Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous fermez la porte à tous les échecs,le succès restera dehors.» Jim Rohn

Inondations du 1er septembre : L’Etat ne construira pas pour les sinistrés

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Inondations au Burkina • • vendredi 2 octobre 2009 à 03h36min

Il n’y a aucune illusion à se faire, l’Etat ne compte pas construire des logements pour les sinistrés. Une trame d’accueil sera néanmoins aménagée pour eux avec un petit appui de l’Etat.
L’Etat ne construira pas de logements pour les sinistrés du 1er septembre. . Le gouvernement a tenu à couper court à la rumeur qui courrait dans les sites d’accueil. Ceux des sinistrés qui avaient pensé que la pluie d’aide permettrait de se reloger convenablement en ont pour leur frais. Ce n’est pas ce qui est prévu, répond sec, le gouvernement. Par contre l’aménagement d’une trame d’accueil est en cours.. C’est 700.000.000 f cfa que le gouvernement a prévu pour cette opération dans l’estimation des besoins urgents.

Les sinistrés ne sont pas totalement abandonnés, cependant. L’Etat devrait apporter un appui dont la nature n’est pas encore précisée, même si on parle de plus en plus de parcelles avec des fondations de maisons.
C’est au sinistré qu’il reviendra de se prendre en charge. Le gouvernement avait exprimé ses besoins au moment de la rencontre avec le corps diplomatique, le 4 septembre. C’est au total 70.212.148.000f CFA que le gouvernement cherche à mobiliser. Ce qui est prévu pour la reconstruction et le relogement s’élève à 6.250.000.000 f.
Il était clair que cela ne permettait pas de reconstruire les quelque 25.000 maisons tombées. S’il faut prendre uniquement le cas des maisons on devrait se retrouver avec quelque 250.000 f/ maison. Très insuffisant pour reconstruire un vingt tôles même en banco. Les bailleurs de fonds rechignent à prendre ce volet en compte. Quelques rares ONG se risquent dans le soutien à la construction des maisons. Pour l’Etat, il n’en est pas question. Sa grande préoccupation c’est l’aménagement des sites intermédiaires pour libérer les écoles.

Les cinq sites pilotes aménagés ont commencé à accueillir les occupants depuis le mercredi 23 septembre. Mais là aussi le pari de la libération des écoles avant le 1er octobre risque de n’est pas être tenu. Les autorités en charge de l’éducation se montrent confiantes et assurent que la rentrée ne sera pas repoussée. La date du 1er octobre est maintenue. Mais ce qui n’est pas dit c’est que toutes les classes n’ouvriront pas toutes le même jour. Le squatte des sinistrés devrait par endroit se poursuivre au-delà du 1er octobre. A défaut de libérer l’ensemble des écoles primaires, l’Etat œuvre pour récupérer au moins les établissement secondaires.
Les 5 sites pilotes recevront donc prioritairement les sinistrés qui sont dans les établissements d’enseignement secondaire. Pour les écoles primaires, 34 autres sites seront aménagés mais il est pratiquement sûr qu’ils ne seront pas prêts à la date du 1er octobre. Malgré les appuis extérieurs les tentes disponibles ne permettent pas de couvrir les besoins des quelque 59.939 personnes à reloger dans la seule ville de Ouagadougou. C’est le chiffre publié sur le site créé par le service d’information du gouvernement suite aux inondations. Pour les autres localités on ne sait pas encore ce qui va se passer concrètement. On en parle peu.

Mystère autour des chiffres

Le nombre exact des sinistrés reste un mystère. Le gouvernement avance depuis le 1er septembre le nombre 150.000 victimes dont 110.000 personnes accueillies dans les 88 sites officiels.
Au conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation, organe chargé de la gestion des catastrophes, on se montre prudent et on évite de donner les chiffres globaux. Impossible même d’avoir le nombre de localités touchées par les inondations. Pourquoi ? Parce que le nombre de sinistrés ne cesse d’augmenter. Nous dit-on du côté du ministère. Mais sur quelle base parle t-on alors de 150.000 sinistrés et de 110.000 relogés ? On ne sait pas. Sur la base des estimations publiées par le CONASUR, on n’atteint pas ces chiffres. Ouagadougou qui a été la plus touchée enregistrait à la date du 6 septembre officiellement 116.000 sinistrés dont 59.939 accueillis dans les 88 sites d’hébergements. Aucun chiffre sur les autres localités ne figure sur le site. Pas mêmes ceux de Saaba et de Komsilga.

Chacune de ses localités compterait un millier de sinistrés, selon les différentes sources. D’autres régions telles que le centre Est, le Plateau central, la boucle du Mouhoun ont connu des inondées. Près de 7000 personnes concernées dans la Boucle du Mouhoun. Mais on est loin des 110.000 personnes hébergées comme annoncées.
Les chiffres ont commencé à grimper dès que les rumeurs sur une éventuelle reconstruction des maisons tombées ont commencé à courir. Certains sinistrés qui n’ont pas pu se faire enregistrer font le pied de grue dans les mairies.

C’est dans les zones non loties que les écroulements des maisons sont plus importants. Ces maisons ont été prises en compte dans les recensements. Mais c’est une situation qui va compliquer davantage la question des lotissements dans ces zones, selon certains maires d’arrondissement qui n’ont pas de grande marge de manœuvre dans la situation actuelle. Le véritable problème se situe au niveau des vrais propriétaires des maisons tombées et qui ont été recensées dans ces zones. Selon les nombreux témoignages à Zongo dans l’arrondissement de Boulmiougou, de nombreuses maisons tombées dans la zone n’étaient pas habitées. Ce sont des taudis construits par des spéculateurs de parcelles qui vivent en ville et qui n’étaient pas prioritaires dans l’opération d’attribution commencée il y a seulement quelques semaines.
Certains sinistrés vivaient dans des maisons qui ne leur appartenaient pas. Au recensement ce sont les propriétaires qui se sont présentés pour se faire enregistrer, pourtant ils sont en ville. Avec le nouveau décret, ceux qui sont dans les zones inondables et aux abords des canaux d’évacuation des eaux pluviales n’y retourneront pas. C’est le cas de ceux qui étaient installés dans le lit des barrages. Ce sont ces gens en réalité qui sont principalement concernés par la question du relogement.

Moussa Zongo

L’Evénement

Vos commentaires

  • Le 2 octobre 2009 à 12:00, par franck dit aspirant Barde En réponse à : Inondations du 1er septembre : L’Etat ne construira pas pour les sinistrés

    Bonjour missié la pluie que vous aviez vue la c’est la faute de personne c’est Dieu. Le seul responsable c’est Dieu, nous allons prié Dieu qu’ils vous aide, le président a dit qu’il va vous aidez mais il n’a pas assez de force (l’argent il n’y a pas beaucoup débouillez vous après on verras ce que on peu faire pour vous, de grâce ne vous fâchez pas ,n’écouter pas les on dit c’est des plaisantins tout ce que nous pouvons faire pour vous sachez que on le ferras mais ne laissez personne vous trompez onvous veux du bien ,le président ne dort pas il est avec vous ,il a beaucoup de travail vous-même vous saviez. Les parcelles que vous, voulez c’est pas notre boulot mais ont va voir qui de droit et on verras, ne soyez pas pressez.il faut savoir que ce que nous avons déjà fait pour vous c’est pas peu aussi Que Dieu nous aide tous.Ailleurs c’est pire mais ici on a peur tous de Dieu,on prie tous Dieu ,musulma ,chrétien ,amerca,c’est le même Dieu,chacun doit travaille fort et ça iras

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre 2009 à 12:52, par burkinabè En réponse à : Inondations du 1er septembre : L’Etat ne construira pas pour les sinistrés

    Ce n’est pas grave que l’Etat ne veule pas construire !! Cependant, nous voulons la gestion transparente des dons effectués (y compris les sommes données par SEMAFO et le Togo directement au Premier Ministre).. ;
    Aussi pour tous les services et prestations entrant dans le cadre des dépenses de ces sommes, nous souhaitons que les choix des prestataires (entreprises, bureaux d’études etc...) soient faits de façon transparente et égalité à tous, car on connaît les choix judicieux de ces voleurs en haut (donner à des entreprises bien ciblées pour passer récupérer le pour boire derrière.. on est fatigué de ça) !!

    En rappel, il ne doit pas avoir de dépenses pour les campagnes des élections à venir.. que ces sommes soient utilisées pour les populations en malheur (sinistrés et autres).. là on fait preuve d’un pays qui pense à sa population.. que les partis arrivent à convaincre par les idées !

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre 2009 à 14:43, par la tombouctose En réponse à : Inondations du 1er septembre : L’Etat ne construira pas pour les sinistrés

    je ne vais pas trop me prononcer la dessus parceque je ne maitrise pas trop le dossier des sinistrés. Je n’aime pas Blaise et tout le monde le sait ; mais ce que j’avais à lui dire c’est que ce déluge du 11 septembre est une occasion pour lui de se rattraper et surtout de se faire aimer de facon durable par la population. Pour moi si Blaise ordonne de construire des 02 pieces pour les sinistrés recensés, en 2015 il n’aura pas besoin de tripatouiller la constitution, il sera d’office candidat du peuple qui le reconnaitra comme leur sauveur. On évitera ainsi des bains de sang à l’image de ce qui se passe dans certains Pays ;
    Un rescapé de tombouctou

    Répondre à ce message

    • Le 3 octobre 2009 à 09:52 En réponse à : Inondations du 1er septembre : L’Etat ne construira pas pour les sinistrés

      Je suis decu par toi Tombouctose. Sache que ...tose est toujours une maladie, donc mauvais. Je m’attendais a mieux quand meme de toi. Blaise doit quitter le pouvoir, per la Constitution, independamment de ses resultats. Meme s’ il devait construire des R+ 5 pour les refugies. Ses bonnes actions, il devra les emporter dans son CV, avec lui, dans sa retraite ou on se souviendra de lui comme un Grand. Lae la Constitution ne dit pas "si le President excede tell niveau de performance, il peut se representer jusqu’a ce qu’ il meurt "de sa maladie" pour imiter un medecin "legiste" qui n’en est pas un. Qu’est-ce qui te dit que celui qui va le remplacer n’ en construirait pas des F +20 ? La Constitution n’a jamais dit que si le president travaille bien, il peut la modifier pour rester ? D’ailleurs, quelle serait la definition de Travailler Bien ? Chacun irait de sa petite definition. Des esprits carres ont deja trouve que construire des coins aseptises comme Ouaga 2000, c’est deja travailler bien. Alors, juste une petite operationnalisation de Travailler Bien. Pour commencer, pour moi, c’est quand on cree les conditions du developpement, pas les moyens forcement, pour que tous les Burkinabe puissent manger 2 fois par jour et envoyer leurs enfants a l’ecole, avoir de l’eau potable a boire, et ne pas aller a Yalgado[Yalgado est juste une metaphore ici] quand c’est trop tard, juste pour mourir.

      LOP

      Répondre à ce message

  • Le 2 octobre 2009 à 16:15 En réponse à : Inondations du 1er septembre : L’Etat ne construira pas pour les sinistrés

    Bonjour à tous

    En partie je comprend que l’Etat se désengage de construire pour les sinistrés. Désolé pour ce que je vais dire, mais c’est qu’en même vrai "Nous savons tous que l’Etat n’est pas une compagnie d’assurance pour les sinistres". Il doit garantir notre développement avec notre participation. Dans ce sens, je vous demande de raisonner comme au temps de la révolution au Faso. Je me rappelle qu’à cette époque, pour les projets qui étaient trop couteux, le Président demandait à chaque citoyen d’apporter sa part de contribution. Nous l’avions fait pour la construction des écoles, des dispensaires, des barrages, et même des chemins de fer. On apportait tout ce qui pouvait contribuer à la réalisation du projet : briques, sable, gravier, pelle, pioche, bras valides, etc. Et même dans les écoles privées, les directeurs sollicitaient l’aide des élèves pour la construction de nouveaux bâtiments. Chaque élève donnait au minimum une brique par année.
    Souvent l’armeé aussi, contribuait dans les projets de l’Etat. Il y avait les services du Genis militaires qui travaillaient dans ce sens.

    C’est juste pour dire qu’il existe plusieurs façons pour aider les sinistrés. L’Etat peut certainement refuser de construire pour les sinistrés, mais il doit proposer des solutions pour les reloger chez eux. Et pour cela, il peut mettre les citoyens burkinabés à contribution mais « surtout l’armée durant tout le processus de construction pour le sinistrés ».

    Aquipa, Burkinabé au Japon

    Répondre à ce message

    • Le 2 octobre 2009 à 17:29 En réponse à : Inondations du 1er septembre : L’Etat ne construira pas pour les sinistrés

      L’armée n’est pas à la solde des sinistrés.

      Répondre à ce message

      • Le 4 octobre 2009 à 17:33, par H.B En réponse à : Inondations du 1er septembre : L’Etat ne construira pas pour les sinistrés

        je te comprend. mais une armée ,est à la solde de son peuple, surtout dans les moments les plus critiques, (tremblements de terre, innondations...)
        donc tu voix, je ne te comprend plus, tu m’étonne bcp.
        il ne s’agit pas d’aller se transformer gratuitement en maçon (se qui pourrait frustrer, si on a pas bien compris les choses), mais de participer à l’élan nationale pour sauver des familles désemparés.
        voilà soldat.

        Répondre à ce message

        • Le 4 octobre 2009 à 20:59, par Aquipa En réponse à : Inondations du 1er septembre : L’Etat ne construira pas pour les sinistrés

          Je remercie HB pour son bon sens. Il est vrai que l’armée est à la solde de son peuple. Et c’est certainement pour ça que les contribuables (l’Etat) payent par mois des centaines de millions juste pour le salaire des militaires. Vous le savez tous ! nous ne sommes pas en guerre. Cet évênement du 1er septembre met tout le monde face à ces responsabilités mais surtout l’armée qui a pour devoir de secourir son peuple.

          Soldat profitez de cette situation pour justifier la raison votre salaire au peuple et aussi faites vous aimer par le contribuable de vos salaires.

          Aquipa, Burkinabé au Japon

          Répondre à ce message

  • Le 2 octobre 2009 à 18:58, par Totolitoto En réponse à : Inondations du 1er septembre : L’Etat ne construira pas pour les sinistrés

    Que les sinistrés se contentent de la tente, la natte, le riz et le couscous. L’Etat n’a pas les moyens pour construire des maisons, jamais, c’est interdit. Ils n’ont qu’à comprendre l’Etat. Il ya l’hopital, les ponts, les batiments à refaire et sur un besoin de 70 milliards, il n a que 3,5.

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre 2009 à 19:20, par burkinabè En réponse à : Inondations du 1er septembre : L’Etat ne construira pas pour les sinistrés

    avec la somme collectée (aujourd’hui même 40 millions donnés par Maroc Telecom), addition plus de 4 milliards, on peut bien aménager la trame d’accueil et construire des logements modestes pour les mettre en location vente aux sinistrés (sur 20 ans, dont la première année pas de cota).. Là on récupère une partie des sous pour d’autres construction sociales !!

    Pour le gars de Tombouctou.. il faut arrêter des raisonnements idiots.. Même si Blaise construit plus que pour les sinistrés (même s’il fait venir la neige au faso), en 2015 il doit simplement partir.. il n’y a pas de candidat du peuple (un peuple mageur, affamé qui ne pensera qu’à son ventre en ce moment T).. il a fait ses preuves, il y a des milliers d’autres personnes capables ; donc qu’il laisse la place à un autre de nous guider !!!

    Un changement est obligatoire pour notre peuple et de nouvelles visions pour notre pays

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre 2009 à 22:51, par abdak En réponse à : Inondations du 1er septembre : L’Etat ne construira pas pour les sinistrés

    tu parles location vente pour payer avec quoi ? si l état s’ hasardait à vouloir construire pour eux, il va valoir le faire pour nous tous car pas de maison

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Inondations du 1er septembre 2009 : L’Unité de gestion des secours d’urgence a remis son rapport final au Premier ministre
Aménagement de la trame d’accueil de Yagma : 58 km de caniveaux pour assainir le cadre de vie
Bilan chiffré du gouvernement : "Voilà ce que nous avons eu, voici ce qu’on a fait"
Inondations au Burkina : le bilan s’alourdit
Aide aux sinistrés du 1er septembre 2009 : L’Afrique du Sud contribue pour 15 millions
Aide aux sinistrés du 1er septembre : nos ambassades font parler leur cœur
Dons aux sinistrés du 1er septembre 2009 : on est encore loin des 70 milliards de francs
PAROISSES DE KIEMBARA ET DE TOMA : Des foires humanitaires au profit des sinistrés
Relogement des sinistrés : Yagma et Bassinko en voie de viabilisation
Contribution aux sinistrés du 1er Septembre 2009 : La communauté Burkinabé des Etats-Unis d’Amérique donne sa part
Aide au relogement : les sinistrés ont commencé à passer à la caisse
Déluge du 1er du Septembre : Bilan de santé avant évacuation de l’hôpital Yalgado
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés