Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Mode : JoSaBi Mariées, l’entreprise qui donne vie à vos rêves

Accueil > Actualités > Culture • Publi-info • dimanche 25 novembre 2018 à 20h58min
Mode : JoSaBi Mariées, l’entreprise qui donne vie à vos rêves

Le mariage est un moment magique dont beaucoup de femmes rêvent, et la plupart s’imaginent parées d’une belle robe qui les placera au centre de toutes les attentions. C’est l’objectif de « JoSaB i Mariées », une entreprise de création de robes de mariées sur mesure. Implantée aux Etats-Unis, l’entreprise livre ses créations gratuitement à Ouagadougou, et collabore avec d’autres structures sur place. Pour en savoir en savoir plus, lefaso.net a réalisé un entretien en ligne avec la fondatrice, Dafra Stéphanie Sanou épouse Manocha.

Lefaso.net : Présentez-vous davantage à nos lecteurs

Je m’appelle Dafra Stéphanie Sanou, épouse Manocha. Je suis née à Ouagadougou où j’ai fait mes études, d’abord à l’École de l’Amitié et ensuite au Collège de la Salle, où j’ai obtenu mon Baccalauréat série C. J’ai complété mon cursus universitaire aux États Unis, où j’ai obtenu une Maîtrise en Finance et un Master en Marketing. Je vis en Californie avec ma famille depuis 2012.

Lefaso.net : Des études en Finances, puis en Marketing, mais comment êtes-vous arrivés dans le domaine de la création des robes de mariage ?

Il y a un proverbe américain qui dit que « La nécessité est la mère de l’invention ». Mon entreprise « JoSaBi Mariée s » est une parfaite illustration de cet adage. J’évoluais dans le domaine de la mode depuis une dizaine d’années en tant que bloggeuse et YouTubeuse, mais je n’avais jamais pensé à me spécialiser dans les vêtements nuptiaux... jusqu’à mon propre mariage en 2015.

En effet, après mes fiançailles en 2014, comme toute jeune fille, je me suis lancée à la recherche de ma robe. Je m’imaginais déjà avoir le fameux « coup de cœur » qu’on retrouve dans les émissions-télé sur le mariage, surtout que j’avais déjà une idée de ce que je recherchais. Cependant, après plusieurs essais, je n’ai pas trouvé mon compte. Ma grande taille, mon affinité pour les perles et mon budget serré ne faisaient pas bon ménage avec les coûts supplémentaires pour rallonger la robe et ajouter les décorations.

Sans rien dire à personne (et surtout pas à ma mère), je me suis lancée dans une aventure assez dangereuse : faire faire une robe de mariée sur mesure par des couturières. Après 6 mois de recherche émaillés par des crises de nerfs, j’ai réussi à tirer mon épingle du jeu. Mon budget m’a permis d’avoir deux robes (pour la réception et la cérémonie), couvertes toutes des perles que je voulais, et exactement à ma taille.
Ce périple m’a poussé à vouloir aider des amies autour de moi.

Ainsi, j’ai pris en main la réalisation d’une demi-douzaine de robes au cours de l’année qui suivait. Après avoir reçu beaucoup d’encouragements de mes proches, j’ai fini par me lancer officiellement. J’ai ainsi créé « JoSaB i Mariées », ma compagnie de robes de mariée sur mesure pour toute mariée qui recherche un style unique fait exactement selon ses mensurations. Le nom JoSaBi est un hommage à mes parents : Jo pour Joseph, Bi pour Bibiane et Sa pour notre nom de famille, SANOU.

Lefaso.net : D’où tirez-vous votre inspiration  ?

Mon inspiration vient principalement de mes clientes. Je les écoute et les aide à définir des paramètres de base (comme la forme générale de la robe, le style approximatif, le budget total etc.). Nous les élaborons et les modifions jusqu’au look final qui convienne à la mariée. Mon objectif c’est de les laisser imaginer (sans limites) ce que leur robe pourrait être, mais aussi de les guider sur ce qui est faisable de manière concrète.

Lefaso.net : Que proposez-vous au public féminin burkinabè ?

« JoSaBi Mariées » apporte une approche assez unique à la création de robes de mariées sur le marché burkinabè. Nous avons une collection de robes, bien sûr, mais sommes aussi capables de reproduire tout modèle à base de photos. En plus, nous avons la possibilité de pouvoir faire toutes les modifications imaginables telles que : ajouter des manches, allonger ou raccourcir la traîne, changer la couleur, etc.

Nous travaillons même actuellement sur une robe où la mariée a choisi la devanture d’une robe et l’arrière d’une autre. Nos mariées sont toujours ravies de pouvoir utiliser ces modifications pour vraiment avoir la robe de leurs rêves pour le grand jour.

Lefaso.net : Vos créations sont-elles à la portée du public burkinabè ?

Nous avons eu l’honneur d’habiller plusieurs mariées au Burkina et dans la sous-région cette année. Nous préparons déjà plusieurs robes pour l’année prochaine. Je dirai donc que nos créations sont à la portée de nos sœurs burkinabè.

Lefaso.net : Où peuvent-elles trouver vos créations ?

Le processus de commande est une collaboration entre la mariée et sa consultante. Nous créons le modèle ensemble, lui faisons un devis et lui donnons une durée pour la confection ; nous pouvons même produire des dessins si nécessaire. Notre représentante au Burkina arrange les rendez-vous avec notre couturière pour les mesures, qui sont ensuite envoyées à l’atelier.

Les mariées reçoivent des photos et une petite vidéo à la fin de la confection pour approuver le travail, et toutes nos robes sont livrées gratuitement à Ouagadougou ( 5 à 8 jours ouvrables, parfois moins que ça). Nous prenons entre 30 et 60 jours pour la confection d’une robe de notre collection et entre 3 et 4 mois pour une reproduction à base de photos ou une création inédite. Nos styles et prix sont disponibles sur WhatsApp au +1 315 664 3185 et par e-mail à sales@josabimariees.com . Nous avons aussi des catalogues disponibles chez nos collaborateurs Diam’s Events (226 25 65 08 68) et Mathali Event (226 73 73 53 73) à Ouagadougou.

Lefaso.net : Et votre mot de fin

Le mariage est une industrie qui grandit ; pas mal de confrères anglophones ont déjà leurs propres entreprises de robes connues au-delà de leurs frontières : Pistis au Ghana, April by Kunbi au Nigéria et Gert-Johan Coetzee en Afrique du Sud, pour ne citer que ceux-là. JoSaBi Mariées ne fait que ses premiers pas, mais nous espérons faire briller le nom du Burkina Faso à travers nos mariées partout dans le monde.

Entretien réalisé en ligne
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Musique : Le slam burkinabè s’exporte avec Modibo Sangaré
FESPACO 2019 : La Chine offre 16 millions de francs CFA et 60 tablettes au comité d’organisation
Poésie : La marquisante au maquisard
Tourisme au sein de l’espace UEMOA : Vers la communautarisation des textes
Biens culturels africains : « Nous ne pouvons pas écrire notre histoire sans ces objets » (Pr Jean-Baptiste Kiethéga)
Festival warba de Zorgho : 48 heures pour magnifier la danse warba
Restitution des biens culturels africains : Le Burkina trace sa feuille de route
Musique : Eva 1er, désormais dans votre bac à disques !
Le FESPACO lauréat du prix "Miriam Makeba de la créativité artistique"
Restitution du patrimoine culturel africain : En attendant le lancement du processus par le gouvernement burkinabè
4e édition du Festival écran à ciel ouvert (FECO) : La sélection officielle dévoilée
Rencontres internationales de la photographie de Ouagadougou : Mahamoudou Naon sacré meilleur photographe
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés