Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

ONG Plan international - Burkina : Un nouveau projet pour améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages du Centre-Nord et du Centre-Est

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • vendredi 29 juin 2018 à 14h30min
ONG Plan international - Burkina : Un nouveau projet pour améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages du Centre-Nord et du Centre-Est

Le 28 juin 2018, dans la commune de Nasséré (province du Bam), le secrétaire général de la région du Centre-Nord, Abdoulaye Zéba, a procédé au lancement du projet « Soutenir la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages des enfants parrainés par Plan international dans les communes à risque d’insécurité alimentaire et nutritionnelle des régions du Centre-Nord et du Centre-Est du Burina Faso ».

Plan international Burkina Faso ne jure que sur le plein épanouissement des filles aussi bien dans les situations normales que dans les situations d’urgence. Fort de cet engagement et en guise de soutien au plan de réponse et de soutien aux populations vulnérables, le projet « Soutenir la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages des enfants parrainés par Plan international dans les communes à risque d’insécurité alimentaire et nutritionnelle des régions du Centre-Nord et du Centre-Est du Burkina Faso » a été initié.

D’un coût global de 211 158 600 F CFA, il sera mis en œuvre sur une durée d’un mois et contribuera à fournir une assistance alimentaire à 7 492 ménages des enfants parrainés de 0 à 18 ans affectés par le déficit céréalier de la campagne écoulée. Douze communes des régions ci-dessus citéesy sont concernées. Parmi ces communes figurent Nasséré, Bourzanga, Rollo pour ce qui concerne la province du Bam. Les bénéficiaires seront dotés chacun en vivres constitués de 50kg de sorgho blanc et 30kg de haricot.

Ce jeudi 28 juin 2018, Pengdwindé Nafisatou Abga, qui avait à ses côtés sa génitrice, a effectivement reçusa part, donnant ainsi le top de départ à l’opération de distribution dans les communes concernées. Les heureux bénéficiaires, par la voix de Charlotte Garba, ont remercié les responsables de Plan international Burkinaet souhaité la pérennisation d’une telle initiative, pour le bien-être des populations vulnérables. Ils ont, en outre, lancé un cri de cœur pour plus de générosité.

Tous en synergie pour assurer une belle réussite du projet

Ce n’est un secret pour personne : le Burkina a connu en 2017, des poches de sécheresse dans de nombreuses localités, entrainant des déficits céréaliers importants. Le ministère en charge de l’Agriculture estimele déficit céréalier à 477 000 tonnes. Pour le représentant de Mme le gouverneur de la région du Centre-Nord, Abdoulaye Zéba, l’action de Plan internationalest un ouf de soulagement.

« C’est véritablement un sentiment de satisfaction quand on sait que les trois provinces de notre région (Bam, Namentenga et Sanmatenga) sont durement touchées par cette situation d’insécurité alimentaire », a ainsi déclaré le secrétaire général de la région, qui invité les comités de suivi et de distribution, mis en place au niveau des communes et villages, à bien s’approprier les actions du projet. Pour la réussite de l’opération, Abdoulaye Zèba a, en sus, exhorté la population du Centre-Nord à jouer sa partition.

Plan international réitère son engagement pour soutenir la résilience et la réponse à l’urgence

L’humanitaire constitue un domaine important pour Plan international, présent au Burkina Faso depuis 1976. « Aux populations actuellement touchées par le déficit céréalier et qui bénéficient de notre appui ce matin, je vous souhaite beaucoup de courage et espère que ce petit geste contribuera un tant soit peu à amoindrir le choc », a formulé Issaka Congo, directeur de la qualité des programmes de l’ONG, après avoir traduit sa compassion aux sinistrés de la commune de Pibaoré dans le Sanmatenga.

Séance tenante, il recommande à la population « de ne jamais chercher à commercialiser les vivres reçus ». « Si nous dotons ces vivres pour la nourriture des enfants, des femmes et de la famille et que ça se retrouve sur le marché, c’est comme si le besoin n’y était pas du tout », a-t-il laissé entendre.

À ce jour, le nombre d’enfants parrainés est de 41335. Le Centre-Nord,à lui seul, compteplus de 18 000 enfants parrainés. En plus de cet appui, il faut le rappeler, un autre projet est actuellement mis en œuvre dans les communes de Bouroum, Nagbingou et de Boala dans la province du Namentenga, en partenariat avec le Programme alimentaire mondial. Cela, en vue de soutenir davantage la sécurité alimentaire et nutritionnelle des enfants et des femmes dans ces localités.

Une alliance vieille de plus de 30 ans

Le maire de la commune de Nasséré, Louis Maxime Ouédraogo, a, lui aussi, exprimé des motifs de satisfaction : « Le choix d’offrir du sorgho blanc à la population est une bonne chose parce que ça reste dans leurs habitudes alimentaires. Ici en saison des pluies, c’est le haricot qui est également cuisiné. Pendant cette période, il y a le beurre de karité pour accompagner et améliorer la qualité nutritionnelle. Pour cela, je remercie Plan international qui agit dans la philosophie qu’il a toujours soutenue depuis le temps. »

Entre Plan international Burkina Faso et la commune de Nasséré, c’est une alliance vieille de plus de 30 ans. Des charrues, charrettes et autres matériels ont été obtenus par son soutien et utilisés dans les villages. Mieux, révèle M. Ouédraogo, « l’école de Birga-Bossi dont certains des premiers élèves ont au moins 15 ans de service, a été construite et équipée par Plan international à son ouverture ».

Un cri de cœur…

Cependant, une chose le chagrine : « De nos jours, le forage de l’école n’a plus d’eau et est abandonné. » « Nous souhaiterions que Plan international offre un point d’eau à cette école, qui est le fruit de son amitié avec le village. Ce qui permettra de soulager les élèves des six classes et leurs maîtres », a-t-il demandé.
À terme, le projet permettra la distribution gratuite de 600 tonnes de céréales (375sorgho blanc et 225 de haricot) sur fonds propre de Plan international Burkina Faso.

Aïssata laure G. Sidibé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : L’échangeur du Nord officiellement ouvert à la circulation
Session ordinaire du CONAPGenre : Pour mieux appréhender le concept de budgétisation sensible au genre
Education bilingue au Burkina : Les acteurs s’accordent sur la nécessité d’adopter une formule unique
Hausse du prix du carburant au Burkina : Le MPP solidaire du gouvernement
Accord sur la facilitation des échanges : Le secteur privé en atelier de renforcement des capacités
Santé humaine et animale : Un programme de recherche validé
Lutte contre l’incivisme dans les établissements scolaires : Les délégués des élèves reçoivent une formation
Protection de l’enfant : L’ONG Educo plaide pour la mise en œuvre de « la Cellule de veille communautaire »
ZACA : "Tous les cas de parcelles simplement clôturées de terrains seront considérés comme non mises en valeur"
Communication inclusive : Des journalistes découvrent les mots appropriés pour parler des personnes handicapées
Procès du peuple contre la Françafrique : L’ONG Urgences panafricanistes attend au minimum 1000 personnes à la Maison du peuple
Plan international Burkina : Le projet Yewa pour booster l’autonomisation des jeunes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés