Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Direction générale des impôts : « eSINTAX » pour déclarer et payer les taxes en ligne

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Par Tambi Serge Pacôme Zongo • lundi 26 mars 2018 à 15h00min
Direction générale des impôts : « eSINTAX » pour déclarer et payer les taxes en ligne

En prélude au lancement officiel du portail de téléprocédures fiscales dénommé « eSINTAX », prévu pour le 12 avril 2018, une conférence de presse a été animée ce lundi 26 mars 2018, par la direction générale des impôts de Ouagadougou. Objectif, informer de la mise en ligne dudit portail de télédéclaration et de télépaiement des impôts et taxes.

Le 12 avril 2018, ce sera le lancement officiel du système informatisé de taxation encore appelé plateforme « eSINTAX ». Mais avant, il était de bon ton pour la direction générale des impôts de Ouagadougou de mettre les Hommes de médias au diapason de cette nouvelle technologie dont elle s’est dotée pour le grand bonheur des contribuables burkinabè. Ainsi, au cours d’une conférence de presse tenue dans la salle de conférence de ladite direction, il a été question pour le directeur général, Adama Badolo et ses collaborateurs de s’exprimer sur les tenants et aboutissants de cette plateforme.

Adama Badolo, directeur général des impots

Selon ce dernier, « eSINTAX » permettra aux contribuables burkinabè de ‘’télédéclarer et de télépayer’’ leurs impôts dans un espace sécurisé sur internet. Comment y adhérer et profiter des services, il nous l’explique : « pour adhérer à notre portail et profiter des nouveaux services dématérialisés, le contribuable doit impérativement dans un premier temps se rendre dans les locaux du centre des impôts dont il relève afin de récupérer son numéro « eSINTAX ». A en croire M. Badolo, les contribuables n’ont pas à s’inquiéter car des sessions de formation seront organisées à leur endroit ce, afin de leur permettre d’être en phase avec ce nouveau service.

La première phase de ce portail de téléprocédures fiscales « eSINTAX », dédiée aux grandes et moyennes entreprises concernera une population de 5000 contribuables avec une contribution qui correspondrait à 90% des recouvrements de la Direction Générale des impôts (DGI). Et pour ledit lancement, les contribuables auront la possibilité de déclarer jusqu’à 15 impôts sur internet, foi du directeur général Badolo. C’est donc une invite à toutes les directions des moyennes et grandes entreprises de la ville de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso à adhérer massivement à ce nouveau service qu’a finalement lancé le directeur général.

180 millions FCFA, c’est le coût de cette première phase. A écouter le directeur général des impôts, l’on serait tenté de dire que le jeu en vaut la chandelle, « le bénéfice que nous en tirerons, ce n’est pas cher payé, on peut le dire », a-t-il mentionné.

Un portail enrichi d’ici la fin de l’année 2018

Des dires d’Adama Badolo, la direction générale des impôts enrichira son portail « eSINTAX » de nouvelles fonctionnalités d’ici fin 2018. Pour ce faire, il y aura l’introduction de télépaiement par ‘’e-payement’’, « qui permettra de donner des ordres de virement à votre banque directement à partir d’eSINTAX », a-t-il expliqué. Aussi notera-t-on, le télépaiement par mobile money, la demande de remboursement de la TVA en ligne, la consultation en ligne du compte courant fiscal du contribuable, etc.

Objectifs et avantages de « eSINTAX »

« Intuitive et sécurisée, eSINTAX permettra au contribuable de faire les déclarations et les paiements de ses impôts en toute sécurité », a affirmé M. Sondo, chargé de faire la présentation de la plateforme. De manière plus exhaustive, la plateforme « eSINTAX » vise entre autres, la modernisation des procédures de déclarations d’impôts et taxes de la direction générale des impôts, l’accélération dans le traitement à la caisse, la réduction du taux d’erreurs et l’optimisation des recouvrements.

La réduction du temps de traitement des déclarations à la caisse, la réduction du temps de traitement des déclarations par les équipes d’assiette, l’aide au contribuable dans le remplissage de ses déclarations ; sont les quelques points que l’on note au titre de ses avantages.

Somme toute, « la mise en service de la plateforme permettra aux contribuables de déclarer et de payer leurs impôts en ligne sans avoir à se déplacer dans les centres d’impôts », retient-on de tous les avantages avancés.

Pour rappel, ce projet de portail de téléprocédures fiscales dénommé « eSINTAX », s’inscrit dans la droite ligne du plan stratégique 2017-2021 de la Direction générale des impôts (DGI) ; celle de faire de la DGI, « une administration moderne, performante dans la mobilisation des ressources internes pour le financement du développement, orientée usagers, conforme aux standards internationaux et aux normes de la bonne gouvernance ».

Tambi Serge Pacôme Zongo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 27 mars à 07:18, par Bangbeda En réponse à : Direction générale des impôts : « eSINTAX » pour déclarer et payer les taxes en ligne

    Très bonne nouvelle !

    Plus de "Ya pas connexion" et de zèle des agents des impôts qui te rackettent dans leurs bureau.
    De grâce, redéployez les agents inutiles et indélicats sinon les impôts serviront vraiment à payer des gens à ne rien f..tre !!!

    Sans rancune, je suis fou hein !

    Répondre à ce message

  • Le 27 mars à 08:04, par yelkaye En réponse à : Direction générale des impôts : « eSINTAX » pour déclarer et payer les taxes en ligne

    Quelle fierté à vous M. le Directeur de créer des école et Département informatique pour le développement du numérique au Faso et en même temps de confier le développement de tous nos secteurs stratégiques à des entreprises étrangères ?

    Y a t-il pas d’entreprise et de compétences au FASO pour développer des solutions types ?

    Que faites vous de tous ces informaticiens au chômage ?
    Vous êtes finalement qu’une bande de commerçants à la recherche de solutions importés et toutes faites avec des ristournes conséquentes....
    Alors pourquoi donc s’en prendre au Fonds Commun ?
    Je suis revolté !!!!!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : L’UEMOA rencontre ses partenaires techniques et financiers
Financement de l’agriculture familiale au Burkina : L’ONG SOS Faim prône l’inclusion financière agricole
Accès à l’eau potable au Burkina : Un coup de pouce venu de la Belgique
Projet d’urgence pour les dépenses récurrentes (PUFDR) : La Banque mondiale apporte plus de 57 milliards de francs CFA au Burkina
Ministère de l’Economie : Le bilan de 2018 passé à la loupe
Coris Bank international : « La Banque autrement » lance Coris Money, un nouveau porte-monnaie électronique
Commerce hors-UEMOA : Des opérateurs économiques sensibilisés sur les procédures règlementaires
Commercialisation du sésame : Comment tirer le meilleur profit de la filière ?
Salon de l’élevage du Burkina (SABEL) : Un cadre pour promouvoir la compétitivité du secteur
Projet de recensement fiscal : Les agents recenseurs ne sont pas d’accord avec la rémunération fixée
Dialogue Etat/secteur privé : Un cadre d’échange pour booster l’industrie et l’artisanat au Burkina Faso
Journées commerciales des produits bio-équitables : Les acteurs satisfaits de la première édition
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés