Sommet Afrique - Europe 2017 : « Ce ne sont pas des promesses vides qui créeront les 22 millions nouveaux emplois annuels dont l’Afrique a besoin »

COMMUNIQUE DE PRESSE • mercredi 29 novembre 2017 à 01h13min

A la veille du 5e sommet UE-UA, l’ONG ONE appelle les dirigeants européens et africains à instaurer un nouveau type de partenariat basé sur des engagements concrets et quantifiables, donnant la priorité à l’émancipation de la jeunesse.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Sommet Afrique - Europe 2017 : « Ce ne sont pas des promesses vides qui créeront les 22 millions nouveaux emplois annuels dont l’Afrique a besoin »

Ce sommet représente une opportunité majeure de lancer une feuille de route commune pour 2018-2021 ambitieuse et mutuellement bénéfique pour les deux continents - l’un confronté à une explosion démographique de sa jeunesse et l’autre au vieillissement croissant de sa population. Avec une population qui devrait doubler d’ici à 2050, et dont la moitié sera des jeunes de moins de 25 ans, l’Afrique a besoin d’investissement dans l’éducation, l’emploi et l’émancipation des jeunes, afin d’offrir à sa jeunesse de véritables perspectives d’avenir.

L’éducation est un pilier fondamental du développement à long terme et doit être le moteur de l’émancipation de la jeunesse africaine. Les dirigeants de l’UE et de l’UA doivent donc s’engager à financer le Partenariat mondial pour l’éducation à la hauteur des besoins.

Alors que 51 millions de filles en Afrique ne sont pas scolarisées, les dirigeants de l’UE et de l’UA doivent également s’attaquer aux inégalités femmes-hommes en adoptant des mesures spécifiques pour s’attaquer aux obstacles qui empêchent encore les filles d’aller à l’école.

Rudo Kwaramba-Kayombo, Directrice Afrique de ONE, déclare : « Ce sommet offre une opportunité historique d’instaurer les bases d’un nouveau partenariat entre l’Afrique et l’Europe, qui tire le meilleur des deux continents. Les dirigeants de l’Union africaine et de l’Union européenne doivent investir dans le développement à long terme et comprendre qu’en donnant la priorité à l’éducation, l’emploi et l’émancipation des jeunes, c’est aux futures crises de sécurité et de migration qu’ils s’attaquent. »

Friederike Röder, directrice France et porte-parole de ONE à Abidjan, déclare : « En 2050, la moitié de la population africaine aura moins de 25 ans, il n’y a plus de temps à perdre. La jeunesse africaine peut être le moteur de la croissance inclusive du continent et du reste du monde. Pour cela, il faut investir au plus vite et améliorer les politiques publiques, à commencer par l’éducation, c’est une évidence ! C’est pourquoi l’Union européenne et ses membres doivent réfléchir à long terme et engager des fonds supplémentaires pour financer des programmes d’éducation, notamment via le Partenariat mondial pour l’éducation. »

ONG ONE
Contact presse à Abidjan : Annabel Hervieu, annabel.hervieu@one.org

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés