Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Tout arbre qui vit en tranquillité finit un jour par être secoué.» Proverbe vietnamien

Ecoles fermées pour cause d’insécurité au Burkina : Bientôt une stratégie pour une « reprise totale de la scolarisation »

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 21 février 2019 à 15h12min
Ecoles fermées pour cause d’insécurité au Burkina : Bientôt une stratégie pour une « reprise totale de la scolarisation »

Le ministère de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales (MENAPLN) a organisé un atelier de validation de la stratégie de scolarisation des élèves des zones à forts défis sécuritaires, ce jeudi 21 février 2019 à Ouagadougou. Le Premier ministre Christophe Joseph-Marie Dabiré a présidé la cérémonie d’ouverture.

Suite aux menaces et attaques terroristes que subit le Burkina Faso, le ministère de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales (MENAPLN) est confronté à un certain nombre de défis en matière d’accès aux structures éducatives dans certaines régions. En effet, selon le Système des Nations unies, au Burkina Faso, plus de 1 000 écoles ont été détruites ou fermées, privant ainsi près de 150 000 enfants d’éducation.

Face à cette situation, le MENAPLN, avec l’appui des partenaires techniques et financiers (PTF), s’est engagé à élaborer une stratégie de scolarisation des élèves dans les zones à forts défis sécuritaires.

Selon le Premier ministre Christophe Joseph-Marie Dabiré, cette stratégie de scolarisation des élèves des régions à forts défis sécuritaires constitue une amorce pour la reprise totale de la scolarisation sur toute l’étendue du territoire national. Il a aussi indiqué que « cette stratégie est destinée à redonner l’espoir à ces milliers d’élèves et aux personnels de l’éducation, de reprendre le chemin de l’école et d’y poursuivre en toute sécurité leur formation et leurs missions ». Pour le premier adjoint au maire de la commune de Ouagadougou, Moussa Belem, cet atelier montre l’engagement de l’Etat à relever les défis de l’éducation.

Pour une pleine participation…

L’opportunité a été saisie par la chef de file des PTF du Burkina, Anne Vincent, pour féliciter le gouvernement pour cette initiative. De son avis, la mise en œuvre de cette stratégie va permettre au Burkina Faso de poursuivre sa marche vers l’atteinte du volet 4 des Objectifs de développement durable (ODD 4) : « Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie ».

C’est pourquoi, Anne Vincent a appelé à l’unité d’action de tous les acteurs. « Face à cette situation, nous devons trouver ensemble les meilleures stratégies à mettre en œuvre pour relever le défi », a-t-elle demandé.

Les gouverneurs ont pris part à cet atelier

Pour sa part, le Premier ministre Christophe Joseph-Marie Dabiré a invité tous les responsables des institutions, des ministères et des structures conviés à une pleine participation afin que « les amendements et suggestions contribuent à améliorer cette stratégie empreinte de pragmatisme et de réalisme indispensables à sa réussite, pour le bonheur de l’enfant burkinabè ».

Anne Vincent a plaidé que chaque région ait une stratégie selon ses réalités

Tout en rappelant la responsabilité à la fois individuelle et collective d’apporter des réponses urgentes à cette crise sécuritaire que traverse le Burkina Faso, le Premier ministre a cité le célèbre scientifique Albert Einstein qui disait : « La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre ».

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Vos commentaires

  • Le 21 février à 16:30, par Alexio En réponse à : Ecoles fermées pour cause d’insécurité au Burkina : Bientôt une stratégie pour une « reprise totale de la scolarisation »

    Pourquoi l Afrique est toujours le point de depart. Les guerres au de dieu de 16siecle retourner contre nous aujourdhui a une ere plus illuminee qu hier ?

    Ou les soit disant religions revellees nous ont tenu sous le joug de la colonisation mentale, psychique et culturelle par des pays continents qui nous ont asservi comme leurs esclaves.

    Jusqu a nos jours le Spectre est au-dessus de nos tetes, qui nous barrent la route pour l epanouissement de nos societes africaines.

    Le Wahabbisme en Afrique est un boulot sur la conscience de ses adeptes achetes par le petro-dollar Saoudien. Nous aculturer pour proilonger l esclavage au non de dieu.

    Avec la complicite des hommes qui ont une influence sosiale sur l obscuratisme religieux qui ne peuvent pas sharmoniser avec notre mode vie en Afrique.

    Allez- y vivrent seulement une semaine chez les arabes, vous allez retenir apres votre sejour que l africain n est pas a pied egale avec eux.

    Quelque soit votre capacite intellectuelle, vous ne serez pas une referance pour leur quotidien. Alors que c est ceux qu ils imposent par nos faux marabouts et autres larcins qui les represntent sur notre continent. Boko Haram est un eksempel.

    Pourquoi hypothequer l avenir de nos enfants par une religion abstraite qui n a rien avoir avec le developpement de lhomme en Afrique. Paradoxalement, les emerates arabes sont aujourdhui les promoteurs de leconomie du marche.

    Et Dubai est devenu le centre des affaires et du tourismes des europeens et asiatiques.

    Pourquoi dans ses pays arabes Boko Haram Alqaida et L Etat islamique n empechent les enfants de ses pays a s instruire ? Ou est notre en Afrique ?

    Les Doguons avaient prevu l assoiffement esclavagiste des puritains de lslam et ce sont imposer contre l aculturation de leur societe au 16siecle. Aujourdhui ils ont eu raison de leur refus de se laisser embobobiner par le fanatisme religieux

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 19:15, par Achille De TAPSOBA En réponse à : Ecoles fermées pour cause d’insécurité au Burkina : Bientôt une stratégie pour une « reprise totale de la scolarisation »

    Nos vifs encouragements au gouvernement pour la réouverture des écoles frappées par le terrorisme. Face au terrorisme, nous ne devons pas céder car la peur n’est pas une solution définitive. Nous nous réjouissons ardemment que nos petits frères ou nos enfants du sahel vont incessamment reprendre le chemin de l’école à la quête du savoir. Les forces du mal ne peuvent à aucun cas faire capituler les institutions de l’Etat(armée, écoles, centres médicaux, administration...). Les revers subis par les ennemis du BURKINA(plus de 200 terroristes neutralisés en 2 jours) ont manifestement convaincu plus d’un que le BURKINA reste inflexible et intraitable(sans pitié) face à ceux qui ont littéralement décidé de le détruire. Le BURKINA ne tombera jamais et ne cédera jamais un millimètre carré aux forces occultes. La VICTOIRE et l’HONNEUR sont BURKINABÉ.

    Nous remercions très sincèrement nos BRAVES FDS pour le sacrifice énorme au péril de leurs vies. Tout naturellement,nous demeurons très fiers du PATRIOTISME et de la BRAVOURE de nos Vaillants SOLDATS. Qu’ils soient bénis.

    Nous invitons vivement le gouvernement à mettre des disposifs sécuritaires aux zones touchées pour assurer la quetitude de la population. Une grande victoire sera gagnée avec la réouverture des écoles. Force reste sans conteste à la loi.

    Vive le BURKINA
    Vive nos BRAVES FDS
    Vive le BRAVE PEUPLE.

    Que le SEIGNEUR bénisse le BURKINA que nous aimons tant. Amen
    Paix et succès à tous les BURKINABES. Amen

    Achille De TAPSOBA le Bobolais(produit de Thom SANK et de Norbert ZONGO)

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 08:30, par HUG En réponse à : Ecoles fermées pour cause d’insécurité au Burkina : Bientôt une stratégie pour une « reprise totale de la scolarisation »

    Belle initiative. Longue vie à monsieur le ministre car certains enseignants profitent le situation pour se transformer en commerçants et autres. Par contre d’autres , malgré la situation accomplissent leur devoirs. A ces enseignants là que DIEU vous bénisse et vous protège car vous faites notre fierté. Et ce qui marrant des syndicats ne donnent pas de stratégie pour que les enfants privés de l’école y puissent.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Grèves dans le secteur de la santé : Le gouvernement appelle les syndicats à un « esprit de patriotisme »
FONRID : Douze porteurs de projets reçoivent des chèques
Bobo-Dioulasso : Un prêtre assassiné et un autre blessé au centre Don Bosco
Journées des semences améliorées : Un cadre de sensibilisation des producteurs agricoles
Civisme et cohésion sociale : L’AJUDE préconise l’alliance à plaisanterie
Catholic relief services : Le personnel solidaire des élèves et des malades
Insertion professionnelle : Iamgold Essakane et 2IE signent un accord-cadre de trois ans
ONEA et Coris money : Un mariage pour faciliter le paiement des factures d’eau
Monique Ilboudo, dolotière : « C’est une activité qui nécessite beaucoup d’efforts »
Promotion de la société Somsoré Forex : Les précisions de Abdoul Service International
Recette de la semaine : Confiture de mangue
Crise à la Poste Burkina Faso : Le service minimum sera assuré ce samedi 18 mai
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés