Conférence sur la rémunération des agents publics : « Il ne s’agit pas d’enlever le plat de la bouche de quelqu’un pour donner à un autre », Paul Kaba Thiéba

LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo • mardi 12 juin 2018 à 23h30min

La conférence tant attendue a enfin débuté ce mardi 12 juin 2018. Annoncée par le chef de l’Etat dans son message du nouvel an (31 décembre 2017), la rencontre sur la réforme du système de rémunération des agents publics réunit cinq centrales syndicales et 21 organisations autonomes. Contestée par certains syndicats, la présente rencontre ambitionne une réforme de la Fonction publique selon trois principes : l’équité et la justice, la soutenabilité des finances publiques et la solidarité.

Conférence sur la rémunération des agents publics : « Il ne s’agit pas d’enlever le plat de la bouche de quelqu’un pour donner à un autre », Paul Kaba Thiéba

La conférence des forces vives de la nation sur la rationalisation du système de rémunération des agents publics de l’Etat se tient finalement. Le ministre en charge de la Fonction publique, le Pr Seyni Ouédraogo, a justifié la tenue d’une telle rencontre, au cours de la cérémonie d’ouverture des travaux. Le ministre, après avoir soutenu que la crise actuelle dans la Fonction publique appelle une interrogation sur le sens et la portée de l’Etat administratif, a revêtu sa toge d’universitaire pendant quelques instants, pour livrer un cours sur le droit administratif.

Revenant sur la nécessité de la rencontre, Pr Seyni Ouédraogo a signifié que les traitements dans la Fonction publique sont l’expression des comptes en désordre, propres aux nations qui s’abandonnent. « Le désordre de nos comptes se traduit par l’inégalité fiscale. L’égalité fiscale impose l’imposition de tous les revenus, quelle que soit leur dénomination.
Est-il normal qu’après avoir gagné l’imposition des députés sous la Transition, certains revenus deviennent de vraies citadelles imprenables ? », s’est interrogé le ministre en charge de la Fonction publique, en rappelant aux participants que « la problématique de l’attractivité fiscale de notre territoire doit être abordée sans passion, car notre enclavement nous commande de prendre la bonne mesure de concurrence fiscale ».

« Gommer les injustices de notre société »

À travers la présente rencontre, le ministre de la Fonction publique dit percevoir une « opportunité pour gommer les injustices sociales ». Mieux, il estime que c’est le sort des générations actuelles et futures qui s’y dessine. « Nos fils et filles jugeront notre capacité à traduire pour les plus faibles, les principes de solidarité, de partage, d’amour et de paix, que nous psalmodions tous les jours dans nos lieux de culte », a-t-il relevé.

Pour sa part, le président du mois des centrales syndicales, Guy Olivier Ouédraogo, voit en cette rencontre un cadre pour résoudre, une bonne fois pour toutes, l’épineuse question de l’inégalité du traitement salarial des agents publics de l’Etat et la mise en place de mécanismes pour l’amélioration continue des conditions de vie de l’ensemble des travailleurs.

Aux absents de ce forum qui se veut historique, Guy Olivier Ouédraogo a tenu à leur lancer à un appel, en reprenant cette fameuse citation d’Albert Einstein : « Le monde dans lequel nous vivons est le fruit de notre réflexion.
Si nous voulons le changer, il faut que nous changeons notre manière de réfléchir ». Taclant à demi-mot certains de ces camarades syndicalistes qui ont boudé le rendez-vous, Guy Olivier Ouédraogo a noté que le Burkina de demain ne saurait se construire avec des questions qui ont toujours prévalu d’oppositions stériles de classes.

Les absents sont toujours attendus

L’équité et la justice, la soutenabilité des finances publiques et la solidarité. Tels sont, selon le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, les trois principes qui doivent guider la réforme de la Fonction publique burkinabè. Faisant référence au principe d’équité et de justice, Paul Kaba Thiéba estime que « les agents recrutés avec un même niveau de qualification, devraient bénéficier de rémunérations égales, sinon comparables ».

Quant au principe de la solidarité, il se construit, selon Paul Kaba Thiéba, autour d’un consensus sur des « inégalités raisonnables ». « Elle appelle de ce fait, à ce que chaque agent public accepte, dans la mesure et les limites raisonnables, de concéder certains avantages pour la recherche de la cohésion sociale », a justifié le chef du gouvernement.

Et quand on évoque une remise en cause des acquis des travailleurs, le Premier ministre estime qu’« en matière de négociation sociale, il faut éviter certains termes, certaines postures, comme si c’était des citadelles assiégées auxquelles on ne peut pas toucher.
Ce qui est important, c’est de poser les problèmes auxquels nous sommes confrontés : les problèmes de frustrations, (…) les cas d’injustices entre les fils et filles de ce pays qui ont fait les mêmes études mais qui se retrouvent dans des situations inacceptables ».

Puis de poursuivre : « Dans ce contexte, je réfléchirai par deux fois avant de mettre en avant le concept du type ‘‘nos acquis’’, comme si c’était des citadelles imprenables. Si nous allons dans cette logique, nous allons droit dans le mur ».

Pour lui, il est temps de regarder la réalité en face. « À un moment donné, il faut se pencher sur ces iniquités, les questions de soutenabilité de la trajectoire des finances publiques pour mettre les choses à plat et se parler », a-t-il indiqué, tout en rassurant qu’« il ne s’agit d’enlever le plat de la bouche de quelqu’un pour donner à un autre. Il s’agit de sauver notre modèle social ».

Tout en formulant le vœu que les propositions issues de ces travaux contribuent à une réforme du contrat social avec les agents publics, Paul Kaba Thiéba a assuré aux absents que leur place est toujours parmi eux.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Messages

  • SA N’ENGAGE QUE LE PREMIER MINISTRE PKT MÊME SI LE CHEF D’ETAT EST CONCERNÉ PAR CETTE REMISE A PLAT ! DE TOUT FAÇON ON SAIS COMMENT LES AUTORITES DE CE PAYS PAUVRE LE BURKINA FASO RATTRAPENT L’ARGENT QU’ILS DISTRIBUENT LORS DES CAMPAGNES ET DES DJANDJOBA ! C’EST BRIMÉ LA POPULATIONS ET LES AGENTS DU PUBLIC SURTOUT CEUX CIVILS ET CONTINUÉ A PILLER LA RICHESSE DU PAYS ! C’EST PATETI ! UN GOUVERNEMENT MORIBOND !

  • SA N’ENGAGE QUE LE PREMIER MINISTRE PKT MÊME SI LE CHEF D’ETAT EST CONCERNÉ PAR CETTE REMISE A PLAT ! DE TOUT FAÇON ON SAIS COMMENT LES AUTORITES DE CE PAYS PAUVRE LE BURKINA FASO RATTRAPENT L’ARGENT QU’ILS DISTRIBUENT LORS DES CAMPAGNES ET DES DJANDJOBA ! C’EST BRIMÉ LA POPULATIONS ET LES AGENTS DU PUBLIC SURTOUT CEUX CIVILS ET CONTINUÉ A PILLER LA RICHESSE DU PAYS ! C’EST PATETI ! UN GOUVERNEMENT MORIBOND !

  • SA N’ENGAGE QUE LE PREMIER MINISTRE PKT MÊME SI LE CHEF D’ETAT EST CONCERNÉ PAR CETTE REMISE A PLAT ! DE TOUT FAÇON ON SAIS COMMENT LES AUTORITES DE CE PAYS PAUVRE LE BURKINA FASO RATTRAPENT L’ARGENT QU’ILS DISTRIBUENT LORS DES CAMPAGNES ET DES DJANDJOBA ! C’EST BRIMÉ LA POPULATIONS ET LES AGENTS DU PUBLIC SURTOUT CEUX CIVILS ET CONTINUÉ A PILLER LA RICHESSE DU PAYS ! C’EST PATETI ! UN GOUVERNEMENT MORIBOND !

  • SA N’ENGAGE QUE LE PREMIER MINISTRE PKT MÊME SI LE CHEF D’ETAT EST CONCERNÉ PAR CETTE REMISE A PLAT ! DE TOUT FAÇON ON SAIS COMMENT LES AUTORITES DE CE PAYS PAUVRE LE BURKINA FASO RATTRAPENT L’ARGENT QU’ILS DISTRIBUENT LORS DES CAMPAGNES ET DES DJANDJOBA ! C’EST BRIMÉ LA POPULATIONS ET LES AGENTS DU PUBLIC SURTOUT CEUX CIVILS ET CONTINUÉ A PILLER LA RICHESSE DU PAYS ! C’EST PATETI ! UN GOUVERNEMENT MORIBOND !

  • JE PENSE QUE CEUX QUI REFUSENT DE PARTICIPER SE TROMPENT ! ILS POURRAIENT ALLER AUX DISCUSSIONS ET SE FAIRE ENTENDRE !

  • - Regardez tous ceux qui sont posés là-bas zouaaaaaa ! Ce sont tous des vieillots qui doivent en principe aller en retraite et ils forcent pour rester. Normal que l’argent manque au pays. Ils faut envoyer en retraite tous ceux qui ont 54 ans et ne laisser que les professeurs, médecins et les chercheurs. Ainsi il pourront servir à autre chose après.

    Par Kôrô Yamyélé

  • Pourquoi ceux qui ont les gros salaires sont écartés dans les discussions concernant cette rencontre de remise à plat( militaires, paramilitaires,magistrats.....). Beaucoup parlerons de la constitution mais çà semble pas convaincre personne puisque la constitution ne dit pas que ceux qui ont des statuts particulier, autonome doivent vivre à l’aise au détriment des autres. Statut autonome n’est pas forcement égale gros salaire mais malheureusement dans mon pays c’est comme cela.

  • j’espère que les fonctionnaires d’avant la LOI 081 admis aux concours professionnels et qui se retrouvent à des échelons inférieurs de leurs cadets admis après l’application de même Loi verront leur situation régularisée. Il faut qu’on évoque cette injustice également lors de la conférence pour réparer des frustrations dans l’administration publique.

  • j’espère que les fonctionnaires d’avant la LOI 081 admis aux concours professionnels et qui se retrouvent à des échelons inférieurs de leurs cadets admis après l’application de même Loi verront leur situation régularisée. Il faut qu’on évoque cette injustice également lors de la conférence pour réparer des frustrations dans l’administration publique.

  • Cette reforme est la bienvenue. Je pense que les préoccupations des absents sont prises en compte. Il ne leur reste qu’à se rattraper en participant au forum.

  • Dans le principe, on ne peut que soutenir cette Demarche, mais on attendra les résultats et surtout l’application des propositions avant de savoir ce que ca aura apporté de concret. Si j’ai un Conseil à donner au Gouvernement, c’est de travailler à être cohérent dans la pratique. Si vous ne donnez pas l’exemple du haut, il sera difficile de convaincre la base de vous suivre.
    Mr le premier ministre, je vous conseille de revoir la Taille de votre Gouvernement à la baisse , parce qu’une trentaine de ministres pour un pays comme le notre c est plus que trop. Ca coûte de gros salaire, sans oublier les hauts postes qui en résultent Avec leur lots de depenses . Voilà un Point ou vous pouriez vraiment contribuer à la soutenabilité des dépenses publiques si vous êtes au sérieux. Ensuite, les rencontres Djanjoba comme les Forums à n’en pas finir, les présentations de voeux au président ,au premier ministre , etc,à quoi ca sert ? Les véhicules de Service pour les nombreux DG qui circulent dans les rues de Ouaga c’est souvent inutile. Bref vous êtes économistes et savez bien comment vous pouvez maîtriser les dépenses publiques. Quant`aux Fonds communs, je crois que leur Suppression ne devrait plus faire débat .Sortir de ces discussions sans tabler la dessus serait nous faire perdre du temps pour rien. C’est à vous d’avoir le Courage de prendre des décisions même fâcheuses pour certaines minorités, pour l’intérêt de la majorité.

    Passakziri

  • « Le désordre de nos comptes se traduit par l’inégalité fiscale. L’égalité fiscale impose l’imposition de tous les revenus, quelle que soit leur dénomination.

    c’est pour cela qu’il faille régler définitivement le problème de l’imposition de l’Iuts sur les primes et indemnité des travailleurs du privé et du parapublic. Nous souhaitons que l’Iuts soit supprimé sur ces primes et indemnités comme c’est le cas pour les travailleurs du secteur public. une injustice difficile à comprendre dans un Etat de droit où nous sommes sensés etre tous égaux devant l’impôt.

  • les absents sachez qu’on décidera à votre place.au 21ème siècle la politique de la chaise vide ne tient plus

  • - Mr le PM PKT pourquoi voulez-vous ‘’mettre à plat les salaires’’ alors que parmi vous il y en a qui ne donnent pas l’exemple en la matière ? En plus de la MINEFID dont le revenu mensuel a fait frémir plus d’un, on a vu dans la presse qu’il y a aussi le ministre de la santé avec le cumul de fonctions de ministre de la Santé avec la fonction de DG Centre Muraz ainsi que les avantages y afférents dont en plus celle de d’enseignant hospitalo-universitaire (CHU-SS). Et aussi ses multiples absences pour des missions ‘’qu’on peut juger personnelle ???’’ hors du pays sur budget de l’Etat dont on se demande qu’elle est la plus-value pour le système de santé et pour le pays. Il y a aussi le non-respect du principe de rationalisation du train de vie de l’Etat et de la gestion efficiente du budget dans le cadre de la mise en œuvre de son nouvel organigramme.

    CONCLUSION  : Donnez d’abord le bon exemple en commençant par vous-mêmes !

    Par Kôrô Yamyélé

  • Rien n’est définitivement acquis. Dans un monde en perpétuelle mutation, ou rien ne reste statique, ou rien ne peut rester d’ailleurs statique parce que contraire à toute évolution, c’est ridicule aujourd’hui de parler d’acquis parce qu’il s’agit d’une fonction publique ; une fonction publique ne peut-elle pas tomber en faillite ? Voilà une mentalité bien conforme à celle de la majorité du monde nègre ( excusez du terme parce que j’en fais parti) : on est né trouvé ! c’est comme ça depuis nos grands parents ! on a toujours fais comme ça ! c’est la coutûme ! aucune dynamique d’évolution, de changement, d’expérimentation.... Peut être que si le blanc n’était pas
    passé par là on aurait même pas eu l’idée d’améliorer la daba !!!

  • J’ai eu la chance de parcourir rapidement le document de conférence et je confirme que le principe de base qu’il propose pour orienter les travaux, c’est bel et bien " l’équité et la justice, la soutenabilité des finances publiques et la solidarité."

    Aussi, j’ai du mal à comprendre que des organisations qui se disent syndicales refusent de prendre part à un débat qui a pour objet la recherche de l’équité et la justice, la soutenabilité des finances publiques et la solidarité. Et ce, dans le contexte actuel où les accords clandestins obtenus à l’arrachée, voire par braquage, avec certains gouvernements par ces mêmes syndicats causent des frustrations énormes chez une grande majorité des employés de l’Etat, en plus du fait que le risque est réel que l’Etat n’arrive plus à mettre de l’argent à côté pour financer le développement. Si rien n’est fait pour endiguer l’avalanche des revendications légitimes des autres corporations qui estiment, et à juste titre, qu’elles aussi comptent dans le fonctionnement de l’administration publique et ne sont pas des acteurs négligeables dans la contribution au développement, nous tomberons tous dans une marre de sables mouvants.
    Cette conférence est la bienvenue, dans le principe, parce qu’il n y a pas une alternative pour se mettre d’accord que par le dialogue. Si fait que, les syndicats boudeurs manquent une occasion historique de grandir, et puisque la conférence se tient quand-même avec 5 centrales sur 6, ils seront les phacochères en l’absence de qui on confectionnera un bonnet. Tant pis, si plus tard, ils se rendent comptent que le bonnet s’ajuste mal avec leurs longues défenses.
    Pour obtenir des changements positifs dans la société, il n’ y a pas de mérite extraordinaire à s’asseoir avec les autres pour discuter parce qu’au départ on est tous d’accord et d’accord sur tout. Le vrai mérite et qui révèle les grands esprits, c’est d’être capable de s’asseoir et de discuter, même avec ceux dont ne partage pas les points de vue et les pratiques afin d’aboutir aux changements utiles pour toute la société.
    QUE DIEU BÉNISSE LE BURKINA FASO, QU’IL COMBLE DE SAGESSE LES CONFÉRENCIERS ET HONORE LES FILS DIGNES DE CE PAYS.

  • L’argument selon lequel, ce ne sont que les salariés de l’État qui ne doivent discuter que des salaires de la fonction publique n’est fondé à mon avis. Parce que tout le monde participe à la production de la richesse nationale qui sert à payer les salaires les fonctionnaires de l’État. Toute personne est concernée directement ou indirectement au traitement salarial des fonctionnaires de L’État. Le paysan cultive le coton dont les retombées rentrent dans les caisses de L’État qui paie les fonctionnaires, le paysan a des enfants qui sont fonctionnaires de L’État.Croyez-vous que le paysan est heureux d’une certaine injustice dans le traitement salarial entre ses enfants ? Le religieux construit des infrastructures dont les matériaux sont tirés du marché national dont la fiscalité en tire des recettes pour payer le fonctionnaires de l’État, le religieux participe à la formation de L’Élite intellectuelle dont beaucoup sont des fonctionnaires de l’État etc. Ce pays n’est pas constitué que de fonctionnaires mais de toutes les couches sociales qui ne doivent pas être exclues des questions nationales.

  • j’aurai appris que les magistrats et l’administration territoriales ne sont pas concernés par cette remise a plat ; dans ce cas cette conférence ne résoudra pas la question des iniquité et de justice et donc mouvements sociaux étant donner que le traitement des magistrats a été une des raisons qui a amplifiée ces mouvements.

  • J’espère que les enseignants qui sont 2 ou 3 par classe auront 1/2 ou 1/3 salaire. c’est ça aussi l’équité.

  • Il serait de bon ton que les contribuables soient associés à la détermination du package salarial de leurs employés.....

    Je dis ça, je ne dis rien !

    Sans rancune,

    Bangbèda !

  • Vive le nouveau Burkina de paix et de justice social, à bas les travailleurs fainéants et égoïstes. Celui qui pense qu’il est fort et indispensable dans la fonction publique peut démissionner et créer son entreprise. c’est plus simple, au lieu de nous pomper l’air avec ces grèves non sens.

  • De source sûre, je crois savoir que les participants à conférence, dès hier, avaient le souci que le ratissage soit le plus large possible et que personne, ni aucune structure (EPE) n’échappe. Et c’est l’avantage d’être allé pour dire ce que l’on pense. Ne vous en faites pas pour les magistrats, ils ont déjà les yeux rouges, mais comme le dit un adage gourmantchéma, si tu dois égorger le bélier pour avoir le salut auprès de ton fétiche et tu ne le fais pas parce que tu as peur des yeux du bélier, c’est le fétiche qui va t’emporter.
    Par ailleurs, selon certaines indiscrétions, c’est pas aussi sûr que les syndicats frondeurs n’avaient pas officieusement leurs éléments à cette conférence. Dommage pour eux que ces participants clandestins ne puissent pas défendre officiellement leur position,quand bien même ils voient que les débats sont un couperet qui va tomber sur les FC (Fonds clandestins) et autres rétributions d’impunité.

  • Celui qui n’est pas a l’aise avec son traitement dans la fonction publique peut démissionner comme le font certains et aller voir ailleurs si nous y sommes. Au lieu de nous pomper l’air...Voila des gens qui hier seulement étaient tiraillés et tenailler par la faim et la misère. Des amnésiques qui ont eu l’honneur de solliciter de la haute bienveillance de l’autorité, l’inscription de leur nom à la liste des candidats pour des concours et se retrouvant entrain d’exiger la même chose que les autres ont qui ont eu d’autres concours. Il aurait été plus judicieux d’aller passé les mêmes concours que ceux que vous envier..Non tous les diplômes de même niveau ne s’équivalent pas, toutes les fonctions de même niveau de recrutement ne s’équivalent pas....comment récompenser l’excellence dans ce pays Exemple il me parait plus facile aujourd’hui de devenir enseignant du primaire que douanier ou financier...Même avec le même diplôme, les chances de réussite ne sont pas les mêmes au regard même du nombre de poste à pourvoir et du nombre de candidats..

  • Je félicite les syndicats de la Magistrature qui ont décidé de prendre part à la conférence.
    Sachant que les avantages accordés aux magistrats ont été le déclenheur de la surenchère syndicale, j’invite les magistrats à avoir un sens patriotique élévé et à accepter faire des concessions pour inscrire leur nom et celui de la Magistrature en lettre d’or dans l’histoire du Burkina.

  • Mr Paul kaba, si "il ne s’agit pas d’enlever le plat de la bouche de quelqu’un pour donner à un autre", alors pourquoi organiser ce cirque ? Donnez simplement aux autres ce qu’ils demandent et on en reste là.
    On a tellement de choses à faire qu’il ne faut pas divertir les gens. De toute façon ce Djandjoba n’apportera rien au travailleurs.
    Le seul point positif est que les syndicats des cireurs, vendeuses de beignets, coksairs et bouchers qui y participent auront au moins quelques francs ( perdiems) à empocher.

  • C’est la crainte de devoir s’expliquer entre eux qui explique le refus de certains syndicats à participer à la conférence. Il n’y a pas de solidarité entre syndicats. Les plus forts s’enrichissent au détriment des plus faibles.
    Mais que les syndicats se rendent à l’évidence dès maintenant qu’il faut en finir avec les injustices de traitement des fonctionnaires.
    Sans quoi il n’y aura pas de développement pour le pays. Qui va travailler pendant que son collègue ne fait que récolter seul les fruits du travail ?

  • Aux absents de ce forum qui se veut historique, Guy Olivier Ouédraogo a tenu à leur lancer à un appel, en reprenant cette fameuse citation d’Albert Einstein : « Le monde dans lequel nous vivons est le fruit de notre réflexion.
    Si nous voulons le changer, il faut que nous changeons notre manière de réfléchir ».
    M. Olivier, autant vous êtes libres de participer, autant les autres sont libres de ne pas participer à cette conférence. Ce que je voudrais vous demander c’est de rester constant dans vos prises de position et accepter les conséquences qui vont en découler. Je le dis parce que dans les années 1990, lorsqu’il s’est agi de la rentrée du Burkina dans le PAS, la CGTB s’est demarquée et c’est le même proçès qu’on lui a faite. La CSB a participé à légitimer le PAS dont les conséquences se sont révélées désastreuses avec la fermeture de nombreuses sociétés d’Etat qui a entrainé une compression massive des travailleurs. Et au lieu d’assumer votre part de responsablité en reconnaissant que vous avez accompagné le régime dans ses errements, vous avez soutenu 14 ans plus tard que le PAS a été imposé par les institutions de Bretton Woods. Voici ce que la CSB a écrit lors de son 13ème conseil suydical en 2014 :
    "En Afrique, la CSB dresse les constats suivants :
    L’exploitation et la spéculation des produits énergétiques, des matières premières et de la main d’œuvre peu rémunérée et servile
    Les programmes d’ajustement structurels imposés par les institutions de Bretton Woods (FMI, Banque mondiale)"
    J’ai bien peur qu’en cas de difficultées liées à la mise en oeuvre des résultats de cette conférence, vous sortiez un jour dire que les rémunérations ont été imposées par le gouvernement.
    Et puis vous voyez, il faut dire la vérité aux populations burkinabè. Les 5 centrales qui participent à la conférence comptent combien de syndicats professionnels de la fonction publique ? Depuis le retrait du SNESS de la CSB, je ne sais pas si la CSB compte encore dans ses rangs des fonctionnaires. Vous même Olivier SG de la CSB, vous êtes de la SONABEL, de même, le SG de l’USTB est un retraité de la SONABEL. Quand à l’ONSL et FO.UNSL, elles recrutent l’essentiel de leurs militants dans le secteur de l’économie informelle. S’agissant de la CNTB, je n’en sais pas grand chose. Je ne suis pas entrain de dire qu’une structure syndicale est plus importante q’une autre, non. Mais je veux dire que dans cette histoire de la refonte des rémunérations des agents de l’Etat, certains acteurs sont plus concernés qu’autres.

  • Mon frère choco, si tu te vente soit disant que tu es plus intelligent tu peu commissionner et créer ton entreprise,on sait comment certains sont rentrés dans ces concours ; rappel toi de 2015 des concours(douane ENAREF...) ont été annulé pour fraude massive. Des gens qui ont acheté les concours viennent se venter aujourd’hui qui sont les plus intelligents.

  • "De source sûre, je crois savoir que les participants à conférence, dès hier, avaient le souci que le ratissage soit le plus large possible et que personne, ni aucune structure (EPE) n’échappe" internaute yaa-mâam, je pense qu’en principe ça doit être comme ça, puisqu’on parle de solidarité nationale, tout le monde doit y contribuer ; l’armée, les magistrats, les paramilitaires, les sociétés d’Etat, les commerçants (en élargissant l’assiette fiscale) etc. Sinon c’est trop facile que des salariés des sociétés d’Etat sous le couvert d’un syndicat accompagnent le gouvernement à remettre à plat les rémunérations des fonctionnaires et venir se la couler douce avec des grilles salariales à vous couper le souffle.

  • Remise à plat des avantages ou des salaires ?L’objectif ici c’est de détruire les FC du ministère des finances.Je ne pense pas que le burkina soit un pays pauvre très sous dévéloppés à cause du FC des financiers.Il n’y a pas manque d’hôpitaux d’écoles...à cause du FC qu’on donne aux financiers.Il serait très naif pour un burkinabé de croire cela.Combien de milliards ont été détournés au temps de blaise par des ministres,députés,présidents d’institutions,maires.....?Les salif diallo ,simon roch tous les ténors de l’ancien régime...combien de milliards ont ils détournés ?Ce sont eux qui ont fait du burkina ce qu’il est aujourd’hui,un pays misérable !Un audit a t il été fait pour traquer toutes ces personnalités et les juger ?Alors !foutez nous la paix avec cette conférence de remise à plat !Ils se foutent de la gueule de tous les imbéciles.Conférence de remise à plat, et le gouvernement commande des cortèges de V8 qui consomment énormément de carburant !Pourquoi les burkinabés ont les yeux aussi bouchés.Il est beaucoup plus facile en tout cas à mon humble avis d’avoir le concours de l’enep que la douane.ce sont les meilleurs qui vont à la douane,à l’enaref et dans beaucoup d’autres concours.Donc ils ont le mérite d’avoir plus d’avantage que les autres.Madame la ministre de l’économie est une femmme malhonnête ingrate et très perfide qui doit être démise de ces fonctions.Si on t’a nommé meilleur ministre de la zone francophone c’est au regard du travail que tes agents ont fourni.Sils avaient mal travaillé tu n’allais jamais être nommé meilleure ministre.ce n’est donc pas à cause de tes beaux yeux ou des postes que tu as occupé auparavant.Et c’est toi tout à coup qui te retournent contre tes agents tout en sachant que c’est pas en coupant le FC que le burkina va quitter sa misère,que le chomâge va diminuer...Que les burkinabés ouvrent les yeux et quittent la jalousie

  • on parle de l’inégalité des salariés. mais ou sont les députés,les ministres ,le président,les magistrat...... ;ceux la ne sont pas des salariés de l’État BURKINABE OU QUOI ?

  • "l’équité et la justice, la soutenabilité des finances publiques et la solidarité" semble t-il est le thème de cette conférence.
    Pour un gouvernement qui se veut responsable, c’est parler de l’accroissement des recettes publique au lieu de discuter de la diminution des salaires car le coût des produits de première nécessité ne fait que croître d’année en année.
    Celui qui ne connaît rien des finances publiques et qui participe à cette rencontre est considéré comme un écolier. Il sera mis en grossesse par le gouvernent tout simplement.
    Le gouvernement, le gouvernement. Vous croyez que le gouvernement se résume au président et à ses ministres ? Non, ceux qui travaillent ce sont les agents.
    La conférence c’est pour dimunier les salaires tout simplement et tout le monde va le resentir.
    Quand le le ministre des finances dit que les salaires engloutis 55% des recettes propres vous croyez que la conférence c’est pour repartir de façon soit-disante équitable ces 55% ?
    Ne vous laissez pas manipuler les politiciens, le MPP prépare tout simplement la campagne de 2020.
    En ramenant les salaires à 35% des recettes propres le Burkina va s’écrouler car le panier de la ménagère ne va pas baisser outre mesure.
    Le MPP s’il était visionnaire devrait plutôt faire une conférence d’accroissement des recettes propres.

  • CHOCO, je suis d’accord avec toi que celui qui n’est pas à l’aise avec son salaire doit démissionner et aller voir ailleurs. Cela devrait commencer par toi qui au lieu de démissionner parce que ton salaire est maigre, a choisi plutôt, en bande organisée et association de malfaiteurs, de ponctionner dans la caisse de l’Etat pour te rétribuer et avoir un gros salaire. Par ailleurs, ce n’est pas le fait d’avoir réussi à un concours qui fait de toi un travailleur méritant (compétent, dévoué, probe et ayant une bonne conscience professionnelle -la preuve est là avec le nombre de jours non travaillé depuis le début de l’année).Sache qu’avant et sous le PAS, des générations entières n’ont pas eu l’occasion d’assister à cette foire aux concours ou l’on peut postuler à 10 endroits différents et choisir après, là où la chance vous sourit et non nécessairement parce que vous êtes une lumière. Il n’y avait que la santé et l’enseignement sous le PAS et tout comme toi, ces fonctionnaires ont été recrutés par voie de concours.On n’a même pris des textes pour empêcher ces fonctionnaires pour qui tu as du mépris de concourir pour changer de corps, sinon ce n’est pas sûr que tu serais là où tu es aujourd’hui. Il faut savoir être modeste, parce du reste, je vois pas ce que vous, financiers du Burkina , super intelligents, vous avez apporté comme contribution a l’évolution de la pensée universelle sur les finances publiques. Donc CHOCO, prépare ta démission parce que tu vas perdre ton FC et tu ne seras pas à l’aise avec ton salaire.

  • "Elles sont 5 centrales syndicales et une dizaine de syndicats autonomes, qui soutiennent le PNDES. L’annonce a été faite lors de leur conférence de presse, ce 20 février 2017.Selon Yamba Georges Koanda de l’Union syndicale des travailleurs burkinabè (USTB), leurs organisations ont décidé de soutenir le PNDES en vue de permettre aux autorités d’avoir de l’argent pour réaliser les différents projets et à Guy Olivier Ouédraogo de la Confédération syndicale burkinabè (CSB) de renchérir : « honnêtement, qui de nous ici peut se construire sans prendre de crédits ? Ce qui est réalité pour l’homme burkinabè, l’est pour la nation burkinabè. Du reste, nous souhaitons que cet argent soit bien investi »
    Ce sont là quelques extraits du reportage sur la conférence de presse de 5 centrales syndicales au sujet du PNDES. C’est les mêmes qui participent aujourd’hui à la conférence sur les rémunérations et qui pleurnichent parce d’autres organisations ont refusé d’y participer. Pour une fois, ils sont cohérents dans leur démarche( les animateurs de ces centrales syndicales), puisqu’ils ont affirmé qu’ils veulent permettre aux autorités d’avoir de l’argent. Au départ personne ne les comprenait, mais à présent tout est clair, ils vont accompagner le gouvernement à ponctionner les salaires des travailleurs pour avoir l’argent du PNDES. Je dis et je le repète, les salariés des sociétés d’Etat ne vont pas y échapper contrairement à ce que certains pensent. Je rappelle que Georges Koanda et Guy Olivier sont des agents de la SONABEL. Pensez-vous que ce sera normal qu’ils participent au nivellement des salaires des autres vers le bas et conserver le leur intact ? Non, ça ne sera pas juste.

  • Je ne veux pas faire le procès de cette dite conférence sur les rémunérations des agents de la FP, mais je constate que ce sont les mêmes syndicats qui avaient soutenu aveuglément différentes réformes voulues et adoptées par les dirigeants du moment que l’on retrouve encore à cette foire. Rappel de quelques foires du genre qui ont abouti à un échec : PAS, RGAP, BAC-OCECOS, sénat, modification de l’article 37, refondation de l’université... ; peut-être que l’avenir leur donnera raison pour une fois mais j’ai de serieux doutes Wait and see

  • Bonjour
    Il s’est tenu en allemagne un proces pour remettre en cause le faite que les fonctionaires de l’état ne puissent pas gréver. La justice allemande a confirmer cette situation en disant que le fonctionaire de l’état n’a pas droit de grever du faite qu’il est inadmissible que les salariés de l’ètat troublent la bonne marche de la societé vu que le contrat qui les lient interdit de grever car ils ont un salaire qui est sure et un fond pour leur pension. Cela est différent si on est au privée ou simplement recruter par les differents ministeres. Je trouve simplement gauche que ces memes fonctionaires de l’état étaient très silencieux pendant les 27 ans de Blaise. On peut dont déduire que les différents syndicats recevaient de l’argent du régime pour se taire ou les fonctionaires pouvaient se servir dans les caisses de l’état sans inpunité. Que le seigneur nous garde de fonctionaire corrompu. Je vous informe qu’il n’ y a pas un pays sans différence de salaire meme a diplome égal.

  • Je ne comprends pas pourquoi on parle du Fond commun jusqu’à présent. Le FC n’a pas été créé au Burkina. Dans tous les pays membres de l’UEMOA, le FC existe. Mieux, les Financiers du Burkina sont les moins payés parmi tous les autres pays membres de l’UEMOA. Il faudra d’abord chercher à comprendre pourquoi on a créé le FC que de vouloir subitement demander de le supprimer. Ou bien le Burkina est dans la logique de l’UEMOA ou bien il quitte l’UEMOA. C’est sous l’actuelle ministre des Finances que le Fond commun s’est amélioré et atteint ce seuil. On ne comprend pas pourquoi elle parle comme si ce n’est pas elle qui à créé cela . Elle a appâté les financiers pour ensuite les traîner dans la boue.......Ce qu’elle est en train de faire est de la malhonnêteté intellectuelle apparentée à de la méchanceté pure et simple. Pourquoi venir dans un ministère comme premier responsable et s’arranger à détruire ses propres agents ?

  • Tranquilos je suis d’accord avec toi... Très souvent, la réussite à ces concours (douane et enaref) est fortement teinté de fraude mais là c’est une autres part du pugilat.....Il faut que les plus méritants qui le souhaite puissent accédé au meilleur poste ceux qui sont les plus en vue et ce n’est qu’ainsi que nous aurons une fonction publique performante. Si au lieu de ça on fait la promotion de la médiocrité en recrutant par affinité les chéries et les parents du village et autres, c’est la déchéance programmée...et des gréves perlées très nuisibles à la bonne santé de notre économie. Il ya des gens qui savent qu’ils ne sont rien en dehors de leur poste de fonctionnaire mais qui au lieu de faire profil bas crie haut et fort ....la lutte les acquis et autres wooba wooba, instaurant le désordres du à leur médiocrité dans notre administration...Ceux la doivent être chassé et il faut le faire. Et je demande au président RMCK d’avoir pour une fois les couilles de prendre une responsabilité historique...La politique de la carotte va bientôt montrer ses insuffisances dans la résolution des problèmes de notre administration... Il faudra tôt ou tard sortir un gros bâton pour les récalcitrants...et je sais qu’il en aura des extrémistes irrésolus et jusqu’au-boutistes..Il nous faut de la rigueur partout si nous voulons nous développer. La chine est un exemple en la matière...

  • En dehors des salaires quelles dispositions prendre pour sévir la corrution ,l’abus de beaucoup d’agents de l’état sur les citoyens ,la concurence déloyale de ceux ci et des hommes politiques dans le secteur privé et bien d’autres maux doivent trouver des solutions
    Regardez la pourriture au niveau de la justice
    Tant que les hommes politiques et les agents ont en souci prémier de se servir plutot que de servir leur pays ,on ne pourra pas developper les pays africains ;le Burkina
    Il faut d’abord décider de bien gouverner car sans efficacité et un Bon rendement dans le travail ,pas de devoppement
    C’est pour ća on n’a pas un secteur privé dynamique ,creeatif qui participe á faire tourner l’économie pour pourvoir beaucoup d’emplois sans que les jeunes n’aient à attendre la fonction publique pour travailler
    Il faut accepter tout repenser et que le sacrifice soit de tous. Il faut de la discipline à tous les niveaux et on sanctionne tous les fautifs

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés