Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Développement durable : Des journalistes et communicateurs visitent la centrale solaire Essakane Solar SAS

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Électrification au Burkina • LEFASO.NET | Par Milaine Tiendrebeogo • dimanche 24 juin 2018 à 22h36min
Développement durable : Des journalistes et communicateurs visitent la centrale solaire Essakane Solar SAS

Dans le cadre des cinquièmes journées des acteurs de la communication sur les énergies, qui sont prévues du 5 au 8 juillet 2018 sous le thème « Place des acteurs miniers dans la lutte pour l’accès des populations aux services énergétiques au Burkina Faso », l’Association des journalistes et communicateurs pour les énergies et le développement durable a effectué, ce 23 juin 2018, une visite à la centrale solaire de Essakane Solar SAS. L’objectif de cette visite, selon ladite association, est d’appréhender la contribution des acteurs miniers dans l’accès des populations burkinabè aux services énergétiques.

L’Association des journalistes et communicateurs pour les énergies et le développement durable a, ce 23 juin 2018, effectué une visité à la centrale solaire de Essakane Solar, Société à action simplifiée (SAS). Cette visite, qui entre dans le cadre des cinquièmes journées des acteurs de la communication sur les énergies, prévues du 28 au 30 juin, a pour objectif, selon Grégoire Bazié, président de l’association, de s’acquérir au mieux de la contribution des acteurs miniers tels que Essakane Solar, dans l’accès des Burkinabè aux énergies.
Il s’agit également, pour lui, d’avoir un regard sur la possibilité qu’un jour les populations des alentours puissent bénéficier de l’énergie de Essakane Solar SAS, après le départ de IAM Gold Essakane SA. « Si un jour Essakane n’est plus au Burkina Faso, cette énergie ne peut pas être vendue ailleurs qu’au Burkina Faso », a indiqué le président de l’association. Pour lui, cela contribuera à accélérer le rythme en ce qui concerne l’accès à l’énergie par les populations burkinabè.

Résultats de la visite

Une vue d’ensemble des panneaux photovoltaique

Essakane Solar SAS est une grande centrale hybride solaire/fuel don le client industriel est IAM Gold Essakane SA. La centrale solaire compte plus de 130 000 panneaux photovoltaïques avec un effectif permanent de 40 employés. Il s’agit en effet d’un système isolé. Ce qui veut dire que la mine n’est pas raccordée au réseau national. Avec une capacité de 15 MWc, l’énergie effective produite est de 27 000 MW/h par an.

Selon la directrice générale d’Essakane Solar SAS, Emma Marie Blanche Kantiogo, cette énergie permet à la mine d’économiser près de 6 000 tonnes de fuel par an, soit 16 000 litres par jour. Elle indique que la production de cette énergie permet à la mine d’avoir de l’électricité et de réduire sa consommation en électricité. « Cela permet à la mine une réduction de 18 500 tonnes de Co2 par an », a-t-elle précisé.

Fonctionnement de la centrale solaire

Une vue des journalistes lors de la visite

En l’absence de soleil, l’énergie consommée par la mine est produite par des groupes fioul. Pendant les périodes d’ensoleillement, les panneaux photovoltaïques convertissent les rayons solaires en courant continu. Les onduleurs présents ainsi que les transformateurs convertissent les rayons solaires en électricité alternative à 6 600 volts.
Cette énergie est immédiatement mise à la disposition de la centrale électrique qui réduit sa demande d’énergie auprès des groupes fuel. C’est cette combinaison de groupes fuel et de panneaux solaires qui permet de fournir une énergie stable à tout moment de la journée, par temps clair comme par temps nuageux, mais avec une consommation de fuel réduite pendant la journée.

Les défis quotidiens à relever pour le bon fonctionnement de la centrale solaire
Comme toute centrale solaire, les performances de la centrale sont influencées par plusieurs facteurs, confie la directrice générale d’Essakane Solar SAS. Il s’agit tout d’abord de la poussière qui est problématique, selon elle. Il s’agit plus spécifiquement des tempêtes de sable qui affectent la région. C’est pourquoi un nettoyage régulier est nécessaire.
Ensuite s’ajoute la couverture nuageuse. Là, une évaluation statistique et précise a été faite grâce à des modèles bâtis sur des observations météorologiques et des relevés satellites. Enfin, un autre défi se situe au niveau des contrôles des paramètres qui visent à assurer la fiabilité des équipements et prévenir les pannes intempestives.

Marie Blanche Kantiogo, DG de Essakane Solar SAS

La production de la centrale bénéficie-t-elle à la population riveraine ?
À ce sujet, Essakane Solar SAS affirme n’avoir pas de connaissances de réseau électrique dans la région ni de raccordement au réseau national. Par ailleurs, il porte un grand intérêt à l’investissement dans bien de projets solaires et hybrides au Burkina pour renforcer l’accès à l’énergie du secteur privé mais aussi la capacité installée sur le réseau national.
Le coût total de réalisation de la centrale solaire hybride est estimé à plus de 11 milliards de F CFA. À quelques semaines du démarrage de la centrale solaire, la direction annonce qu’elle a déjà économisé près de 750 000 F CFA de fuel.

Du reste, l’Association des journalistes et communicateurs pour les énergies et le développement durable espère que dans le futur, la population présente aux alentours de la centrale bénéficiera de cette énergie produite par la centrale solaire Essakane Solar SAS, après le départ de IAM Gold Essakane SA.
« À la longue, cela pourrait peut-être revenir au Burkina Faso, étant donné que présentement la société produit de l’électricité qu’elle revend à Essakane. Si un jour Essakane n’est plus présente au Burkina Faso, la population pourrait en être bénéficiaire », a laissé entendre Grégoire Bazié, président de l’Association des journalistes et communicateurs pour les énergies et le développement durable.

Milaine Tiendrebeogo
LeFaso.net

Messages

  • Bonjour,
    Bonne initiative. Mais où en sommes nous avec le projet d’électrification des zones périurbaines lancé depuis quelques mois à l’arrondissement 7 ? 2020 est très proche et on ne voit rien venir.Hum !

  • Le Projet D’électrification Lancé à l’arrondissement 7 est un bluf, aucun poteau de plus depuis l’implantation de mr simon.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Energie : L’interconnexion électrique Bolgatanga-Ouagadougou inaugurée
Le nouveau directeur général du Fonds de Développement de l’Electrification (FDE) installé dans ses fonctions
Énergies renouvelables : Un suiveur de plaque solaire "made in ISTIC" par Barthélemy Kadio
Energie solaire : Un nouveau projet pour électrifier 600 ménages et PME
Energie : Le parlement autorise la ratification de deux projets de loi
Economie numérique : Le projet G-Cloud est sur la bonne voie
Énergie et développement durable : Des journalistes et communicateurs veulent favoriser l’accès à l’énergie pour les Burkinabè
Énergies renouvelables au Burkina : Un atelier national de plaidoyer pour améliorer la qualité des équipements
Développement durable : Des journalistes et communicateurs visitent la centrale solaire Essakane Solar SAS
Commune de Solenzo : l’électricité sera désormais gérée par la Sonabel
Énergie : Quatorze localités de la Boucle du Mouhoun bientôt électrifiées
Commune de Gourcy : Simon Compaoré lance le projet « Éco-électrification dynamique »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés