Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On peut grandir, et même vieillir, mais pour sa maman on est toujours un petit enfant.Jean Gastaldi» 

Rencontre entre Trump et Poutine : Un sommet pour réchauffer les relations ?

Accueil > Actualités > International • LEFASO.NET | Par Cryspin Masneang Laoundiki • lundi 16 juillet 2018 à 18h16min
Rencontre entre Trump et Poutine : Un sommet pour réchauffer les relations ?

Les présidents russe Vladimir Poutine et américain Donald Trump se retrouvent ce lundi 16 juillet à Helsinki, dans la capitale finlandaise, pour un sommet attendu. C’est la première rencontre bilatérale à ce niveau entre les deux pays depuis huit ans.

Selon notre confrère Radio France internationale (RFI), c’est une rencontre que Donald Trump a longtemps désirée, dont il a estimé qu’elle pourrait être sans doute la plus facile de toutes celles de sa tournée en Europe, avant d’affirmer, à la veille du rendez-vous, s’y rendre avec des « attentes assez faibles ».

En ce qui concerne les relations entre ces deux présidents, Donald Trump a clarifié les choses. « Il n’est pas mon ennemi », a répondu le président américain aux journalistes, à l’issue du sommet de l’Otan à Bruxelles. Et d’ajouter qu’il espère « qu’un jour il sera un ami. Je ne le connais pas très bien. »

Du côté du Kremlin, cette rencontre revêt également de l’importance : « Ce n’est pas dans l’intérêt de Vladimir Poutine d’avoir les Etats-Unis comme ennemi permanent. Il préfèrerait être reconnu comme un partenaire avec qui il traiterait d’égal à égal », estime Markku Kivinen, directeur du Centre finlandais pour les études russes et est-européennes, à l’Université d’Helsinki.

Vers la relance de la diplomatie ?

« Il ne s’agit pas de vouloir à tout prix établir des relations amicales, mais il faut pouvoir se coordonner, chercher à comprendre ce que fait l’autre partie », souligne Fiodor Loukianov, journaliste et analyste politique russe. Il a indiqué que le niveau de compréhension entre les deux pays est faible. « Même pendant la Guerre froide, même pendant les périodes les plus tendues, une diplomatie informelle continuait de fonctionner.

Aujourd’hui, ça n’existe pratiquement pas, tout se résume à des déclarations publiques qui produisent un effet monstrueux. C’est pourquoi, pour les dirigeants russes, il est important qu’une telle rencontre ait lieu. ».

En effet, les relations entre les deux pays n’ont cessé de se dégrader ces dernières années : divergences sur le conflit en Syrie, désaccord sur l’Iran après la décision de Donald Trump de se retirer de l’accord sur le nucléaire, sanctions liées au dossier ukrainien, où les Etats-Unis accusent la Russie de soutenir les rebelles séparatistes du Donbass, accusations d’ingérence russe dans la présidentielle américaine de 2016... Les contentieux sont légion.
L’empoisonnement en mars dernier, au Royaume-Uni, de l’ancien agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille n’a pas arrangé les choses : en signe de soutien à Londres, Washington a expulsé des diplomates russes, Moscou a répliqué par des mesures similaires.

Dans ce contexte, « le dialogue, en réalité, ne fait que commencer », souligne Fiodor Loukianov, le rédacteur en chef de la revue spécialisée Russia in Global Affairs. L’analyste réputé proche du Kremlin souligne que les relations ont atteint un niveau de médiocrité inédit et fait qu’une telle rencontre finisse par se tenir est donc en soi déjà une victoire diplomatique pour Moscou : « Vladimir Poutine a le sentiment que l’absence de contacts réguliers entre les dirigeants américain et russe, ça n’est pas normal », explique-t-il.

Leur rendez-vous est fixé en début d’après-midi au palais présidentiel au cœur d’Helsinki sur la Baltique, une capitale qui a déjà accueilli des sommets réunissant bloc de l’Est et l’Ouest par le passé (Gerald Ford et Léonid Brejnev en 1975, George Bush et Mikhaïl Gorbatchev en 1990, Bill Clinton et Boris Eltsine en 1997).
Les dirigeants s’entretiendront en face à face avec leurs seuls interprètes. Un déjeuner de travail avec leurs équipes et une conférence de presse commune suivront.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net
Source : RFI et RTBF

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo et Blé Goubé enfin libres aujourd’hui ?
Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé acquittés, la CPI ordonne leur remise en liberté
Stéphane Aka-Anghui : Le patronat ivoirien s’offre un directeur exécutif qui est aussi un héritier
République démocratique du Congo : Félix Tshisekedi élu président, selon les résultats provisoires
Madagascar : Le « TGV » signe son retour au pouvoir
Restitution à l’Afrique de son patrimoine culturel : Une revendication légitime qui pose bien des questions.
Tentative de coup d’Etat au Gabon : Retour sur l’histoire politique de ce pays
Gabon : Le coup d’Etat a avorté
Gabon : Situation sous contrôle selon le gouvernement
Gabon : Un groupe de militaires prend le contrôle de la radio publique d’État
Niger : Plus de 200 "terroristes" tués dans des opérations terrestres et aériennes contre Boko Haram
Albert Frère, le baron belge qui murmurait à l’oreille des présidents africains (et d’autres)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés