Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Environnement : Se familiariser avec l’Amendement de Kigali pour mieux protéger la couche d’ozone

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET | Justine Bonkoungou • mercredi 12 septembre 2018 à 20h11min
Environnement : Se familiariser avec l’Amendement de Kigali pour mieux protéger la couche d’ozone

Ce mercredi 12 septembre 2018 se tient, à Ouagadougou, un atelier d’information et de sensibilisation des parties prenantes à l’Amendement de Kigali au Protocole de Montréal. Cet atelier fait partie d’une série d’activités menées par le Bureau national ozone dans le cadre de la commémoration de la Journée internationale de protection de la couche d’ozone.

Le 16 septembre de chaque année est célébrée la Journée internationale de protection de la couche d’ozone. À l’occasion de cette journée, chaque pays mène des activités, afin de faire connaître les succès obtenus, mais aussi pour continuer dans les efforts de protection de la couche d’ozone. C’est d’ailleurs ce qui a motivé le thème retenu cette année : « Gardons la tête froide et poursuivons nos efforts ».

C’est donc dans le cadre de la commémoration de cette journée que la Direction générale de la préservation de l’environnement, à travers le Bureau national ozone, a initié une série d’activités. Au nombre de ces activités figure le présent atelier d’information et de sensibilisation à l’Amendement de Kigali au Protocole de Montréal.

Selon le Dr Samuel Paré, coordonnateur du Bureau national ozone, « l’Amendement de Kigali vient en réponse à ce que le Protocole de Montréal a eu à faire. Il [Protocole de Montréal] a travaillé à supprimer près de 99% des substances qui appauvrissent la couche d’ozone. Ce faisant, il les a substituées par des alternatives. Et certains de ces alternatives, les hydrofluorocarbones qui sont utilisés énormément aujourd’hui se sont avérés être des gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement climatique.

L’Amendement de Kigali vient en réponse à ce que le Protocole de Montréal a fait. Il faut arrêter d’utiliser les hydrofluorocarbones, il faut arrêter d’utiliser les gaz à effet de serre et remplacer les substances qui appauvrissent la couche d’ozone ».

Ces hydrofluorocarbones qui appauvrissent la couche d’ozone sont communément appelés « gaz ». Ils sont utilisés pour la production du froid. On les retrouve ainsi dans les climatiseurs, les réfrigérateurs, etc.

L’Amendement de Kigali, qui doit entrer en vigueur dès janvier 2019, permettra de mettre en place les instruments juridiques et règlementaires nécessaires à la réduction de ces substances controversées. Il convient donc qu’avant cette date, les populations, en général, mais surtout tous ceux qui interviennent dans le domaine du froid (frigoristes, etc…), soient sensibilisés, afin de connaître les substances qu’ils doivent désormais utiliser en lieu et place des hydrofluorocarbones utilisés actuellement.

Les frigoristes prêts à accompagner le Bureau national Ozone…

À en croire Hamidou Kaboré, président de l’Association des ingénieurs et techniciens frigoristes du Burkina, les acteurs du froid sont prêts à mettre en œuvre les directives du Bureau national ozone, afin de contribuer à la réduction de l’utilisation de ces gaz à effet de serre. Cette collaboration est d’autant plus nécessaire, quand on sait que la plupart des ménages burkinabè possèdent des réfrigérateurs utilisant ces gaz. « Progressivement, il n’y aura plus ces gaz, donc nous seront obligés de reconvertir les réfrigérateurs et les climatiseurs avec les nouveaux fluides qui seront disponibles sur le marché et qui détruisent moins la couche d’ozone », confie Hamidou Kaboré. Les appareils ne pouvant pas être reconvertis seront simplement retirés du circuit, a-t-il indiqué.

En plus du présent atelier, il est prévu une session de formation des frigoristes, mais aussi une journée portes ouvertes du Bureau national ozone, toujours dans le cadre de la commémoration de la Journée internationale de protection de la couche d’ozone.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Accès à l’eau potable : WATA, la « solution révolutionnaire » d’Antenna
Accès à l’assainissement : Et si on changeait d’abord nos mentalités ?
Ministère de l’Eau et de l’Assainissement : Vers l’adoption d’une stratégie pour mieux communiquer
Nuit de l’assainissement : Les ressortissants de la Boucle du Mouhoun s’engagent à réaliser 10 000 latrines dans la région
Gestion intégrée des ressources en eau : L’Agence du Nakanbé valide l’avant-projet de son schéma directeur
Ministère de l’Environnement : Les participants à la COP 24 se préparent
Approche fondée sur les droits humains à l’eau et à l’assainissement : Une trentaine de journalistes outillés
Environnement : Des actions pour mieux lutter contre les effets du changement climatique
Ministère de l’Eau et de l’Assainissement : Une rencontre avec les entreprises pour évaluer l’exécution des marchés
Gorom-Gorom : Le Comité local de l’eau installé
Environnement : Renforcer les capacités du Burkina pour lutter contre les effets néfastes de changements climatiques
Journées commerciales des produits bio-équitables de la Plateforme Nationale du Commerce Équitable du Burkina Faso (PNCE-B)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés