Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Exposition d’œuvres d’art : C’est parti pour la 2e édition de « BICIAB, Amie des arts »

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Aïssata Laure G. Sidibé • dimanche 25 novembre 2018 à 21h35min
Exposition d’œuvres d’art : C’est parti pour la 2e édition de « BICIAB, Amie des arts »

La 2e édition de l’évènementiel dénommé « BICIAB, Amie des arts » se tient du 23 novembre au 22 décembre 2018, au siège de la Banque internationale pour le commerce, l’industrie et l’Agriculture du Burkina (BICIAB), sur l’avenue Kwamé-N’Krumah, à Ouagadougou. Cette exposition d’un mois met en lumière les 66 œuvres d’art visuel réalisées par quinze artistes dont trois sculpteurs et douze peintres (parmi eux, huit ont moins de 40 ans dont deux, moins de 30 ans). La cérémonie de vernissage, qui a eu lieu dans la soirée du vendredi 23 novembre, sous le parrainage de l’ambassadeur de France au Burkina, Xavier Lapeyre de Cabanes, a vu la participation de Kadré Désiré Ouédraogo, ancien Premier ministre du Burkina.

L’édition 2018 de « BICIAB, Amie des Arts » est placée sous le thème « Lumière ». « L’idée, c’est de permettre aux anciens d’apporter un peu de lumière à leurs cadets pour leur permettre de tracer leurs propres sillons », a déclaré monsieur Yao Kouassi, Administrateur Directeur Général (ADG) de la BICIAB à la cérémonie de vernissage de l’exposition. L’un des objectifs aussi de l’évènementiel, c’est d’amener la clientèle à cultiver l’amour de l’art.

« Très peu de gens trouvent du temps ou de la volonté pour aller visiter les œuvres d’art dans les galeries. En revanche, chacun de nous se rend au moins une fois à la banque pour des raisons que vous savez. Donc, l’idée que nous avons eue, c’était d’installer les œuvres d’art dans le lieu où tout le monde est obligé de venir chaque mois pour qu’ensemble, nous apprenions véritablement à découvrir ces œuvres d’art et que se tisse un courant de sympathie avec ces œuvres. Et idéalement, qu’on les achète pour permettre aux auteurs de vivre de leur art », a ainsi argumenté Yao Kouassi.

En optant pour une exposition « tout public », la banque veut conserver la simplicité et la convivialité qui la caractérisent. Et pour l’année prochaine, le DG de la BICIAB a émis le veux de pouvoir expérimenter un autre concept afin de permettre aux artistes burkinabè de s’exporter dans d’autres pays tels que la Côte d’Ivoire, le Sénégal, la Guinée et le Mali, où la banque est également présente.

Pour Prosper Tiendrébéogo, cette exposition est le reflet du travail accompli par des artistes en 2018. « Ils ne sont forcément pas les meilleurs plasticiens du Burkina Faso, mais ils font partie des meilleurs qui avaient des productions disponibles en 2018 et qui respectent la philosophie qui sous-tend le concept BICIAB, Amie des arts. « 5% des recettes » des ventes de ces œuvres d’arts seront affectés au financement d’œuvres sociales au profit des populations » , a dit le commissaire de l’exposition.

Les critères de sélection reposaient sur la renommée des artistes, la qualité de leurs propositions et langages artistiques et la disponibilité de leurs dernières ou récentes créations. Du côté des jeunes, la formation reçue, le nombre d’expositions collectives, les espaces d’exposition au niveau local, l’expression du langage artistique, la sincérité de leurs propositions ont retenu l’attention du jury.

L’ambassadeur de France au Burkina, parrain de la deuxième édition, a loué l’initiative et félicité les artistes pour leurs œuvres, toutes de belle facture. « Quelques-unes ont retenu mon attention. Je vais revenir hors vernissage avec ma femme pour qu’on puisse voir celles qu’on a envie d’acheter », a promis Xavier Lapeyre de Cabanes.

Et Jean-Luc Bambara, artiste-sculpteur, de déclarer que « la nouvelle génération, nous leur parlons, à travers leur style, de ne pas confondre vitesse et précipitation, parce qu’il y a des gens aujourd’hui qui te disent ‘je fais du contemporain’ sans savoir réellement ce que c’est. Si tu es modeste, tu arrives à apprendre ».

La cérémonie s’est achevée par une visite guidée des expositions qui se poursuivent jusqu’au 22 décembre prochain.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Musique : Le slam burkinabè s’exporte avec Modibo Sangaré
FESPACO 2019 : La Chine offre 16 millions de francs CFA et 60 tablettes au comité d’organisation
Poésie : La marquisante au maquisard
Tourisme au sein de l’espace UEMOA : Vers la communautarisation des textes
Biens culturels africains : « Nous ne pouvons pas écrire notre histoire sans ces objets » (Pr Jean-Baptiste Kiethéga)
Festival warba de Zorgho : 48 heures pour magnifier la danse warba
Restitution des biens culturels africains : Le Burkina trace sa feuille de route
Musique : Eva 1er, désormais dans votre bac à disques !
Le FESPACO lauréat du prix "Miriam Makeba de la créativité artistique"
Restitution du patrimoine culturel africain : En attendant le lancement du processus par le gouvernement burkinabè
4e édition du Festival écran à ciel ouvert (FECO) : La sélection officielle dévoilée
Rencontres internationales de la photographie de Ouagadougou : Mahamoudou Naon sacré meilleur photographe
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés