Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut apprendre à rester serein au milieu de l’activité et à être vibrant de vie au repos.» Gandhi

Restauration des terres : Un projet pour renforcer les capacités institutionnelles de six pays

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET • mardi 15 septembre 2020 à 23h07min
Restauration des terres : Un projet pour renforcer les capacités institutionnelles de six pays

L’Agence panafricaine de la grande muraille verte (APGMV), en collaboration avec la Grande muraille verte (GMV), a tenu, ce mardi 15 septembre 2020 à Ouagadougou, un atelier national pour l’élaboration de la composante 3 du projet multi-pays dénommé « Renforcement institutionnel de l’APGMV et des structures nationales GMV par la mise en œuvre d’initiatives climatiques et diffusion des enseignements de restauration réussies ».

La séquestration des gaz à effet de serre par la gestion durable des terres et la restauration à grande échelle des forêts des zones arides et des systèmes agro-sylvo-pastoraux. Ce sont là, quelques-uns des objectifs majeurs de la composante 3 du projet multi-pays de l’Agence panafricaine de la grande muraille verte (APGMV). Un projet dont la mise en œuvre est prévue dans six pays d’Afrique. Il s’agit du Burkina Faso, du Niger, du Mali, du Nigéria, du Sénégal et du Tchad.

Vue des acteurs en élaboration de la composante 3 du projet de renforcement institutionnel en matière de restauration des terres dégradées

Le présent atelier national réunissant les acteurs majeurs de la lutte contre le changement climatique, dont le secrétaire général du ministère en charge de l’Environnement, Sibidou Sina qui a présidé la cérémonie d’ouverture, permettra d’élaborer la composante 3 dudit projet. Cette activité est inscrite dans la mise en œuvre du projet afin de recueillir les contributions des pays bénéficiaires pour consolider le rapport régional. Car ce rapport précisera la suite de ce projet qui a l’accompagnement de la FAO. C’est pourquoi les réflexions au cours de cet atelier seront axées sur le renforcement institutionnel de l’Agence panafricaine de la grande muraille verte (APGMV) et des structures nationales, notamment la mobilisation des ressources, le suivi et l’évaluation, la gestion des connaissances et les cadres de concertation nationaux et régionaux.

Le SG du ministère en charge de l’environnement, Sibidou Sina (au millieu)

Agir pour stopper la dégradation des terres

Les initiatives qui sont énoncées pour la restauration des terres et la résilience aux changements climatiques témoignent de la nécessité d’agir vite afin de stopper le processus de dégradation, a rappelé le secrétaire général. « Malheureusement, lâche-t-il, nos Etats ne bénéficient pas encore d’investissements massifs conséquents, et les bases de financement de la GMV restant insuffisantes ».

Pour relever ce défi, Sibidou Sina souligne qu’il est important de réaffirmer l’engagement politique des Etats membres et des partenaires techniques et financiers en faveur de la mise en œuvre de la Grande muraille verte. Ce qui permettra, selon lui, de renforcer les synergies, la cohérence et les complémentarités entre nos administrations et les partenaires de la Grande muraille verte.

Une photo de famille pour marquer l’atelier national de élaboration de la composante

Le coordonnateur national de la Grande muraille verte, Adama Doulkoum, a, quant à lui, renchéri en précisant qu’il s’agit de co-construire un projet qui sera suivi au Fonds vert pour le climat. Pour l’atteinte de cet objectif, il sera question, selon le coordonnateur, de se pencher sur le renforcement des capacités de la gouvernance, la mobilisation des ressources et également comment partager les connaissances acquises et les leçons apprises.

Quant au spécialiste de la FAO en matière de désertification, Damas Poda, il a affirmé que si le Burkina Faso a été retenu dans ce projet, c’est parce qu’il s’est distingué dans la mise en œuvre de l’Initiative pour la grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel (IGMVSS).

Alicia Ouédraogo (stagiaire)
Yvette Zongo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Journée climatique : L’Afrique et l’Europe ensemble pour un partenariat vert
Changements climatiques : La transparence du Burkina en matière d’atténuation et d’adaptation évaluée
Région du Centre-Sud : Bientôt, les populations des communes de Doulougou, Ipelce, Kombissiri et Saponé n’auront plus soif
Bobo-Dioulasso : Le ministère de l’Environnement dédommage des victimes de dégâts causés par les animaux sauvages
Protection des ressources naturelles : Des journalistes s’imprègnent de l’approche APAC
Protection des ressources en eau : Un atelier national pour faire l’état des lieux
Gestion participative des forêts classées au Burkina : Le PGDD/REDD+ s’achève sur de bonnes notes
Assainissement au Burkina : Un rapport sur la problématique de la gestion des boues de vidanges sur la table des autorités
Réduction des émissions de gaz à effet de serre : Le Burkina élabore son système MRV
Gestion du froid en Afrique : Les acteurs réunis à Ouagadougou pour mutualiser leurs forces
Climatiseur Triple Inverter de Samsung : Le climatisseur qui garantit 68% d’économie d’énergie
Renforcement des capacités des institutions nationales en identification, préparation et gestion de projets climats
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés