LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina/Faible taux de vaccination contre le Covid-19 : La faute à la faible implication des organisations à base communautaire ?

LEFASO.NET

Publié le mercredi 15 juin 2022 à 22h25min

PARTAGER :                          
Burkina/Faible taux de vaccination contre le Covid-19 : La faute à la faible implication des organisations à base communautaire ?

Le taux de vaccination contre le Covid-19 au Burkina Faso est d’un peu plus de 7%, alors que la couverture vaccinale attendue est de 70%. Un objectif loin d’être atteint et qui interroge. Alice Bila et Blandine Bila, chercheur à l’IRSS, ainsi qu’une équipe de la CORAFMOB ont initié une étude en vue d’analyser l’évolution de l’engagement communautaire dans la mise en œuvre de la vaccination contre le Covid-19. Les résultats de l’étude ont été présentés au cours du colloque international francophone organisé par l’Association d’anthropologie médicale et de la santé (AMADES) les 13 et 14 juin 2022 à l’IRSS sur le thème « Covid-19 en Afrique : résilience des populations et des institutions sanitaires face aux épidémies émergentes ».

La communication orale présentée par Alice Bila et Dr Blandine Bila avait pour thème « Participation et adhésion des populations à la vaccination anti-covid au Burkina Faso ». Il s’agit d’une étude qualitative menée dans le cadre du projet multisite de recherche CORAFMOB (Mobilisation communautaire et enjeux sociaux face aux Covid-19 au Burkina Faso et au Sénégal) soutenu par l’ARNS et Expertise France. Elle a consisté en entretiens auprès d’acteurs communautaires, équipes soignantes et bénéficiaires de la vaccination.

Selon les auteurs, au début de la pandémie, les organisations à base communautaires s’étaient impliquées de façon active dans la lutte contre le Covid-19 à travers l’intervention significative des cellules citoyennes de veille sanitaire. Mais plus le temps passait, plus l’implication de ces organisations semblait allée decrescendo. Il s’est donc agit dans l’étude, d’analyser l’évolution de l’engagement communautaire dans la mise en œuvre de la vaccination.

De l’avis des auteurs, l’acceptation du vaccin contre le Covid-19 est influencée par de nombreux facteurs dont la perception de la maladie par la population, l’insuffisance de l’information sur les vaccins anti-covid, les fake news relayées par les réseaux sociaux sur ces vaccins et les inquiétudes exprimées autour de leurs effets secondaires et de leur efficacité.

Pour donc inciter les populations à se faire vacciner et par ricochet, obtenir un meilleur taux de couverture vaccinale, il faut prendre en compte ces différents facteurs. Et à en croire les auteurs, les organisations à base communautaires sont celles-là qui sont à même de sensibiliser et de mobiliser les populations pour adhérer à la vaccination.

Les communautaires pas suffisamment impliqués par le ministère de la Santé ?

L’étude révèle cependant que les représentants de ces organisations à base communautaire sont mécontents. Ce mécontentement s’exprime en trois points. Ils estiment en effet, qu’ils ne sont pas suffisamment informés sur le Covid-19 et sur les vaccins anti-covid malgré les multiples démarches auprès des équipes médicales en tant que relais officiels, alors que les fake news inondent les réseaux sociaux. Ils se sont formés principalement disent-ils, à travers internet et disposent de connaissances limitées en ce qui concerne le vaccin, son efficacité, ses effets secondaires, etc.

Ils dénoncent également leur faible implication dans la définition des stratégies de réponse et leur exécution malgré les démarches entreprises par leurs représentants au plus haut niveau du système de soins. « L’offre d’expertise communautaire n’a pas permis l’implication des organisations à base communautaire dans la communication sociale en faveur de la vaccination », indique l’étude.

Ils assurent également qu’en tant que communautaires, ils ont été faiblement impliqués dans l’organisation et la mise en œuvre de la campagne de vaccination alors qu’ils ont majoritairement une longue expérience dans l’action communautaire en santé. Ils expliquent n’avoir pas reçu de financement pour leur permettre de mener des actions de sensibilisation dans le cadre de la vaccination. Pourtant, à leur avis le ministère de la Santé seul ne peut réussir à faire adhérer les populations à la vaccination.

Les auteurs de l’étude concluent donc que « La participation communautaire recommandée par l’OMS dans la communication et l’organisation de la campagne de vaccination anti-covid a été peu observée, contrairement à l’activisme remarquable des représentants communautaires dans la sensibilisation des populations et dans l’organisation des dépistages en début de pandémie. Pourtant, au regard de leurs expériences sur la vaccination des enfants (polio), la prévention du paludisme (moustiquaires imprégnées), le VIH/SIDA ou la tuberculose, ces organisations ont justifié par le passé d’une connaissance du terrain et d’approches pertinentes pour mobiliser les communautés. Elles pourraient jouer un rôle plus important dans l’appui aux équipes médicales pour l’adhésion des populations au vaccin anti-covid. »

Recommandations

Pour donc rectifier le tir, l’étude recommande de renforcer les capacités des acteurs communautaires et répliquer l’expertise du VIH sur le Covid-19 en les dotant d’outils, notamment les dépliants. Ce qui pourrait convaincre, rassurer la population non instruite pour faire face aux fakes news. L’étude recommande également d’impliquer et former les leaders communautaires, religieux, coutumiers, etc.

Tout compte fait, les organisations à base communautaire se disent prêtent à accompagner le programme et la campagne de vaccination, mais ils réclament en retour leur implication par le renforcement de leurs capacités, afin de pouvoir convaincre la population et obtenir leur adhésion à la vaccination contre le Covid-19.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Covid covid. on est un peu fatigué maintenant de cette histoire que des gens ont fabriquée pour nous rebattre les oreilles. Les terroristes tuent mille fois que le covid. mais ya financements dans covid19 allons seulement. les chercheurs prenez vos sous et laisser nous respirer

  • Il nous faut attêter de distraire. Le Burkina a autre chose que des vaccins COVID. Vous êtes pathétiques.

  • La maladie a été peu sévère en Afrique excepté dans des pays comme l’Afrique du Sud (Dieu merci). Elle serait même passée inaperçue dans plusieurs pays s’il n’y avait eu le ramdam mondial que nous connaissons. Ajouté à cela certaines caractéristiques des vaccins qui ne protègent pas toujours et dont on ne sait même pour combien de temps ils protègent, on peut comprendre que les gens de se pressent pas pour se faire vacciner. Je pense même que le taux de 7% de vaccinés est assez élevé.

  • Vous n’allez pas oublié votre histoire de COVID ? C’est le terrorisme qui nous préoccupe actuellement et au lieu de nous aider, l’ambassade des États-Unis met la pression sur vous par ce que des vaccins vont se périmer ? Personne ne va se faire vacciner encore dans ce pays, nous avons d’autres préoccupations.

  •  Que chacun fasse attention : La Variole-du-singe (Monkey-pox) est une "suite logique" de Sars-Cov.2/Covid.19.

  • "Kuim-daalg suug sakda a to puugê" Proverbe Moore. La daba du paresseux est toujours percutante dans le champ des autres.
    La pollution de l’air tue et est pire que le COVID-19. A quand des initiatives propres loin du psittacisme ? Quand l’ignorance s’erige au rang d’Etalon-Or  !

  • Ridicule fuite de responsabilité. La famille BILA et sa suite ont fini de manger dans cette COVID sans chiffres impressionnants à l’OMS. Et ils cherchent un bouc émissaire pour masquer et gagner excuses. On a suivi vos campagnes covid dans les mosquées. Mais les grands bouffeurs sont ailleurs. Et le monde a autres préoccupations. Terrorisme pollution. Bien dit BERNARD. La pollution tue. Et mêmes cancers dans ces pays tuent. Mais ils savent camoufler. COVID c’est covidiot et corona business. Et on a déjà dressé les pays et compagnies qui ont le plus gagné dans cette histoire. Ce n’est pas pour rien qu’il y a annulation partout. Sauf au Faso.

  • À y réfléchir de près,on peut dire que le continent africain s’est fait avoir dans cette affaire et cela devient récurrent parceque les occidentaux auront toujours des negres de service pour faire le sale boulot,ce que ces bila le font parfaitement bien.En effet au lieu de se cacher,ces bila viennent confirmer sans le savoir que cette affaire de covid était la grande escroquerie du siècle surtout pour le continent africain. annoncent que le taux de vaccination.Au Burkina avec ce taux de 7% de vaccination que je trouve même faux,il y a eu combien de supposés ou prétendus décès dû à ce covid ?Que des broutilles par rapport au nombre de morts réels,avérés dans les accidents de route,le paludisme etc...etc...et pourtant on ne fait pas tout un tas de boucan pour ça en fermant les frontières,en mettant en berne l’économie etc...etc...!

    • Vive les panafricains, vive Mafoi.
      Heureusement que des gens comme vous existent sion c’était le retour de l’esclavage.

    • Il faut cesser d’accuser les occidentaux de tous les maux. Il y a une divergence entre ceux qui ont le pouvoir entre leurs mains et les autres.
      Le Covid n’attaque pas tout le monde de la même façon. Cela dépend de la génétique. Les Africains noirs sont moins malades que les Chinois par exemple.
      Les Occidentaux ont juste peur de voir revenir la maladie chez eux et croient que la vaccination protège. Comme cela dure peu, il n’y a pas de solutions.
      Le corps peut se défendre.

  • Pourquoi même cet acharnement contre nos propres populations sur une maladie qui n’en est pas une chez nous ?
    Même dans les pays où il y a eu des millions de morts, l’obligation de vaccination a été interrompue (en Italie précisément). Vous, vous n’avez eu que 20.000 cas de covid et vous vous exitez jusqu’à ce point sur une vaccination d’essai ??????
    Je pleure ce Pays.

  • Arrêtez de nous pomper l’air avec des opérations de corruptions au profit des pourritures au sommet du Ministère de la santé et des multinationales de la Pharmacie occidentale !
    Vacciné ou non-vacciné, c’est pareil et on fait quand même la maladie avec des risques d’effets secondaires mortels !
    Vous savez quoi ? On va vous le dire : les djihadistes drogués à l’Islam cannibale tuent au Burkina-Faso, plus que le Covid 19 et ses multiples variants sans fin ! Et pour combien de doses de vaccins par tête de petits et gros bourgeois abonnés à ces inoculations absurdes !
    Et sans doute qu’ils ne savent pas que le Covid tue moins que la Rougeole, le Palu, la dysenterie, la Méningite, etc...
    On n’en peut plus de ces politiques néocoloniales désespérantes dans notre pays !
    Na an lara, an sara !
    La patrie ou la mort !

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Décès de ZANGO RASMANE CHARLES : Faire part