Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les nations sont nées dans le cœur des poètes, elles prospèrent et meurent dans les mains des politiciens.» Mohamed Itqbal (poète, barrister et philosophe de l’époque de l’Inde britannique)

Rencontres musicales africaines : Concilier musique, digital et économies locales

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • lundi 28 septembre 2020 à 11h28min
Rencontres musicales africaines : Concilier musique, digital et économies locales

Les Rencontres musicales africaines (REMA), un évènement pour échanger sur des thèmes liés à l’économie musicale en Afrique, se tiendront du 22 au 24 octobre à Ouagadougou. L’information a été donnée le samedi 26 septembre 2020 à Ouagadougou, au cours d’une conférence de presse.

L’environnement de la musique africaine a été modifié ces dernières années avec le boom du digital. En effet, le phénomène de la digitalisation est un enjeu déterminant pour l’avenir des industries culturelles et créatives avec un taux de pénétration important des smartphones dans les pays. La mutation du digital peut engendrer un impact positif sur la musique. D’où la nécessité pour les acteurs du secteur de mener des réflexions pour faire allier le digital à leur environnement.

Initiées par la Cour du Naaba, dont le promoteur n’est autre qu’Alif Naaba (Mohamed Kaboré à l’état civil), les Rencontres musicales africaines (REMA) seront à leur 3e édition placée sous le thème « Musique, digital et économies locales ; comment développer des outils adaptés ? ».

Les REMA sont un rendez-vous incontournable qui vise à contribuer à la professionnalisation des métiers de la musique en Afrique pour en faire un levier, à en croire le directeur de l’évènement, Alif Naaba.

Mettre en réseau

Selon lui, ce rendez-vous a pour objectif de mettre en réseau les acteurs afin qu’ils puissent partager leurs expériences, mettre en lumière les nouveaux talents à travers les « show-cases » (mini-concerts), permettre aux artistes de tirer profit du digital. Du bilan des éditions précédentes, le promoteur dit être satisfait, car il y a eu beaucoup de participants d’autres pays. « L’année dernière, nous avons eu neuf pays, et cette année, treize pour le moment. Aussi, plusieurs de nos recommandations de l’année passée ont été prises en compte. Nous avons des ambitions, et grâce à nos partenaires, nous espérons que notre projet sera pérennisé », a-t-il déclaré.

Les REMA bénéficient de l’accompagnement de plusieurs partenaires. Parmi eux, l’ambassade des Etats-Unis et celle de la France. Représentées à la conférence, elles ont toutes salué l’initiative qui, de leur avis, promeut le vivre-ensemble, en ce sens que la musique, en tant qu’outil de communion, rassemble des générations et des peuples.

« Le développement du Burkina passe nécessairement par celui de sa culture et nous sommes honorés de soutenir les REMA et avons hâte d’y participer », ont déclaré les représentants de ces ambassades.

Cadre de réflexion et d’échanges, avec la mise en place d’une plateforme continue de partages d’expériences des acteurs de la musique autour du business de la musique en Afrique, les REMA 2020 se tiendront dans cinq sites, à savoir l’hôtel Bravia, le CENASA, Le Foyer du Renouveau, l’Institut français et le Goethe institut.
Cette édition est placée sous le patronage du ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango, et sous le co-parrainage du ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, et celui de l’Energie, Dr Bachir Ismaël Ouédraogo.

Alicia Ouédraogo (stagiaire)
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Culture : Les acteurs du théâtre burkinabè peuvent désormais bénéficier du droit d’auteur et des droits voisins
Salia l’artiste, la nouvelle voix de la musique burkinabè
Humour : Les Homotokés, l’imam et le muezzin qui dénoncent le comportement de certains religieux
Musique : Le roi de la Maouland se produira en concert le 12 juin 2021
Gestion des structures culturelles : « Le ministre doit s’impliquer davantage… », implore Gaston Hounhouenou de Fédération du Cartel
Culture : Le cinéma européen à l’honneur du 13 au 15 juin 2021 au ciné Neerwaya
« God’s love », le nouvel album de la chorale Sacré-Cœur de la CCB Saint André
Ouagadougou : C’est parti pour la deuxième édition du Festival des musiques traditionnelles et religieuses
Danse contemporaine : Salimata Kobré dépeint la problématique de la non-assistance de l’humain avec son spectacle « Moom »
Voyage en culture, les masques du Burkina Faso
Culture : Le théâtre Soleil initie 427 élèves aux arts
Musique : Pour ses 20 ans de carrière, Maï Lingani vole au secours des enfants vulnérables
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés