Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous voulez aller quelque part, il est bien de trouver quelqu’un qui est déjà allé. Robert Kiyosaki» 

Travail des enfants : La législation nationale au scanner du projet Clear II

Accueil > Actualités > Société • • mercredi 14 février 2018 à 23h48min
Travail des enfants : La législation nationale au scanner du projet Clear II

Dans la dynamique de mise en oeuvre de ses actions, le projet "Country level engagement and assistance to Reduce child labour", Clear II, a organisé, ce mercredi, 14 février 2018 à Ouagadougou, un atelier pour la restitution d’une étude sur la législation burkinabè en matière de travail des enfants. Ce cadre, qui reuni des acteurs du public et du privé, venus de l’ensemble du territoire, a consisté en la présentation des résultats de cette étude suivie d’échanges sur ceux-ci, en vue de leur validation.

Cet atelier fait suite à un autre, tenu les 12 et 13 février 2018, sur la coordination du système de surveillance du travail des enfants

Selon la directrice générale de la protection sociale du ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale, Stella Somé, qui a présidé la cérémonie d’ouverture, l’éradication des pires formes de travail des enfants constitue une des priorités pour le Burkina en matière de protection des enfants.

La directrice générale de la protection sociale, Stella Somé, entouré de la coordinatrice-résidente de Clear II, Christelle Kalwoulé et du représentant de l’ambassade des USA, Abdoulaye Zoromé.

"Le renforcement du cadre juridique à travers la ratification des conventions internationales pertinentes et leur internalisation dans le dispositif juridique national est une étape vers l’atteinte de cet objectif", a-t-elle soutenu. Il est donc bien de s’assurer de l’effectivité de la conformité de la législation avec ces instruments internationaux, a indiqué Mme Somé. D’où la pertinence de cette étude, menée par Lawyers without borders (avocats sans frontières), partenaire de Winrock international dans le cadre du projet Clear II.

Cette étude a consisté en une comparaison entre les textes nationaux et les accords internationaux auxquels le Burkina a souscrits.

La représentante de Lawyers without borders (avocats sans frontières)

Selon la directrice générale de la protection sociale, Stella Somé, la situation sur le terrain montre que la plupart des textes pertinents (majeurs) ont été ratifiés par le Burkina (Convention de l’OIT, sur la convention 138 sur l’âge minimum d’admission à l’emploi, la convention sur les pires formes du travail des enfants,...) et internalisés. "Le seul reproche qu’on peut faire, c’est la faiblesse application", a-t-elle confié.

Ce cadre va donc permettre, poursuit-elle, de faire un diagnostic des textes nationaux. En clair, il s’agit d’analyser la conformité des textes nationaux en matière de lutte contre le travail des enfants avec les conventions internationales.

"A l’issue de cet atelier, le document sera remis au gouvernement pour pouvoir corriger, s’il y a lieu, les normes que nous avons", a promis la directrice générale de la protection sociale, Stella Somé.

Pour Lawyers without borders (avocats sans frontières), organisation qui a mené l’étude dans le cadre du projet Clear II et de concert avec Winrock international et Vérité, cet atelier sur l’analyse législative va exposer les résultats pour conduire les participants à les enrichir pour validation.

Selon les instigateurs de l’étude, le Burkina a fait du bon travail en ce qui concerne la mise en place des textes, il s’agit maintenant de voir comment renforcer l’application de ces normes.

OL
Lefaso.net

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Diocèse de Ouagadougou : les PMC en congrès au sanctuaire notre dame de Yagma
Bobo : Les travaux du lycée scientifique lancés après vingt ans d’attente
Crise à Zoaga : Il faut agir vite pour éviter un autre Yirgou
Plan d’urgence 2019 du Burkina : Environ 1,2 million de personnes ont besoin d’assistance
Village de Koudoumbo : La paix retrouvée et célébrée par les populations
SOTRACO : Un nouveau code pour un changement de mentalité des usagers
Coopération Burkina-Japon : 4 forages au profit de la commune de Kokologho
Justice burkinabè : La gestion des carrières des magistrats par le SP/CSM bientôt une réalité
Session 2018 du PAE /JF : 11049 micro-projets sélectionnés
Education : La société minière Wahgnion Gold Operation offre 650 tables-bancs à la province de la Léraba
Projet « Fonds enfants et jeunes » : Environ 3,9 milliards de F CFA pour financer la sixième phase
Cinquantenaire du FESPACO : La LONAB apporte une contribution financière de 100 millions de FCFA
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés