LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Burkina/Faible taux de vaccination contre le Covid-19 : La faute à la faible implication des organisations à base communautaire ?

Publié le mercredi 15 juin 2022 à 22h25min

PARTAGER :                          
Burkina/Faible taux de vaccination contre le Covid-19 : La faute à la faible implication des organisations à base communautaire ?

Le taux de vaccination contre le Covid-19 au Burkina Faso est d’un peu plus de 7%, alors que la couverture vaccinale attendue est de 70%. Un objectif loin d’être atteint et qui interroge. Alice Bila et Blandine Bila, chercheur à l’IRSS, ainsi qu’une équipe de la CORAFMOB ont initié une étude en vue d’analyser l’évolution de l’engagement communautaire dans la mise en œuvre de la vaccination contre le Covid-19. Les résultats de l’étude ont été présentés au cours du colloque international francophone organisé par l’Association d’anthropologie médicale et de la santé (AMADES) les 13 et 14 juin 2022 à l’IRSS sur le thème « Covid-19 en Afrique : résilience des populations et des institutions sanitaires face aux épidémies émergentes ».

La communication orale présentée par Alice Bila et Dr Blandine Bila avait pour thème « Participation et adhésion des populations à la vaccination anti-covid au Burkina Faso ». Il s’agit d’une étude qualitative menée dans le cadre du projet multisite de recherche CORAFMOB (Mobilisation communautaire et enjeux sociaux face aux Covid-19 au Burkina Faso et au Sénégal) soutenu par l’ARNS et Expertise France. Elle a consisté en entretiens auprès d’acteurs communautaires, équipes soignantes et bénéficiaires de la vaccination.

Selon les auteurs, au début de la pandémie, les organisations à base communautaires s’étaient impliquées de façon active dans la lutte contre le Covid-19 à travers l’intervention significative des cellules citoyennes de veille sanitaire. Mais plus le temps passait, plus l’implication de ces organisations semblait allée decrescendo. Il s’est donc agit dans l’étude, d’analyser l’évolution de l’engagement communautaire dans la mise en œuvre de la vaccination.

De l’avis des auteurs, l’acceptation du vaccin contre le Covid-19 est influencée par de nombreux facteurs dont la perception de la maladie par la population, l’insuffisance de l’information sur les vaccins anti-covid, les fake news relayées par les réseaux sociaux sur ces vaccins et les inquiétudes exprimées autour de leurs effets secondaires et de leur efficacité.

Pour donc inciter les populations à se faire vacciner et par ricochet, obtenir un meilleur taux de couverture vaccinale, il faut prendre en compte ces différents facteurs. Et à en croire les auteurs, les organisations à base communautaires sont celles-là qui sont à même de sensibiliser et de mobiliser les populations pour adhérer à la vaccination.

Les communautaires pas suffisamment impliqués par le ministère de la Santé ?

L’étude révèle cependant que les représentants de ces organisations à base communautaire sont mécontents. Ce mécontentement s’exprime en trois points. Ils estiment en effet, qu’ils ne sont pas suffisamment informés sur le Covid-19 et sur les vaccins anti-covid malgré les multiples démarches auprès des équipes médicales en tant que relais officiels, alors que les fake news inondent les réseaux sociaux. Ils se sont formés principalement disent-ils, à travers internet et disposent de connaissances limitées en ce qui concerne le vaccin, son efficacité, ses effets secondaires, etc.

Ils dénoncent également leur faible implication dans la définition des stratégies de réponse et leur exécution malgré les démarches entreprises par leurs représentants au plus haut niveau du système de soins. « L’offre d’expertise communautaire n’a pas permis l’implication des organisations à base communautaire dans la communication sociale en faveur de la vaccination », indique l’étude.

Ils assurent également qu’en tant que communautaires, ils ont été faiblement impliqués dans l’organisation et la mise en œuvre de la campagne de vaccination alors qu’ils ont majoritairement une longue expérience dans l’action communautaire en santé. Ils expliquent n’avoir pas reçu de financement pour leur permettre de mener des actions de sensibilisation dans le cadre de la vaccination. Pourtant, à leur avis le ministère de la Santé seul ne peut réussir à faire adhérer les populations à la vaccination.

Les auteurs de l’étude concluent donc que « La participation communautaire recommandée par l’OMS dans la communication et l’organisation de la campagne de vaccination anti-covid a été peu observée, contrairement à l’activisme remarquable des représentants communautaires dans la sensibilisation des populations et dans l’organisation des dépistages en début de pandémie. Pourtant, au regard de leurs expériences sur la vaccination des enfants (polio), la prévention du paludisme (moustiquaires imprégnées), le VIH/SIDA ou la tuberculose, ces organisations ont justifié par le passé d’une connaissance du terrain et d’approches pertinentes pour mobiliser les communautés. Elles pourraient jouer un rôle plus important dans l’appui aux équipes médicales pour l’adhésion des populations au vaccin anti-covid. »

Recommandations

Pour donc rectifier le tir, l’étude recommande de renforcer les capacités des acteurs communautaires et répliquer l’expertise du VIH sur le Covid-19 en les dotant d’outils, notamment les dépliants. Ce qui pourrait convaincre, rassurer la population non instruite pour faire face aux fakes news. L’étude recommande également d’impliquer et former les leaders communautaires, religieux, coutumiers, etc.

Tout compte fait, les organisations à base communautaire se disent prêtent à accompagner le programme et la campagne de vaccination, mais ils réclament en retour leur implication par le renforcement de leurs capacités, afin de pouvoir convaincre la population et obtenir leur adhésion à la vaccination contre le Covid-19.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Décès de ZANGO RASMANE CHARLES : Faire part