Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le plus grand secret pour le bonheur, c’est d’être biеn аvес sοi.» Bernard Le Bovier de Fontenelle

Littérature : Le procès du coup d’État de 2015 sous la plume de Adama Ouédraogo « Damiss »

Accueil > En librairie • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • samedi 19 octobre 2019 à 19h09min
Littérature : Le procès du coup d’État de 2015 sous la plume de Adama Ouédraogo « Damiss »

« Procès du coup d’État de 2015 : La plaidoirie qui ACQUITTE le général Gilbert Diendéré devant le Tribunal de l’Histoire ». C’est le titre d’un livre constitué de l’intégralité de la plaidoirie de l’avocat du général Diendéré au procès du putsch de septembre 2015, Me Yaovi Jean Degli. Il a été édité et publié par le journaliste, Adama Ouédraogo dit Damiss, lui-même incarcéré dans ce procès. La dédicace du livre a eu lieu ce jeudi, 17 octobre 2019 à Ouagadougou, devant de nombreux invités.

« Pendant le procès, il y a eu une plaidoirie qui a beaucoup marqué. Au-delà des accusés, elle a marqué toutes les parties au procès, tous ceux qui étaient dans la salle. Une plaidoirie de la défense qui a duré plusieurs jours et qui a pris l’allure d’un cours, d’un enseignement moral, éthique et ça a marqué tout le monde. Les gens se sont demandé pourquoi ne pas communiquer cette plaidoirie à l’opinion ; parce que l’avocat Degli, c’est vrai que c’était l’avocat du général Diendéré, mais il a parlé au-delà du cas spécifique de son client. Il a parlé de l’origine même de la justice, quelles sont les conditions pour qu’il y ait une bonne administration de la justice, du procès pénal avec des comparaisons...

Il est même revenu sur les différentes infractions qui étaient reprochées au général. Mais ce qui est inédit, c’est qu’au-delà de son client, il a plaidé le droit pour beaucoup d’autres accusés et il s’est aussi constitué en défenseur du droit. Voilà pourquoi, dans la salle, nous avons été nombreux à lui demander de tout faire pour que l’avocat publie sa plaidoirie. Damiss était là et il a dit : c’est vrai, je m’en charge, je vais faire en sorte que ce soit publié. Il a donc pris la décision d’éditer cette plaidoirie. Voilà l’origine de ce livre. Il l’a fait à ses propres frais, malgré les difficultés ». C’est en ces termes que Me Hermann Yaméogo a situé l’origine du livre qui fait objet de dédicace et dont il en est le préfacier.

« Il m’a dit : je ne suis pas là pour faire la dédicace, si vous pouvez me représenter, pour que vraiment, on comprenne que même si nous n’avons pas eu gain de cause au procès, il y a des éléments dans ce livre qui montrent qu’au tribunal de l’histoire, le général sera acquitté et que la cause elle-même se révèlera comme non fondée en droit », précise le président de l’UNDD (Union nationale pour le développement et la démocratie), Hermann Yaméogo, lui-même accusé dans ce procès (il a écopé de cinq ans de prison dont 4 avec sursis, mais il avait déjà passé une année en prison ; il jouit donc de sa liberté).

Pour le fils donc du père de l’indépendance, « ce livre intéresse tout le monde, tous les citoyens ; parce que vous pouvez vous retrouver un jour dans un cas d’injustice, s’il n’y a personne pour vous défendre ». D’où sa conviction que « défendre la justice, c’est se défendre soi-même ».

A en croire Me Hermann Yaméogo, ce livre prône également la concorde, la réconciliation nationale. C’est pourquoi il a saisi le moment pour réitérer l’impératif d’aller à la réconciliation nationale. « Quand on pense à la réconciliation nationale, à sa difficile mise en œuvre au Burkina Faso, on a l’impression d’avoir affaire à quelque chose d’impossible. Il y a des pays africains qui, actuellement, sont en train d’édifier en la matière : la Mauritanie, surtout le Cameroun et le Sénégal », relève le préfacier du livre, pour qui il peut y avoir réconciliation sur la base d’une amnistie qui porte sur des gens déjà condamnés, des peines en exécution ou des infractions qui ne sont pas encore jugées.

Me Hermann Yaméogo, préfacier du livre

« Au Cameroun, Paul Biya a amnistié des gens qui étaient déjà condamnés et des gens qui n’étaient pas encore jugés », insiste-t-il. Le « cas emblématique » du Sénégal où le président Macky Sall et l’ancien président Abdoulaye Wade ont fumé le calumet de la paix a aussi servi d’illustration de par son impact au-delà du pays de la Téranga. C’est en cela qu’il dit rêver d’une poignée de mains entre Roch Kaboré et Blaise Compaoré.

« Même ceux qui nous gouvernent sont convaincus qu’il faut aller à la réconciliation nationale »

Parmi les nombreux témoignages d’amis et confrères du journaliste-éditeur, Adama Ouédraogo Damiss, celui de Dr Ablassé Ouédraogo, président de la COEDR (Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale). Pour lui, la parution de ce livre est une passerelle entre ce que les uns et les autres veulent et la réalité du moment, qui est la réalité du Burkina Faso : le besoin d’aller à la réconciliation. « C’est la seule chance qui nous reste entre les mains, si on ne la saisit pas maintenant, il risque d’être trop tard », prévient-il.

« J’ai tenu à venir ici personnellement ce matin pour une raison fondamentale : d’abord, la parution de ce livre me donne l’occasion de dire que Damiss, qui est un battant, a une relation personnelle et particulière avec ma personne. Et comme je l’ai écrit à la fin donc du procès : la page est tournée, que reste-t-il à faire ? Aller à la réconciliation nationale. On nous a toujours dit qu’avec le procès, on allait avoir la vérité, la justice. Nous prenons acte, en tant que citoyen, du verdict qui a été rendu », a poursuivi l’ancien ministre des Affaires étrangères pour qui le procès a été politique, tout comme l’a été le verdict.

La cérémonie de dédicace a mobilisé parents d’Adama Ouédraogo Damiss (dont son épouse), hommes politiques, défenseurs de droits de l’Homme, journalistes, amis et connaissances

« On veut la vérité, mais je pense qu’on n’a pas eu toute la vérité ; tout simplement parce qu’on n’a pas amené à la barre tous ceux qui pouvaient apporter les éclaircissements nécessaires et on sait bien pourquoi. On voulait la justice, mais malheureusement quand vous regardez le verdict, il y a des accusés qui ont été condamnés, alors que ce qu’ils ont fait est moindre par rapport à d’autres. Mais ces derniers ont eu beaucoup plus de clémence. Maintenant, ce qui est important, c’est comment faire pour sauver l’avenir. Et c’est cela qui est notre préoccupation.

Pourquoi nous, Burkinabè, ne pouvons pas dépasser nos égos pour prendre l’intérêt supérieur de la nation en compte et savoir que la seule solution qui reste au Burkina qui vit une crise multidimensionnelle jamais égalée, c’est la réconciliation nationale. (…). Il y a (par exemple) insécurité tout simplement parce que les Burkinabè ne s’entendent pas. Et nous, nous disons que si la réconciliation venait à être réalisée, tous les défis auxquels nous faisons face actuellement, y compris l’insécurité, pourront être relevés.

Je pense que même ceux qui nous gouvernent sont convaincus qu’il faut aller à la réconciliation nationale. Ils ont peur d’y aller tout simplement parce qu’ils vont perdre des postions, des avantages. Ça, c’est un calcul sur le court terme. Sur le long terme, il vaut mieux pour eux d’aller maintenant pour sauver les meubles, parce qu’ils risquent de tout perdre et ils vont tout perdre », a détaillé Dr Ablassé Ouédraogo, faisant néanmoins foi en l’existence au Burkina d’hommes et de femmes raisonnables, patriotes.

Le livre « Procès du coup d’État de 2015 : La plaidoirie qui ACQUITTE le général Gilbert Diendéré devant le Tribunal de l’Histoire » est disponible dans les rayons des librairies Jeunesse d’Afrique et Mercury à un prix de 10 000 FCFA.

OHL
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 19 octobre à 19:37, par SID PAWALEMDE En réponse à : Littérature : Le procès du coup d’État de 2015 sous la plume de Adama Ouédraogo « Damiss »

    En parlant de réconciliation, l’auteur a pris l’exemple du Cameroun, du Sénégal, de la Mauritanie etc... et conclut qu’il faut une poignée de main entre Rock et Blaise Compaoré. Moi je dis non, la poignée de main c’est entre Blaise et le peuple Burkinabè, la famille Norbert Zongo, la famille de Henri Zongo, la famille de Lingani, la famille du lieutenant KERE, la famille de Clément Ouedraogo, les enfants de Thomas Sankara, la famille de , la famille de, la famille de , de, de et de , ainsi que de, de , sans oublier ....... Etc

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre à 22:31, par MAURICE En réponse à : Littérature : Le procès du coup d’État de 2015 sous la plume de Adama Ouédraogo « Damiss »

    Han !
    Ce n’est que le début du commencement, sinon le commencement du début de tentatives ( à tous les prix ) d’EXFILTATRATION voire de LIBÉRATION de prisonnier par STRATAGÈME.
    Aujourd’hui, c’est un livre, sûrement plein d’ivresses pour tenter de....
    Demain, ce sera un cahier plein de brouillons et patati patata pour tenter de ...
    pour libérer quelque TUEUR QUI NE SAURAIT SE SOUSTRAIRE DEUX JUSTICES : CELLE DE DIEU ET CELLE DES HOMMES.
    Aussi, qui pis est, tout écriveur-Souteneur de quelque sanguinaire de tout bord l’est de facto.
    À chaque année , ses pluies
    À chaque justice ses juges
    À chaque écrivain sa plume...d’où à chaque fantôme son cimetière.

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre à 00:39, par Manisougri En réponse à : Littérature : Le procès du coup d’État de 2015 sous la plume de Adama Ouédraogo « Damiss »

    Maintenant on vous comprend. Ce qui vous intéresse c’est les arrangements en haut comme celui de Sall et Wade. Le problème du Burkina là, c’est qu’on a des réactionnaires qui n’arrivent à puiser le sens de l’insurrection populaire malgré que certains d’entre eux ont même participé au soulèvement populaire. Dans ce pays, il y a des gens qui ont pillé les ressources de l’état en laissant le bas peuple de côté. Messieurs Herman, Ablassé et autres ayez le courage de demander à tous les criminels économiques de retourner tous les biens pillés de l’état. Cela permettra de soulager la misère des gens qui se sentiront obligés d’accorder les pardons que vous réclamer. Pour moi cette solution est à portée de main pour une réconciliation vraie dans ce pays. Demandez à Blaise et son frère de venir accepter faire la prison au moins pour 10 ans, rembourser l’argent volé et le peuple saura pardonner. Mettez-vous à la place de la mère et de l’épouse de Norbert Zongo, mettez-vous à la place de Mariam Sankara et ses enfants, mettez-vous à la place des ayant droits du juge Nebié etc…et vous comprendrez. Il ne faut jamais vouloir faire à autrui ceux dont on n’aimerait que vous le fasse. Tous les exemples que vous avez cités sont des faits de politicailleries qui peuvent s’arranger entre les politiciens. Kanto n’a pas volé l’argent ni tué quelqu’un au Cameroun. Idem pour Wade qui lutte pour que son fils puisse gouverner le Sénégal. Il faut comparer ce qui est comparable. Il faut surtout mettre la ruse de côté et les choses iront encore mieux. Vous connaissez le peuple burkinbé et vous savez pertinemment que le président Rock n’a pas la possibilité de s’isoler pour accorder des amnisties à des criminels sans se faire renverser tout de suite. D’ailleurs c’est votre vœux de le voir chasser du pouvoir avec de telles propositions. Ça aussi c’est connu.

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre à 12:07, par Nabiiga En réponse à : Littérature : Le procès du coup d’État de 2015 sous la plume de Adama Ouédraogo « Damiss »

    Lambda burkinabè refuse de reprendre le procès en dehors de l’endroit qui avait habilité de le tenir. Rien d’autre que les faits qui ont été étalés et qui ont, à juste effet, ont envoyé ton Général à la MACA. Un million de livres ne changeront rien. Vous vous êtes acoquinés pour faire un coup d’état, vous avez un coup d’état, vous avez été jugé et avez été punis à la hauteur de votre forfait collectif. Rien ne pourra changer l’histoire. Bon séjour à la MACA

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre à 17:00, par Le Vigilent En réponse à : Littérature : Le procès du coup d’État de 2015 sous la plume de Adama Ouédraogo « Damiss »

    D’amis, Herman, Ablasse et autres admirateurs de Diendere, avez-vous lu les plaidoiries des avocats des chefs nazis au procès de Nuremberg ? Au regard de ces arguments développés par les avocats, tous les accusés devraient être acquittés. C’est le rôle de l’avocat de démontrer que son client est un saint que des esprits maléfiques tentent de diaboliser. Cette plaidoirie n’engage que son auteur et ne peut émouvoir que les adorateurs et les complices de Diendere.
    Question a D’amis, qu’ont bien pu dire les avocats de Boukari Jean Baptiste Lengani et de Henri Zongo au procès intenté contre eux pour un prétendu « projet d’un coup d’état » contre Blaise Compaore ? Ces plaidoiries -Si elles ont existe- ont-elles empêché Diendere et ses complices de condamner et de mettre immédiatement à mort ces deux officiers ?

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre à 17:05, par jeunedame seret En réponse à : Littérature : Le procès du coup d’État de 2015 sous la plume de Adama Ouédraogo « Damiss »

    « Belle » littérature diplomatique et tendancieuse ! Dire qu’il y a toujours des laboratoires de virus pour infirmer les décisions de nos juges et saupoudrer RMCK en faveur de Golf et sa suite. Voilà les vrais ennemis de la paix ; toujours prêts à réveiller les querelles pour indisposer les vainqueurs. Et pourtant ils prônent réconciliation. Yaa ya boin bala ?

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre à 20:08, par Mbalè En réponse à : Littérature : Le procès du coup d’État de 2015 sous la plume de Adama Ouédraogo « Damiss »

    Les dossiers de violences en politique et notamment de crimes de sang ont connu leur point culminant sous la Révolution de Thomas Sankara, du CNR et des CDR. Parmi les plus illustres des victimes de cette époque, on peut citer le Colonel SOME Yorian Gabriel, Colonel GUEBRE Fidèle, Commandant SAWADOGO Mamadou, KINDA Valentin, etc...). Alors, s’il faut juger coûte que coûte, et à moins de faire du "deux poids deux mesures", on doit également s’intéresser à ces dossiers pour que les parents de ces victimes sachent eux aussi exactement ce qu’il s’est passé. Et puis honnêtement, peut-on juger tous ces dossiers sans que la plupart des acteurs de la Révolution d’août 1983 encore vivants (et même au pouvoir) comparaissent à la barre, ne serait-ce que comme co-auteurs, complices ou témoins ? A quel moment en aurait-on fini pour travailler à la cohésion sociale, et à l’indispensable solidarité dans la lutte contre le terrorisme et pour le développement de notre pays ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Littérature : Dr Hyacinthe Ouédraogo propose « Le rêve burkinabè », pour rompre avec « la médiocrité »
Littérature : Le « Coupable » de Désirée Aimée Ki-Zerbo en librairie
En librairie : « Rien de Nouveau Sous le soleil », un manuel dédié à l’apprentissage des notions sur le terrorisme
Livres : « La politique étrangère de Thomas Sankara 1983-1987 », le testament de l’ambassadeur Ki Doulaye Corentin
Droit OHADA : Le magistrat Alain Zerbo publie un ouvrage sur le recouvrement des créances
Littérature : Le procès du coup d’État de 2015 sous la plume de Adama Ouédraogo « Damiss »
Lu pour vous : « L’insurrection inachevée » de Bruno Jaffré
Livres : « L’essentiel sur le Burkina Faso », le premier ouvrage de Fousseni Diallo
« Droit d’auteur : comment en tirer profit ? » : une œuvre de Wahabou BARA
« Quand le courage se réveille » : Le Frère Jacob Bouda sur les pas de Camara Laye !
Littérature : David Sawadogo fait ses premiers pas avec « Les tuiles sur la tête »
Politique : L’ancien maire de Kongoussi, Oscar Guessom Sawadogo, prend du recul
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés