Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse.» Nelson Mandela

Bilan chiffré du gouvernement : "Voilà ce que nous avons eu, voici ce qu’on a fait"

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Inondations au Burkina • • mercredi 8 septembre 2010 à 03h16min

"Soyez reconnaissant" ; comme pour se plier à cette injonction biblique, l’Etat a organisé, sur la trame d’accueil des sinistrés de Yagma, une cérémonie commémorative de l’appel à la solidarité lancé par le président du Faso, Blaise Compaoré le 7 septembre 2009 par suite de l’inondation dont Ouagadougou a été victime une semaine auparavant. Le Premier ministre, Tertius Zongo, a été le porte-voix du locataire du palais de Kosyam et du peuple burkinabè pour exprimer sa reconnaissance aux personnes physiques et morales qui ont laissé parler leur cœur. Le chef du gouvernement a saisi l’occasion pour faire le point des contributions et des réalisations.

"L’homme n’est rien sans les autres hommes, car il vient dans ce monde dans leurs mains et s’en va dans leurs mains" ; cette assertion du célèbre écrivain africain Saïdou Badian, cité par le gouverneur du Centre, Boureima Bougouma, illustre bien le rôle irremplaçable que joue la solidarité dans toute société humaine.

Le chef de l’Etat, Blaise Compaoré, a cru en cette valeur au lendemain de l’inondation du 1er septembre 2009 qui a fait, on se rappelle, près de 150 000 sinistrés, occasionné 9 pertes de vies humaines, l’effondrement de 32 260 maisons d’habitation ainsi que la destruction de nombreuses infrastructures socio-économiques.

Ce sinistre sans précédent dans l’histoire de notre pays a amené le président du Faso à lancer, le 7 septembre 2009, un appel à la solidarité nationale et internationale.

Les Burkinabè de l’intérieur comme de l’extérieur, les communautés étrangères vivant au Burkina Faso, les pays amis, les partenaires techniques et financiers... chacun, en fonction de sa générosité, a laissé parler son cœur. Ce qui a permis de mobiliser, à la date du 1er septembre 2010, 14 037 366 173 FCFA et de faire bien de réalisations (voir encadré). Arborant des tee-shirts à l’effigie du chef de l’Etat, les sinistrés se sont mobilisés pour cette cérémonie.

C’est le chef coutumier de Yagma qui a ouvert la série des interventions, pour dire sa joie d’accueillir les victimes de l’inondation. Ceux-ci, selon lui, entament une nouvelle vie pleine d’espoir. C’est pourquoi il a baptisé la trame d’accueil "Badnogo", qui veut dire en langue mooré lieu de bonheur.

Pour les sinistrés, à travers ce grand mal qu’est l’inondation, le bonheur s’est frayé un chemin comme pour confirmer l’adage qui dit : "Bugum di yiri n wa ne manegré", entendez l’incendie des concessions a apporté le bonheur. Ils l’ont dit dans leurs chants et sketches.

Leur porte-parole, Edith Nana, n’a pas caché sa joie : "En décidant d’organiser la présente cérémonie, le gouvernement nous donne cette opportunité tant rêvée d’exprimer notre profonde gratitude à Son Excellence Monsieur le président du Faso, au gouvernement et à l’ensemble des donateurs", a-t-elle souligné. Toutefois, elle a fait remarquer que malgré les efforts déployés, quelques préoccupations subsistent à Yagma :

- l’identification des lieux de marché, de culte et d’enterrement ainsi que leur mise en service ;
- l’adduction d’eau ; l’électrification et la mise en place d’une police de proximité pour la sécurité du site. Pour l’ensemble des sinistrés du Burkina en général, elle a demandé : l’octroi de microcrédit pour mener des activités génératrices de revenus pour leur autosuffisance ;

l’accompagnement dans la construction pour les plus démunis d’entre eux telles que les personnes âgées, les personnes handicapées, les personnes malades..., des mesures d’accompagnement pour les élèves vulnérables, qui éprouvent d’énormes difficultés à se rendre à l’école, notamment ceux de Yagma qui fréquentent les lycées et collèges à Ouagadougou.

"A cet instant solennel, je tiens, au nom du président du Faso, à rendre un hommage au peuple burkinabè qui, plus que convaincu que la douleur n’est qu’une dimension de l’expérience humaine et que chaque épreuve porte en elle-même les germes d’un changement pour le meilleur, a, malgré les adversités diverses, continué à assumer son destin".

C’est en ces termes que le Premier ministre, Tertius Zongo, a introduit son intervention avant d’exprimer sa gratitude à toutes les personnes physiques ou morales qui ont fait preuve de solidarité à l’égard des victimes.

Pour traduire dans les faits cette reconnaissance, il a remis à une cinquantaine de personnes, dont L’Observateur paalga, une attestation de reconnaissance signée par Blaise Compaoré pour avoir laissé parler leur cœur, tout en précisant que ces récipiendaires ne sont qu’une partie des quelque 3 000 donateurs.

Le chef du gouvernement a assuré aux sinistrés que bien de réalisations seront faites sur leur site d’accueil pour améliorer leurs conditions de vie. Une visite des infrastructures sociales et l’inauguration du centre de formation des aides familiales ont mis fin à cette journée de reconnaissance.

Abdou Karim Sawadogo

Issa Babané (stagiaire)


Dons et réalisations

• A la date du 1er septembre 2010, 2615 contributions volontaires, d’un montant de 5 570 667 221 FCFA dont 4 651 668 305 FCFA de contributions financières, et 918 998 916 FCFA de dons en nature. La subvention du budget de l’Etat pour l’exercice 2009/2010 se chiffre à la même date à 13 210 411 848 FCFA.

• Les contributions recueillies à l’hôtel de Ville et dans les 5 arrondissements s’élèvent à 6 17 226 689 FCFA.

• Dans le domaine de l’assistance et du secours :
- la prise en charge holistique et gratuite (alimentation, hébergement, soins sanitaires, scolarisation, hygiène, sécurité, divers dons...) des sinistrés depuis les premières heures de la catastrophe jusqu’à leur installation sur les sites définitifs de Yagma et de Bassinko, en passant par leur regroupement dans les sites alternatifs, soit durant une période de 6 mois ;
- l’acquisition de matériel, de consommable médicaux, de tentes...

• Réhabilitation, reconstruction et relèvement

- l’aménagement et la viabilisation des sites primaires et alternatifs pour l’accueil et l’hébergement temporaires des sinistrés ;
- l’aménagement de 30 022 parcelles sur les sites de Yagma et de Bassinko et l’ouverture de voies, d’un coût de 1 559 726 849 FCFA ainsi que la réalisation de 25 forages ;

- la distribution gratuite de parcelles et d’une aide de 50 000 F CFA à 19 871 ménages locataires chacun ;
- la distribution de 28 020 tonnes de ciment et de 361 180 feuilles de tôle respectivement à 18 680 et 18 059 sinistrés. Le coût des matériaux de construction s’élève à 4 892 401 740 FCFA ;

- la répartition des ouvrages de franchissement tels les ponts et les digues de barrage pour 1 557 595 271 FCFA ;
- la réfection ou la construction/reconstruction des établissements d’enseignement et des structures sanitaires, telles que l’école de Yagma, l’hôpital du district du secteur 30, le Centre des aides familiales, le mur de l’hôpital Yalgado Ouédraogo ;

- le renforcement des capacités des services de l’Etat par de la logistique, du matériel et des fournitures de bureau ;
- une aide matérielle et financière accordée aux sinistrés autres que ceux de Ouagadougou.

AKS IB

L’Observateur Paalga

Vos commentaires

  • Le 8 septembre 2010 à 04:52 En réponse à : Bilan chiffré du gouvernement : "Voilà ce que nous avons eu, voici ce qu’on a fait"

    VOUS LES GENS DU FASO.NET LA IL FAUT RESPECTER VOS LECTEURS. QUAND MEME POURQUOI AVANT D’AVOIR ACCES AU SITE IL FAUT FORCEMENT VOIR UNE TELLE PUB QUI REMPLIT L’ESPACE. QUAND MEME..CHUUUUUUUUUURRRRRRRRRRRRRRRRRR

    Répondre à ce message

    • Le 8 septembre 2010 à 19:46, par Le Capitaine En réponse à : Bilan chiffré du gouvernement : "Voilà ce que nous avons eu, voici ce qu’on a fait"

      Eh bien !!!! Depuis quand, c’est interdit de faire pub sur son site ? ESt ce qu’en tant que lecteur tu donnes 1 F CFA en soutien au faso.net ? eh vraiment....faut évoluer, c’est du Marketing !

      Pour la cérémonie, je trouve que c’est une bonne chose ! Que les sinistrés portent T-Shirts du Président, chacun est libre de l’interpréter comme il veut ! Dans tous les cas, c’est lui qui a lancé l’appel, donc : "A tout Seigneur Tout honneur !"

      Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2010 à 11:40, par Tapsoba En réponse à : Bilan chiffré du gouvernement : "Voilà ce que nous avons eu, voici ce qu’on a fait"

    Arborant des tee-shirts à l éfigie du chef de l Etat,les sinistrés se sont mobilisés pour la ceremonie”.Voilà,un pas de la récupération politique est vite franchi.On oublie que sauver sa population ou appeler au sécours, lorsqu on est à la limite des moyens de l Etat,est un devoir que tout chef d Etat,élu par le peuple pour cette tâche de veiller aux intérêts de ce même peuple sans calcul ou clivage politique qu il ne peut,en aucun cas ,se soustraire ,au risque d être sanctionné aux prochaines élections .Mais ,l ignorance aidant ,la confusion est vite faite.Pauvre Burkinabè quand on vous maintient en cet état pour autres besoins sauf votre bonheur !

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2010 à 13:31, par rolandlegenie En réponse à : Bilan chiffré du gouvernement : "Voilà ce que nous avons eu, voici ce qu’on a fait"

    objectivement, c’était nécessaire cette cérémonie et des choses ont été faites au niveau des infrastructures et un peu des sinistrés mais là où j’ai des doutes, c’est sur la transparence : trop facile de dire, voilà ce qu’on a eu, voilà ce qu’on a fait. qui peut voir les reçus ??? Par ailleurs, la politisation de la cérémonie n’aurait pas dû avoir lieu. Des tee-shirts à l’effigie de blaise : c’est pas sérieux. Celui qui a eu l’idée devrait être sanctionné. Maintenant, la femme représentant les sinistrés et qui a parlé, a sans doute bien été choisie du sérail pour dire ce qu’on voulait l’entendre dire.

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2010 à 14:43 En réponse à : Bilan chiffré du gouvernement : "Voilà ce que nous avons eu, voici ce qu’on a fait"

    "Arborant des tee-shirts à l’effigie du chef de l’Etat, les sinistrés se sont mobilisés pour cette cérémonie".

    C’est vraiment le début de la campagne de Blaise, toutes les occasions sont bonnes pour le remercier... en donnant quelques tee shirts. Pour certains pauvres, ils devront patienter encore 5 ans après cette visite pour changer leurs gardes robes. Quelle misère !

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2010 à 18:37, par article 37 En réponse à : Bilan chiffré du gouvernement : "Voilà ce que nous avons eu, voici ce qu’on a fait"

    J’avais oublié, il faudra les loger dans des batiments du même standing que les sinistrés à Yagma ?

    Vous nous sortirez que ces hauts fonctionnaires ne sont pas n’importe qui comme si au temps de Thom SANK les ministres ne roulaient pas dans des renault 4.

    C’est dommage de voir souvent un ministre avec 6 ou sept voitures à son service. Une seule devrait suffire.

    ne nous demandez pas de serrez la ceinture avant de l’avoir serrée. De toute les façons la durée de vie de fonction ne peux excéder deux légilslatures

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2010 à 19:29, par lilboudo En réponse à : Bilan chiffré du gouvernement : "Voilà ce que nous avons eu, voici ce qu’on a fait"

    "Arborant des tee-shirts à l’effigie du chef de l’Etat, les sinistrés se sont mobilisés pour cette cérémonie".

    ... et vous voulez une alternance au faso ? Le pouvoir est verrouilé sur toutes ses coutures.
    1) Les tee shirts sont faits sur le budget de l’état
    2) les remerciements ne doivent pas aller à blaise (les 14 milliards ne sont pas sortis de sa poche), car il a fait son devoir !

    Il n’y aura pas de démocratie (et développemet) au faso tant qu’une séparation ne sera pas faite entre l’Etat et Blaise. Les gens réchignent de payer les impots et on dit qu’on y comprend pas. C’est simple : les populations ne savent pas que c’est avec les impots qu’on construit les routes, écoles..., quand ils recoivent de telles infrastructures, ils remercient la générosité du pouvoir ! Pourquoi payer si on ne s’attend à rien.
    Le peuple a besoin d’une vraie éducation

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Inondations du 1er septembre 2009 : L’Unité de gestion des secours d’urgence a remis son rapport final au Premier ministre
Aménagement de la trame d’accueil de Yagma : 58 km de caniveaux pour assainir le cadre de vie
Bilan chiffré du gouvernement : "Voilà ce que nous avons eu, voici ce qu’on a fait"
Inondations au Burkina : le bilan s’alourdit
Aide aux sinistrés du 1er septembre 2009 : L’Afrique du Sud contribue pour 15 millions
Aide aux sinistrés du 1er septembre : nos ambassades font parler leur cœur
Dons aux sinistrés du 1er septembre 2009 : on est encore loin des 70 milliards de francs
PAROISSES DE KIEMBARA ET DE TOMA : Des foires humanitaires au profit des sinistrés
Relogement des sinistrés : Yagma et Bassinko en voie de viabilisation
Contribution aux sinistrés du 1er Septembre 2009 : La communauté Burkinabé des Etats-Unis d’Amérique donne sa part
Aide au relogement : les sinistrés ont commencé à passer à la caisse
Déluge du 1er du Septembre : Bilan de santé avant évacuation de l’hôpital Yalgado
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés