Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Par OL • samedi 21 juillet 2018 à 17h05min
IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

C’est dans une ambiance de grande mobilisation que l’Union pour le progrès et le changement (UPC), première force politique de l’opposition, a officiellement ouvert, ce samedi, 21 juillet 2018 à Ouagadougou, les portes de son deuxième Congrès ordinaire (qui dure du 20 au 22 juillet). La cérémonie d’ouverture a enregistré la présence de plusieurs responsables et représentants de partis et formations politiques du Burkina, de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Niger, du Sénégal, de la Guinée-Conakry ainsi que des leaders de la société civile du Burkina.

« UPC : stratégies pour une victoire éclatante en 2020, synonyme de paix, d’unité nationale, de sécurité et de prospérité ». C’est, pour rappel, le thème autour duquel se tient ce congrès qui, selon les organisateurs, réunis plus de 5000 participants venus de l’ensemble du territoire national et de plusieurs pays d’Afrique et d’autres continents.

L’objectif de cette instance suprême du parti est clair : d’une part, réfléchir sur les stratégies idoines pouvant permettre de parvenir au pouvoir en 2020 « afin de permettre au peuple burkinabè de vivre dans la paix, la cohésion sociale, la sécurité et dans la prospérité » et, d’autre part, procéder au renouvellement des instances dirigeantes du parti.

C’est par un cortège autour du président du parti, Zéphirin Diabré, que le ton a été donné en cette matinée d’ouverture officielle des travaux. Effet, ils étaient plusieurs militants, en majorité, jeunes, à répondre à l’appel à la mobilisation à la zone du bois pour escorter le président de l’UPC jusqu’au Palais des Sports de Ouaga 2000 (distance estimable à quatre kilomètres). A motos, véhicules et chevaux, sifflets, klaxons, slogans, cris de guerre, les « inconditionnels » ont offert aux populations riveraines des artères empruntées, posters et effigies à l’appui, une ambiance aux allures de campagnes électorales.

Pour le responsable provincial du parti au Kadiogo, Nathanaël Ouédraogo (directeur de campagne de Zéphirin Diabré en 2015 et 3ème adjoint au maire de la commune de Ouagadougou), il ne s’agit pas d’une campagne électorale, mais d’une dynamique normale entrant dans la vie des partis politiques. « Notre Constitution dit que les partis politiques animent la vie politique. Comment vous l’animez ? En dormant chez vous ? Non, c’est en sortant de temps en temps.
Le sens qu’on donne à ce cortège est que des militants ont voulu accompagner leur président de son domicile au lieu du congrès. Est-ce que vous pouvez empêcher ça ? Quand un marié quitte chez lui pour aller à la mairie, ses amis l’accompagnent. C’est un cortège.

Nous sommes en démocratie et ce que nous avons fait est autorisé par la loi ; puisque nous avons obtenu les autorisations nécessaires », soutient Nathanaël Ouédraogo. Pour ce dernier, par ailleurs secrétaire national chargé des questions électorales du parti, ‘’l’UPC est en marche, en voie de conquérir en 2020 le pouvoir ; cela se voit et ne fait l’ombre d’aucun doute’’.

Les congressistes sont appelés à focaliser les réflexions sur cinq axes principaux. Il s’agit de l’organisation, la structuration, l’administration, la formation et la communication ; les stratégies de recrutement et de mobilisation des militants et sympathisants de l’UPC ; la stratégie de développement des partenariats et alliances ; le financement du parti ; analyse de l’actualité nationale.

« Ce deuxième congrès ordinaire constitue un tournant décisif pour le parti, car il va se tenir dans un contexte socio-politique des plus cruciaux, marqué par une réorganisation de l’opposition et une désaffection criarde des populations face à la politique de mal-gouvernance du régime en place. L’UPC, plus que jamais, reste déterminée à apporter au peuple burkinabè, l’alternance crédible qu’il mérite suite à ses sacrifices ayant abouti à l’insurrection populaire d’octobre 2014 », lit-on dans le dossier de presse.

Dans son discours, le président de l’UPC, Zéphirin Diabré, par ailleurs porte-parole du Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF), a adopté alternativement une posture de conciliateur entre tendances politiques nationales et d’opposant assumant pleinement son rôle.

Ainsi, égrenant la liste des partis politiques présents à la cérémonie d’ouverture, Zéphirin Diabré s’est réjoui que le Burkina Faso ait une "démocratie civilisée". Pour lui donc, opposition comme majorité, chacun joue son rôle dans un seul but : la construction du Burkina Faso.

Par le même regard critique, le président du « parti du lion » a décroché des flèches contre ses adversaires politiques. Dans cette lancée, il a ‘’démonté’’ la gestion du parti au pouvoir avant de démontrer que l’UPC est l’alternative ‘’réelle et idéale’’ pour le peuple burkinabè, à travers le vrai changement attendu.

Dans un regard rétrospectif, M. Diabré a déclaré que l’UPC est comme un feu sur une colline : "tu veux oh, tu ne veux pas oh, tu vas le voir". Visiblement ‘’touché’’ par la mobilisation autour de ce rendez-vous, Zéphirin Diabré a invité tous ceux qui croient que le lion est "mort" ou ’édenté ", à faire un tour au Palais des Sports de Ouaga 2000 pour ‘’constater la mobilisation monstre’’. Mieux, pour son président, même couché, l’UPC vaut mieux que certains partis debout.

Plusieurs responsables et représentants de partis et formations politiques du Burkina ont répondu à l’invitation de la cérémonie d’ouverture. Il s’agit entre autres du MPP (parti au pouvoir), du NTD (majorité), du CDP (opposition), de la NAFA (opposition), l’UBN (opposition), de l’ADF/RDA (opposition), de Le Faso autrement (opposition) de la Coordination des Forces démocrates pour un vrai changement (CFDC, opposition). On y a noté également des leaders d’organisation de la société civile dont du M21 et de la Coalition nationale pour la justice et la réconciliation (CNJR).
Parmi les invités également, des « partis amis » de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Niger, du Sénégal et de la Guinée-Conakry.

Le congrès referme les portes demain, dimanche, 22 juillet, avec notamment le dévoilement de la liste de l’organe dirigeant du parti.


OL
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 21 juillet à 17:24, par LAGUI ADAMA En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

    J’espère que L’UPC après s’être fait escroquer par les PUTSCHISTES du MPP et leurs complices militaires tous déguisés en défenseurs de l’article 37 saura pour de bon que le CDP est un parti républicain de paix de progrès et de tolérance et qu’ensemble dans l’avenir nous pourrons nettoyer le FASO des dégâts criminels instaurés par le régime ANTICONSTITUTIONNEL et criminel des 02 criminels de la transition Vive le Peuple Vive la Paix Vive le CDP Qu’Allah bénisse et protège son Excellence Blaise Compaoré et sa noble famille

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 19:40, par Indjaba En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

    Zeph a fait son show tranquilos dans les rues de Ouaga. Cela n’est il pas plus parlant que la déclaration de Roch sur sa candidature ? J’espère qu’il a demandé une autorisation à l’administration pour ce que ses militants ont fait comme show dans la rue sinon c’est assimilable à la faute de Simon.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 19:46, par Ka En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

    Oui le Lion n’est pas mort comme en 2014-2015 a ce que j’ai vu aujourd’hui : Mais son âme appeler Zèpherin Diabré est très charitable et maniable, et qui remets a tout manipulateur le pouvoir qui le revient.

    Zépherin Diabré un conseil d’un vieux frère qui te respecte : Avoir une population large ne dit pas que dans les urnes ce publique te choisira : C’est vrai que le pouvoir s’arrache dans les urnes, comme au Burkina avec une jeune démocratie en marche dont le peuple est averti après une insurrection qui a chassé un prédateur et dire que rien ne sera plus comme avant. Ce public veut comme candidat, ni de jeune loup aux dents longues à peine sorti du berceau des manipulateurs, ni de vieux cheval de retour rompu à l’en farinage et aux détournements de fonds et d’idées.

    Le peuple Burkinabé de 2018-2020 veut des gars compétents, intelligents, dynamiques, ouverts, avec du charisme, dotés d’une envergure internationale et d’une intégrité absolue, capables de s’entourer de gens de la même veine et de déléguer les tâches dans un véritable esprit d’équipe, sans arrière-pensée ethnique, tribaliste, régionaliste ou politicienne (en particulier pas un individu tordu qui va promettre je ne sais quel "rattrapage" à une sous-population de mafieux).

    Avec le régime Blaise Compaoré et ses crimes gratuits suivi de la corruption à ciel ouvert, le peuple a voulu testé un régime Kaboré, mais il se trouve que ce régime commence à être plus pire, et il cherche avant 2020 la personne que je viens de qualifier s’il existe au Burkina ?
    Il te reste à le devenir pour prendre le volant des affaires de l’état Burkinabé en 2020. Car, dans la vie d’un homme politique, comme dans la vie en général, le train ne fait jamais marche arriéré, et quand on fait une erreur comme tu l’as fait en 2015, il faut attendre a la prochaine gare qui est 2020. Surtout en voyant avec tout ce monde qui t’entoure aujourd’hui jusqu’au palais des sports, je suis convaincu que tu as la volonté d’avancer, et rien ne pourra plus t’arrêter. Je pense aussi que tu as compris comme en 2015 que tes adversaires qui te donnaient leurs sabres pour les trancher les cous comme les Gilbert Ouédraogo, Achille Tapsoba de nos jours, sont très dangereux, et génétiquement nés pour trahir.

    Conclusion : ‘’’Il est très important que tu te souviennes de la sortie en 2010 de notre mangeur de colas le Dr. Ablassé Ouédraogo qui ne tourne pas deux fois sa langue avant de te cracher la vérité : ‘’’’Il a dit que le véritable problème de notre pays c’est la malédiction des trois ‘’M’’ médiocrité, méchanceté et mesquinerie, voilà les maux que les Burkinabé doivent combattre, et je suis d’accords avec lui.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 19:50, par Sala En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

    Tu n,as pas honte !!! Faut aller rejoindre Ton mentor à Abidjan et nous laissez en paix, Blaise par ci, Blaise par là, comme sans lui, on ne peut rien faire. Et s,il était mort,on fait comment ? Le pays devrait disparaitre aussi !!! Tchrrrrrr

    Répondre à ce message

    • Le 22 juillet à 19:28, par Le Républicain En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

      Personne ne t’a dit que Sans Blaise on ne peut rien faire, mais reconnais que Blaise a fait quelque chose pour ce pays, même si il y a de vilaines choses de faites. Maintenant ce n’est plus Blaise, mais c’est Zéphirin et la coalition Cdp, Adf/Rda, Nafa, et les autres opposants politiques qui vont faire le boulot en 2020. Suis la suite des événements, mon Frère !!! Le Républicain.

      Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 20:30, par Moro Zampaligre En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

    Vive l’UPC,qui vise un vrai changement au Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 21:08, par Yako En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

    Lagui Adma,soit tranquille on ne piétine pas les testicules de l’aveugle deux fois.Non seulement l’UPC a tiré toutes les leçons de sa naïveté mieux il rejoindra le moment venu la grande alliance patriotique en gestation pour 2020.l’upc a été victime de la mafia politico-militaire ougalaise en 2014 qui a usurpé le pouvoir dont les séquelles sont tjrs visibles dans tous les secteurs de la vie nationale:Terrorisme, paupérisation des masses cet...Un pays jadis stable et relativement prospère.C’est le lieu ici de rendre hommage au président digne et distingué fils du Burkina Faso qui, lui aussi fut victime de la même bande criminelle anti-national c.à.d SE Blaise Compaore.Upc et CDP ont en cmmun le même combat:Restaurer l’honneur et le rang perdu de notre pays et cela est possible en 2020 n’en déplaise aux petits politiciens ouagalais.Vive l’UPC ensemble c’est possible.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 21:17, par tiibo En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

    Vivement un changema historique et patriotique dans notre pays. Que disparaissent au sommet de notre pays ces sacs de kaka a la matrière grise grippée et sommeillant. Vive le burkina tant proné par son père fondateur.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 23:01, par LE DUR En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

    Tchié !!! Les burkinabè ont plusieurs langues. Bon pati patata, média+ congrès+ internet+mouvements sociaux=démocratie

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 03:38, par Mafoi En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

    Les Africains,toujours dans du folklore.Ridicule tout ce cirque grotesque

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 09:42, par TAGROU En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

    Un "koro" de mon quartier que j’admire beaucoup m’a remis 2000frs et un tee-shirt (UPC) le jeudi passé en me disant : "Mon type. Faut faire pardon. Samedi , il faut porter ça pour aller au palais des congrès. Une fois que la cérémonie d’ouverture sera terminée et que la télé aura quitté les lieux, tu pourras rentrer chez toi".
    Vive les congrès des partis politiques. C’est l’occasion des bonnes affaires pour nous. Tiens ! A qui le proochain tour ?

    Répondre à ce message

    • Le 23 juillet à 07:51, par Kôrô Yamyélé En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

      - TAGROU, toi tu es un faux type du MPP, mais tu verras que ZEPH va faire très mal cette fois. Il doi cependant se méfier car RMCK veut utiliser un de ses anciens proches comme fouet contre lui. Autrement dit d’où vient ce rapprochement subit entre RMCK et Wali au point de nommer ce dernier comme conseiller ? Autant il doit se méfier de l’alliance aveugle avec le CDP qui risque de lui faire le coup du MPP. Et vous avez dû constater pour ceux qui sont de fins observateurs ?! Au même moment que l’UPC tient son congrès, au même moment le MPP organise le prodada de Simon Compaoré à Manga, certainement pour masquer ce congrès, mais zéro car l’astuce n’a pas marché et le prodada de Simon compaoré royalement ignoré. Le MPP utilise les vieilles méthodes de l’ex-CDP mais il ne pourra rien car le peuple est éveillé et le MPP doit s’attendre à exploser d’ici peu avec ses militants qui vont se disperser.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 13:23, par Substance Grise En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

    A tous les animateurs de la vie politique du Burkina depuis plus de 30 ans ,faites de la politique un lieu d’échange d’idées plutôt que de diviser ,manipuler ,d’instrumentaliser les populations.
    Nous vous invitons á ne plus nous utiliser pour regler les comptes entre vous ou bien faire souffrir des militants politiques parce qu’ils ne sont pas dans votre parti.
    L’Afrique a besoin de travailler durement pour son developpement et votre façon de faire la politique nous met en rétard.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 15:13, par Paul KERE En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

    Au moment où les lampions devraient normalement se refermer ce jour 22 Juillet 2018 au palais omnisport de Ouaga 2000, je tiens à adresser toutes mes félicitations à travers le forum du fasonet et saluer respectueusement le leader de l’UPC, ses militants et sympathisants chevronnés ainsi que tous les autres partis politiques de l’opposition et en particulier mon ami trentenaire Me Noël Gilbert Ouédraogo et l’intrépide combattant Eddie Komboïgo qui ont tous participé à ce congrès. La présence des partis de la majorité présidentielle et, notamment mon estimé M. Vincent DABILGOU est la preuve palpable de la vitalité de notre démocratie burkinabè malgré les acrocs de certains aventuristes de peu de poids qui confondent la politique à la guerre.

    Le discours réconciliateur, de paix et de propositions concrètes d’une vraie politique de développement est le signe visible de ce qu’il est indispensable de penser ici et maintenant un vrai changement dans la prise en charge des besoins élémentaires de nos populations, surtout les plus fragiles et doter notre administration de moyens en infrastructures colossaux.

    Espérons que l’opposition actuelle saura jouer sa partition lors des prochaines échéances électorales parce qu’à y regarder de près, le burkinabè lamda comme moi s’en fout un peu des idéologies et des partis politiques mais s’intéresse aux projets de société qui seront mis en oeuvre par le parti politique compétent et crédible. Visiblement, l’Upc, dont je ne suis pas membre est en train de prendre la voie royale et puisque tout ce que Dieu fait est bon, gageons qu’en temps opportun, Dieu Tout Puissant qui aime notre pays permettra de choisir le dirigeant idoine pour le bonheur du peuple burkinabè. Paul KERE.

    Répondre à ce message

    • Le 23 juillet à 04:25, par Mafoi En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

      Monsieur le laboureur de champ pour ne pas dire monsieur l’opportuniste,à te lire tu ne fais pas partie de ces Burkinabè lambda qui s’intéresse aux projets de société de nos hommes politiques qui n’en ont pas d’ailleurs puisque ce sont les mêmes refrains qu’ils nous ressassent tout le temps.Non,tu n’es qu’un griot comme au temps de bilaise kouassi né compaoré qui espère refaire du neuf avec du vieux avec cette racaille composée de ce fils à papa qui ne sait rien dans la vie que de louvoyer sans oublier ton jouisseur en chef Eddie Komboigo qui n’est qu’une marionnette et non un homme politique digne de ce nom

      Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 15:33, par MAXWELL En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

    Ce n’est pas pour supporter l’un ou l’autre des partis, mais si le MPP s’était permis de parader comme ça dans la rue, on allait dire que c’est inadmissible parce qu’on est pas en campagne électorale. Mais quand c’est l’UPC qui le fait, c’est tout à fait normal de traverser toute la ville en cortège avec le président du parti qui debout dans sa voiture saluant le monde durant tout le trajet. Un autre incohérence de l’UPC c’est de dire que depuis que le MPP est au pouvoir, rien ne va. Ce qui laisse supposer qu’avant l’arrivée du MPP au pouvoir tout allait bien. Dans ce cas pourquoi ils se sont mis devant pour chasser Blaise alors. Ou bien ils veulent dire qu’ils regrettent le départ de Blaise ? Ou bien pensent’ils que si Blaise était toujours au pouvoir ils allaient gagner contre lui lors des présidentielles ? On a besoin qu’on nous explicite tout cela

    Répondre à ce message

    • Le 22 juillet à 19:18, par Le Républicain En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

      MaxWell, le rouleau compresseur est en marche. Rien ne peut arrêter la coalition de l’opposition actuelle ! Ceux qui sont malins doivent immédiatement se rallier car le Mpp a déçu plus d’un burkinabè lamda. Dans la rue, les gens disent que s’ils savaient, ils n’allaient jamais voter pour ce Mouvement Pilli Pambé. De grâce, essayons l’Upc et les autres partis de l’opposition, si ça ne va pas, il faut les dégager tous et laisser la place à la société civile car les partis politiques auront échoué lamentablement. On a essayé le Cdp, zéro à la base, le Mpp, pire que le Cdp, essayons l’upc avec sa coalition. Si ça ne vas pas, chassons-les tous et mettons en place un gouvernement de gens de la société civile. Le Républicain.

      Répondre à ce message

      • Le 23 juillet à 21:54, par MAXWELL En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

        Le Républicain, pour avoir vécu les 2 périodes,moi je ne suis pas sûr que ce gouvernement est pire que celui de Blaise Compaoré. Vous avez essayé l’ancien régime pendant 27 ans avant de vous rendre compte qu’il faut changer. Celui là est en train de dérouler son programme d’activité qui n’est pas si différent que cela des programmes proposés par les candidats à la présidentielle. Les éléments du développement en Afrique ne changent pas. Il faut agir sur l’agriculture, la santé, l’éducation, l’eau, l’énergie, la bonne gouvernance...etc et tous les programmes présidentiels en Afrique à quelques variantes près comportent ces éléments. Donc ne nous embarquons pas aveuglément dans cette histoire du pays va mal. Regardons surtout si ce qui se réalise est conforme à ce qui a été promis. Nous sommes tous interpellés sur la question du développement de notre pays. Ne restons pas en marge pour être rien que des critiqueurs sans proposer de solutions. Personne ne gagnera dans l’échec de ce gouvernement y compris ceux qui pensent avoir la solution miracle et qui sont pressés de les mettre en pratique. Le Burkina n’est pas un laboratoire où chacun vient essayer pour voir.

        Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 16:09, par M.kouka En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

    Est-ce un congrès de l’UPC ou celui de la coalition des partis d l’opposition -CFOP ? Jai pas bien compris.

    Répondre à ce message

    • Le 22 juillet à 19:22, par Le Républicain En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

      Congrès de l’Upc ou congrès de la coalition des partis de l’opposition, reste en marge de la marche de l’histoire du peuple burkinabè. Toi-même tu as vu Dabilgou là-bas non ? Donc continues à te poser des questions à la con. Je vois, Zeph Président, Eddie Premier Ministre et Gilbert Noël Ouédraogo, Président de l’Assemblée Nationale, a NAFA, Ministre d’Etat de la Sécurité, Djibi, par Dicko va renvoyer les terroristes dans leur base arrière. Nous les burkinabè lamda, voulons seulement siffler la beaufort tranquillement sans problème. Les tranquilos, Rocco et leurs faux conseillers seront virés de Kossyam.

      Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 18:55, par YAAM SOBA En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

    La forte mobilisation des militants de l’UPC m’a convaincu que le MPP va dégager en en 2020.
    Félicitations à Zeph et ses partisans.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 18:58, par Nikiema En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

    Ooooh les jaloux du MPP. Qui a dit que le lion était mort ?
    Ma foi ! Il y’a congrès dans congrès hein !
    L’UPC a fait une vrai démonstration de force durant son congrès.
    Ça va donner de quoi réfléchir à certains.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 19:12, par Dedegueba Sanon En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

    Question à un dollar, Qui sera chef de file si le CDP s’unit à l’UPC pour vaincre le MPP ?
    Surtout avec des députés UPC démissionnaires ?
    Le lion va se mordre la queue s’il croit que ses alliés de circonstance vont lui servir de cheval de Troie. Comme Zeph est issu du sérail il sait comment faire le moment venu. De toute façon c’est la même grande famille des " mangeurs" avec ou sans fourchettes longues.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 20:59, par RIGOBERT En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

    Ce congrès a démontré au monde que l’UPC est bien vivant et le lion est décidément le patron de la savane burkinabè.
    Ils ont dit, oui le lion est mort, oui le lion est devenu hyène, oui le lion est fini mais qu’ils viennent voir ce qui ce passe ce matin au palais des sports de Ouagadougou.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet à 08:56, par HUG En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

    Je ne fais jamais la politique et je ne le ferai jamais car elle salit les mains selon Jean Paul SARTRE. Comme disait un philosophe : Il faut mieux subir l’injustice que la commettre. Mais si l’UPC ou un autre parti arrivait au pouvoir son candidat sera notre président à tous mais de grâce ne faite pas comme ceux qui sont au pouvoir tout de suite (MPP) : corruption en vogue (RENLAC), nomination de complaisance au ministère de la femme (professeur de lycée à des postes technique du ministères), recrutement frauduleux selon le syndicat de la CNSS. Sinon, on vous critiquera

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet à 15:16, par Pazemba En réponse à : IIème Congrès de l’UPC : La bataille pour 2020 est lancée !

    Paaah ! Paaah ! Paaah ! Il n’y a pas l’homme pour ZEPH ! Le congrès de l’UPC a été l’un des plus gigantesque dans toute l’histoire politique du Burkina ! Je suis sûr et certains que Zeph va remporter ces élections en 2020

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Bobo-Dioulasso : Des jeunes outillés sur l’analyse des politiques publiques et la stratégie de plaidoyer
Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"
Appel de citoyens à la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo : « Une vieille stratégie politique démodée », selon Adama Yasser Ouédraogo du CDP
Nouveau règlement de l’Assemblée nationale : Le format du discours du Premier ministre devant le parlement sera réduit
58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés