Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le plus grand secret pour le bonheur, c’est d’être biеn аvес sοi.» Bernard Le Bovier de Fontenelle

Université de Ouagadougou : Le futur président du Faso doit juguler le chômage, selon des étudiants

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Présidentielle 2005 • • mercredi 16 novembre 2005 à 08h12min

Après les votes du 13 novembre 2005, les Burkinabè attendent les résultats officiels pour connaître leur futur président. Des étudiants de l’Université de Ouagadougou se prononcent sur le déroulement du scrutin et confient leurs préoccupations.

Soumaïla Hébié, 1re année anglais :

« Comparativement aux élections écoulées, l’élection de cette année s’est bien déroulée parce que tous les candidats ont pu s’exprimer en toute liberté sur les médias. Je félicite les organisateurs pour le travail abattu. Selon moi, il n’y a pas eu d’évolution sur le plan du développement dans le pays depuis 1990. J’espère que celui qui sera élu va corriger cette situation. Il doit surtout mettre l’accent sur l’éducation et l’agriculture ».

Alassane Nabaloum, 1re année anglais :

« Je suis satisfait de la manière dont les votes se sont déroulés. Depuis 1990, nous n’avons pas connu d’élection aussi bien organisée avec plusieurs candidats. Le futur président doit s’atteler à développer le Burkina pour qu’il soit mieux classé sur l’échiquier mondial et sous-régional. Pour ce faire, les potentialités naturelles doivent être exploitées ».

Zakaria Bado, étudiant 4e année droit :

« Dans l’ensemble, l’élection a été bien organisée. Je ne reproche rien à ces votes et je pense que le jeu électoral est satisfaisant parce que plusieurs partis politiques ont accepté de prendre part à la compétition. Le futur dirigeant du pays doit se pencher sur le problème du chômage et de la santé des populations ».

Aubin Somda, 3e année droit :

« Je suis plus ou moins satisfait des votes du 13 novembre. De fait, nous avons eu l’impression que l’élection s’est bien déroulée pourtant, il y a eu des frandes. Il y a un doute quant à la crédibilité du scrutin parce que la CENI a refusé les observateurs du MBDHP au profit des autres observateurs internationaux. Le futur président qui est Blaise Compaoré, au lieu de faire le bilan du septennat écoulé, a préféré faire des promesses. De mon avis, il doit restructurer la société burkinabè, mobiliser la justice et résoudre le problème du chômage. C’est l’occasion pour lui, de se racheter. Il doit faire en sorte que le pays avance et émerge d’un point de vue social.

Andréa Diébré, étudiante en DESS économie :

« Les votes se sont déroulés dans le calme et la sérénité. Il n’y a pas eu de problème. De ce fait, je pense que l’élection a été un succès. J’ai seulement regretter la faible affluence dans les bureaux de vote. Je souhaite surtout que le futur président mette en œuvre un programme qui va permettre au pays de se développer. Il doit trouver des solutions aux problèmes du chômage, à la pauvreté des populations et aux dossiers en suspens.

Justine Kientéga, 4e année médecine :

« Je pense que d’une façon globale l’élection s’est bien déroulée parce qu’il n’y a pas eu de fraudes notables. Le président doit être à la hauteur des attentes du peuple c’est-à-dire résoudre les problèmes auxquels sont confrontés les citoyens burkinabè ».

Josiane Sama 4e année médecine :

« Je pense que le scrutin s’est bien passé dans l’ensemble puisque les observateurs présents dans les bureaux de vote n’ont rien signalé d’anormal. Le futur dirigeant du pays doit prendre en compte dans son programme, l’amélioration de l’enseignement supérieur. Il doit en concertation avec les directeurs d’unités de formation, mettre en place les infrastructures nécessaires pour former beaucoup d’étudiants en médecine. La santé des populations pourrait être meilleure ».

Alidou Bagara, étudiant en DEA économie :

« Je n’ai pas d’objections à faire à propos de l’élection parce que tous les candidats à la présidence ont pu livrer leur programme de société aux populations. Le vainqueur doit effectuer un changement notable sur le plan du développement du pays. Il doit y avoir une vraie création de richesses pour lutter contre le chômage et la pauvreté ».

Séraphine SOME
Sidwaya

P.-S.

A lire aussi :
Présidentielle 2005

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Election présidentielle : Le satisfecit de la JUNA, du RAJS et de CERVO d’Afrique
Groupe des cinq : Savoir raison gardée
La gueule de bois des lendemains électoraux !
Les leçons d’un scrutin
Présidentielle 2005 : Ce qui devait arriver arriva
L’opposition burkinabè : Les causes d’une défaite
L’après élection du 13 novembre : Tentatives maladroites d’atténuer une défaite cuisante
Analyse des résultats : On récolte ce qu’on a semé
Analyse des votes : Pourquoi certains ont voté blanc ou nul ?
Burkina : "Une démocratie chancelante, balbutiante, frileuse"
Présidentielle au Nahouri : Le PAI analyse sa défaite
Election présidentielle : L’AJCBC dit merci à la jeunesse
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés