. J’ai bien ecoute plusieurs fois le fabriquant de cet APIRINE mais ses explications sont alambiquees ; et laisse croire que ce medicament est un passe partout ; et la crise Covid 19 est une opportunite pour essayer et promouvoir ce produit en question. Il serait important que les malades gueris grace a l’APIRINE, c’est a dire le Francais et sa famille soient interviewer pour que nous sachions s’ils existent et temoigner sur l’efficacite de ce produit. Sinon, la These de l’arnaque me semble bien reelle. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 20:07, par tororoso En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Exact et d’accord avec le Dr Sondé. Des le jour où le fameux essai a été annoncé, je me suis dit que ce sera un autre "Tobaquoik". cet autre produit venu du Benin d’un Mr qui se faisait appeler Professeur (??) et qui a prétendu soigner le vih. il avait lui aussi eu droit à l’accompagnement d’un de nos éminents Prof de SVT. il a eu droit à la RTB. le temps qu’on découvre l’escroquerie, il avait déjà vendu aux pauvres malades Burkinabé des millions de franc. Ça a coûté entre 45000 et 130 000 le flacon de 1litre de Tobaquoik. Ceux qui l’ont goûté ont dit que c’était une espèce de whisky (frelatée) dans laquelle baignait des racines de plantes. Mais au finish j’adore les gens du Benin, très intelligents pour tou pour tout. Souvenons nous de la pyramide financière de leur grand Pasteur. il a escroqué des millions de Beninois. d’autres en sont morts, ruinés, et de chagrins. jai plutôt honte de nous Burkinabé, que des hautes autorités se fassent rouler comme cela, ça désarme. A moins que.... en connaissance de cause, ils n’aient succombé à la tentation !!!. Un chercheur doit forcément avoir un peu de réserve !!!

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 20:14, par Zendanou En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Voyez vous c’est notre fierté et notre ego. Hors ce dont Afrique a besoin c’est action collective concertée pour venir à bout de cette maladie dont nous sommes totalement étranger. Unissez nous force et cessons les critiques qui ne sont pas constructive que ce soit le Burkina qui sauve l’humanité ou la côte d’ivoire ou le Bénin...c’est Afrique qui gagne. Renonçons aux pensées c’est moi qui ai trouvé pour épouser celles qui prônent la complémentarité la solidarité. Soyons assez humble et laisser les voies autorise pour présenter nos découvertes scientifiques c’est en laissant tomber nos ego que Afrique sera respecter sur l’arène internationale.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 21:02, par ALLIDÉ Gaétan En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    L’Afrique refuse le développement. Après lecture des critiques acerbes du docteur, je me rends vraiment compte que l’Afrique refuse le développement.
    Nos aïeux connaissent t-ils tout ce que les colons nous ont enseigné (test clinique, certificat de mise sur le marché, ...) avant de prendre des tisanes pour se soigner ?
    Arrêtons de nous manger le nez entre nous. Nous n’avons pas été à l’école du colon pour nous manger le nez.
    Des gens meurent, et vous dites parce que vous êtes docteur colon qu’il faut les laisser mourir et faire d’abord test clinique, obtenir certificat de mise sur le marché, .... J’ai compris votre logique et votre raisonnement. Mais je vous prie de vous rappeler du système de 3M ( Missionnaire, Marchand, Militaire) utiliser par les colons pour tirer l’Afrique en arrière.
    Faisons preuve d’intelligence une fois au moins nous africains.
    Faites vos observations à votre confrère, aidez le à améliorer s’il le faut, mais ne le livrer pas aux pilotis.
    l’Afrique a besoin de l’unité de ses fils pour surmonter toutes les barrières des colons nous empêchant d’être nous même.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 21:14, par Minim En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Je pense que le Dr de Apivirine est à encourager. Il ne faut pas renier tout en bloque mais penser à améliorer le produit apivirine. La chloroquine n’a jamais marchée pour les noirs et a même été interdit de vente au Burkina Faso. Mais pourquoi on revient la dessus ?
    Bien que Apivirine était commercialisé dans les rues de Ouagadougou c’est pas une piste à négliger. Peut être qu’avec ce médicament l’Afrique pourra se démarquer des autres continent dans la lutte contre l’entreprise Covid-19. Ne soyons pas que des consommateurs svp, osons inventer et créer pour nous aussi.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 21:37, par Salif En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Bonsoir, je suis triste de voir que nous avons U-farma cette industrie de production pharmaceutique dans notre cher pays mais abandonné de la sorte, je dirais à ce niveau aussi il ya de l’arnaque dans l’air. Tout d’abord je salue l’initiative du promoteur de Apivirine car il a essayé des recherches contre le VIH qui a fait de ravages ensuite le Covid19.... quand n’est-il de nos compatriotes qui ne font que du copier coller du monde extérieur. Ayons un jour confiance à nos frères africains et à les encourager et à corriger leurs erreurs, je crois que vous Dr Sonde, si vous vous associez à ce Mr vous pouvez avoir ensemble ou avec l’aide d’autres collaborateurs scientifiques trouver solution à cette pandémie mais chacun est derrière son écran expert dans les critiques... je dis seulement Dieu vous voit.
    D’ailleurs même pourquoi pas demander à ce Mr promoteur de Apivirine s’il peut vous fournir ou trouver pour de la matière première pour poursuivre la production de chloroquine.
    Pour terminer Dr Sonde si c’est de l’arnaque montrer nous par une démarche scientifique que Apivirine est de l’arnaque ( selon les résultats d’un essai clinique). Merci

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 21:58, par Happy-covid En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    "Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute !" Je n’ai rien contre ce ministre mais je trouve qu’il nest pas le meilleur dans ce cadre précis de communication Medicale.
    Il doit de façon humble, laisser cela aux profesionnels du domaine.
    Idem pour la présentation de la soit disant unité de "production" de chloroquine. Ce n’est pas de la production mais du conditionnement unitaire. On nous montre des comprimés de lactose et on jubile être prêt...et tout ca pour moins de 1000 patients !! On se demande qu’est ce qui peut bien les motiver à ce point ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 22:38, par verite no1 En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Je commence a douter de la credibilite du medicament d’un pasteur qui pretend soigner Covid-19 !!!!!! Il a dit que pour les cas graves, il faut 30 jours pour les soigner alors que la maladie est la ca depasse pas 30 jours, c’est ou il a fait son essai ????? Oubien c’est dans reve il a vu ca ??? Ah ! Kiburna Sofa et Nebin pays de f.... types !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 07:12, par Vérité indiscutable En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Un docteur comme vous devrait convaincre autrement.
    Ne serait-ce qu’avec un peu de recherche avec l’équipe qui dirige l’essai clinique. Votre opinion pour moi n’est que du marketing déguisé. La raison est que vous proposez l’achat de chloroquine déjà bien fait parce que certainement comme commerçant de pharmacie, vous avez vos relations qui voudraient en profiter et vous avec.
    Nous les vrais burkinabè préférons la chloroquine made in Burkina. Même si ça sera de moindre qualité. Les autres ont fait la même chose avant d’arriver au produit que vous appelez "bien fait".
    Ne manipulez pas le Peuple avec votre égo commercial.
    Dieu sauve le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 07:17, par Lagitateur En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Hé, chers compatriotes ! Lisez un peu entre les lignes. Vous ne savez pas qu’il y a de gros deals derrière cette affaire de covid-19 ? Avez-vous suivi le branle-bas de combats qui a suivi l’annonce de l’essai clinique du Pr. Didier Raoult ? C’est simple et clair. Pendant que les grands laboratoires font la course pour trouver un remède à cette pandémie, quelqu’un fût-il professeur, vient déclarer que seulement la nivaquine, l’un des plus vieux medicaments de surcroit à l’abandon, est efficace contre la maladie.
    Héi ! Est- ce concevable ? D’où cette campagne médiatique contre lui ! Le gouvernement français a même tergiversé avant d’autoriser l’utilisation de la chloroquine, sans doute sous la pression de ces firmes pendant que les Etats Unis l’ont vite homologué.
    Je pense que l’APIVIRIRE ou API-COVID 19 est victime de la même campagne. Pour ma part, je pense que le Ministre Maïga a dit la vérité. Tout le reste se passe après des pressions venues de la Gaulle, c’est tout. On n’acceptera pas que le remède de cette maladie vienne d’Afrique, de surcroit d’un "petit pays " à peine visible sur la carte mondiale qu’est le Bénin.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 09:06, par Stalinsky En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Arrêtez de nous casser les pieds avec tout ce boucan et soignez les gens avec des médicaments efficaces contre la pneumonie d’origine bactérienne. Moi même je me suis fait soigner par un infirmier du secteur 5 à BOBO situé dans la concession du vieux Léopold (paix à son âme) de ce mal avec des injections de Ceftriaxone ou Xone à la dose de 2mg par jour pendant 15 jours associé avec du Flagyl 3 comprimés par jour (1 matin, 1 à Midi et 1 le soir) après avoir mangé. Je pense que les Sénégalais doivent suivre ce protocole. C’est dans un de leur document envoyé dans tous les dispensaires du Sénégal sur l’utilisation des antibiotiques que j’ai trouvé ce protocole et j’ai exigé que l’infirmier me l’applique. Je suis en bonne santé.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 09:07, par Le citoyen averti En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    J’ai toujours dis que ce béninois est un arnaqueur. J’avais de sérieux doutes sur son fameux apivirine. Moi je n’ai jamais eu confiance en un béninois fut il un pasteur.
    Le Bénin regorge le grand nombre d’arnaqueurs dans le monde. De l’escroquerie en passant par les marabouts de portefeuille magique, on ne peut les dénombrer objectivement.
    Malheureusement nos autorités se sont laissées berner dans la plus grande facilité faisant de ce projet la plus grande arnaque du siècle.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 09:10, par kiemad En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Le tigre ne parle pas de la tigritude. Le tigre bondit. M. Sonde excusez Docteur Sondé c’est parce que vous malgré votre titre de Docteur vous n’avez pas trouvé un remède efficient qu’on est obligé d’aller vers l’Apivirine du Dr Béninois. Lui au moins il essaie même si cela ressemble selon vous à l’arnaque.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 10:10, par Burkinabé En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Je commence toujours par salutations à mes compatriotes burkinabè.
    Que Dieu nous protège tous et toutes contre cette épidémie qui échappe au contrôle des pays développés. La vite de propagation du virus est inestimable et toutes les couches sociales sont concernées.
    En effet, pour ce qui de l’écrit de Mr. Le doc Sondé, je n’ai pas eu le temps de le parcourir jusqu’à la fin.
    Néanmoins, il y a deux points qui me semblent curieux dans cette histoire.
    1) Premièrement, dans les pays développés ayant des laboratoires des recherches les plus sophistiqués, aucun traitement fiable n’a été découvert pour l’heure parmis le lot des médicaments déjà existant.
    2) Deuxièmement, c’est au Burkina Faso où le nombre des personnes contaminées semble être le plus élevé de l’Afrique de l’ouest que l’offre a été proposé.
    Personnellement, si j’étais à la place de celles ou ceux qui doivent valider le goût de la soupe ou tester son goût, je réfléchirai mille fois avant de le faire non pas seulement pour raison économique mais aussi pour le soucis de mettre en péril la vie des individus.
    Quoique, je ne suis pas très sûr que le traitement pour cette épidémie peut-être découvert dans nos laboratoires en un laps de temps record à celui des pays développés et pour cela pour une question de disponibilité de l’équipement de recherche scientifique.
    Cordialement à vous🙏

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 10:42, par Romain En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Merci Dr. Malheureusement avec les réseaux sociaux tout le monde est spécialiste de tout.
    Comment peut-on aussi être borné à commencer par les autorités qui ont annoncé l’essai clinique à l’apivirine ? Moi ma première question est : sur quoi les autorités se sont basées pour dire que l’apivirine pourrait soigner le covid 19 ? Les chercheurs, les techniciens ont ils été associés pour éclairer l’autorité avant l’annonce des essais cliniques ? Ou bien c’est seulement des dires du promoteur que les autorités ont pris la décision d’essai clinique ?
    Il y a des contradictions dans les déclarations du ministre en charge de la recherche scientifique.
    Encore merci Dr Sondé pour avoir levé le lièvre.
    Il est important d’accélérer l’étude pour connaître l’efficacité du produit.
    Moi j’ai été testé positif il y a de cela 2 semaines. Des amis m’ont conseillé l’apivirine et j’ai refusé parce que je doutais de la démarche scientifique. Toutes les informations sur le produit ne viennent que du promoteur apparemment. Ça serait trop simple. Mes amis s’appuyaient sur les déclarations des autorités. Finalement je crois que j’ai eu raison de douter.
    Je n’ai pas pris de médicaments spécifiques et je suis guéri après test.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 14:17, par LE PEUPLE En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    BIENVENUE AU PAYS DES POLEMIQUES. AU PAYS OU LES CHERCHEURS QUI NE TROUVENT PAS CRITIQUENT LES MARCHEURS QUI TROUVENT.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 15:53, par Paterne Mombe En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Avec respect pour le Dr Sondé, je veux cependant défendre une position contraire à la sienne. C’est vrai qu’il y a eu des failles dans le comportement ou plutôt les propos de l’initiateur d’Apivirine. Et c’est aussi important d’informer le public que la mise en place d’un comité pour établir scientifiquement l’efficacité du produit n’est pas synonyme de feu vert pour son utilisation contre le COVID-19. Par conséquent, il faut attendre. Par contre, je pense qu’il est crucial que l’initiative du gouvernement burkinabé d’évaluer scientifiquement l’efficacité de ce produit aille jusqu’au bout. Ainsi saurait-on une fois pour toute si ce produit développé par un fils du continent pour lutter contre le VIH hier est effectivement efficace ou pas contre le COVID-19. Pour le peuple burkinabé, béninois et africain, l’enjeu est de taille, particulièrement dans ce contexte qui est le nôtre. Que la raison et la rationalité prévalent sur les sentiments et les appréhensions... Merci

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 16:02, par Broz En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

    Nous les Africains nous sous estimons trop notre médecine traditionnelle.
    La grande Chine a recours a ca meme l’inde.Pourquoi nous tentons chaque fois de prendre comme verite tout ce qui vient de l’occident ? Comment nos grands parents faisaient pour ce soigner.
    Si je veux aller a Bobo je peux tout simplement prendre la route de Koudougou en passant par Dedougou ou de Sabou Boromo, l’important est que j’arrive a destination. Nous devons savoir que medicament du blanc et du noir peut guerrir une meme maladie. Associons les tradipraticiens, toute aide sera la bienvenue.merci

    Répondre à ce message

    • Le 9 avril à 00:33, par Ida Douda En réponse à : Essais cliniques contre le COVID-19 : Dr Issaka Sondé dénonce une arnaque à propos de l’Apivirine et propose des solutions pour le CLORAZ

      @Broz : La grande médecine traditionnelle chinoise a justement intégré les paradigmes de la recherche scientifique internationale et mené des recherches à foison. Elle a investi : en laboratoires, en matériels, en compétences, en éducation scientifique de sa population, en intégrant sa pharmacopée traditionnelle dans une recherche scientifique plus globale (merci pour l’artémisinine) et rigoureuse, en essais cliniques de grande envergure, encadrés, randomisés (27% des essais cliniques mondiaux en Asie quand l’Afrique ne pèse que pour 7%, loin, très loin derrière l’Asie, et encore plus derrière l’Europe - 38% - et l’Amérique du Nord - 47%-... Les cobayes du monde ne sont pas là où vous le pensez...). A quand l’Afrique pour investir sérieusement là-dessus, jouer à armes égales dans le concert mondial, avec des études sérieuses, des laboratoires, et autre chose que de jouer sur les émotions et la crédulité ???? Alors même que nombre de scientifiques africains se morfondent et finissent par aller ailleurs, faute de moyens mais aussi et peut-être surtout d’écoute de la part de leur pairs ???

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Covid-19 au Burkina : 1 nouveau cas confirmé, 4 guérisons au 22 mai 2020
Burkina Faso : Le couvre-feu est toujours en vigueur
Covid-19 au Burkina : 17 nouveaux cas, 07 guérisons et 00 décès à la date du 21 mai 2020
Lutte contre le Covid-19 : L’Union européenne offre des masques et du gel hydroalcoolique au ministère de l’Economie
Covid-19 : Avec le rapatriement des Burkinabè de l’extérieur, « le rythme va augmenter » prévient Dr Brice Bicaba
Médecins sans frontières : Une ONG active dans la lutte contre le Covid-19 au Burkina Faso
Lutte contre le Covid-19 : L’hôpital Tengandogo offre un respirateur pour la prise en charge des patients de la région des Hauts-Bassins
Covid-19 : La Fête de l’Aïd El Fitr dans le strict respect des mesures barrières et l’abstinence des visites dans les familles
Coronavirus au Burkina : Deux nouveaux cas à la date du 20 mai 2020
Covid-19 dans les Hauts-Bassins : "Il n’y a plus de lits disponibles pour les patients hospitalisés à l’hôpital pédiatrique", selon le comité de gestion des épidémies
Reprise des messes publiques : Les prêtres insistent sur le strict respect des mesures d’hygiène
Covid-19 : La paroisse Jean-Marie Vianey de Ouagadougou rouvre ses portes aux célébrations religieuses publiques
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés