Union fraternelle des croyants de Dori (UFC-Dori) : Le projet « agir ensemble pour une coexistence pacifique dans un environnement mieux sécurisé au Sahel », officiellement lancé

LEFASO.NET | Par Tambi Serge Pacôme Zongo • dimanche 25 février 2018 à 16h20min

« Agir ensemble pour une coexistence pacifique dans un environnement mieux sécurisé au Sahel », projet de l’Union fraternelle des croyants de Dori est officiellement lancé. La cérémonie de lancement officiel des activités est intervenue, le jeudi 22 février 2018, au centre ‘’DUDAL JAM’’ (école de la paix en langue locale peulh), en présence du ministre de la Justice, des droits humains et de la promotion civique, garde des sceaux, René Bagoro, par ailleurs patron de la cérémonie.

Union fraternelle des croyants de Dori (UFC-Dori) : Le projet « agir ensemble pour une coexistence pacifique dans un environnement mieux sécurisé au Sahel », officiellement lancé

C’est par une traditionnelle séance de prière que s’est ouverte cette cérémonie de lancement officiel. En effet, dans le cadre de ses différentes activités, il est de coutume à l’Union fraternelle des croyants de Dori (UFC-Dori) de demander l’appui du divin. C’est ainsi que Monseigneur Laurent Dabiré, évêque de Dori en accord avec le grand Imam de Dori, Mamoudou Cissé, a procédé à ce rituel.

Monseigneur Laurent Dabiré, prenant alors la parole au nom des conseillers moraux de l’UFC a caractérisé la situation de ces deux dernières années au Burkina Faso et au Sahel plus particulièrement. Pour ce faire, il s’est appuyé sur un récent rapport de l’Unicef. « Selon un nouveau rapport de l’Unicef, 10 182 élèves sont, à la date du 13 février 2018, touchés dans la région du Sahel du fait de l’insécurité avec 98 écoles actuellement fermées(…) », a-t-il déclaré entre autres. Il reste par ailleurs convaincu qu’à travers les objectifs d’un tel projet et par l’assimilation des valeurs que sont la tolérance, le dialogue, le partage et le respect mutuel, il pourra se concevoir un développement intégral pour tous et une paix sociale durable. C’est en cela qu’ils invitent(le grand Imam et l’évêque) tout un chacun à jouer pleinement son rôle pour la résolution du problème d’insécurité au Sahel.

Le représentant du directeur pays d’Oxfam-Burkina, Octave Bayili

Le représentant du directeur pays d’Oxfam-Burkina, Octave Bayili, s’est évertué à rappeler le contexte du financement de ce projet, « notre contexte national est marqué par la menace de la cohésion sociale, gangrenant sérieusement le bon vivre ensemble. Cela interpelle tout adepte de la paix au-delà de la seule action de nos gouvernants », a-t-il indiqué. Après quoi, il dit remercier l’ambassade du Royaume du Danemark qui, dans le cadre de sa coopération bilatérale avec le Burkina Faso finance le projet.

Ce financement, des dires de l’assistant au spécialiste en renforcement des capacités des Organisations de la société civile(OSC), Octave Bayili, participe de la contribution du projet Danida à la promotion d’un climat de sécurité pour un bon vivre ensemble au Burkina Faso en général, et au Sahel en particulier. Dans le cadre dudit projet, le partenaire Oxfam s’est engagé à accompagner l’Union fraternelle des croyants de Dori en le subventionnant à hauteur de 100 millions francs CFA, sur un coût global de 104 millions francs CFA pour une durée de 18 mois, soit de janvier 2018 à juin 2019.

Le patron de la cérémonie, le ministre de la Justice, des droits humains et de la promotion civique, garde des sceaux, René Bagoro

Le patron de la cérémonie, le ministre de la Justice, des droits humains et de la promotion civique, garde des sceaux, René Bagoro, a quant à lui, saluer l’UFC pour les efforts consentis en faveur de la promotion d’une cohabitation pacifique plus particulièrement dans le Sahel et au-delà de ses frontières. Il avoue de même, se réjouir de la mise en œuvre de ce projet qui entre en droite ligne de la vision et des actions du gouvernement en matière de promotion de la culture de la tolérance et de la préservation de la paix.

Convaincu que, ces défis sécuritaires ne peuvent résister à l’engagement et à la détermination des filles et fils du Sahel de maintenir haut le flambeau de l’union et de l’unité nationale, René Bagoro, interpelle les populations à magnifier le dialogue interreligieux et surtout la collaboration avec les forces de défenses et de sécurité(FDS).

« Agir ensemble pour une coexistence pacifique dans un environnement mieux sécurisé au Sahel », projet de l’Union fraternelle des croyants de Dori a, d’après les mots du coordonnateur François Ramdé, une double dimension. C’est premièrement, la coexistence pacifique et secondement l’amélioration de la coopération civilo-militaire. L’objectif principal, contribuer à la construction d’une paix durable par la promotion des valeurs essentielles au vivre ensemble et, à une meilleure contribution des communautés locales à l’amélioration de la sécurité au Sahel.

En rappel, la cérémonie de lancement officiel du projet a été précédée d’une visite du ministre dans les locaux de l’Union fraternelle des croyants de Dori. Cette visite a donc permis au ministre d’échanger avec les enfants du centre de l’UFC formés en mécanique et en couture.

Ce lancement officiel fait également suite à un atelier, qui a réuni des croyants de différentes confessions religieuses ainsi que des représentants de services de l’Etat et des Organisations de la société civile(OSC) venus des provinces du Séno, l’Oudalan et le Yahga. C’était le mercredi 21 février 2018 dans la même salle du centre ‘’DUDAL JAM’’ « école de la paix en langue locale peulh ». Lire la suite

Vos commentaires

  • Le 25 février à 14:30, par Ka En réponse à : Union fraternelle des croyants de Dori (UFC-Dori) : Le projet « agir ensemble pour une coexistence pacifique dans un environnement mieux sécurisé au Sahel », officiellement lancé

    Une bonne Initiative à se rassembler par la Foi. Et comme j’ai l’habitude de le répéter quand une action veut se concrétiser dans la foi de tout en chacun, c’est de savoir que la Foi ou la Croyance est une affaire strictement personnelle, et chacun devrait s’accommoder de ses propres relations avec Dieu, ou la conception qu’il a de son ou de ses dieux, sans se laisser influencer par d’autres personnes, éventuellement manipulatrices. Nous sommes au XXIe siècle, dominé par la technologie : On ne devrait plus se laisser guider par des Imams radicaux, qui déforment les vieux textes du Coran pour leurs profits, ou des pasteurs ou prêtes vendeurs d’âmes qui utilisent les versets de la sainte bible pour des escroqueries pures et simples a des innocents.

    Cette initiative de l’Union Fraternelle des croyants de tout bord, est une œuvre qui doit considérer comme venant de Dieu qui est Amour et Paix ! Lorsqu’on à la foi, on ne peut qu’agir ainsi, aller vers l’autre, offrir et partager. Que l’on soit chrétien, musulman ou juif et même d’autres religions (non monothéiste) la seule valeur est celle de la fraternité.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés