5ème concertation sur la sécurité alimentaire en Afrique : Pour une accélération de la mise en œuvre des plans nationaux

LEFASO.NET | Nicole OUEDRAOGO • jeudi 29 mars 2018 à 18h42min

7, 1 millions de personnes auraient besoin d’une assistance alimentaire et humanitaire urgente dans la région du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest. C’est ce qui ressort de la concertation régionale sur la situation alimentaire et nutritionnelle de la région ouest-africaine et sahélienne au titre de la campagne agricole 2017-2018 , tenue du 26 au 28 mars 2018, à Ouagadougou.

5ème  concertation sur la sécurité alimentaire en Afrique : Pour une accélération de la mise en œuvre des plans nationaux

Cette avant dernière concertation du dispositif de prévention et de gestion des crises (PREGEC), au titre de la campagne agricole 2017-2018, a permis de faire le point de la situation alimentaire et nutritionnelle au sahel et en Afrique de l’Ouest. C’est ainsi qu’à l’issue de la présente rencontre, le CILSS, les délégués de l’UEMOA et de la CEDEAO, notamment les représentants nationaux des systèmes d’alerte précoce et ses partenaires, ont animé un point de presse. L’Objectif étant de livrer aux Hommes de média, les conclusions des experts en vue de prévenir les risques éventuels d’insécurité alimentaire dans les dites régions.

Des travaux, il ressort que d’ici l’apparition des premières récoltes de la prochaine saison pluvieuse, la région du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest restera marquée par une situation alimentaire et nutritionnelle en détérioration significative dans la bande sahélienne et le bassin du lac Tchad. En outre, selon les résultats de l’analyse avec le cadre harmonisé réalisé dans l’espace des pays du CILSS, de la CEDEAO et de l’UEMOA, « 7,1 millions de personnes ont besoin d’une assistance alimentaire et humanitaire urgente ». Et selon le Secrétaire exécutif du CILSS, Djimé Adoum, ce nombre pourrait atteindre 10,6 millions de personnes, si les interventions d’assistance prévues par les Etats et leurs partenaires ne sont pas mises en œuvre. Puis de soutenir, qu’il faudrait s’attendre à enregistrer environ 1,1 à 1,6 millions de cas d’enfants malnutris sévères.

Renforcer les interventions

Au vu des risques qu’encourent les pays membres CILSS, les experts ont exhortés les Etats et leurs partenaires à accélérer la mise en œuvre des plans nationaux de réponses élaborées pour assister les populations vulnérables, avec une attention particulière pour les pasteurs et les agropasteurs, les enfants en bas âge , les femmes enceintes et allaitantes. Aussi, ont-ils émis le souhait que les partenaires continuent d’accompagner les pays dans le financement des opérations de collecte des données nécessaires au bon déroulement des analyses de la sécurité alimentaire et nutritionnelle à travers le cadre harmonisé.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés